يومية الجزائر
Édition du
20 February 2020

LA DIVERSITÉ EST UNE RICHESSE ET NON UN HANDICAP

Abdellah CHEBBAH

En général, l’être humain est allergique aux changements et à la diversité. Tout ce qui vient déranger son confort quotidien, l’indispose. Il préfère se résigner et se confiner dans ce qu’il a et ce qu’il est. Toute nouvelle chose le pousse à faire un effort d’adaptation qui nécessite temps et réflexion.                                               

Pris dans l’engrenage du quotidien, l’individu prête peu d’attention à ce qui l’entoure. Changer ses habitudes de vie et sa vision au fil des événements le met en difficulté avec ses constantes.

Le 22 février 2019, l’Algérien est sorti dans la rue pour manifester son mécontentement. Il s’est aperçu qu’il n’était pas le seul. Il avait ainsi compris qu’il avait des points concordants et communs avec son compatriote venu d’ailleurs. Le Kabyle, le Chaoui, l’Arabe, Le Mzabi, le Tergui et tant d’autres exprimaient tous les mêmes sentiments, les mêmes malheurs. Pour une fois ils sont sortis de leur torpeur et de leur sommeil et se sont regardés en face pour dire des vérités. La liaison, l’union, la solidarité, la fraternité, la cohésion découvertes ont scellé leur mouvement malgré leurs diversités identitaire, culturelle, idéologique ou toutes autres, autour d’un seul dévouement qui est celui de leur patrie.

ÊTRE SOI-MÊME, C’EST SE FAIRE EXCLURE PAR LES AUTRES. ÊTRE COMME LES AUTRES, C’EST S’EXCLURE SOI-MÊME.  LE MEILLEUR EST D’ÊTRE NOUS, ALGÉRIENS MUSULMANS.

Le vivre ensemble dans la diversité est une richesse et non un handicap. L’amour que tous les Algériens ont pour cette patrie, ou qu’ils soient, est unique. Quand il s’agit de mère patrie les Algériens sont prêts pour le sacrifice. Nous l’avons vu pendant la révolution, en 1963, en 1967, en 1988 et aujourd’hui. Ils n’ont jamais reculé devant l’ennemi. Ce n’est donc pas aujourd’hui qu’ils s’absoudront devant cette diversité historique que manipule, certains, pour diviser et ainsi régner en maître absolu. 

Le peuple Algérien a enfin compris cela. Le 47ième vendredi de manifestation, les Algériens se sont mutuellement félicités pour leur mouvement , adressés  des félicitations et des bravos de régions en régions. Ils ont enfin renoué avec leurs origines d’arabes, de berbères et d’arabo-berbères, de démocrates, de religieux et de conservateur. Du sud au nord, de l’est à l’ouest, l’Algérie s’est unie et s’est réconciliée avec son histoire. Dorénavant rien ne divisera ce peuple. Ils iront jusqu’au bout comme à l’accoutumée.

Notre histoire qui s’est constituée depuis des millénaires, d’invasions, de conquêtes et de colonisations vient d’être écrite dans la rue par une génération spontanée de jeunes Algériens amalgamée à toutes les identités et origines. Nos villes regorgent d’immenses vestiges qui viennent certifiés cette histoire.

Avons-nous besoin de changer le cours de l’histoire pour vivre fraternellement sur cette terre?

Avons-nous besoin de nous hisser en conquérant l’un contre l’autre pour avoir cette certitude que l’un est plus Algérien que l’autre?

Rien de tout cela ne viendrait à bout de nos ennemis. Bien au contraire nous ne ferons que renforcer leurs stratagèmes occultes et indignes et continueront à patauger dans l’incertitude des lendemains.  

Le vivre ensemble dans la diversité renforce la citoyenneté d’un individu. Les exemples des pays à très forts taux d’immigration sont là pour le prouver. Ils sont ainsi devenus puissants et respectés grâce à la diversité de leur peuple venu de tous les coins du monde ou nul ne peut prétendre être plus citoyen que l’autre. Ils ont créé des pays ou le sens de patrie est plus important que l’origine.


Nombre de lectures : 2088
Un commentaire

Laisser un commentaire

*

*

  • Betache
    30 janvier 2020 at 11:57 - Reply

    Bonjour chers compatriotes

    Dans les débats qui se passent çà et là, j’entends souvent certains dire qu’il y à la nécessité de prioriser nos exigences et nos revendications. J’ai compris par cela, c’est mon interprétation, qu’il ne faut pas demander ou exiger trop vite, trop de choses en même temps et qu’il faut faire des priorités, hiérarchiser dans le temps les revendications ! Moi je suis désolé de dire, avec tout le respect que j’ai pour les avis de chacun, qu’il ne faut pas faire dans la fuite en avant. Les revendications doivent être claires et précises dès le départ, on tout cas chez les vrais et authentiques démocrates progressistes !

    Bon chacun a bien évidemment sa propre définition de la démocratie , mais pour moi la démocratie c’est un « package global indissociable » qui renferme : 1/-la représentation élective des citoyens par des urnes transparentes et non truquées, 2/- le respects des libertés individuelles et collectives dans toutes leurs formes sans exclusive 3/- la séparation des pouvoirs 4/- l’égalité homme femme, 5/-le respects des minorités de toute nature 6/- la non utilisation du régionalisme à des fins politiques, 7/- la non hiérarchisation , l’une sur l’autre, de l’amazighité et de l’arabité qui forme le socle commun de la nation algérienne à édifier 7/- la séparation du civil et du militaire et enfin 8/- la séparation du politique et du religieux. Exiger ce dernier point ne veut pas dire être contre l’islam, notre religion, au contraire.Ce dernier point permet de protéger l’islam de manoeuvres politiques malsaines.

    Il faut reconnaître , quand même, que ce qui a le plus empoisonné le climat politique et perturbé la paix civile dans notre pays ce sont ces deux derniers points. Un analyste politique intègre non partisan le reconnaîtrait ! Ce sont les deux plus grands poisons de notre pays. Notre devoir politique et civique à nous tous, nous qui nous voulons … démocrates progressistes, est donc de poser le problème dans sa globalité et dès le départ sans avoir peur de diviser le Hirak au motif, par exemple, que la question religieuse est sensible et qu’elle risque d’avoir des conséquences sur l’unité du hirak ! Non, je suis désolé, cette question est sensible certes mais il faut être honnête avec soi-même dès le départ et avoir le courage de poser toutes ses questions sur la table dès maintenant. Certains voient dans le Hirak juste une occasion de faire partir ce régime, ce pouvoir quitte à ce qu’une autre république du type islamique ou sectaire ou autre s’y substitue par le bon vouloir des urnes et qu’on l’accepte parce la majorité s’est prononcée ! Non pour moi cela n’est pas de la démocratie! Non, pour moi le Hirak ce n’est pas seulement cela , mais c’est une immense occasion de poser le vrai socle de la démocratie pour notre pays et les futures générations.

    Une fois cette matrice mise noire sur blanc, je serais d’accord avec ceux qui disent qu’il ne faux pas choquer mais je leur répond que la mise en œuvre sur le terrain de ce projet politique noble demandera nécessairement du temps, une transition, que cela se fera progressivement et ne pas vouloir bouleverser d’un coup la société, que notre société a besoin de beaucoup pédagogie politique et de culture démocratique. C’est évident. Pour un vrai démocrate authentique progressiste, la démocratie doit être entière et non pas être estropié d’un bras ou d’une jambe. Pour la mise en ouvre sur le terrain, il faut bien du temps. C’est là que la transition démocratique prend son sens ! Oui je sais que l’islam politique est une question sensible mais il ne faut pas avoir peur de battre le fer tant qu’il est chaud et mettre les cartes sur tables dès le départ ! C’est ce que j’appelle le courage politique.

    PS : ce sont toutes ses questions, entre autres, énumérées ci-dessus qui commandent à l’union en urgence des vraies forces démocratiques progressistes, à son auto organisation en urgence pour au moins mettre sur une feuille blanche toutes ses recommandations à imposer au pouvoir lors de négociations éventuellement ! A + .

  • Lire aussi