DE QUI SE MOQUE-T-ON?

0
519

     Abdellah CHEBBAH                                     Juin, 2020

Je voudrais bien croire à certaines choses pour dissiper mes angoisses. Malheureusement, quand la raison et le bon sens sont absents, le doute devient certitude.

La justice Algérienne vient d’autoriser un ancien premier ministre emprisonné, a assister aux obsèques de son frère, menotté et escorté par une armada de gendarmes.

Cette image a fait le tour du monde à travers les réseaux sociaux. Des commentaires de toute nature et de toute sorte ont enflammé les discussions allant de l’invective jusqu’au pardon. Chacun s’est donné à son interprétation.

Dans le même ordre d’idée, Il y a deux semaines, une vidéo, faites en France, concernant le hirak, a aussi fait le tour des médias. De jeunes algériens, ont été approchés pour donner leur avis sur le hirak et la vie des jeunes Algériens dans leur pays, allant de la condition de la femme, des mœurs, des tabous, de la sexualité, des stupéfiants enfin tout ce qui peut ternir l’image du hirak et de sa jeunesse qui la compose.

Sincèrement, de qui se moque-t-on? A qui profite ces poncifs?

J’ai bien beau me dire que ceux qui diffusent ce genre de messages médiatiques sont incultes, ignorants, analphabètes, obscures, mais bon dieu, l’intelligence négative a quand même ses limites qui permet au moins de distinguer le bon grain de l’ivraie.

En bref, à travers ces clichés disparates que le pouvoir occulte essaye de transmettre, il y a une certitude à laquelle il faut s’en tenir.

Le système qui s’est imposé depuis plus d’un demi siècle est en fin de cycle. Il le sait. Reconstruire le pays avec les mêmes agrégats lui est impossible. Il y a des maux profonds qui rongent tous les Algériens. Le système en entier est à refaire. Cela est sûr et certain.

À la recherche probable d’une voix de sortie honorable, il lui serait préférable, à ce système, d’arrêter de produire de l’air pour attiser le feu avec de génériques ingrédients. Il n’est pas de son intérêt ni de celui du peuple.

Ce dernier est aujourd’hui jeune, par conséquent, lucide, ouvert sur le monde, pour lui trouver une voix de sortie. Il faut s’attabler et négocier le départ de ce système. Unique issue. Le contraire serait la confrontation directe que personne ne désire ni ne souhaite car les visions de la vie des uns et des autres sont aux antipodes..

                          ANA3LOU CHITANE YAL HOUKAMES. LE PIRE EST À CRAINDRE.

                                  LA COCOTTE-MINUTE SIFFLE LA FIN DE LA CUISSON.

                                                            (Promesse non tenue)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici