APPEL À UNE MARCHE CITOYENNE LE 13 SEPTEMBRE À PARIS

1
537

Le 13 septembre 2020, nous, citoyen-ne-s algérien-ne-s de France et d’Europe, marcherons à Paris pour:Un changement radical et pacifique en Algérie ; Le départ définitif du système et de ses symboles ; L’édification d’un État de droit et démocratique ; Un État Civil et non militaire ; La libération inconditionnelle des détenu-e-s politiques et d’opinion ; Une transition démocratique indépendante du régime et un processus constituant souverain. Depuis le début de la Révolution du Sourire, le peuple algérien a démontré au monde entier, par son civisme et son pacifisme, sa grande conscience politique et son attachement aux valeurs démocratiques et républicaines. Après plus d’un an d’une mobilisation populaire dans un Hirak pacifique et déterminé, le chemin de la victoire est encore long, mais sûr, face à un pouvoir qui, même en temps de pandémie, n’a pas pris congé et continue dans son outrage contre la volonté populaire. Les dernières évolutions de la situation en Algérie -provocations, intimidations, diversions et arrestations arbitraires- nous montrent bien que le système mafieux est prêt à tout pour se maintenir et étouffer toutes les revendications légitimes soulevées, quitte à basculer le pays dans la violence, une option favorable au régime qui use et abuse de la force pour faire taire toute contestation.

Rappelons que le commandement militaire, qui constitue la colonne vertébrale du régime, actionne sans relâche sa police politique pour museler et faire échouer toute voie contestataire. Toutefois, notre automobilisation ne faiblit pas quant à un changement radical et pacifique du système politique qui a été assujetti jusque-là au service d’intérêts personnels au détriment des intérêts de la nation. Nous luttons pour la déconstruction de ce système totalitaire et criminel, qui constitue un danger pour le pays et son unité. Nos revendications sont clairement en lien avec l’édification d’un État de Droit où les libertés fondamentales prennent leur véritable sens. Un État de Droit avec des institutions fortes et démocratiques qui se soumettent aux mêmes droits que les individus ; où la séparation des pouvoirs garantit l’indépendance de la justice ; où le principe de liberté induit l’existence de la liberté individuelle d’opinion, d’expression, de réunion, de culte, de circulation, de la liberté syndicale et le droit de grève.

Nous nous battons pour la libération de tous les détenus politiques et d’opinion parce qu’il est nécessaire de respecter le droit à la libre expression de ses opinions ; parce qu’il est inadmissible, et cela est propre aux régimes dictatoriaux, de priver les citoyens de leur droit de penser, donc d’exister. Nous réitérons nos revendications qui dépassent de loin un saupoudrage économique ou social voué à l’échec. La rupture avec le système en place et la transition vers une nouvelle république est inéluctable, car le système de gouvernance doit être reconstruit ou rebâti sur des bases nouvelles de démocratie, de liberté et de transparence. On ne peut construire une nouvelle Algérie avec des restes d’un régime finissant qui n’a apporté que destruction, corruption, injustices et inégalités. C’est pour cela que nous refusons que les revendications du Hirak soient transformées en réformes proposées par un président et un gouvernement illégitimes.

Nous exprimons également notre rejet catégorique d’une constitution qui n’est en réalité qu’une suite de constitutions illégitimes et antisociales et dont la constitution-mère a été le résultat d’un coup de force contre la légitimité populaire. Nous poursuivrons notre Révolution pacifique pour la reconquête de toutes les libertés fondamentales et la fondation d’un État sur des bases démocratiques et nous appelons tous nos compatriotes algérien-ne-s, vivant en France et en Europe, à participer massivement à une marche le 13 septembre 2020, à partir de 14h, au départ de Place de la République à Paris.

1 COMMENTAIRE

  1. C’est bien réfléchi et judicieux de l’organiser au pays de Macron, lui qui soutient le « gang des généraux ». Le quai d’Orsay à créer une cellule de crise pour des journalistes algériens de la chaine française France 24 pour être libérer en moins de 24 heure, et reste aveugle et sourds devant l’arrestation d’autres journalistes tel que Drarni qui a interviewé Macron. Il n’y a pas que les journalistes, aucune corporation n’est épargnée, plus grave ce pouvoir criminel est revenu à la liquidation physique, tel fut l’assassinat de l’avocat ZEDAM bien que le crime eut lieu devant le show-room de Peugeot et ses caméras de surveillance, ce crime odieux n’a point ému la France officielle.
    Oui, il faut attirer l’attention de l’opinion mondiale et de la société civile française en particulier pour faire pression sur son président et son gouvernement afin de ne plus fermer l’œil sur les dépassements, exactions et crimes organisé par le « gang des généraux». Les droits de l’homme les plus élémentaires sont bafoués en Algérie au vu et au su de tous ; on ne veut pas d’ingérence mais quand il s’agit de dénoncer des injustices, il faut le faire.

    Certes, le combat est bien mener de l’intérieur malgré tous les coups bas de ce pouvoir mafieux et criminel, malgré la justice du téléphone et une presse aux ordres, les algériens d’ici et d’ailleurs n’ont pas abdiqués et n’ont pas dit leurs derniers mots. La diaspora et les algériens de l’étranger ont bien compris les enjeux et par le biais de cette marche, ils donneront un nouveau souffle aux algériens de l’intérieur et au Hirak en particulier. Ce dernier reprend doucement et surement afin de ne pas être décapite par les enfants de Fafa.

    Vive les algériens d’ici et d’ailleurs qui ménent le même combat, vive les patriotes ou qu’ils soient à bas les néo-harkis, les collabos d’hier et d’aujourd’hui. La vérité et l’authenticité triompheras c’est le cas de notre HIrak

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici