ILS N’ONT RIEN COMPRIS CES MALHEUREUX

0
363

  Abdellah CHEBBAH                     Jan. 2021

Ce qui est extravagant, délirant, épouvantable, dans la situation que vit l’Algérie, c’est de sentir à quel point l’équipage supposé piloter le navire est sous l’emprise de la bêtise, l’inculture, la crétinerie,  le mensonge, le ridicule, l’esbroufe. Il feint de ne rien comprendre et de ne rien entendre et pourtant le message est assez clair.

Ces dirigeants, ces conseillers, ces cinéastes de la politique, ces médias de pacotille, bref, tous ce qui, de fait, trace la ligne du pays sont-ils atteints d’une surdité profonde ou d’un malaise neurologique?

Au fond du problème : ils sont convaincus d’être une élite supérieure chargée de mener à la baguette le troupeau des sans dents, de ces gens réfractaires ou ceux qui ne sont rien. Dès lors, pour compenser leurs erreurs et leurs fautes, ils ont opté pour la politique de l’opium et du bâton. Et ils continuent, s’enferrent dans cette logique démente et burlesque en même temps, manifestant ainsi un niveau d’aveuglement et de déconnexion qui n’a guère de précédent depuis plus de trois décennies, poussant à l’effondrement de toute une société dans le déshonneur, la médiocrité, la folie, l’absurde et à  l’anéantissement de la dignité et des libertés en voulant faire vivre tout un peuple dans une prison à ciel ouvert où même les chuchotements sont interdits.

De quoi se mêle-t-il ce citoyen qu’on appauvrit, qu’on réduit à la misère, qu’on pousse à l’exil, qu’on emprisonne pour sa révolte, qu’on refuse de soigner, qu’on réduit à une serpillière? En quoi les vas et viens de ces dirigeants, leurs procès, leurs ports de masques, leurs démêlés avec une justice corrompue les concerne-t-il, lui qui n’arrive pas à joindre les deux bouts? Pourquoi doit-il croire à des dirigeants qui ne lui veulent que du mal, lui qui leur prête allégeance? Pourquoi croit-il à tous ces politicards qui lui font miroiter le sac de lait et le sac de semoule?

Tout simplement parce qu’il refuse le sacrifice.  Il a adopté la logique de la baguette: si tu ne fais pas, tu seras châtié.

Nous vivons en ce moment le drame de la crétinisation poussé à son paroxysme. Depuis le début, ils n’ont pas compris que la politique de la baguette ne fait qu’aggraver les problèmes.

Dans cette poursuite de l’imbécilité et de la bêtise, le hirak perdra de sa vocation et s’éloignera de ses objectifs. Il se dissoudra dans l’énormité de la bêtise.

En maniant la baguette et la menace, ces dirigeants ne font qu’amplifier la crise de confiance et la défiance. La parole et la sagesse, seules voies de sortie possibles à la crise, sont noyées dans le mépris et l’autoritarisme d’une bande de crétins incultes qui ne sont même plus capables de faire la part des choses entre les valeurs de la démocratie et les méthodes d’une société totalitaire, fascisante, qu’ils préconisent sans vergogne et surtout, sans même s’en rendre compte. Ils refusent d’admettre qu’ils se sont trompés sur tout.  Ils ont saccagé l’économie du pays et la société algérienne par leurs tergiversations et leurs volte-face. Et ces imbéciles, droits dans leurs bottes, continuent comme si rien ne s’était passé.  

Mais non, les inquiétudes légitimes qu’ils suscitent dans une population échaudée par les mensonges et les fautes de sa classe dirigeante, depuis presque dix ans, vont donner lieu à une nouvelle flopée de menaces, de moqueries, d’insultes et de mépris. En cours, l’invention d’une nouvelle catégorie diabolique de dirigeants: ‘’les têtes à claques’’.

Le malheur algérien, aujourd’hui, c’est la vertigineuse bêtise de la classe dominante, militari-politico-médiatique, fruit d’une demi-siècle de crétinisation. On ne peut sauver l’Algérie que par la confiance d’un peuple et le recours à la sagesse collective. Cette sagesse existe à condition d’en finir avec le despotisme du mépris et de savoir gagner la confiance.

On aura tout essayé, sauf ce qui avait une chance de marcher: la parole, l’explication, la confiance et l’appel à la sagesse.

Et, il serait bien trop tard désormais, si cela continue.

                   ‘’ L’homme est de glace aux vérités, il est de feu pour le mensonge’’ 

                                                                  ( La Fontaine ).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici