A LA RECHERCHE D’UNE CRÉDIBILITÉ ET D’UNE LÉGITIMITÉ A TRAVERS LA RÉPRESSION ET L’IMPROVISATION

2
351

  Abdellah CHEBBAH               Mai, 2021

Le pouvoir illégitime pense, dans son délire, avoir plus que quiconque l’autorité de changer la vie des Algériens en imposant son diktat et sa feuille de route qui ne pourra pas venir à bout d’une révolution.

Il est insensé voire même ridicule d’imposer des élections à un peuple que l’on emprisonne, matraque et humilie.

Il est complètement absurde de vouloir faire accepter, encore une fois, un scrutin dont lui seul a les clés et dont les Algériens rejettent  totalement, dans l’unique but est de noyer le hirak.

Le pouvoir Algérien incarné par des hauts gradés de l’armée est dans une logique de défense. Le ministère de la défense nationale, comme son nom l’indique, voit l’ennemi partout même au sein de son peuple qui, pourtant, mène uniquement une révolution pacifique qui a pour but de changer un système de gouvernance qui n’arrive pas à satisfaire les revendications des citoyens depuis longue date. Cette main étrangère que ce pouvoir voit partout et agite, même au-delà des frontières, est une pure machination que l’on veut faire admettre à tout prix dans le but de semer la peur et la terreur au sein des nombreuses franges du peuple les plus démunies et les plus fragiles qui vivent au jour le jour pour les dissuader d’un quelconque changement.

Ce pouvoir est à la recherche d’une légitimité que la rue lui conteste. Le hirak est exceptionnel par sa longévité. Une nouvelle vague de constations prend assise à l’approche des prochaines élections. Les pompiers, les universitaires, l’éducation les postes et télécommunication, les médecins sont déjà dans un mouvement qui pourrait mener à des grèves. La situation devient tendue.

L’enjeu du pouvoir est d’instrumentaliser toute élection pour se remaquiller et retrouver une certaine crédibilité et légitimité. Il réussit toujours à imposer son calendrier mais n’arrive toujours pas à se relégitimer. Il a échoué sur les trois axes de légitimité, la rente pétrolière dont il n’arrive pas à relever l’économie du pays, le combat de l’indépendance dont il se dit héritier et l’instrumentalisation du religieux, du politico religieux dont la justice s’implique par des verdicts dont elle n’a aucune expertise ni compétence.

L’inquiétude est profonde au sein du pouvoir. Les prochaines élections législatives seront encore une fois boycottées ce qui ne l’arrangerait pas car la loi des finances complémentaire ne sera pas votée et ainsi le budget de l’état ne sera pas bouclé devant les conflits et les contestations et colères du peuple, qui vont crescendo.

Cette élection est trop bien risquée pour le pouvoir car il s’agit d’un boycott total et non d’un taux d’abstention au niveau du peuple. Le simulacre et la mascarade ne prendront plus.

Ce pouvoir doit comprendre qu’une page importante a été tourné en Algérie. Il faudrait qu’il admette qu’il faudrait trouver une issue politique à la fois du côté du hirak et du pouvoir pour sortir de cette situation de blocage et de crise politiques.

Des propositions pacifiques et réfléchies ont été formulées pour permettre au peuple de se réapproprier le pouvoir qui a été confisqué depuis l’indépendance par un groupuscule de malfaiteurs et de faux dévots qui ont semé le mal aux niveaux de toutes les institutions de l’état par l’improvisation, l’incompétence, la corruption, les mensonges et les fourberies. Tout cela devrait cesser immédiatement si nous tenons encore à ce pays.

C’est la triste et vraie réalité qui s’affiche devant tout le monde. On ne peut plus la dissimuler.  

2 Commentaires

  1. Tout à fait d’accords Mr@ Chebbah. Cependant, le délire n’est pas que du côté du « gang des généraux » qu’on comprend aisément, car ils seront les grands perdants en cas d’aboutissement d’un vrai changement du système. Mais c’est le délire de ce beau monde qui gravite autour et que j’essayerais de comprendre à défaut de les faire raisonner à renoncer à leur vil agissement pire que ceux du gang.

    1- Ces policiers qui se voient comme les sauveurs de l’état الدولة. Métamorphoser en matraques ambulantes qui n’obéissent qu’à l’ordre de leurs maîtres. Ni leurs consciences, ni leurs familles, ni leurs amis n’arrivent à les raisonner. Ils n’ont plus froid aux yeux, ils savent qu’ils peuvent agir en toute impunité. Aucune justice ni divine ni terrestre ne les impressionne, sachant qu’ils sont sous la protection ni la tutelle du « gang des généraux ». Le beau délire eux qui deviennent les maîtres des lieux lors de ces moments de violence, ils délirent en tabassant des innocents, pacifiques désarmés, des vieux et moins jeunes, des étudiants, des pompiers, des enseignants, des médecins, tous citoyens qu’ils retrouvent lors de leurs descentes mesquines. Dans ce délire, ils se voient comme les gardiens du temple pour oublier leurs états d’esclaves réelles subissant les violences verbales de leurs supérieurs à longueur d’années. Eux qui surveillent comme des chiens le passage des cortèges de leur Chwaker sous un soleil de plomb ou de pluies diluviennes. Le slogan au service du citoyen qu’il le change, car ils sont et seront au service du gang, le peuple ne vous le pardonnera jamais.

    2- Ces magistrats du téléphone dignes représentants d’une injustice sans délire tel l’incarcération de leur ministre de la Justice le Tayeb Louh, Ouyahia Sellal Ould abbes. Ces mêmes magistrats qui condamnent Tewfik, Nezzar pour vingt ans de prison par appel téléphonique et qui ne disent rien lorsqu’il revient au pays avec un avion présidentiel, je délire ou quoi ? Drôle de délire, quand on sépare un enfant de sa mère et quand on incarcère ceux qui ont diffusé l’abus sexuel sur cet enfant. C’est plus que du délire, mais de la jouissance quand ils répondent au téléphone du générale Wassini qu’ils dégradent aujourd’hui en simple soldat par un autre coup de fil. Lâches et serviles à ce point. Symbole de la Hogra à visage découvert. Les vents tourneront et ce peuple vous remettra des téléphones en plastiques et vous serez incarcéré et ce ne sera point de la Hogra.

    3- Le délire des journalistes des quotidiens nationaux et chaines TV publiques et étatiques qui vient dans dans un monde onirique fait de complot terroriste, d’intrigue séparatiste en occultant le monde réel chimérique du « gang des généraux ». Délirer encore et encore, ce sera bientôt la fin du générique.

    4- les vrais opportunistes, ces candidats sans scrupules, qui ont tourné le dos à l’histoire et au peuple parmi eux de simples citoyens et plus grave des Broufiisours et Douctours qui se prennent pour une vraie élite et y font leur campagne. Une campagne qui montre le visage hideux de ces opportunistes qui gravitent autour du « gang » dans le seul espoir de se remplir les poches et d’assurer une nouvelle rente avec un salire de députés et de faire des affaires avec cette fonction tant convoitée et que les Algériens ont baptisés par الحفافات les coiffeuses des opportunistes qui sont prêt à lever leur main et jambe. Ils représentent tous sauf leur peuple.

    À tous ces opportunistes et au gang des généraux, je dirais que les élections même s’ils auront lieu, n’auront aucune légitimité, car plus rejeter que ceux de Teboune. Pour preuve ce dernier scrutin ne fait pas l’unanimité au sein du « gang des généraux », et même Tewfik s’en démarque et fait tout pour le capoter d’autant plus que la campagne prend allure d’une mascarade plus importante que ces précédentes, avec des discours hors du temps.

    Le peuple et le Hirak sont indétrônables ou sont les Benbella Boumediéne Boutelika ? Où sont les Belkhir, Touati, Smain … ? Où sont les Chentouf, Belqsir …? Ou sont Wassini, Qaidi , Ghriss Tartag…? Où sont les Gaid Salah , Soab…? Alors patience que peuvent faire où iront les Tewfik et Nezzar ?
    لكل موسى فرعون et pour le « gang des généraux » et pour la France le peuple algérien et le Hirak sera leur Moise, dites-vous bien qu’on s’approche de la mer et qu’il n’a y aura qu’ un seul miracle votre débâcle et ce ne sera point un délire car la diaspora et les Algériens de l’intérieur sont décider à vous évincer.

    Méditer sur votre sort au lieu de délirer ; il est déjà trop tard pour vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici