3 Commentaires

  1. Ils ont gâché la vie de nos parents, ils ont essayé de nous gâché la nôtre, ne les laissons pas gâché celle de nos enfants. Eux c’est le « gang des généraux », leur histoire remonte à notre guerre de libération. Un groupuscule de l’armée des frontières fomentant avec l’aval de la France contre les vrais patriotes. Le rêve de toute une nation fut détourné dès la mise en rail de la république algérienne. S’accaparant de la locomotive un certain automne 1962, ils détourneront le train l’été 1962. Le peuple meurtri par sept années de guerre opta pour la paix dans l’espoir de voir la raison reprendre le dessus. Les Benkheda, Ferhat Abbes, Ait Ahmed…se pliérent malgré eux au peuple et la raison de l’état.

    58 ans après, nous payons encore les retombés de ce putsh. Bien que le seul héros de notre révolution fut le peuple avec des militaires, des politiques et des civiles qui ont tout donné pour voir l’Algérie libre et indépendante. Hélas, le groupuscule s’est métamorphosé en « gang des généraux » en écartant les politiques et les civiles des centres décisionnels.

    En ces temps de remémoration et de recueillement nous avons le devoir de relater la vérité et de faire un vrai travail de mémoire et d’histoire pour rappeler à la nouvelle génération la vérité rien que la vérité. 58 ans de mensonge, d’incompétence, de médiocrité, de hogra… Basta, il faut que ça change. A la veille de la commémoration de la fête de notre indépendance : le mensonge reprend de plus belle, les festivités ont lieu au Palais du peuple, alors qu’aucun citoyen, fils du peuple n’a le droit d’accéder c’est le palais des hauts gradés qui vont recevoir des promotions, des grades pour des militaires digne d’un centre de gériatrie ailleurs et malheureusement , on appelle la mascarade « fête de l’indépendance et de la jeunesse ». Des vieux séniles qui ne veulent rien lâcher.

    -Ne laissons pas ces assoiffés de pouvoir réutiliser une fois de plus l’histoire de notre glorieuse révolution pour se donner une nouvelle légitimité.
    -Ne laissons pas les imposteurs qui vont parler au nom des Zabana, Benmhidi, Amirouche… Alors que c’est eux même qui ont assassiné froidement les Abane, Chaabani, Krim …
    -Ne laissons pas ces rois de la falsification user et abuser de notre patience. D’un côté, ils critiquent la France coloniale et de l’autre, ils refont leur vie chez elle. Des généraux, des ministres qui courbent l’échine pour une nationalité ou une carte de résidence. Quelles leçons en tirer de la bravoure de ces énergumènes qui se déclarent digne héritier de l’ALN ? Que valent ces généraux de pacotille Nezzar, Chentouf, Bey, Soab, Chengriha, Wassini, Toufik, Tartag, devant les valeureux colonels de l’ALN. Nous devons les dénoncer et les neutraliser.
    -Ne laissons plus les « badissiyas, novembariyas » adepte du général Gaid, un haut gradé qui eut le privilège et la hantise d’assister à une réunion de travail dans un hôpital militaire français. Une réunion avec Bouteflika sous la photo d’un cadre de Hollande. Quelle bravoure et honneur nous inspire leur doctrine ? Eux qui ont permis le survol de l’espace aérien algérien à l’aviation française. Eux, qui veulent aujourd’hui modifier la constitution dans le seul but de servir les armées impérialistes de la France, des USA sous l’égide de l’Afrikom ou de l’ONU. Envoyé vos enfants si ça vous chante pas les enfants du peuple.
    – Ne laissons pas la fête de l’indépendance de cette année se faire récupérer par le « gang des généraux », ne laissons pas l’armée de « docteurs et broufissours » prendre le dessus, cette fausse élite qui justifient la politique du gang, culpabilise le Hirak et ne souffle aucun mot sur les incarcérations injuste des paisibles citoyens portant l’Algérie dans leurs cœurs. Ne donnons aucun crédit à l’armée de magistrat aux ordres qui répondent au téléphone plus qu’à leur conscience, boycottons l’armée de média ou le mensonge tourne en boucle…
    -Ne les laissons plus souillé la mémoire de nos martyrs, ne les laissons plus empoisonné notre présent et ne les laissons plus envenimer l’avenir des générations futures, il ne faut plus laisser la place au doute et à la peur, c’est ce qu’ils veulent. Ils n’y pourront rien le peuple a pris son envol un certain 22 févier 2019 depuis cette date il n’arrête pas de crier son désarroi et demande clairement la réappropriation de son indépendance, et l’instauration d’un état civil, ces slogans ne peuvent être plus explicité « généraux à la poubelle wa cha3b yedi listiqlal ».

    Si il y a une volonté réelle de leur part alors qu’ils honorent la « fête de la jeunesse », en nommant des jeunes généraux et qu’ils mettent en retraite ceux ayant dépassé l’âge légal, qu’ils appliquent la loi pour les plus de 65ans. Si il y a une volonté réelle pour fêter l’indépendance qu’ils libèrent tous ces Ahrars de tous bords des algériens et algériennes braves et engagés qui n’ont fait que leur devoir. Loin des libérations sélectives qui sentent la manipulation et des calcul politiciens pour saper le Hirak et créer la diversion au sein du Mouvement.

    Le RDV du 03 juillet, c’est le RDV du peuple, c’est le RDV du Hirak que le gang pense avoir décapité, c’est une reprise après une trêve réfléchie. Le RDV du 03 juillet c’est pour les martyrs d’hier et d’aujourd’hui, c’est pour les Salim Benkhedda, yettou, Dr Fekhar… Pour les moudjahidines d’hier et d’aujourd’hui pour les Bouragaa, Tabou, Boumala, Nekkaz, Bourraoui, Laalami, Belarbi… Le RDV du 03 juillet on peut le reporter autant de fois si c’est nécessaire devant vos mensonges et vos manipulations , et du moment que nous avons un confinement politique et point sanitaire , le Hirak s’adapteras a la politique du terrain pour préserver ses acquis et reviendra au moment opportun , l’idée authentique du Hirak ne s’éteindra qu’après la réalisation de son objectif majeur instauration d’un état de droit avec une justice indépendante , il n’ y a rien à négocier sur ce plan. Ce peuple ne vous donnera jamais l’occasion de l’entrainer dans votre terrain de prédilection celui de la violence, sa patience et son pacifisme viendront à bout de votre soif du pouvoir.

    Ils ont menti sur la révolution, ils ont menti sur la politique, ils ont menti avec Tebboune, ils ont menti sur le Covid, ils ont toujours menti et ils continueront de le faire. Pour les contrecarrer, il n’y a qu’une chose à faire et il faut le faire quel que soit le prix à payer. Nul ne peut prédire ce que fera le peuple demain , mais une chose est sure il n’abdiquera jamais à son indépendance confisquée.

    Les enfants du peuple proposent et la majorité du peuple dispose de reconduire la trêve, de prolonger la pause ou de reprendre le combat deamin on le saura ?

  2. un moment de la vie des algeriens que ne sauraient apprecier que ceux et celles qui l avaient vecu….un moment de notre vie ou toutes nos fibres sensibles ont vibré loin de toutes autres appreciations….les fibres sensibles des algeriens vibraient au rythme d une seule consolation celle de voir le pays libre et emancipé c etait seulement ca qui comptait ….on ne se posait pas de questions comment seront les lendemains…pourvus qu il n y aurait pas de bruits de « bottes qui nous dirons ou allez-vous? CE N ETAIT PAS DE LA NAIVETE ….il n y avait pas de calcul …ce qui comptait c etait de respirer cet air de liberté …demain il fera jour semblent dire ces algeriens…..il est vrai que l on ne savait rien a quelle sauce on allait nous cuisiner….on ne saivait pas qu a le est ou a l ouest il y avait des calculs sournois, perfides et meme laches…. oui on avait eu notre independance et on l avait feté le temps dune fetes qui meritait quand meme d etre « savourée »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici