FRANCE-ALGÉRIE : CRISE DIPLOMATIQUE OU JEUX DE RÔLES ?

2
643
Abbes Hamadene

 Dans une déclaration récente et pour le moins inhabituelle, Macron a tenu des propos hostiles à l’égard du système algérien qu’il a qualifié de « politico-militaire », « fatigué » et d’autres propos jamais tenus auparavant par un Président français. En réponse, le pouvoir algérien a qualifié ces propos « d’ingérence inadmissible dans ses affaires intérieures ». Rappelons alors qu’il y a quelques mois, ce même Macron avait apporté publiquement son soutien total à Tebboune. À l’époque, le pouvoir algérien n’avait évidemment pas parlé d’ingérence !La »crise diplomatique » provoquée par cette sortie est-elle annonciatrice d’une détérioration durable des relations entre les deux pays ou serait-elle artificiellement exagérée pour des raisons purement politiciennes ?

LA FRANCE : SOUTIEN ET SAUVEUR DU RÉGIME ALGÉRIEN

La France a toujours été la bouée de sauvetage pour le régime algérien. Elle est son meilleur soutien, notamment au sein de l’Union européenne et des institutions internationales. Sans elle, le système politico-militaire se serait effondré depuis très longtemps. Outre son indéfectible soutien diplomatique, la France favorise, dans ses échanges économiques avec le pouvoir algérien, des rapports fonctionnant selon un schéma propice aux détournements de l’argent du peuple.

LA FRANCE TERRE DE BLANCHIMENT DE L’ARGENT SALE DES DIRIGEANTS ALGÉRIENS

La France a été depuis toujours une terre d’accueil privilégiée pour le blanchiment de l’argent détourné par les dirigeants algériens. Des généraux, des anciens ministres ou responsables politiques algériens ont acquis, pour eux et leurs familles, des appartements, villas et résidences luxueuses dans les quartiers les plus huppés de Paris et autres villes françaises. Les autorités françaises n’ont jamais voulu les interroger sur l’origine des sommes colossales, comme l’exigerait les lois de lutte contre le blanchiment d’argent. Notaires, élus, architectes, sociétés immobilières, banquiers, hommes d’affaires, tous ferment les yeux ou plutôt les maintiennent rivés sur les gros chèques.Tout un chacun sait pourtant que cet argent sale viendrait du Trésor public algérien et serait dilapidé grâce à des techniques de détournement d’argent les plus usités : pots-de-vin versés pour l’obtention de marchés publics, rétro-commissions, sociétés offshore, paradis fiscaux…Les documents publiés en 2016 dans le cadre du scandale « Panamas papers» concernant les dirigeants algériens constituent une belle illustration sur le fonctionnement des méthodes employées pour le détournement de l’argent du peuple algérien.

LES NUITS PARISIENNES DES ENFANTS DES DIRIGEANTS ALGERIENS

Paris est la destination préférée des enfants des généraux et dirigeants algériens. Il mènent grand train dans les commerces luxueux de ses beaux quartiers et dans ses imposants palaces. Ils organisent fréquemment des fêtes outrancières et des soirées jet-set avec amis mondains et courtisans, dans leurs propriétés mal acquises lorsqu’ils ne font pas la tournée des boîtes parisiennes les plus branchées. Ils ne rechignent devant aucune dépense pour satisfaire leurs caprices les plus vils et leurs lubies les plus folles. Pendant que les dirigeants algériens et leurs familles flambent l’argent du peuple, des millions d’Algériens vivent dans la misère galopante, privés de soins médicaux dignes de ce nom, d’eau courante, de lait et de liberté.

ALORS, CRISE DIPLOMATIQUE DURABLE OU VRAIE FAUSSE QUERELLE ?

Difficile de croire à une crise sérieuse et durable, lorsque l’on connaît le passif lourd que constituent les complicités douteuses entre les deux Etats. Une relation dans laquelle l’État français exerce une sorte de tutelle sur le régime algérien. On aurait crié à une crise diplomatique si l’Etat français avait ordonné l’ouverture d’enquêtes concernant les biens mal acquis des dirigeants algériens situés sur le sol français. On aurait crié à la crise diplomatique, si le gouvernement français cessaitde couvrir les graves violations des droits de l’homme par le pouvoir algérien. Le reste relève de la pure diversion au profit du pouvoir algérien et de la gesticulation politicienne à des fins électoralistes du côté de Macron.

2 Commentaires

  1. Pourtant le Macron continu de couvrir d’éloge le président Teboune (avant durant et après cette pseudo-crise) ? Il sait pertinement que Teboune ne fut jamais élu par le peuple, mais, imposé par le gang des généraux, par transitivité Macron encourage ceux qui ont intronisé ce président docile et impotent (sur le plan psychique) et les féllicitent d’avoir choisi un président dont l’ Alacrité rappelle celle de son prédecesseur.

    En réalité, les éloges de Macron signent la fin de Teboune, c’est un feu vert pour le gang afin de se débarasser de ce dernier, sa fin et sa disparition ne peut être est qu’imminente, les éloges de Macron sont l’équivalent d’un baiser de la mort.

    Et si coup de gueule il y a, il n’est point destiné au gang, mais, à un général en particulier c’est-à-dire à leur poulain Kaidi (qui fut présent avec Gaid lors du séjours au « val de grâce ». Ce génèral que FaFa préparait à la succession de Chengriha). Le Kadi, joue-t-il à la double face au Mali entre le FSB et la DST ? La visite de Ramtane à Bamako et la réception de quatre hélicos russe par le gouvernement malien semblent confirmer cette thèse. Malgré leurs querelles les généraux du gang et Macron ont fait de l’ombre au 05 octobre et un éventuel retour du Hirak. Une chose est sûre ce mois d’octobre sera chaud et il n’y aura qu’un seul vainqueur, le Hirak, les généraux Pro-russes ou les Ouled-franca ? Faites vos paris , ne misez surtout pas sur les deux tocards.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici