Algérie assoiffée : Une nation riche en pétrole, perdue dans le désert de ses priorités

1
388

Introduction
L’Algérie, une nation riche en pétrole et en gaz, se trouve paradoxalement assoiffée. La crise de l’eau du pays est un combat quotidien pour ses habitants, pourtant le régime algérien semble focalisé sur des conflits externes, notamment la question du Sahara marocain et le soutien au Front Polisario. Cette priorité mal placée détourne l’attention des problèmes domestiques aigus et insupportables. Les richesses pétrolières et gazières, au lieu d’atténuer ces difficultés internes, sont gaspillées dans des projets sans rapport avec les besoins du peuple. Cet article explore les complexités de la situation critique de l’eau en Algérie, les priorités du gouvernement et la mauvaise gestion de ses ressources naturelles substantielles.

Contexte historique
La relation de l’Algérie avec l’eau a toujours été semée d’embûches. Historiquement, le climat aride et les conditions géographiques du pays ont fait de l’eau une denrée précieuse. Les civilisations anciennes de la région ont ingénieusement mis en place des méthodes pour capter et conserver l’eau, pourtant l’Algérie moderne semble régresser dans ce domaine. Le conflit du Sahara, enraciné dans le processus de décolonisation du 20ème siècle, reste une épine dans le flanc de la politique algérienne. Bien que la libération du Sahara occidental soit une cause noble, l’importance accordée à ce conflit externe éclipse souvent les problèmes internes pressants comme la rareté de l’eau.

État actuel de la crise de l’eau
Aujourd’hui, la crise de l’eau en Algérie est flagrante. Le pays est l’un des plus touchés par la pénurie d’eau au monde. Selon des statistiques récentes, la disponibilité d’eau par habitant a chuté de manière drastique, plaçant une pression sévère sur la vie quotidienne. Dans les centres urbains comme Alger et Oran, les coupures d’eau sont courantes, forçant les résidents à dépendre de bouteilles d’eau coûteuses ou à attendre longtemps les livraisons par camions-citernes. Les zones rurales sont encore plus mal loties, certaines régions ne recevant de l’eau que quelques fois par mois. Cette rareté affecte l’agriculture, l’hygiène et la santé globale, exacerbant la pauvreté et l’instabilité.

La réponse du gouvernement algérien a été timide au mieux. Bien que quelques usines de dessalement aient été construites, elles sont loin de répondre aux besoins du pays. La mauvaise gestion est évidente dans le mauvais entretien des infrastructures existantes, entraînant des pertes importantes à cause de fuites et d’inefficacités. L’absence d’une stratégie nationale cohérente sur l’eau aggrave la crise, laissant des millions de personnes dans un état de sécheresse perpétuelle.

Priorités mal placées du gouvernement
Au lieu de donner la priorité à la crise de l’eau, le gouvernement algérien reste empêtré dans le conflit du Sahara. D’importantes ressources sont détournées pour soutenir le Front Polisario, une organisation prônant l’indépendance du Sahara occidental sous contrôle marocain. Ce conflit a drainé non seulement des ressources financières, mais aussi l’attention politique et les efforts diplomatiques qui pourraient autrement être dirigés vers l’amélioration des conditions domestiques.

Les fonds alloués à la question du Sahara pourraient transformer l’infrastructure de l’eau de l’Algérie. Au lieu de cela, des milliards sont dépensés dans une impasse géopolitique. Cette allocation de ressources révèle une déconnexion flagrante entre les actions du gouvernement et les besoins urgents de sa population. Tandis que le régime présente ce combat comme une lutte pour la justice et l’autodétermination, pour beaucoup d’Algériens, il représente une répartition des priorités mal placée.

Mauvaise gestion économique
Les vastes revenus pétroliers et gaziers de l’Algérie devraient être une aubaine pour la nation. Pourtant, ces fonds sont souvent siphonnés dans des projets qui servent les intérêts de quelques-uns plutôt que le bien commun. La corruption est endémique, avec une partie significative des revenus pétroliers disparaissant dans les poches des officiels et de leurs proches. Cette mauvaise gestion économique s’étend à divers secteurs, avec des projets grandioses lancés avec beaucoup de fanfare, mais peu de bénéfices tangibles pour l’Algérien moyen.

Un exemple frappant est la construction de bâtiments gouvernementaux somptueux et des dépenses militaires qui ne font rien pour atténuer les luttes quotidiennes du peuple. Tandis que des milliards sont injectés dans ces entreprises, des services essentiels comme l’approvisionnement en eau, la santé et l’éducation sont gravement sous-financés. Le décalage entre la richesse du pays et les conditions de vie de ses citoyens est frappant, alimentant le mécontentement et les protestations.

Impact sur la société algérienne
L’impact sociétal de ces échecs gouvernementaux est profond. Le mécontentement public est en hausse, avec des manifestations fréquentes mettant en lumière la frustration des gens face à la détérioration de leurs conditions de vie. Le manque de nécessités de base comme l’eau exacerbe le sentiment d’injustice et de négligence ressenti par de nombreux Algériens. Ce mécontentement est alimenté par la richesse visible de l’élite, créant un écart croissant entre les riches et les pauvres.

La lutte quotidienne pour l’eau est devenue un symbole des échecs systémiques plus larges. Ce n’est pas seulement une question d’infrastructure, mais de gouvernance, de priorités et de contrat social fondamental entre l’État et ses citoyens. À mesure que la crise de l’eau s’aggrave, elle souligne le besoin urgent d’un changement de focus gouvernemental et de redirection des ressources pour répondre aux besoins essentiels de la population.

Solutions potentielles et recommandations
Pour résoudre la crise de l’eau en Algérie, une approche multiparité est nécessaire. Tout d’abord, le gouvernement doit prioriser le développement et l’entretien des infrastructures hydrauliques. Cela inclut la réparation des systèmes existants pour réduire les fuites, l’expansion des usines de dessalement et l’investissement dans des pratiques de gestion durable de l’eau.

Rediriger les fonds du conflit saharien vers les problèmes domestiques pourrait fournir les ressources financières nécessaires. Le gouvernement devrait également solliciter l’aide internationale et l’expertise en gestion de l’eau. Des organisations comme la Banque mondiale et diverses ONG ont l’expérience et les ressources pour aider à mettre en œuvre des stratégies efficaces de gestion de l’eau.

La transparence et la responsabilité sont cruciales. Établir des organes indépendants pour superviser l’allocation et l’utilisation des revenus pétroliers et gaziers peut aider à limiter la corruption et à garantir que les fonds sont utilisés pour le bien public. L’engagement public et l’implication communautaire dans les décisions de gestion de l’eau peuvent également conduire à des résultats plus efficaces et durables.

De plus, la coopération régionale est essentielle. Travailler avec les pays voisins sur les ressources et politiques hydrauliques partagées peut offrir des solutions plus globales au problème de la rareté de l’eau. Cette approche régionale pourrait également contribuer à apaiser les tensions géopolitiques, permettant au gouvernement de se concentrer davantage sur le bien-être national.

Conclusion
L’Algérie se trouve à la croisée des chemins. Le contraste frappant entre les priorités du gouvernement et les besoins pressants de son peuple est intenable. La crise de l’eau en cours est un témoignage quotidien des problèmes de gouvernance, de mauvaise gestion économique et de priorités mal placées. Il est impératif que le régime algérien oriente son attention et ses ressources vers la résolution des besoins urgents de ses citoyens. Seul un effort concerté, une transparence accrue et un réalignement des priorités peuvent offrir à l’Algérie un avenir durable et prospère. La communauté internationale a également un rôle à jouer, en soutenant l’Algérie dans ses défis et en veillant à ce que la richesse du pays profite à tous ses citoyens, et non à une poignée de privilégiés.

Khaled Boulaziz

1 COMMENTAIRE

  1. pourquoi nous ne sommes pas rationnels. Arrêtez le gaspillage de l’eau pour laver les voitures. Dans chaque quartier des garages de lavage de voiture pullulent. quel gâchis. Du temps de Chadli l’Algérie importait deux produits ‘sous forme de canette. J’en achetais pour ma voiture, on passe une couche du premier produit pour nettoyer et ensuite une deuxième couche du 2ème produit pour faire briller, et le tour était joué à moindre frais pour le gaspillage de l’eau. Ne peut on pas produire cette marque en Algérie. pourquoi l’Espagne (dont ce produit est originaire et qui a ce problème de l’eau en Andalousie à trouver la solution et nos responsables ne réfléchissent pas sur cette nécessité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici