LE HIRAK A LE CHOIX : VAINCRE OU VAINCRE

1
293
Abbes Hamadene

Pour casser le Hirak et continuer à régner sur le pays, le pouvoir a engagé une véritable guerre psychologique contre le peuple avec des objectifs stratégiques et tactiques. En menant cette guerre, il mobilise des vieilles méthodes de police politique:

LA RÉPRESSION : les arrestations, les intimidations, la violence policière visent à faire peur, à abaisser le moral des Hirakistes pour les démobiliser. Elles visent également à montrer la force du pouvoir et pousser le plus grand nombre à croire à l’inutilité de leur combat face à un pouvoir prétendument invincible.
LA PROPAGANDE : des journaux, des chaînes de TV, des milliers de pages dans les réseaux sociaux sont mobilisés pour mener des campagnes de propagande en faveur de la politique du pouvoir. Pour le pouvoir, il y a une part considérable du peuple qu’il peut encore influencer pour reconstituer sa base sociale ébranlée par le Hirak.

LA DIVISION : Depuis plus d’un an, le Hirak a fait preuve d’une grande maturité politique et civique. Une maturité qui se traduit dans les manifestations par la mobilisation chaque semaine de centaines de milliers de personnes et la présence, côte à côte, de citoyennes et citoyens issus de toutes les couches sociales, de toutes les générations, de tous bords politiques.
Les Algériens ont commencé à apprendre à se parler, à se respecter et à s’accepter. L’union et la Silmiya sont devenus les deux atouts majeurs du Hirak.
Atouts pour le Hirak et cibles pour le pouvoir.
Sinon, comment pouvons nous expliquer autrement, ces polémiques répétées, exclusives et parfois extrêmement violentes qui se sont multipliées ces dernières semaines ?
Le débat politique est salutaire lorsqu’il ne participe pas à affaiblir le combat mené contre le système. Il est aussi utile et salutaire lorsqu’il permet d’avancer ensemble sur le chemin ascendant qui mène vers la liberté et la démocratie.

En mauvais élève, ce pouvoir défaillant, périmé, discrédité et incompétent ne veut pas comprendre que le Hirak s’est aguerri et s’est immunisé contre toutes ses manœuvres machiavéliques.
Le Hirak n’est pas un mouvement éphémère, il est l’expression d’une révolte profonde et d’une grande soif de liberté et de justice. En ce sens, il s’inscrit dans la continuité du temps historique, il poursuit le combat inachevé pour la libération du pays et du peuple. Il est porteur de la même espérance lumineuse pour laquelle se sont sacrifiés des centaines de milliers de martyrs.

1 COMMENTAIRE

  1. Amar Mokhnache
    4 min ·
    Partagé avec Vos amis
    C’est la nature du systeme que de tenter de preserver ses traditionels espaces d exploitation de la rente …il s est bien installé dans la duree et a reussi grace a fakhamatouhou de doter le pays d une constitution qui n offre a la societe que le devoir de voter sur les candidats de la majorite qu il a choisi…l etat actuel du pays n exprime que les choix successifs que ce systeme a mis en oeuvre en voulant entretenir et sa sa clientele et le pays….les ressources ne suffisent plus il doit s attendre a des revendications de tous les coins du pays et il doit aussi veiller a ce que ces propres equilibres ne fassent pas l objet de remise en cause que peut induire la contradiction des interets…..c est l instinct defensif habituel du systeme qui s agite et qui ne voit pas encore de ‘sortie » rassurante…..il tente bien sur de faire passer sa constitution et deploie deja ses moyens et ses majordomes…..Si hiers a l instar de zitouni qui voyait en boutef un rassoul ou hamraoui habib chaouki qui exprimait le voeux de mourrir avant lui ou bien sur les ouli abbes qui ne conjugait l avenir qu avec boutef nous ne tarderons pas bien sur de voir dans tres peu de temps une proliferation de nouveaux harkis de services qui nous chanterons les vertus des nouvelles politiques rentieres que l on va mettre en oeuvre…ce n est pas ca l espoir! l espoir c est de reproduire ces scenes qui ont reussi contre toute attente a faire sauter un cinquieme mandat qu une tres grande majorite de chauffeurs de bendir et de danseurs du ventre croyaient acquit…
    le hirak n a pas dit son dernier mot car il n a aucun choix : vaincre ou vaincre!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici