يومية الجزائر
Édition du
13 December 2019

QUE FERA LE PEUPLE ALGÉRIEN LE 12 DÉCEMBRE?

   Abdellah CHEBBAH                     12 Nov. 2019

OPINION PERSONNELLE

Nous sommes à un mois de l’échéance, quatre semaines et deux jours, précisément. Le peuple continu de sortir les vendredis et les mardis pour revendiquer le départ du système et l’annulation des élections présidentielles tandis que l’état major, à leur tête le général en chef Gaid Salah, adopte toujours et encore des diversions et des ruses infantiles et provocatrices qui enflamment le peuple, pour atteindre le but recherché qu’est l’élection présidentielle du 12 décembre.

Sans aucune vision, ni stratégie, ni dissuasion, que compte faire le peuple Algérien avant, pendant et après le 12 décembre pour faire déchoir cette échéance ? Prévoit-il une quelconque solution qui annulerait ces élections? A ma connaissance aucune pour le moment si ce n’est de continuer à occuper la rue pacifiquement.

Certains parlent de grèves généralisées de tous les secteurs, d’autres, dans le pire des cas, de boycotter et de s’accaparer des bureaux de vote afin de faire avorter le scrutin, d’autres encore comptent sur la frange silencieuse de l’armée qui devrait prendre position devant ce forcing et d’autres, que ce scrutin n’aura pas lieu sans dire comment.

S’adonner à des supputations ne fera qu’enliser la révolution.

A voir l’obstination et l’insistance, à ce que ces élections se déroulent, le général et ses acolytes s’estiment être en rapport de force. Les discours méprisants, menaçant et haineux et la justice et la presse aux ordres, leurs procurent assurance et certitude. Aucune préoccupation ne vient les déroger.

Ce rapport de force doit, bien avant la date du 12, s’inverser à l’avantage du peuple. Il faut à tout prix que ces élections n’aient pas lieu. Dans le cas contraire, l’Algérie plongera dans l’inconnu, la misère et peut être bien la violence. Il suffirait d’une petite étincelle. Il faudra éviter cela car aucun leader ni représentant du peuple n’est proposé ni accepté pour le moment comme interlocuteur. Le seul étant le peuple. Une stratégie qui ne fait que perdurer le hirak. Il faudrait initier une ouverture.

Il faut coûte que coûte reporter ces élections hâtives. C’est un fait vital et obligatoire pour la nation. Le peuple doit penser à une stratégie de dialogue. Cette 3issaba néo coloniale craint des représailles. Plus de la moitié est en prison. Si nous voulons rester dans le giron de la SYLMIA, le dialogue serait une solution qui fera éviter à l’Algérie de sombrer dans un marasme. Le peuple doit à travers des slogans inciter le pouvoir au dialogue.

Dans le cas échéant, il sera légitime de prononcer une paralysie de tout le pays jusqu’à ce que le pouvoir fléchisse et s’absout. Une grève pacifique et organisée de trois jours ou plus ramènera les généraux à de meilleures sentiments. Il suffirait d’un arrêt des méthaniers et des pétroliers dans les ports pour bouleverser la donne. Un argument suffisant pour refuser la dernière loi sur le bradage des hydrocarbures. Le peuple pourra alors maintenir ses doléances qui aboutiront.

Il faudrait  ramener ces généraux à une voie de sortie, à s’adresser au peuple pour asseoir éventuellement une transition que le peuple initiera. Les généraux doivent comprendre aussi qu’ils n’auront aucune autre issue ni chance que de partir car ce que revendique le peuple est un transfert de pouvoir sur un mode pacifique et légitime. Le mal est fait et le peuple compte tourné une autre page de son histoire sans heurts. Il y a eu trop de sang versé. les règlements de compte ont fait éclaboussé des vérités et le peuple est décidé à aller de l’avant pacifiquement et raisonnablement. Les réserves de changes s’amenuisent et l’économie est pratiquement à l’arrêt. 2020 s’annoncera difficile pour tout le monde, surtout pour le peuple si un règlement n’est pas envisagé dans le sens du dialogue. Cette étape est plus que primordiale pour l’avenir de l’Algérie.

Dans tout conflit, même après violence, le dialogue, la négociation, les compromis et l’abdication finissent toujours par être les solutions.

Je fais appel à la compréhension, au bon sens et à la sagesse de notre armée silencieuse.

Entre temps, le harak continue. Il ira au-delà de nos frontières.


Nombre de lectures : 2800
Un commentaire

Laisser un commentaire

*

*

  • Hocine
    15 novembre 2019 at 3:00 - Reply

    POURQUOI LE PEUPLE DOIT ABSOLUMENT REJETER LES ÉLECTIONS DU 12 DÉCEMBRE 2019 ?
    —————————————————————————-

    1) – Sellal, Ouyahia…ne sont qu’une infime partie de la ISSABA…
    Tous les services publics, sociétés nationales, privés, écoles, universités, ministeres, administrations sont gangrenés par les sous hommes de la ISSABA…

    2) – Avec une constitution taillé sur mesure pour un nouveau dictateur, une administrations corrompus et incompétante…Le future président du vendredi 13 décembre va etre pire que Boutesrika.

    ..en plus des Bedoui, Bensalah, Fenniche…

    Pour ses raisons gaid salah veut a tout pris des élections rapide…

    = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = ==

    Malgré tous, le 13 décembre, avec la plus grosse fraude du siècle ils vont imposer Teboune comme president, …Mais cette fois-çi le peuple entier est unis et debout…quelle a été l’issue de la france coloniale ???

    *** Quelque soit l’issue du 13 décembre, Le hirak se renforcera de lui méme et fera barrage a la ISSABA…Et la chassera du pouvoir.

    LE PEUPLE NE RECULERA JAMAIS INCHALLAH…
    LE PEUPLE EST SUR LA JUSTE ET BONNE VOIE…
    LA ISSABA EST ENTRAIN DE S’AUTO DÉTRUIRE À JAMAIS INCHALLAH.
    L’INDÉPENDANCE DU PEUPLE ALGÉRIEN EST PROCHE inchallah .
    LES PEUPLES ONT TOUJOURS FINI PAR VAINCRE…LES DICTATEURS PAR DISPARAITRE…

    LES PEUPLES ONT TOUJOURS FINI PAR VAINCRE…LES DICTATEURS PAR DISPARAITRE…

    LES PEUPLES ONT TOUJOURS FINI PAR VAINCRE…LES DICTATEURS PAR DISPARAITRE…

    LES PEUPLES ONT TOUJOURS FINI PAR VAINCRE…LES DICTATEURS PAR DISPARAITRE…

  • Lire aussi