19 juin 1965/19 juin 2020 . La dictature d’un clan au mépris des idéaux de la Révolution

4
366

Point de vue  / 

Par Hanafi SI LARBI
EL WATAN 23 juin 2020

 La séparation du politique et du militaire est un slogan phare du Hirak. Il façonne en profondeur la mémoire algérienne sachant qu’en Algérie, la question de l’Histoire est fondamentale, essentielle. C’est par l’histoire que l’on peut comprendre comment la confiscation du pouvoir par une fraction de l’armée, pourtant en gestation et tapie aux frontières, fut possible. Certes, les jeux étaient faits avant l’indépendance mais il fallait attendre le 19 juin 1965 pour voir les hauts responsables de la hiérarchie militaire rentrer officiellement et publiquement dans la lutte des clans et s’accaparer du Pouvoir, tous les pouvoirs. Comble de l’ironie, le nouveau maitre de l’Algérie, Mohamed Ben Brahim Boukharouba alias Houari Boumediène,  dans son allocution télévisée au lendemain du coup de force, annonçait ‘Le redressement révolutionnaire’ (Ettas-hih Ethawri). Rien que ça ! En d’autres termes, nos vaillants révolutionnaires et chahids du devoir, source de notre indépendance, s’étaient trompés. 1954/1962 a été une sinécure comme celle passée aux frontières attendant le moment propice pour s’approprier l’Algérie : son sol avec les algériens que nous sommes et son sous-sol avec ses richesses. Pourtant, des années plus tard, le colonel Ahmed Bencherif, ancien commandant en chef de la gendarmerie nationale et membre du conseil de la révolution (CNRA), né au lendemain du 19 juin 1965, reconnaissait sur les colonnes du quotidien El Watan du 20 juin 2005 qu’il s’agissait d’un vrai coup d’Etat :  «Je savais depuis quelque temps, par mes gendarmes de l’aéroport de Boufarik, qu’un avion avec une valise bourrée de devises attendait Boumediène et ses intimes en cas d’échec. L’affaire réussie sans écoulement de sang était, en fin de compte, un coup d’Etat militaire contre un régime absolument légal. »

Les raisons du coup d’Etat

Même si, depuis l’indépendance, le problème de légitimité et donc de représentativité populaire reste posé jusqu’à ce jour, il n’en demeure pas moins que le « redressement » du 19 juin 1965 fera date dans l’histoire postindépendance de l’Algérie. Il a mis à nu les limites de l’Etat-nation et le parti pris de l’armée, qui constitutionnellement a pour devoir de veiller à la sécurité et à l’intégrité territoriale du pays. L’ANP, héritière de la glorieuse ALN, à son corps défendant, venait de « choisir » la dictature d’un clan au mépris des idéaux de la Révolution. Elle venait de violer une constitution que ce même clan venait d’adopter.

Trois ans après, que s’est-il réellement passé pour que ce groupe dit « d’Oujda », en apparence soudé, renverse celui qui était son Zaïm incontesté ce 19 juin ? Ce clan « d’Oujda », on s’en souvient, cantonné durant la lutte armée aux frontières du pays jusqu’à la signature des accords d’Evian, rentre à Alger pour prendre le pouvoir par la force grâce à son arsenal militaire puissant et jamais utilisé contre l’ennemi d’hier.   N’était-ce la sagesse des dirigeants du GPRA, les ingrédients d’une guerre civile étaient là. Une situation conflictuelle profonde s’installe. Les rêves de l’indépendance chèrement payée sont confisqués. Le peuple, seul héros, est exclu. Ses représentants légitimes, fraîchement élus au sein de l’Assemblée nationale constituante, ne savent plus à quel saint se vouer : les débats politiques à l’intérieur de l’Assemblée n’avaient aucune suite et n’influaient guère sur le cours des événements. Impossible d’arrêter, dans l’état actuel des choses, la dérive totalitaire des « nouveaux seigneurs » de l’Algérie, comme l’explique Hocine Aït Ahmed, alors député de Sétif, lorsqu’il relevait, le 10 juillet 1963, l’incapacité de l’Assemblée nationale constituante de bloquer le totalitarisme du régime : « … J’ai décidé de mener une lutte politique ouverte contre le régime socialo- mystificateur… C’est le seul moyen de désamorcer la situation rendue explosive… » C’est l’opposition ouverte qui donnera naissance au FFS(1), alternative démocratique au régime militaire et arbitraire. La riposte du régime ne se fait pas attendre L’arsenal militaire et répressif des nouveaux seigneurs est déployé pour mater la nouvelle opposition constituée de véritables révolutionnaires et soutenue à bras-le-corps par les troupes de l’ALN fidèles aux idéaux de Novembre 1954. L’affrontement fratricide est inévitable. Mais la victoire militaire reste impossible pour les deux parties en conflit. La nécessité d’une négociation globale s’impose. Les premières tractations entre le FLN, parti-Etat, et le FFS débutent entre janvier et février 1965 et se concluent par l’accord du 16 juin de la même année qui prévoyait « la libération de tous les détenus politiques » et « l’intégration des militants du FFS dans la vie active »(2). La deuxième phase des négociations prévue pour la fin juin 1965, après la conférence afro-asiatique d’Alger, sera consacrée au volet politique. La fin du parti unique est consacrée. L’existence du FFS en tant que parti est reconnue. L’heure de la fin de la tutelle exercée sur le pays par le parti-Etat vient de sonner. Mais les ambitions démesurées du régime militaire, à sa tête le colonel H. Boumediène et son bras droit A. Bouteflika, n’ont donné aucune chance à l’ouverture démocratique qui se profilait à l’horizon. Le chantage « chauviniste » favorise le retour des vieux démons. La force supplante le droit. Ben Bella est déposé par le coup d’Etat militaire du 19 juin 1965. Les aspirations des Algériennes et des Algériens sont mises entre parenthèses et pour longtemps. Le pouvoir changea de main, le système survécut. Il a « ouvert la porte au banditisme politique »(3). Toutefois, un espoir demeure : le Hirak à travers son slogan phare ‘Dawla madania machi askaria’ renvoie à l’histoire de la guerre d’indépendance ou les manifestant(e)s, jeunes dans leur majorité, s’interrogent explicitement comment s’est opérée la militarisation de l’Algérie. Les portraits des Ben M’hidi, Abane, Didouche, Amirouche, BenBoulaid et d’autres Héros sont    brandis tous les Mardis et Vendredis pour crier haut et fort que l’histoire transmise par l’école algérienne ne correspondait pas à la réalité historique pluraliste. Elle procédait par retouches et occultations pour mythologiser notre Histoire. Heureusement que les réseaux familiaux conjugués aux réseaux sociaux dans la transmission de cette mémoire historique, ont mis à nu les clandestins : on sait qui est qui et qui fait quoi !  

H.SL

Notes :

    (1) Voir El Watan du 28 septembre 2005 « L’inlassable combat du FFS »
 (2) Voir ‘Le Peuple’ et ‘Alger Républicain’ du 16 juin 1965.
 (3) Ferhat Abbas in ‘L’indépendance confisquée’.

4 Commentaires

  1. Je ne suis pas d’accord avec toi, mon cher Hanafi sur les causes du complément de coup d’Etat du 19 juin. La prise du pouvoir par ces aventuriers était déjà inscrite sur leurs tablettes en 61 dans les baraques de Ghardimaou. Par contre deux événements ont accéléré la date de cette prise officielle du pouvoir : les accords entre Ben Bella et le FFS et la programmation par Ben Bella du limogeage de l’intrigant préposé aux Affaires Étranges.

    • Effectivement. Mais il me semble que je l’ai mentionné dans l’article. Je disais que l’armée s’est accaparé le pouvoir bien avant notre Indépendance. Le 19 juin 1965, n’est que l’officialisation publique de la confiscation de la légitimité par une fraction de l’anp, le clan d’Oujda.

  2. Juste une précision de taille. Ben Bella a toujours été un sujet marocain et c’est lui même qui l’avait dit avant son décès. Il n’a jamais été démocrate et encore moins conciliant. Son caractère violent et brutal a fait de lui une marionnette idéale oscillant entre la France et l’Égypte. Le fait qu’il fut le premier président de l’Algérie dite indépendante avait déjà compromis l’histoire et l’avenir de ce pays. Le Putsch de 1965 ne fut qu’anecdotique car la nature du pouvoir ne changea guère. Le clan d’Oujda et des Malgaches pro-marocains allaient régner sur l’Algérie pour plus de 50 ans.
    Hélas!

  3. Mais ce qui n’ont pas réussi ce groupe de Boumédienne et ce pouvoir actuel a mon sens c’est la démocratie c’est la seule reproche que je leurs fait »je veux dire en démocratie c’est la justice sociale, la justice tous court et la lutte contre la corruption »…sur ce point je suis d’accord avec vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici