LA SOUMISSION SPIRITUELLE DES PAYS ARABES À ERETZ ISRAËL : LA RELIGION ABRAHAMIQUE.

3
991

 » Et celui qui recherche en dehors de l’islam une autre religion, alors ne sera jamais accepté, et sera dans l’au-delà parmi les perdants. Coran (3,85)

Dans ses efforts continus pour ‘’unifier’’ les confessions de la foi chrétienne ainsi que d’autres religions, Le Capital ésotérique des Élites des ténèbres, et pour donner une dimension spirituelle à la grande soumission des pays arabes à Eretz Israël (Le Maroc en est le dernier), nous affabule d’une nouvelle religion : la religion abrahamique, une forme de « sagesse du monde » fondée sur les écritures issues des religions révélées monothéistes.

En réalité, cette nouvelle religion abrahamique est un almanach élitiste de la valeur commerçante; pensée et prophétisée par les adorateurs du veaux d’or. Elle est surtout dirigée contre l’Islam qui reste le dernier rempart contre l’usure et l’endettement, les sources de tous les maux exécrables qui rongent l’humanité.

La violence usurière occupe aujourd’hui le devant de la scène planétaire. Prétendre que l’usure ou l’endettement n’ont rien à voir avec le texte sacré, c’est refuser de reconnaître « l’élan libérateur qui est né avec le monothéisme ». Et ignorer qu’à l’origine, les trois religions judaïsme, christianisme et islam, partageaient ce même principe, ne permet que d’ostraciser une religion particulière pour mieux éluder la réalité que les deux autres se sont dévoyées de cet objectif.

Avec le dieu usure, les religions judéo-chrétiennes ont inventé une motivation de la violence qui leur est spécifique. En son nom elles ont commis plus de violence qu’aucune autre religion.

Pourtant la plupart des Occidentaux opposent à cette réalité indifférence ou déni, les violences ne seraient jamais religieuses, mais seulement politiques, elles ne résulteraient que d’une mauvaise interprétation des textes.

On les minimise par rapport aux deux grandes mondiales et aux massacres des régimes totalitaires.

D’ailleurs, les chantres et apôtres de l’usure n’ont-ils pas déclaré  « L’usure en elle-même n’est dans sa nature essentielle pas du tout contraire au droit naturel et divin, et il peut y avoir plusieurs raisons justes à d’usure. »

Cette nouvelle religion, la religion abrahamique a expulsé le sacré du monde pour le concentrer dans la méditation, la sagesse et la fausse béatitude pour mieux soumettre les esprits. La sacralité du spirituel de défendre les démunis contre l’ordre tyrannique du capital fut effacée — l’anathème biblique prescrit de prêter jusqu’à l’esclavage total.

Cette nouvelle religion : la religion abrahamique est un appel voilé à se rendre à l’injustice, à l’oppression et à l’occupation sous couvert de « paix » et « acceptation » de la rapine financière comme un fait non discutable et que rien ne peut changer, tout cela sous couvert d’une pseudo-sagesse.

Si volonté et sagesse il y a, elles devraient aboutir en premier à l’effacement des dettes et à l’abolition de l’usure comme élément structurelle de ce libéralisme ravageur.

De la fin de cette aberration résultera les émancipation politiques et économiques : le développement pour tous, une révolution industrielle respectant l’environnement, salariat juste, libertés démocratiques, pour les millions de démunis à la dérive dans un monde régi par loi de talion.

La prétention à détenir la vérité absolue, le messianisme, une ambition universaliste, un dualisme exacerbé, un texte fondateur fortement prescriptif, un peuple élu, l’attribution d’un sens à l’histoire, une police de la pensée, la diabolisation de l’ennemi, autant de paradigmes que des Élites ultra-minoritaire propagent après avoir dévoyé la grande tradition monothéiste : Tu ne prêtera point avec usure.

Ces élites des ténèbres ne sont qu’une autre classe tyrannique dont l’humanité a tant souffert durant son histoire. Leur perfidie et invisibilité transcendent les frontières, et imposent unilatéralement, et sans recours possible, ses lois et ses règles tant que leur volonté de pouvoir et de possession sont devenues sans limite.

Telle est le destin de l’humanité dont elle ne peut y échapper, sans parvenir à mettre suffisamment en lumière l’aspect lamentable, flou et fugitif, l’aspect vain et arbitraire que ces élites des ténèbres constituent au sein de la tragédie humaine.

Des éternités ont passé d’où elles étaient absentes ; et si elles disparaissaient à nouveau, il ne se sera rien passé. Car il n’y a pas pour ces élites des ténèbres de mission qui dépasserait le cadre de cette vie sordide et éphémère.

Khaled Boulaziz

3 Commentaires

  1. Réflexion . Comment un si petit nombres d’individus de confession juive qui ont quitté volontairement leur pays natal le Maroc pour aller en Israël et ailleurs peuvent s’imposer au millions de Marocains de confession musulmane qui eux sont solidaire avec les palestinien qui ont été chassé de leur territoire au profit de de ces colons venus des quatre coins du globe.

    https://www.cairn.info/revue-a-contrario-2007-1-page-37.htm

    Le Maroc comptait environ 250 000 juifs en 1946

    L’émigration vers Israël a commencé en 1948-1949 ; elle a connu un premier pic (70 000 départs) entre 1954 et 1956, dans une période de très grande instabilité politique, puis un second entre 1961 (mort de Mohammed V) et 1963 (80 000 départs).

    Entre 1948-1949 et 1963, 210 347 juifs émigrèrent en Israël….

    En 1967, il ne restait que 60 000 à 70 000 juifs au Maroc.

    Les fractions de la population les moins qualifiées et les plus pauvres, ainsi que les plus motivées idéologiquement, émigrèrent en Israël. Les autres, notamment les élites, s’établirent en France et au Canada lorsqu’elles étaient francophones, en Espagne et en Amérique latine pour celles qui étaient hispanophones, ou encore aux États-Unis.

    Il reste aujourd’hui 3000 juifs au Maroc, principalement à Casablanca ; ils représentent ainsi la plus importante communauté juive résidant dans un pays arabe.

    D’après des estimations faites par des responsables…De nos jours, on estime que 800 000 Israéliens sont originaires du Maroc sur une population totale d’environ 6,2 millions d’individus.

    Selon le bureau de la statistique CBS, Statistical Abstract of Israel, 2006, 156 500 personnes sont nées au Maroc, 336 000 sont nées en Israël d’un ou de deux parents marocains, le reste formant la troisième génération.

    https://www.youtube.com/watch?v=5WAsgqA_ZYQ

    .
    .

    La « marocanisation » gagne également la topographie sacrée d’Israël. C’est à partir de l’arrivée en Israël de Abu Hatzeira, le célèbre Baba Sali, un rabbin descendant d’une longue lignée de saints originaires du Tafilalet, qu’on a vu s’affirmer un processus de réinvention du culte des saints, que juifs et musulmans avaient en commun au Maroc. Aviad Kleinberg a pu ainsi écrire que « la communauté ne devait pas se satisfaire de transférer ses traditions aux saints locaux. Ses propres saints, ceux qu’elle avait laissés en Afrique du Nord, lui manquaient…. Netivot, où réside Baba Sali, est ainsi devenu un nouveau centre de la religiosité marocaine. À la mort de ce dernier, son fils a fait construire un sanctuaire imposant qui est devenu un des centres majeurs des pèlerinages israéliens. Les principaux leaders politiques d’origine marocaine se rendent sur sa tombe et la hillula (pèlerinage annuel) y attire des milliers de visiteurs.

    Le fils de Baba Sali s’est fait son successeur, continuant ainsi la chaîne généalogique des saints familiaux pendant que de nouveaux saints, de nouveaux sanctuaires, de nouveaux miracles se répandent dans l’Israël des périphéries où ces saints résident.

    https://www.youtube.com/watch?v=GB7-jeOURF4

    .
    .
    Dans le cas spécifique des juifs marocains, on pourrait penser que l’on se préoccupe du Maroc pour ne pas parler d’Israël. La question a émergé à l’occasion du débat lancé par Haaretz sur le Maroc comme Paradis perdu pour les juifs qui en sont originaires, il s’agissait de savoir si le fait d’avoir vécu une condition de citoyens de seconde zone (celui des mizrahim, le second Israël) aurait généré un discours de valorisation d’une mémoire marocaine et l’exhibition, en la mettant en scène, de la continuité des relations avec la royauté marocaine.
    .
    .

    La question qui se pose pour les juifs marocains est de savoir si, en mettant l’accent sur les composantes identitaires d’un groupe marginalisé, aussi bien au Maroc qu’en Israël, ils n’en viennent pas à se faire les représentants de la marginalité au sein même de chacun des deux pays.

    .
    .
    .
    .

    La désillusion d’un ‘ État providence ‘ , ils se recherchent et ils cherchent leur paradis perdu le Maroc, ils veulent fuir ou,
    au cas ou, il se préparent pour fuir un état cotonné,
    un quotidien insécure, ils sont perpétuellement menacé,
    un avenir incertain.

    https://www.youtube.com/watch?v=dRnefmoGO1U

    https://www.youtube.com/watch?v=y2D7rxw19nc&list=PLNi6iVWVb1ujTbugg0nxQyK1J2BQcwEOd

    • SCOOP

      https://www.youtube.com/watch?v=EbystCuKK4w

      Ce qui explique

      La question a émergé à l’occasion du débat lancé par Haaretz sur le Maroc comme Paradis perdu pour les juifs qui en sont originaires, il s’agissait de savoir si le fait d’avoir vécu une condition de citoyens de seconde zone (celui des mizrahim, le second Israël)…

      Et

      La désillusion d’un ‘ État providence ‘ , ils (les juives du Maroc) se recherchent et ils cherchent (les juives du Maroc) leur paradis perdu le Maroc, ils veulent fuir ou, au cas ou, il se préparent pour fuir un état cotonné, un quotidien insécure, ils sont perpétuellement menacé.

      https://www.youtube.com/watch?v=ud3jVqqakOw

      un avenir incertain.

  2. .
    .
    .
    .

    Ces élites des ténèbres ne sont qu’une autre classe tyrannique dont l’humanité a tant souffert durant son histoire. Leur perfidie et invisibilité transcendent les frontières, et imposent unilatéralement, et sans recours possible, ses lois et ses règles tant que leur volonté de pouvoir et de possession sont devenues sans limite.

    Telle est le destin de l’humanité dont elle ne peut y échapper, sans parvenir à mettre suffisamment en lumière l’aspect lamentable, flou et fugitif, l’aspect vain et arbitraire que ces élites des ténèbres constituent au sein de la tragédie humaine.

    Hier.

    https://www.youtube.com/watch?v=dyF_7XARLIk

    https://www.youtube.com/watch?v=YxdzSn-5SyA

    Aujourd’hui

    https://www.youtube.com/watch?v=_kOYqp8IIOs

    الأسباب والدوافع؟

    https://www.youtube.com/watch?v=KoS_9b3xm9U

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici