L’Algérie à la croisée des chemins

0
3307
Amin Khan
25 janvier 20

1. Aujourd’hui l’Algérie est face à un choix décisif, un choix qui engage son avenir et, en réalité, la nature de son existence future en tant que nation, Etat et société.
2. Les termes du choix se posent ainsi :
3. Dans l’hypothèse funeste où la révolution en cours viendrait à échouer, le régime, en gagnant du temps, en ravalant sa façade, en infléchissant son discours, en faisant des concessions de forme, continuerait la politique qui a conduit à la faillite actuelle ; la politique de l’autoritarisme et de la dilapidation de la rente jusqu’à son épuisement. C’est là l’horizon d’un régime qui ne s’encombre pas de considérations aussi futiles que le développement du pays, sa place dans le monde, ou, la santé, l’éducation, l’épanouissement et le bonheur des Algériens.
4. Dans cette hypothèse, la disponibilité d’une ressource comme le gaz de schiste, ou les autres richesses minières dont regorge le pays, est une aubaine. Peu importe les risques, les dangers et les coûts politiques, économiques, écologiques, sociaux, culturels ou stratégiques, pour un tel régime, qui ne sait rien faire d’autre, il s’agit de durer, car durer est pour lui une fin en soi.
5. Dans l’hypothèse inverse, c’est-à-dire, celle de l’accomplissement de la révolution actuelle du peuple algérien, la disponibilité des ressources naturelles joue un autre rôle. Les hydrocarbures, les terres rares, le fer, le phosphate, l’or, l’espace, l’eau, le soleil, toutes ces immenses ressources dont l’Algérie est dotée, deviennent des moyens du développement et de l’indépendance du pays.
6. Mais le fait est que l’abondance des ressources naturelles dans un pays peut être, selon le cas, une bénédiction ou une malédiction. Cela dépend du type de gouvernance du pays en question. Un pays démocratique, où la population peut effectivement exercer son contrôle sur les politiques de l’Etat et leurs résultats, fera un usage rationnel, raisonnable, efficace et cohérent de ses ressources, et cela au profit de l’intérêt général, présent et futur. A l’inverse, un pays de gouvernance illégitime, autoritariste, prédatrice et corrompue, se transformera en un immense champ de mines à ciel ouvert au profit de puissances étrangères.
7. L’histoire de l’Algérie, les qualités du peuple algérien, la puissance du mouvement populaire, devraient nous éviter de sombrer dans un tel marécage historique. Mais pour cela, il faudra que les Algériens prennent pleinement conscience de la nécessité et de l’urgence de faire le bon choix ; le choix de la légitimité, du travail, de la compétence, de l’ambition du développement, de la liberté, de la souveraineté nationale et donc, aujourd’hui plus que jamais, de la souveraineté populaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici