Algérie : Le Pénible silence de l’élite nationale

1
1483

Le silence de ceux qui savent, au milieu de l’indifférence des faibles, est le pire des pénibles silences.

Dans les pénombres qui s’étirent sur la terre de l’Algérie, un silence pénible enveloppe l’élite nationale, comme une brume épaisse qui voile la clarté de l’expression. Les cœurs et les esprits de ceux qui possèdent le savoir et la vision restent captifs, retenus par des chaînes invisibles de contraintes et de peurs.

Au sein de cette toile complexe tissée par l’histoire, les aspirations de la fine-fleur algérienne demeurent une mélodie subtile, un chant étouffé par les vents contraires, mais résolument présent. Chaque silence qui s’échappe porte en lui un souffle de désir pour un changement profond, pour la libération des entraves qui obstruent l’essor de la nation.

Au cœur de cette morosité, l’élite se tait, non pas par choix, mais sous l’ombrage d’une réalité dure et alambiquée. Les pressions du pouvoir, empreintes de autoritarisme, se font sentir, étouffant les voix dissidentes dans un silence étourdissant. Les lueurs de l’audace et de la critique sont obscurcies par les nuages d’une domination politique persistante.

Au sein de ce paysage de contraintes, les âmes éclairées qui composent l’élite algérienne se tiennent à la croisée des chemins. Les risques personnels planent tels des vautours sombres, menaçant de plonger leurs serres dans les rêves et les aspirations des audacieux. Les carrières brillantes et les positions élevées vacillent sur un fil ténu, comme des étoiles fragiles dans la nuit.

Derrière chaque regard qui se détourne et chaque parole retenue, se cache un univers intérieur foisonnant d’idées, de visions et de rêves pour une Algérie plus prospère, plus équitable et plus libre. C’est un silence qui ne parle pas de résignation, mais qui résonne plutôt d’une retenue empreinte d’espoir, attendant le moment propice pour se manifester avec une force irrésistible.

Dans cette chorégraphie de l’inaction, l’élite se tient en équilibre, le poids de l’attente sur ses épaules. Peut-être que, quelque part, cette attente silencieuse est vue comme un acte de clémence, une pause dans le tumulte des ambitions et des rivalités. Ou peut-être est-ce simplement un jeu de patience, une stratégie soigneusement calculée pour attendre que les circonstances changent.

La lacune des espaces de dialogue, pareille à un désert assoiffé d’idées, contraint ces voix éclairées à murmurer leurs pensées, à l’abri des regards indiscrets. Les médias censurés et les espaces publics surveillés laissent peu de place aux débats libres, laissant l’élite dans une solitude douloureuse, désireuse de s’exprimer mais enchaînée par les circonstances.

Mais dans ce paysage de contraintes, des éclats d’espoir subsistent. Comme des fleurs fragiles qui percent le béton, des mouvements de résistance émergent, offrant des refuges d’expression et d’action. La flamme de la conscience collective brille encore, même sous les vents contraires, prête à illuminer le chemin de la transformation.

Au cœur de cette tranquillité accablante, l’élite se rassemble comme des étoiles dans le firmament, brillantes mais cachées derrière un voile sombre. Chaque membre de cette élite porte en lui la responsabilité de porter la lumière, de briser les barrières du silence et d’insuffler la vie aux aspirations refoulées. Chaque esprit éclairé peut être un phare qui guide le chemin vers un avenir meilleur.

Dans le profond silence de l’élite algérienne, il y a une quête discrète, une attente d’une nouvelle aurore. Car les âmes éclairées portent en elles le désir ardent de voir leur nation s’élever au-delà des obstacles, de voir les ténèbres se dissiper pour révéler un avenir radieux. Et peut-être, un jour, les voix qui se taisent aujourd’hui se lèveront, fortes et inébranlables, pour façonner un destin nouveau et lumineux pour leur terre bien-aimée.

La route vers le changement peut être semée d’embûches, mais l’histoire est témoin que même les moments les plus sombres peuvent être éclairés par la lueur de la résilience et de la détermination. Lorsque l’élite, inspirée par les idéaux de justice, de liberté et de dignité, se lèvera de son silence, elle deviendra la force motrice du changement, façonnant le destin de la nation et ouvrant la voie à une ère nouvelle.

Alors que le vent du changement commence à souffler, chaque silence pénible se transformera en une voix puissante, portant avec elle les rêves de tout un peuple et une jeunesse qui piaffent. L’élite se tiendra debout, non pas dans l’ombre, mais dans la lumière, prête à éclairer le chemin vers une Algérie où les étoiles de l’espérance brilleront enfin dans un ciel sans limites.

Khaled Boulaziz

1 COMMENTAIRE

  1. Si nos intellectuels préfèrent attendre le jour où le système s’ouvrira avant de dire ce qu’ils ont à dire, ils agiront comme des opportunistes. Justement, il faut parler là où il est interdit de parler, Sinon…!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici