LE PROCÈS DE LA RÉUSSITE

0
527

Abdellah CHEBBAH

Nov. 2021
Il est très compliqué de comprendre une personne ou une entité qui présente en même temps des signes de perversion, de psychopathie, de schizophrénie, d’égocentrisme, de violence et de dépression qui défient toutes les lois du bon sens, de la raison et de l’intelligence.
Le pouvoir Algérien est dans ce cas de figure. Impossible de comprendre sa ligne de conduite. Il fait ou dit toujours quelque chose et son contraire. C’est machiavélique, marrant à une certaine limite. Il n’y a aucune homogénéité, ni cohésion dans ses actes.
On a l’impression que les gens qui dirigent actuellement l’Algérie sont dans un état d’urgence et de survie. Ils n’arrivent plus à distinguer le vrai du faux. Ils sont dans une logique du tous azimuts. C’est toujours la fuite en avant pour alourdir encore un passé déjà très lourd. Cela crée des crises à tous les niveaux et de toutes sortes. Aucun n’est épargné dans ce gloubi-boulga, ni le peuple ni le pouvoir en place. Il y a de quoi se poser des questions pour trouver des réponses urgentes et définitives.
Le peuple à travers le hirak a mis à nu un système de gouvernance qui date depuis 1962. Il a réussi à soulever le rideau sur des vérités.
Pourquoi s’en prend-on à ce peuple courageux qui a montré du doigt ceux qui ont ruiné ce pays ?
Pourquoi lui faire le procès de sa réussite ?
Pourquoi demande t-on à ce peuple de toujours faire des sacrifices alors que les dirigeants de ce pays n’en font pas? Bien au contraire, ils sont bien généreux pour eux-mêmes.
La situation actuelle de l’Algérie ne peut pas s’éterniser. Ce pays s’engouffre de plus en plus dans des problématiques qui dépassent toute entendement et toute possibilité à trouver des solutions unanimes. Ce pouvoir n’a plus d’arguments de persuasion ni de dissuasion, uniquement de la répression. Il faut trouver un moyen de s’en sortir. S’acharner à avoir raison d’un côté comme de l’autre n’est pas la solution idéale. Une entente d’apaisement doit être envisager pour trouver un terrain d’entente entre ce peuple et ceux qui le gouvernent. Si le président dit que c’est maintenant lui le hirak, qu’il prouve sa bienséance et sa bienfaisance. Certains membres du hirak sont en prison, à l’étranger ou engloutis par la mer. De quel hirak parle-t-il?
Faudrait-il rappeler à tout un chacun de ces dirigeants que des millions de citoyens Algériens vivent dans la misère et la pauvreté?
Faudrait-il leur rappeler aussi que les jeunes dont 70% constitue ce peuple sont déroutés, sans avenir et sans horizons? Ils sont suspendus à un espoir, celui de voir leur pays libéré de l’angoisse, de l’incertitude, et de la hogra.
Pourrez-vous incarner ce hirak réellement en libérant les esprits et en leur assurant une égalité des chances dans la conduite de ce pays?
N’est-il pas plus délivrant pour vous et les vrais décideurs ?
Les défis sont majeurs pour ce pays qui n’est pas encore sorti de son sous développement économique et mental. Faudrait absolument sortir de cette impasse qui a trop duré et s’atteler à rejoindre le peloton de certains pays Africains qui ont mis à l’écart toutes leurs querelles enfantines. En ce 21ième siècle, le monde va aller très vite. Gare aux derniers.
Que dieu apporte sagesse et raison à ceux qui ont failli à leur devoir et de la lucidité à ceux qui enflamme les esprits.
Mieux vaut faire et se repentir, que se repentir et rien faire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici