DANS LE VISEUR DE LA VOYOUCRATIE 

0
865

                                                                                                

Par Nour-Eddine Boukrouh

Le journal arabophone « Echourouk » a publié à la une de son édition du 15 septembre 2022 une ‎‎« information » selon laquelle mes enfants sont l’objet de poursuites judiciaires pour « corruption ‎et transferts de devises » devant le pôle économique et financier du tribunal de Sidi M’hammed, et ‎qu’ils encourent de « lourdes peines‏ ‏‎».‎

Effectivement, mes enfants sont poursuivis par ce pôle mais : 1) sans que nous sachions si c’est à la ‎suite d’une plainte, d’une « action publique » déclenchée par le Parquet ou à l‘instigation d’une ‎‎« partie occulte » ; 2) sous des chefs d’accusation ahurissants, fallacieux et ridicules qu’aucun ‎tribunal digne de ce nom ne prendrait en considération une seule minute car ne reposant sur ‎aucune base juridique ou preuve factuelle. Sans parler des délais de prescription si ces faits avaient ‎existé. Et bien sûr, s’il y a encore une justice en Algérie.‎

Les accusations portées contre eux sont liées à une SARL privée où ils étaient actionnaires entre ‎‎2002 et 2005, époque à laquelle ils étaient mineurs pour trois d’entre eux. Ils n’ont jamais investi au ‎Liban ou ailleurs, ils n’ont jamais transféré un sou en dinars ou en devises provenant de cette SARL ‎ou d’une autre activité économique publique ou privée, et ma famille (à l’exception d’un membre) ‎et moi n’avons jamais vécu au Qatar comme l’a écrit le journal. ‎

Il s’agit d’une machination contre moi dont mes enfants sont le prétexte. Des mandats d’arrêt ‎internationaux ont été préparés contre eux pour les accusations citées, et contre moi pour « trafic ‎d’influence » dans la création de cette SARL il y a 20 ans. Mon épouse et mon fils sont pris en otage ‎depuis juin dernier (sous ISTN puis sous contrôle judiciaire à ce jour), et « on » me promet une ‎destruction de ma famille et un bannissement qui a commencé en septembre 2017 avec mon exil ‎forcé après mon « Appel à une Révolution citoyenne pacifique » et que, par ces procédés de ‎voyous, « on » veut rendre éternel.‎

Je me souviens avoir lu il y a deux mois sur les réseaux sociaux un document fuité par un youtubeur ‎selon lequel de hauts responsables sécuritaires avaient adopté au mois de mars un plan visant les ‎familles des opposants à l’intérieur et à l’extérieur du pays pour les « exploser avec une affaire ou ‎une autre », vraie ou fausse, l’essentiel étant de les enfermer dans des procédures judiciaires où il ‎leur est demandé d’apporter les preuves non pas de leur innocence, mais de leur culpabilité. Il est ‎facile de retrouver ce document où j’étais peut-être le premier sur la liste.‎

Cette odieuse opération de représailles contre moi pour mes écrits sur la politique algérienne a été ‎fomentée par un clan que je ne situe pas pour le moment, mais j’ai informé par écrit il y a près d’un ‎mois qui de droit. Je reviendrai sur cette cabale avec plus de détails le moment venu ».‎

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici