Misère du désir d’asile

1
284
Raouf Farrah

Il y a trois jours, la Commission Européenne a publié son premier rapport trimestriel (2020) sur les demandes d’asile au sein de l’Union européenne. Le document public fait un état des lieux de la question en dévoilant notamment les derniers chiffres sur les nationalités et les motivations des « primo-demandeurs ».

Le rapport indique que 702 Algériens ont effectué une demande d’asile depuis le 1 janvier 2020. La France a reçu le plus grand nombre de requêtes (25%), suivi par l’Allemagne (15%), l’Espagne (12%), les Pays-Bas (12%) et la Suisse (10%). En extrapolant une progression linéaire de ces chiffres, la tendance donnerait plus de 3 000 demandes d’asile émises par des Algériens d’ici fin 2020.

Ce nombre n’est pas surprenant et s’inscrit dans la continuité des données obtenues lors des trois dernières années (autour des 3 000 demandes). Depuis une décennie, le nombre de demande d’asile de la part des Algériens arrivés en Europe n’a cessé d’augmenter. Entre 2009 et 2017, le nombre des demandeurs d’asile a été multiplié par trois.

Mais au-delà des données disponibles, qu’est-ce qu’un « demandeur d’asile »? Que représente-t-il? Pourquoi autant d’Algériens tentent-ils de trouver refuge en Europe?

Le demandeur d’asile est une personne qui souhaite être protégée contre des dangers ou des persécutions dans son pays d’origine ou de provenance. Sur le plan juridique, l’asile permet de protéger les droits de la personne afin de prévenir contre des persécutions ou des mauvais traitements. Un demandeur d’asile est une personne qui se dit réfugié(e) mais dont la demande est toujours en cours d’examen.

Demander l’asile, c’est donc chercher refuge pour éviter un danger, une menace, des persécutions et des violations. Sur le plan administratif, l’asile est une demande formelle d’une personne formelle pour devenir réfugié. Il incombe aux systèmes d’asile nationaux de décider quels demandeurs d’asile peuvent effectivement prétendre à une protection internationale.

Un rapport causal lie l’état des libertés individuelles et collectives en Algérie et le nombre d’Algériens qui cherche à obtenir la protection du HCR. Plus les libertés individuelles et collectives sont transgressées ou non respectées, plus des citoyens se sentiront menacés, persécutés et choisiront la voie de l’exil et de l’asile.

Ce que le nombre de 3 000 demandes d’asile reflète, c’est le malaise d’une jeunesse algérienne qui se sont étouffés dans son agir et ses rêves par un régime autoritaire qui déploie une énergie monumentale pour briser les exigences de liberté, de justice et de dignité et renier la diversité et la richesse de la société.

Les lois scélérates et les pratiques policières du régime briment les libertés religieuses, culturelles, sociales et politiques des Algériens. Or, le respect des libertés individuelles et collectives est un fondement non-négociable de l’État de droit. Ces libertés sont les pilotis sur lesquels se construisent des rapports vertueux entre gouvernants et gouvernés, entre citoyens et un régime. Plus la nature de cette relation est perverse, plus les premiers fuiront le second…plus ils chercheront une protection ailleurs.

Le durcissement de la répression qui n’a cessé d’augmenter avec la pandémie du Covid-19 consolident cette tendance. Un régime qui fait fuir sa jeunesse de son pays est un régime qui n’a plus raison d’exister car il a tout simplement failli à sa mission première : gouverner pour le bien commun.

La lente agonie de ce régime ne s’achève toujours pas. Le pouvoir réel, la haute hiérarchie militaire, ne veut pas marquer une rupture politique avec le monde de l’avant 22 février. Elle ne souhaite pas ouvrir une nouvelle page de l’histoire politique du pays, mais au contraire, tente de casser le mouvement populaire par la barbouzerie, la violence juridique et le tout sécuritaire.

Le régime ne semble pas avoir compris le sens de ce « tag » sur les murs de la capitale, dès les premières semaines du Hirak : « Je ne te quitterai plus jamais mon Algérie ». À bien des égards, ce slogan incarne l’espoir du rêve algérien et l’ambition d’une renaissance. Il nous aussi rappelle que l’asile est avant tout une question éminemment politique. Que ce qui ont fui l’ont fait à contrecœur, et souvent dans la douleur.

Mais les jeunes qui composent les rangs du Hirak sont bien conscients de ces défis. Ils se sont levés contre le régime au nom de la liberté pour tous. Et afin qu’aucun citoyen ne soit forcé à prendre le chemin de l’exil.

Raouf Farrah
3 juin 2020

1 COMMENTAIRE

  1. Est-ce possible de debattre de ce theme dans l etat actuel des choses des sensibilites ? peut etre que ce sont des choses comme ca et leurs terrains minés qui provoque et qui poussent nos intellectuels a faire preuve de reserves! Nous venons de vivre cette histoire d un film en quete de sensations fortes et d emotions sur le HIRAK et nous avons eu l opportunite d entendre des debats chauds surtout sur « cette main etrangere » et ces zouaves et tutti quantti …alors que le bon sens voudrait que l on laisse ce navet dans l anonymat qu il n aurait jamais du quitter au lieu de reprendre ces eternels « je ta ime moi non plus  » qui caracterisent les relations de la france avec le systeme…
    pour en revenir aux demandeurs d asiles politique ce serait plus dur d en debattre et nous ne sommes pas encore prets de le faire tant les sensibilitées se sentiront chatouillées…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici