MACRON, LA QUESTION MÉMORIELLE ET LE MASSACRE DU 17 OCTOBRE 1961

1
844
Abbes Hamadene

Mr Macron, dénonce l’exploitation de la « rente mémorielle » par le pouvoir politico-militaire algérien. Faut-il lui rappeler que nous n’avons pas attendu sa sortie médiatique pour le savoir ?Serait-il pour autant indemne de tout reproche sur la question mémorielle, notamment celle concernant la colonisation de l’Algérie ?

Malheureusement, il s’est très peu démarqué de ses prédécesseurs. Il a continué, comme eux, à se réfugier derrière des généralités sur les maux de la colonisation dans des termes visant certainement à atténuer ou escamoter les responsabilités de la France. Une telle attitude contribue largement à maintenir une grande partie de la société française bloquée dans une mémoire refoulée lorsqu’il s’agit de son histoire coloniale en Algérie.

Oui, il est vrai qu’en 2018, Macron avait reconnu au nom de la République française, que Maurice Audin avait été enlevé, séquestré, torturé puis éliminé par l’armée française. Il est aussi vrai qu’en mars 2021, il avait reconnu également que l’avocat nationaliste Ali Boumendjel avaitbien été torturé et assassiné par l’armée française en 1957.C’est bien peu, eu égard aux dizaines de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité perpétrés par le colonialisme français en Algérie, entre 1830 et 1962.

Crime contre l’humanité comme Macron avait lui-même qualifié la colonisation de l’Algérie, c’était en février 2017 pendant sa campagne électorale. Mr Macron veut s’ériger en donneur de leçons sur la question mémorielle, alors qu’il a peu fait pour mettre un terme au mépris de son pays envers ceux qu’il a colonisés, massacrés, pillés pendant 132 ans.Autrement, pourquoi, par exemple, refuse t-il toujours de reconnaître officiellement le massacre des dizaines d’Algériens par l’État français le 17 octobre 1961

Pourquoi refuse t-il de garantir la liberté d’accès à toutes les archives permettant de faire la vérité sur ce crime d’État ?Si le pouvoir politico-militaire algérien utilise la « rente mémorielle » à des fins d’autolégitimation, Mr Macron semble utiliser la « question mémorielle » à des fins électoralistes.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici