VICTIME DE L’IGNORANCE OU DE LA PRÉMÉDITATION.À QUI PROFITE CE CRIME?

0
528

   Abdellah CHEBBAH                                                      Août, 2021

En ce début du mois d’août, la chaleur a atteint, un peu partout dans le monde, des pics de 40 degrés et plus. Les pays du bassin méditerranéen tels que la Grèce, la Turquie, l’Italie et l’Algérie, en particulier, en ont grandement souffert puisque des foyers d’incendies de grande envergure se sont déclarés. La planète entière brûle. Le climat est à l’ordre du jour.  Il y aurait 150 000 feux de forêt qui ont touché les cinq continents dans des régions arides et semi arides. (voir carte ci-dessous).

La terre a donc brûlé et brûle encore en Algérie, à l’Est du pays, particulièrement en Kabylie et dans les Aurès, régions montagneuses. Les foyers d’incendie se chiffrent en centaines, répartis sur une superficie avoisinant les 20 000 Km2. Le nombre de morts est évalué à plus d’une centaine et de blessés 700. On ne peut donc pas conclure que c’est un acte criminel d’un être humain comme on veut bien le faire croire. Cette piste est définitivement à écarter.

D’emblée, le ministre de l’intérieur du gouvernement Tebboune a rapidement conclu que c’est un acte criminel de la main de l’homme; un pyromane.

Dans quel intérêt ?

Là se posent alors, plusieurs questions. En premier lieu aux hommes et aux femmes, avocats, juges, procureurs, magistrats, à tous ceux qui portent une toge noire et qui ont prêté serment.

1. Avant tout, la célérité de réponse de ce ministre incompétent, bien avant le crime commis sur Djamel  Bensmail.

2. La confirmation du président Tebboune, de l’acte criminel, aussitôt après.

2. Une jeune et innocente victime toute désignée jetée en pâture à la  foule. (lire le livre de Gustave Le Bon : ‘’ Psychologie des foules’’).

 3. La réaction lente et complice des services de police.

4. La présence de carburant dans un endroit déjà en flamme.

5. L’idée de cramer une personne et non de le remettre aux autorités. (lire le livre de Jean Teulé: ‘’Mangez-le, si vous voulez’’).

Autant de questions que devraient se poser notre pitoyable ‘’justice’’.

Tout le monde sait qu’il y a des règlements de compte en haute sphère. Des généraux, des ministres, de hauts responsables sont emprisonnés depuis la chute de Bouteflika. Ce n’est plus un secret pour quiconque. Il n’y a pas un jour sans qu’une personnalité politique ou un bouc émissaire d’un camp ou de l’autre soit emprisonné.  

Par conséquent, d’une pierre deux coups. À travers ce crime, il fallait, d’un, casser le hirak en divisant le peuple et de deux, condamner l’autre clan. C’est aussi claire que l’eau de roches. Malheureusement, nous ne connaîtrons jamais les vrais commanditaires.

Le peuple, lucide, a aussitôt répondu par la solidarité, l’union et la fraternité. D’Est en Ouest, du Sud au Nord des Algériens de toutes les contrées sont venus, avec vivres, médicaments et aides nécessaires pour venir à bout des feux. Certains d’entre eux ont sacrifié leur vie. (Allah Yerhamhoum).

En revanche, la face cachée du pouvoir s’est contentée d’admirer le sinistre et de refuser toute aide venant de l’étranger, même bénigne, elle demeurera pour eux toujours ‘’une main étrangère’’. Le diable n’aurait pas agi ainsi.  

Notre Algérie constamment bercée par des mensonges et des rumeurs est devenue le refuge de criminels qui n’ont que mépris et haine dans leur âme pour un peuple et un pays à bout de souffle.

“La rumeur pousse comme une mauvaise herbe après un incendie de forêt.” “Il faut éteindre la démesure plus encore que l’incendie.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici