Pan o Palo ( le pain ou le bâton).

1
250

Abdel Adel

 Cette formule est celle d’un dictateur mexicain du nom de José de la Cruz Porfitio Diaz Mori qui prit le pouvoir en 1884 pour y rester pendant 27 ans. En réunissant son gouvernement, il a dit: « voici mon système de gouvernement.je donnerai du pain à tous les citoyens, mais si quelqu’un demande autre chose que du pain, je lui taperai sur la tête avec ce bâton ».

Cette franche alternative a été reprise par tous les dictateurs, pour œuvrer à améliorer les conditions de vie des masses, en même temps qu’ils écrasaient sans pitié et sauvagement toute opposition politique. Voilà pourquoi, certains d’entre nous magnifient encore le règne de feu Boumedienne en le qualifiant de: « l’âge d’or de l’Algérie ». Travaille ou fais semblant de travailler, mange, dort et ferme ta gueule. Ceux parmi nous qui sont surpris par l’attitude de neutralité, d’allégeance ou carrément de soumission à la dictature, oublient ou ne savent pas que la majorité silencieuse constituée de « bons citoyens » connus chez nous sous le sobriquet: « h’chicha talba m’3icha »,ne sont pas opposés à la dictature par principe et qu’ils la rejettent seulement si elle tourne mal et nuit à leurs intérêts.

Tant que leurs conditions de vie s’amélioraient à l’ombre de la dictature ,les moyens pour s’enrichir même illicitement existaient ,les offres d’emplois augmentaient ,l’éducation et les soins de santé accessibles gratuitement ou à moindres coûts et tant qu’elle ne sévissait que contre « les autres », alors la plus part laissaient et laissent faire pour ne pas dire, lui donnent leur appui et peuvent même devenir hostiles à ceux qui veulent en finir avec.

Cette frange de la population pour qui le pain est plus important que la liberté et la dignité, qui a peur de l’incertitude, d’avoir faim et surtout du bâton tétanisant, réalisera-t-elle enfin que la dictature militaire algérienne n’offre ni pain, ni soins, ni emplois, ni espoir ni avenir ? Le moment est venu pour elle de quitter sa zone grise et rejoindre le hirak pacifique afin de libérer notre pays de cette dictature militaro-mafieuse, car elle n’offre que ruine, pauvreté et la mort.

En 1992, la seule crainte des généraux criminels de perdre le pouvoir leur a suffit pour exterminer 1/4 de millions de citoyens et faire disparaître à jamais 25000 autres dont les charniers sont inconnus. A l’orée de 2021,ils ne pourront plus récidiver leurs crimes, malgré l’appui de puissances étrangères arabes et européennes, car l’anonymat n’est pas de mise, mais le risque réel est qu’ils sont prêts à céder toutes les richesses du pays pour rester au pouvoir. Cette dictature militaire prédatrice est incapable d’offrir des solutions pour résoudre notre impasse multi dimensionnelle. le pain, le médicament et l’emploi deviendront une simple vision de l’esprit et une illusion d’optique. L’unique chance de notre pays est de reprendre notre révolution immédiatement et sans tarder.

« La dictature n’a pas de concurrent à sa taille, tant que le peuple ne relève pas le défi ».La balle est dans notre camp.

1 COMMENTAIRE

  1. Je pense plutôt que la balle est dans le camps de l’opposition , celle qui est censé prendre le règne du pouvoir demain après le départ du gang. Dans le camp de ces militaires qui demain nous dirons nous sommes probes et on n’a pas fait partie du gang . Dans le camps de tous ces cadres et compétences qui solliciterons leur aides pour la reconstruction d’une nouvelle République

    Ne culpabilisons pas ce peuple, il a été à l’origine du Hirak , hélas sans aucune structuration certain penser réussir à flouer nos services. Ce fut une erreur ,en ayant peur d’être décapiter avec l’émergence de leaders du Hirak…Or ces têtes étaient connus de tous et furent harceler, infimider juger et incarcérer abusivement, du défunt Bouraggaa , a Tabou,. Boumala, Nekkaz , Aldjet, Laalami, Douadji ….Tous ces détenues hommes, femmes , jeunes et vieux , malades ou sains qu’on ne peut citer. Ils ont donner le meilleurs d’eux mêmes sans jamais avoir accepter de parler au noms du Hirak , alors qu’ils sont les dignes représentants de ce mouvement populaires.
    Que ceux et celles qui sont libres prennent la décision de créer une coordination , mieux vaut tard que jamais , ils auront le soutien du peuple , je m’adresse à tous ces activistes qui animent des sites, des pages FB, des Blog, des pages sur youtubes , twitter de l’intérieur ou de l’extérieur ..

    C’est le moment de créer un front uni , le Hirak n’a ni la logistique ni la structuration nécessaire pour le faire et de face aux exactions et injustice des services. Les jeunes préfèrent le risque de la Harga à celui de la lutte pacifique ou armée contre leurs frères de sang des appareils sécuritaires. La philosophie de Hicha talba m3icha , je la comprend et je la pratique a quoi bon de se sacrifier et de faire de la prison alors qu’il n’y a aucune structure qui me représente à part le terme de Hirak dont nous partageons tous les idées , mais hélas c’est pas tout le monde qui partagent la souffrance de ceux qui croupissent dans les geôles du gang . Une souffrance réelle que les écrits de solidarité ne règlent point.

    La Balle est dans le camps de l’opposition et des activistes qui œuvrent a visage découvert … Il les ont fait un choix ,qu’ils assument leurs responsabilités à fond. Nous les soutiendrons et nous lutterons a leur côté pour le même idéale , jusqu’à preuve du contraire, le peuple est livré a lui même. Alors il ne faut pas se voiler la face et ne nous demander pas de nous jeter dans la gueule du loup en rang dispersés.
    D’ailleurs les marches de dizaine de personnes ne devraient pas avoir lieu, car elle ont un effet contraire sur l’image du Hirak , des images de faiblesse et de disparition …alors qu’il s’agit d’une trêve a cause de la pandémie des images que le gang fructifie pour nuir au Hirak …Qui peut parler au non du Hirak pour redorer notre image …le peuple ou ceux que j’ai citer plus haut a bon entendeur Salem

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici