JOURNALISTES OU MERCENAIRES ?

2
444
Abbes Hamadene

Les pseudo-journalistes du pouvoir utilisent la noble profession du journalisme pour cacher leur véritable rôle : des agents propagandistes au service de la dictature. Toujours prêts à devancer les désirs de leurs maîtres, ils peuvent calomnier une personne, vénérée la veille et glorifier une personne traînée dans la boue l’avant-veille. Ils ne connaissent ni l’honneur, ni la dignité.

LES MÉDIAS POUBELLES DU POUVOIR

Le pouvoir considère qu’il existe parmi la population, une part d’Algériens « influençables » et « façonnables » sur lesquels, la propagande peut continuer d’avoir de l’influence. L’une des sales missions des médias du pouvoir est de jouer le rôle de machine de propagande, ciblant cette partie de la population pour « la fabrique du consentement », selon le mot de Chomsky. Jour après jour, ces médias récitent de vraies-fausses informations, réinterprètent les faits, les tordent et les présentent de façon à se conformer à la commande et aux besoins du pouvoir.

Jouissant d’une totale impunité, ces médias de caniveau déroulent de façon obsessive et sans aucune retenue des campagnes de calomnies contre les cibles que leur désignent leurs parrains militaires ou civils, comme vient de le montrer la honteuse campagne de dénigrement et de calomnie visant Tadjadit et ses compagnons.

ANIS RAHMANI ET HANNACHI TABET : MÊME DESTIN

Pendant plusieurs années, Anis Rahmani était devenu un potentat médiatique au prix de l’abandon de toute éthique journalistique et d’une soumission absolue au pouvoir, notamment au chef du moment. Son groupe médiatique est une parfaite synthèse entre le quotidien national nord-coréen « Rodong Sinmhun » et le quotidien fasciste de Mussolini « Il Popolo D’Italia ».Ce mercenaire était un serviteur zélé d’un pouvoir dont le mot trahison a une valeur aussi descriptive que normative. Trahisons envers le peuple, envers le pays, envers d’anciens amis et évidemment envers les serviteurs les plus zélés.

Le 13 février 2020, l’agent funestement célèbre, Anis Rahmani, l’a appris à ses dépens. Demain viendra le tour de Hannachi Tabet et d’autres serviteurs du pouvoir mafieux. Ils n’ont pas encore compris que ce pouvoir les utilisent comme on utilise un mouchoir : on le froisse après usage, on le jette à la poubelle et on prend un autre.

2 Commentaires

  1. Malheureusement ce genre de mercenaire ( je préfère le terme de traitre ) on les retrouve un peu partout dans la société exemple du trépied magistrat, journaliste et professeur universitaire de service, on les retrouves également dans le trépied sécuritaire police, gendarmerie et services secrets et enfin dans les hauts postes ministres députés walis…
    Est-ce que ces mercenaires de « l’Algérie nouvelle » se rendent compte de leurs méfaits, la réponse est OUI, mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que leurs méfaits sont enregistré et archivé et qu’ils rendront compte incessamment dans  » l’Algérie de demain » dès l’avènement de l’état de droit et de la justice libre et indépendante. Qu’auront-ils comme excuses ? Aucune circonstance atténuante ne peut expliquer leurs actes ignobles.

    L’exemple du journaliste de la yatima qui dénigre le défunt Bouragaa en le traitant de traitre et qui lui redonne le statut de combattant lors de ses funérailles. Ce même guignol traite le mineur Chetouane de tous les noms et d’autres hirakiste de traitres. Sachant que tous ces mensonges peuvent être récupérer étant à l’ère du numériques, idem pour les atrocités de la presse écrite.

    Et ces policiers comment vont-ils réagir avec les fameux VAR du Hirak ? Ces milliers de photos et de vidéo qui parlent d’elles-mêmes et qui relatent ces violences gratuites sur des innocents, des citoyens et citoyennes désarmés et pacifiques. Des violences allant des humiliations verbales, insultes, crachats, aux violences physiques frappes tabassages et matraquages qui n’ont épargnés ni étudiants, ni femmes ni des personnes âgés voir des enfants et des membres d’une même famille. Dires que certaines que certaines photos parlent d’elle-même. Voir un policier édenté qui use de sa matraque alors qu’ils n’arrivent même pas à se faire soigner et révèle la vraie nature de son institution (la police) qui n’arrive pas à prendre en charge ses soins dentaires. Ou ces photos de gendarmes et policiers qui filent avec des bidons d’huiles ou des sachets de laits alors qu’ils sont sensés veiller à leur distribution équitable. Révélant par-là que ces corps subissent la même souffrance que ce peuple qui lutte contre le gang des généraux. Pourquoi ces policiers gendarmes se plaisent dans la peau de Hagarines ? L’un d’eux le déclare à voix haute alors qu’il sait qu’il est filmé que dira-t-il dans l’Algérie de demain lors de son procès ?

    Et nos sinistres ministres, par qui commencer le clown de Rezig ? Comment il ose se montrer encore ? Ou sont toutes ces promesses populistes. Les Algériens vont le combler de prières durant ce mois de piété, avec toutes ces déclarations apaisantes sur le lait, la viande, l’huile, les légumes… Tout est disponible n’est-ce pas. Le ministre des télécommunications qui se fait lessiver en direct par un syndicaliste ou la ministre de la culture qui saute de Kader Japonais à Ibnou Badiss . Tous ces ministres sans exception Salima Soukhri a leur tête sont des opportunistes qui pensent à eux-mêmes, ils ont trahi leur peuple en tournant le dos à la révolution du Hirak, l’histoire et le peuple algérien les ont déjà condamnés.

    Les jeux sont clairs, le gang des généraux sous l’emprise de la France continue dans sa logique morbide et fait la sourde oreille au peuple et à sa révolution. Les algériens doivent trancher il ya deux catégories ceux qui sont avec la révolution (la majorité peuple et le Hirak) et ceux qui sont contre la révolution (le gang des généraux, la majorité de la police, gendarmerie, journaliste, magistrat de service). Chaque algérien doit choisir son camp, le peuple et le Hirak triompheront, le gang, les lâches, les mercenaires, les néo harkis rendront bientôt compte.

  2. J’ai oublier de préciser que beaucoup de noms ( de ministres, généraux de gendarmerie, de responsable des services secrets et la police, des responsables de chaîne TV et de quotidiens nationaux…) sont sur la table d’organisation nationale et internationale des droits de l’homme.
    Et que beaucoup de noms, méfaits et crimes (de commissaires et de policiers , de chef de brigade et de gendarmes , de faux journalistes , de magistrats corrompus …) sont connus et répertoriés par des avocats et autres organisations de droits de l’homme Algériens.
    D’ailleurs, c’est l’une des raisons qui dérange la « France officielle » qui ne peut pas faire grand chose devant des dossiers bien ficelés, dont certains sont entre les mains d’avocats français.
    La révolution gagne du terrain sur ce plan, le Pacifisme doit primer et continuer, tout en usant des seuls armes en notre possession les photos et vidéo et surtout les lives qui gardent des traces indélébiles en cas de saisis des téléphones. Tous HAGGAR rendra compte de ces méfaits ,la révolution continue et se porte bien détrompez vous.

    Continuons de denoncer les abus du gang des généraux et leur soutien la France officielle dont leurs services secrets et nos « mokhabarat irhabiya » viennent de signer un autre crime abject par l’assassinat au Mali de SIDI BRAHIM afin d’embrasser la région et trainer l’Algérie et son armée dans leur sillage . Vigilance, vigilance ….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici