L’impasse algérienne.

0
1476

Par Marc Dugain

La chronique de Marc Dugain : l’impasse algérienne

Publié le 15 oct. 2021 à 6:02

https://www.lesechos.fr/

En France, par habitude, quand on a un problème, on monte une commission. C’est ce qu’on vient de faire à propos du complotisme, ce mal endémique qui crée entre nous et la vérité un écran opaque, au point d’ailleurs qu’on puisse anticiper que l’utilisation de son propre esprit critique devant toute vérité officielle sera bientôt considérée comme une conspiration. Le peuple, dont la parole s’est soi-disant libérée avec Internet, verrait des complots partout et la réponse toute trouvée, c’est évidemment de décider qu’il n’y en a nulle part.

Bref, dans ce contexte quelle n’a pas été ma surprise de voir Emmanuel Macron s’afficher sans vergogne comme le premier complotiste de France. En tout cas, c’est ainsi qu’il a été perçu par les autorités algériennes, stupéfaites de voir le président de la France se livrer à une reconstruction du réel qu’elles jugent évidemment outrageante. On peut essayer de les comprendre. Jusqu’ici tout ronronnait sur la base d’une fiction lénifiante. Le parti au pouvoir issu de l’indépendance gérait en bon père de famille une nation tranquille à l’ombre de la culpabilité reconnue et répétée de l’ancien colonisateur. On peut regretter la colonisation, la considérer comme un crime contre l’humanité sans toutefois perdre une certaine objectivité sur ce qu’est devenue l’Algérie, pays d’une richesse immense mis à sac par une clique militaro-politique kleptocrate qui, on peut le rajouter, n’a pas été pour rien dans le déclenchement des massacres des années 1990 par des agissements plus que troubles.

On peut également se demander comment un pays aussi riche compte une population aussi pauvre et aussi désireuse de fuir son pays pourtant indépendant. On a là une partie de la réponse à la tragédie migratoire au centre du débat politique chez nous. Parce que l’argent destiné à la conservation et à la distribution de l’eau s’est évaporé, l’Algérie est un des premiers pays à vivre le grand stress hydrique annoncé par le réchauffement climatique qui devrait une nouvelle fois précipiter sa jeunesse hors de ses frontières.

Soixante ans après l’indépendance, les Algériens ne sont pas parvenus à récupérer leur pays confisqué par une frange cupide et machiavélique. Comme toutes les pseudo-démocraties dictatoriales à bout de souffle, l’Algérie se doit de trouver des boucs émissaires à son malheur. Alors pourquoi pas l’ancien colonisateur ou son voisin le Maroc avec lequel elle aimerait bien ferrailler, histoire de distraire sa population des vrais responsables de sa détresse. Quand on est complotiste, on est content de partager sa soi-disant paranoïa avec d’autres, et quand c’est avec le président de la République on en est forcément très heureux. Pour les officiels algériens, dont on avait oublié que le régime est à gauche, cette forme de conspiration serait une manoeuvre du candidat Macron pour se repositionner à droite, comme s’il y avait besoin d’être de droite pour décrire une réalité. Mais attention, si les politiques renoncent à la langue de bois on va vivre un complot permanent.

Marc Dugain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici