L’art du savoir, et du savoir-faire des algériens font créer de la richesse à la nation

0
235


« Le prix c’est ce que l’on paie, la valeur c’est ce que l’on reçoit ». W.Buffet
La jeunesse algérienne représente la catégorie sociale la plus significative et plus effervessante, mais aussi la plus idiopathique .Cette jeunesse devrait par principe incarner le moteur dynamique de tout changements se rapportant au contexte social, économique, politique , culturel, et sportif..C’est le vecteur le plus puissant proliférant toute mutation de société conçue dans les deux sens dont la péjorative prime actuellement.
Notre jeunesse se personnalise par cette allongement de la durée des années d’études , se distingue par le recul de l’âge de mariage, et se spécifie dans une entrée très difficile, et même trop tardif dans la vie active. Elle  se marivaude inutilement dans une culture inféconde sinon décadente, tout cela dans un contexte, ou la bureaucratie ,la corruption ,immoralité ,la perte de repères( valeurs ,normes.) sont les règles pour des modes de fonction, et même des modes de gestion .La jeunesse de notre pays se trouve démunie, repousser, et soustraite, pas de boulot ,pas d’argent ,pas de logement ,pas de lot de terrain pas de suite pour une suite ,pas de moyens pour fonder une famille, et pas d’Etat qui l’a prenne en charge sinon un pouvoir, qui l’utilise comme appât pour une quatrième mi- temps, qui n’existe pas du moins pour le moment .
Ces paramètres réels indiquées ont une influence ou plutôt une compénétration, qui représentent les causes principales des fléaux qui se sont développés dans notre pays( M’Harga ; harraga, chômage, immolation, drogue , psychotrope, délinquance , informel, alcoolisme, kidnapping ,prostitution….), et que les premiers responsables du soit disant état algérien ignorent, ou font semblant d’ignorer, dans tout les cas point de solution, ni d’issues pour cet « état de fait »trop factuel !.
Cette tranche d’âge ; si l’on s’amuse vraiment, à mieux la regarder de plus prés, elle n’est ni une catégorie d’enfance, ni une classe d’adultes par conséquent elle n’est pas autonome encore moins dépendante, c’est une tranche d’âge vivante dans le sens du dynamisme mais aussi fragile capable de basculer de l’intégration ,de la socialisation , vers la marginalisation, et même vers la forclusion .

Cette jeunesse devrait en principe gérer son adolescence en premier avec tous les sentiments, qu’ elles puissent incarner, et exprimer pour retrouver ce désir de liberté dans le sens social ; cette nécessité sensée pour garantir le chemin sociale ,économique ,culturel, et sportif d’avenir.
« Il est important qu’un but ne soit jamais défini en termes d’activité ou de méthode. Il doit toujours se référer directement à l’amélioration de la vie de chacun…le but du système doit être clair pour tous ceux qui en font partie. Le but doit comporter des plans pour le futur. Le but est un jugement de valeur ». DR.W.E.Deming
Devant cet état de fait, seul le sociologue( mis à l’écart par les rentiers ou plus exactement les ploutocrates) est en mesure de nous élucider encore plus face à leurs situations .Ces circonstances sont localisées dans un contexte propre à l’Algérie, ou la logique ,la morale, le cohérent, le discursif ,le rationnel, et le déductif ne semblent pas faire partie comme mode de gestion de ce pouvoir .Ce pouvoir autiste possède une culture de l’avoir et sa continuité se persévère grâce à la rente pétrolière, ne possédant point de culture de savoir à part l’avoir ,ne connaissant que dalle sur ce que c’est un modèle de développement . Le modèle est par définition semblable à un plan que l’architecte prépare avant de construire sa maison. Ce pouvoir ne sait pas aussi ce que veut dire un projet de société donc point de savoir ? et rien que de l’avoir matériel!! .
Le chômage effectif ,réel et déguisé ne sont pas quantifiés , l’importation se fait en containers de pierres( vus à la tv) jusqu’à la pointe de l’aiguille , on ne fait qu’acheter avec cette rente pétrolière nous ne savons pas vendre, nous ne produisons plus rien sinon on implémente des montages de futilités avec des taux d’intégration dépassant les 100% pot de vin inclus bien sur avec un fort taux .le contexte Algérien favorise très bien le container « made in » à l’entreprise productrice de valeur( cout comparatifs de l’économiste Ricardo) qui représente la richesse de la nation.
Devant cet état de fait le chômage ne peut être éradiquer en l’absence de production de valeur ajoutée ou richesse .Le gouvernement d’ hier et d’ aujourd’hui ont mis en place des dispositions plus bureaucratiques pour  création d’emplois, et donc de valeur défalquée.
Afin de lutter contre l’exclusion socio-économique des jeunes ; leur fournir un marché de travail propre à eux ,avec l’ instauration de courtiers économiques, et non spéculatifs selon une certaine fragmentation établie par deux ministères (ministère de l’ emploi et solidarité nationale, et le ministère du travail, et de la protection sociale) le premier dispositif : l’ANEM( agence national de l’emploi) ce dispositif que les jeunes surnomment « notre part du pétrole que le président de la république nous a octroyé ».Unique en son genre une gratification ou présalaire de 12000DA pour une fonction « ragda oua t’manger ». Pour la seule commune de Benisaf prise comme unique exemple , la population de Beni saf est estimée à 45000Hab. On récence environ 1340 Anemistes( ceux qui ont un contrat avec l’ANEM) .L’Algérie compte prés de 42.000.000 Hab, le nombre d’Anemistes devrait être selon une règle de trois de 1.250667d’anemistes algériens ; soit une dépense de 15.007.999.999DA/mois ou bien 18.009.599.999.DA/an qui est distribuée sans contre partie ( bonjour Madame l’inflation !!) soit une valeur soustraite, et sans compte à rendre ,et j’en passe pour la CNAC caisse d’assurance chômage, ADS( agence de développement social ;ANSEJ agence de soutient à l’emploi ;ANGEM agence nationale de gestion de la micro entreprise, et peut être d’autres diapositives sans citer le social jusqu’à ce que l’on trouvera le meilleurs pour de bon devant tout ces dispositifs l’informel les détrône ?.
Tous ces dispositifs spécialisés ont été établit pour mettre en place un mode de gestion spécifique dans le marché de travail qui permettrait d’améliorer, de changer ou de stabiliser le statut social de cette jeunesse afin d’y croire ,d’espérer et de voir une lueur du fond de ce sombre tunnel ; malheureusement la bureaucratie, la corruption, le clientélisme ,la déliquescence, la dépravation, l’immoralité, , malversation, pestilence, prévarication ne peuvent régenter que dans l’arbitraire source de tous les vices, tous les maux au lieu de produire une valeur ajoutée utile pour une économie de bien être , on a récolté une valeur déduite .
dans un état de droit ou la transparence, la compétence et le savoir faire, et être ; les problèmes sociaux des jeunes sont pris en priorité pour trouver le plus vite que possible les solutions qui satisfassent les jeunes, le pays par la création d’ emploi ,et de valeur ajoutée, et non leurs négations.
« Quand un jeune a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson ». Proverbe chinois

Devant toute cette panoplie de dispositifs, ils(les divers gouvernements) n’ont pas permis de résorber le chômage, ni trouver un remède, un système, un modèle, par manque de croissance réelle de transparence, et de dialogue …. . Des contraintes réelles, et sensées ne sont pas prises en compte , par contre l’informel s’est développé plus vite, que ces dispositifs de valeurs négatives sans que les gouvernements ( d’hier et d’aujourd’hui) n’ont prit la peine pour assainir ce contexte mal sain( économique-politique-social-culturel-sportif) dans le but d’ une meilleurs réussite dans le domaine de l’ emploi de création de valeur, et de croissance suivie de la naissance d’une culture nouvelle basée sur de la moralité du travail et de l’échelle des valeurs ,malheureusement la bureaucratie, la corruption, et autres méfaits ont réalisé bien l’ affaire pour que rien ne marche, et cette volonté de blocage( péage pour toute opération administrative) est plus importante . On a distribué aux jeunes des camions, et des locaux mais nullement des outils de création, la rente est la ,on importe, et puis on spécule, vivement l’informel pour ceux qui ne savent pas penser, que créer est un art qui nait de la compétence, de la connaissance et du savoir faire, et produire est une culture, qui nait de la bonne volonté, et du savoir etre. La véritable richesse de la jeunesse est bien le travail que les rentiers censurent !

BENALLAL MOHAMED ANCIEN CADRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici