Nouvelle expertise ouverte, d’un Professeur Fondateur : une École Nationale Supérieure décrétée, pour Sourds (ENSS)

0
1676

Pr Nacira ZELLAL, www.urnop-alger2.com

J’ai proposé cet article, avec son accord du 28 juin 2022, à Monsieur l’ex-Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, après que j’eusse appris, par voie de médias, la création de cette ENSS, sans référence à l’expertise du spécialiste. Mais, ni lui ni son Directeur Général des Enseignements n’ont daigné me répondre. Or, ce dernier a reçu l’auteure du projet elle-même, mon ancienne élève spécialiste en Surdité et Apprentissages, rang magistral à l’ENS de Bouzarréah, où tout s’est fait à son insu et où elle fut mise à l’écart, munie de son CV et de son programme. Il ne l’a pas rappelée. Or, il sait fort bien mon expertise en la matière, ainsi que mon exclusion concertée de l’ensemble des Comités dits “d’experts”, depuis celui du Département d’Orthophonie que j’ai créé en 2015, jusqu’à la CUN, en passant par ceux des Conférences régionales et Nationales, de la Direction Générale de la Recherche Scientifique et du Développement Technologique et de ses Agences Thématiques. Bref, c’est un réseau administratif parfaitement organisé, qui détruit la Science dans notre pays.  

Monsieur l’ex-Ministre et son DGEF, ne m’ont donc pas considérée, moi non plus, dans mon Capital Apport et dans mon Expertise, au risque de commettre des erreurs, c’est pourquoi, je l’expose à l’opinion, s’agissant de l’intérêt général.    

Ainsi, la création, en catimini, d’une ENS pour Sourds, présage d’un autre échec coûteux, similaire à celui infligé à l’Orthophonie, Science Cognitive Médicale, mais bloquée en Sciences Sociales, juste pour permettre à une masse de médiocres nécessiteux, des sans projets, logés discrètement dans l’ensemble de ces comités, afin d’en subsister et de s’assurer une carrière. La marginalisation des compétences nationales instaurée aux années 70-80, revient donc en force, depuis ces dernières années, au rythme de nos progrès.  

  1. Rappel du contexte historique

Derrière cette nouvelle scoumoune organisée contre l’expertise en Neurosciences, prolongements scientifiques de l’Orthophonie, secteur novateur, pour la première fois reconceptualisé en un modèle scientifique pluridisciplinaire, se cachent, comme à chaque délit, les aventuriers du holdup jeté sur le Département d’Orthophonie, fruit de 45 ans de productions largement publiées. L’Orthophonie en Algérie est scientifiquement adaptée au réèl socio-psycholinguistique et culturel algérien, car il est impossible d’importer notre culture! Le soin orthophonique ne peut, en effet, être pratiqué qu’en Algérie, travail scientifique inaugural et pionnier, réalisé au décours de plusieurs décennies de travaux théoriques et empiriques, validés par la confrontation internationale (ex. IALP, 1995, Le Caire; ICP2016, Yokohama, Japon).

J’ai appris par ouïe dire et médias, la création “par Décret”, de cette ENSS! Sans qu’en soient consultés les experts spécialistes en Surdité, alors que l’URNOP, seule entité de recherche en Orthophonie, existe, habilitée par le même Ministère que celui qui décrète cette ENSS et ce, depuis 2013, en tant que progrès du LaboSLANCOM, lui-même créé en 2000 comme premier Laboratoire de l’Université d’Alger.

Ce qui est très curieux, c’est le fait que Monsieur l’ex-Ministre habilite si facilement et si vite, une telle ENSS, sans le recours à mon expertise de spécialiste, mais, paradoxalement, il m’exige, pour un Projet d’Offre inédit et novateur, de Certificat de Surspécialité Orthophonie (CSSO) l’agrément de Professeurs de Médecine, donc de non spécialistes en Orthophonie! Bien qu’obtenu à Alger 1, le 04 février 2021, malgré les rétiscences dues à ce que toute création est provocation, ce grand projet utile au pays, demeure mystérieusement subtilisé à ce jour; je le defends et le défendrai donc, avec bonheur et sérénité.

Ainsi, monde à l’envers, il y a 02 poids et 02 mesures et blocage de l’Innovation, pourtant  tant prônée par ces mêmes responsables, l’innovation que l’URNOP insuffle à des Sciences Humaines cliniques inexistantes ! Lire encore article “L’Innovation” du 14 mai 2022 paru dans le Quotidien L’Expression.

Cette ENSS recevra alors, ici, par voie de presse, mon expertise, en tant que seul Professeur-Expert en Orthophonie en Algérie, à ce jour. L’Historique de la Fondation, flotte en ligne sur site de l’URNOP, rangé en première position sur celui du MESRS, pour la visibilité du produit national; cet Historique, que des administrateurs connus pour leur perversité, ont fantasmé effaçable et pour cause! Il dénonce, entre autres, comment, en 2011, j’ai été tout bonnement, interdite de produire le 2ème professeur et 2ème expert en Orthophonie.

Loi de la Nature, le 2ème est évalué par le premier et, il y a 10 ans, fut monté le complot collectif par mes élèves en échec, qui ont dû stopper leurs avancées, en contrepartie de promotions non justifiées par le Travail! Le gain facile est une endémie, c’est pourquoi notre université a toujours du mal à se relever. Leur administration les gonfle artificiellement, croyant leur rendre service! Voir la composante de la CUN, qui, depuis 2012, distribue très gravement des grades indus de « professeurs d’Orthophonie », à mon insu, à un personnel, qui fait passer pour international “un article émirati” auto-évalué, dû à l’une de mes post-graduante, ayant fugué aux EAU, lors de son stage toulousain (offert par mon projet CMEP-Tassili, en 1991). Incapable elle-même, d’écrire un article, elle leur y fabriquera un simulacre de revue inconnue, qui entassera, dans l’impunité, tous leurs faux et pseudo-articles promotionnels, que, malgré mes dénonciations, légalise la tutelle qui, de plus, leur envoie des tekrim par Facebook !  

Le Département d’Orthophonie, qui pouvait être un fleuron neuroscientifique en 2015, est dévoyé, transformé en un ramassis de faux cursus LMD, de faux doctorats et de fausses habilitations offerts à huis clos entre eux, dans les arrières-cuisines, alors que ce ne sont que l’objet de grossiers plagiats en copier-coller en série, de mon produit piqué du site de l’URNOP, à ciel ouvert. Nul ne l’ignore.

Il nous rappelle tragi-comiquement, « le Bal chez Madame de Beauséant » de Balzac. Des dames téléguidées par leur coach bêtement caché dans ses coulisses, y errent sans objectifs, réunies autour d’une “Cheffe du Département”, mon élève du niveau Magistère d’il y a 20 ans, mais elle aussi professorisée en … psychologie, pour diriger un Département … d’Orthophonie, comme si un professeur de mathématiques pouvait diriger un DPT de biologie ! Et, elle trône illicitement puisque depuis 05 ans, m’envoyant même des ordres en anonyme, puisqu’elle m’exclut du mailing de mon DPT, derrière un desk que je n’ai pas, à la manière d’une reine, montrant, toujours affairée à ses camarades, comment gérer le vol pédagogique et le plagiat du produit du Maître…

La plateforme pitoyable Moodle de la Faculté des Sciences Sociales d’Alger 2, met alors à nu, sans que cela gêne, leur voierie pédagogique !

L’ex-SG du Ministère m’a tout bonnement dissimulé les résultats de l’inspection ministérielle de juillet 2020, diligentée dans mon DPT par le Pr Chitour, notre ex-Ministre, du fait que cet ex-SG est lui-même, impliqué dans le détournement conscient de mon LMD, en tant qu’ex-DGEF en 2017. Je continuerai donc mes réclamations de leur publication, comme l’exigent loi et éthique.

Pour rappel, le Magistère d’Orthophonie1987, a été, de 1992 à 1996, violé et volé, par, justement, les auteurs du cuisinage de cette ENSS, alors qu’ils n’ont jamais vu un déficient auditif !

De ce viol ils naîtront illégitimes “post-gradués en copier-coller” et deviendront même enseignants, malgré eux, pour poursuivre, avec l’aide et la protection de responsables-irresponsables, décideurs administratifs, la destruction de la Chaire d’Orthophonie, qui les nourrit, par ce genre de ravages pédagogiques.

L’actuel Secrétaire Général du Ministère, qui était Directeur à la DEGEF, l’a reconnu et confirmé, en 2015, en ces termes : ”Nous reconnaissons et confirmons que vous avez construit la Chaire, mais que ses consommateurs vous l’ont détruite”.

La corruption scientifique et des esprits est la pire des corruptions ! Et dire que ces gens-là furent mes élèves (mais en psychologie, pas en Orthophonie ni en Audiophonologie !). Ils s’assurent une subsistance, se bâtissent en grossiers imposteurs, toute une carrière, qui est non conforme, sur mon dos et le pire, c’est qu’ils répandent les faux pédagogiques dont se plaignent leurs « diplômés » eux-mêmes, dont il me plaît de rattraper, par mes formations nationales bénévoles qui sont tant prisées et passionnantes, le LMD aujourd’hui falsifié et clochardisé, à l’échelle nationale. Ceci permet un tant soit peu, de juguler le gaspillage de milliers de faux-diplômés chômeurs, produits chaque année, depuis 2010, année à laquelle fut mis en place le complot du vol de l’oeuvre, par mes propres élèves-enseignants.

Tout est donc faux, dans un secteur de Santé Publique, que l’Algérie ne peut pas importer malgré ses richesses, ni faire assurer par les prises en charge en France !

Ainsi, cette ENSS s’inscrit, tout simplement, dans l’endémie des projets amateurs, sachant qu’un travail non référencé, n’est pas scientifique.

L’Algérie est le seul pays où des enseignants sont produits sans être encadrés ni évalués selon la norme ni référencés ! Ils “travaillent” comme si le MTA n’existait pas, dont le module est jeté en pâture depuis 2016, à un badaud égaré de Bouzarréah, qui “enseigne felsafet l3ayyina”.

Contre Nature, ces monstruosités pullulent alors, comme nées d’une aberration chromosomique puisque pas de la reference ! Le Meilleur d’entre eux ne sait pas poser un diagnostic ! La tutelle le sait, elle est responsable, mais elle ne réagit pas, c’est si étrange ! C’est, en effet, un fait invraisemblable, dans un pays, qui prône la valorisation des sciences et des scientifiques ! L’actuelle relève (14 doctorants en Neurosciences) fera alors, son travail, puisque la première a été entièrement détruite, corrompue, gaspillée, fut-elle ornée de grades et de promotions clownesques, illicites, objet du vol et du plagiat assez dénoncé, de mon oeuvre.

2. Expertise par mise en garde d’un nouvel échec socio-économique et scientifique : d’une ENSS créée “par décret”

En tant qu’ancienne élève des précurseurs-mêmes dans le monde, de l’Audiophonologie, ce, en Faculté de Médecine de Paris 6-UPMC, référence mondiale en Médecine et en tant qu’ayant produit les premiers, les seuls post-gradués et les seuls docteurs légaux et légitimes en Surdité du pays, je suis donc bel et bien concernée, la présente expertise s’impose, dans l’attente du fruit de cette ENSS, prévu pour dans 02 ans.

Or, le projet de cette ENSS est sorti des cerveaux de ces Docteurs en Orthophonie, titulaires des thèses d’Audiophonologie, soutenues au début des années 90. Ils le leur ont
détourné, exactement comme ils ont détourné le LMD et son Département d’Orthophonie!
Ce « futur » projet d’ENSS aurait été, en effet, en catimini, offert à ces auto-proclamés
« spécialistes » en Audiophonologie, secteur des Techniques de Démutisation du Sourd ou Discrimination Phonologique, alors qu’ils ne sont même pas capables de transcrire les performances sonores du sourd en cours de démutisation et qu’à un âge très avancé, ils se
sont même « auto-professorisés » en psychologie avec leur vol de mes thèses d’Orthophonie-spécialité Phoniatrie ou Surdité, comme si l’on pouvait être professeur de Pharmacie, à l’aide
d’une thèse volée de Chirurgie Dentaire… Tout le monde et eux-mêmes le savent et ils n’osent pas lever la tête à ma vue. Drôle de vie universitaire, une vie déchéante, peu glorieuse !  

L’acte purement administratif, qui agresse la Science depuis des décennies touche donc, ici, directement l’Innovation en Algérie.

Les prolongements Neuroscientifiques de l’Orthophonie, dont la Surdité fait partie, sont justement développés pour pallier ces dégâts, qui ne cessent de s’exacerber !

D’ailleurs, à la demande de l’étudiant, qui, constamment et au su de la tutelle, décrie le non conforme LMD qui lui est ingurgité, j’en exhume, actuellement, tous les programmes, à travers le Facebook “Orthophonie Blida”, qu’il m’a créé et l’Audiophonologie y occupe sa place. Actuellement, le cours d’Audiologie dans l’implantation cochléaire est en cours de diffusion, ceci, pour faire au national, le démenti pédagogique. Initiative de jeunes, ce Facebook d’à peine 03 mois, réunit déjà plus de 20.000 membres. En effet, ils sont attirés, non seulement, par la méthodologie d’Adaptation de l’Orthophonie, aux systèmes linguistiques arabes et berbères, secteur de la « Neurolinguistique », qui est une spécialité orthophonique émergeante, par le Master Neurosciences cognitives2010, qui, lui, m’a été volé en 2017, justement, par les « directrices » de cette ENSS, ce qui leur permet une survie en imposteuses.

Dans cette ENSS, il s’agit, en fait, de la formation des Écoles Paramédicales de Parnet, qui dépendent du Ministère de la Santé et des CNFPH, qui dépendent du Ministère du Travail. À quoi est donc dû ce « doublage » subit ? On double des cursus existants et on met sous les buissons des cursus inexistants !

Il n’existe, en Algérie, que 11 bacheliers sourds et muets depuis 2010,  dont 02 sont licenciés en gestion, de l’Université de Dely Ibrahim, renseignements pris auprès de l’ex-SG de l’ANSMA,  avec lequel j’ai travaillé aux années 90 : 03 thèses dirigées en surdité, dont les auteurs sont enseignants aux Universités d’Annaba, d’Alger 2 et d’Oran 2, respectivement ; envoi de stagiaires au Centre de Surdité de la Norville ; Colloque de Surdité en 1996, auquel avait même participé le Pr Hasbellaoui, ex-Ministre de la Santé, avec son maître, Feu le Pr Bensemane, le Pr Selmane, …et que le Pr Guidoum, ex-Ministre de la Santé, ouvrit (Actes in n° de la Revue Orthophonia, de la SAOR, 1994, 1995 et 1997 ; le tout, comme soutien au Cours hospitalier Étude de cas (OPU, 1992, mis en ligne) tenu à l’École de Jeunes Sourds du Telemly. Sont alors lancés, pour la première fois en Algérie, les fondements scientifiques de la démutisation du sourd-muet, à travers l’usage de techniques Phonétiques-Phonologiques Acoustiques de la langue maternelle, adaptées donc, aux systèmes algériens, en Verbo-
tonale, protocole utilisé dans toutes les EJS et tous les services d’ORL du pays.

Mais, cette règle théorique, n’est pas appliquée en Algérie, car la Phonétique est une science très difficile, son module est détruit depuis les années 90, et la notion de démutisation en langue maternelle n’est pas assimilée, d’où les graves erreurs et les plaintes des parents qui ne voient pas leur enfant s’améliorer, malgré leur investissement financier. C’est comme si l’on soignait le cancer à l’aide du mercurochrome.

Le premier colloque d’Orthophonie en Algérie a eu lieu en avril 1988, dans le thème de la Surdité, au CNFPH de Constantine, qui était, à l’époque, dirigé par le Pr Ali Kouadria. La Verbo-tonale a été remplacée ou mixée par/à la Communication Totale, notamment pour les cophoses ; mais, là aussi, ce n’est pas encore couronné de succès, en l’absence d’une formation en Neurolinguistique et en Phonétique clinique, que ce soit dans la Formation Paramédicale et des CNFPH, que ce soit dans le programme du LMD d’Orthophonie des Universités, depuis son détournement par les 03 psycho(socio)logues, qui s’improvisent orthophonistes spécialistes en Surdité, sans savoir définir les oppositions phonologiques de leur propre langue maternelle, mais néanmoins, sollicités, eux, comme “experts” pour cette ENSS  ! Pire, les enseignants des diverses matières universitaires (mathématiques, sciences politiques, physique, langues,  biologie,  histoire, géographie, philosophie, matières abstraites, …), signées en communication totale bilingue orale / gestuelle, n’existent pas! 

L’expérience des classes d’intégration, lancée par la première Enseignante pour Sourds, Mme Benaissa, qui, elle non plus, n’a pas été consultée comme Experte du projet d’Offre de cette ENS, n’a pas, non plus, tenu le coup, par manque d’une logistique adéquate et de fondements scientifiques, phonologiques et linguistiques.

En LPC (Langage Parlé Complété), cette ENSS n’aura donc pas de résultat, car il n’existe pas de programmes adaptés Signés et s’ils étaient importés, il n’existerait pas de personnel qui les maîtriserait, en Communication totale. Le tout, sans compter qu’en Algérie, les discours politiques, qui contiennent une culture multidisciplinaire, sont prodigués en langue arabe ou kabyle.

Chaque sourd est un cas : Demi-sourd ? Hypoacousique? Appareillé ? Surdité acquise ? Degré de perte ? Implanté ? Car, il faut bien constituer des classes équivalentes, qui seront       « formées » par l’encadrement sensé être produit par cette ENSS.

Les Orthophonistes des Écoles de Jeunes sourds sont chargés de l’évaluation des capacités cognitives du déficient auditif. Or, l’Historique de l’Orthophonie, que ces apprentis sorciers ont aussi tenté de falsifier et détourner aussi (sic ! Comme si l’on pouvait falsifier un Livret de famille ou un Acte de naissance!!), démontre que les sourds ne peuvent même pas être évalués en Algérie, vu le déni de la Méthodologie d’Adaptation de la Verbo-Tonale et l’absence de listes d’intelligibilités étalonnées ! Comment donc constituer les classes de Sourds homogènes, dont cette ENSS vise à en produire un encadrement ?

Le test cognitif du MTA national-international, n’est maîtrisé que par le praticien et l’étudiant qui suivent mes formations; les enseignants de mon LMD détourné l’ignorent, je me demande bien quels diagnostics et évaluations ils peuvent bien enseigner ! Le MTA comporte des épreuves de discrimination auditive, adaptées et étalonnées en langue arabe.

Je déplore le fait que strictement rien, n’a été fait, en Orthophonie, pour le système linguistique et phonétique kabyle, par les 03 kabylophones, mes anciens élèves, qui se sont emparés de mon LMD et de mes thèses pour survivre. Pour la langue arabe, le fruit de 45 années de recherches est médiatisé dans la Bibliothèque URNOP, la seule d’Orthophonie, du monde Arabo-Africain. 

Vous ne les verrez jamais, par exemple, sur un podium, capables de convaincre un public de Médecins ou dans un colloque international, s’exprimant au sujet de leur produit scientifique-clinique : zéro productions, absents dans le net, mais, monde tordu, ils sont bel et bien les commandants de bord ! 
Je l’ai même médiatisé (Santémag Canal Algérie, du 17/01/2022) et signalé aux Professeurs de Médecine des Universités de Kabylie, qui, adeptes de l’éthique professionnelle, m’ont exprimé leur grand intérêt pour l’Offre de CSSO, assortie du Projet de Centre de recherche Neurosciences et Société, proposé, lui, à l’instigation de Monsieur l’ex-DGRSDT et agréé le 23/12/2020 par son propre CSP, devant la soutenir; mais…, projet innovant, lui aussi mis sous les buissons… Fruits de ma Propriété Intellectuelle, ces 02 grands projets sont toutefois, protégés à l’ONDA, comme protégés le sont d’ailleurs, tous mes cursus, qui sont piratés dans la jungle organisée contre mon balayage, dès 1979, de la non conforme et irrégulière filière vide et fausse de 02 ans, créée pour indigènes en 1977, par une institutrice française. Ses relais sont justement les 03 imposteurs protégés par leur administration. Notre Président lutte contre toutes les tares laissées par la France, il réussira.      
Donc, des   projets   immédiatement   fructueux, novateurs, mondialisateurs de la Médecine, compétents, nationaux-internationaux, utiles et agréés par des CS (fussent-ils non spécialistes, tant ils en sont convaincus), sont bloqués par le Ministère, alors que des projets farfelus, tricheurs, incompétents, non fondés, gaspillage socio-économique, sont très vite habilités en catimini, puis déclarés en grande pompe via la télévision, légalisés avec affectation de leurs       « directrices », de leurs budgets et même de leur siège !  

Le Cours de Phonétique acoustique a, lui aussi, très gravement disparu du LMD. À ce titre, la liste d’intelligibilité phonologique de Démutisation du sourd, contenue dans le livre Phonétique orthophonique arabe (OPU 1984, préfacé par le Pr Abdelouahab), vient d’être mise à jour et rendue opératoire chez des déficients auditifs, porteurs d’un implant cochléaire, à travers le mémoire de licence encadré à l’Université d’Oran 2. Un élément inconnu d’Alger 2, qui a été parachuté (mais vite limogé), dans l’administration de cette université oranaise, m’a interdit de le faire soutenir ! Le résultat de ce mémoire sera alors publié dans le vol. 02 du n° 25 de la RSH électronique de l’URNOP, Proceedings du IV° Congrès International de Neurosciences Cognitives de l’URNOP (18-19/12/2021), auquel le jeune binôme a contribué.

Mettre de la sorte, sous terre tout faux projet contre l’Orthophonie, par ces articles d’Expert, suffit largement à maintenir la Chaire haute et compétente. Les dégâts ? Question
de temps, ils finiront sous terre, eux aussi. Le critère scientifique triomphera du critère administratif, qui, fait de notoriété publique, a mis à genoux l’Université.

Ces charlatans de la Médecine, rendront compte. Ils vivent mal, culpabilisés malgré les avantages qu’ils savent mon fruit, auront déjà à demander pardon à l’enfant sourd et aux milliers de faux diplômés-chômeurs, dont il ont la responsabilité.

Le complot du holdup sur la chaire a éclaté en 2010, fomenté, justement par les 03 relais de la fraude française-fabricants de cette ENSS, des non spécialistes, que ce soit en surdité, que ce soit en Orthophonie. Sinon, qu’ils nous publient donc et signent de leurs noms, ne fut-ce qu’un paragraphe de 03 lignes, sur les fondements scientifiques sur lesquels ils ont fabriqué leur “programme” de cette ENSS !

En 2017, mon rapport à la Présidence de la République a fait limoger tout le staff d’Alger 2 et, tant ils sont coriaces, nous en retrouvons, dans les réseaux sociaux, l’ex-vice-rectrice des relex à Alger 2, récupérée à l’ENSB alors qu’elle a beaucoup agi contre l’Orthophonie en valorisant les Alibaba, s’affichant gauchement avec eux, nous offrant un tableau tragi-comique, voire pathétique, de leur « tekrim » comme heureuses élues « dirigeantes » de cette ENSS ! Ces faussaires croient et font croire qu’elles enseignent l’Orthophonie, alors qu’elles n’ont pas de test de diagnostic neurolinguistique ni liste d’intelligibilité de démutisation du sourd, qui soient adaptés ! La gzèna, le diagnostic subjectif, la parapsychologie, la roquia et autres, n’ont pas droit de cité à l’Université, lieu de recherches scientifiques ! Ces trafiquants d’arrière-cuisine s’offrent aussi, anarchiquement et à profusion, H24, administrativement et jamais scientifiquement, des masses de faux « masters et doctorats », porteurs de noms bizarres, sans objectif, comme « surdité », « pathologies »,            « neurolinguistique » sans programmes normaux, ni de surdité, ni de pathologie ni de neurolinguistique, si ce n’est des bêtises en copier-coller sans queue ni tête ! Le miroir c’est le cri de détresse et le désarroi de l’étudiant, qui l’atteste, transmis au rythme des sms et des mémos, à la tutelle, qui reste de marbre, insensible. L’étudiant qu’ils terrorisent et brise à vie dans son projet, lorsqu’il a le malheur de me les dénoncer ou de se plaindre par voie de presse dénonce alors, leur (seul) mini-« doctorat » social sur le sujet normal, leur cv indigent et leurs arrêtés de nomination en psychologie (ou … en orthophonie, c’est selon le goût de leur « expert » de la CUN).

La dérivée du viol du Magistère, de 1992 à 1996, vient même d’être auto-décorée d’un pseudo-« laboratoire » intitulé, de façon stupide : langage, développement (au lieu d’ »acquisition »), pathologie (au singulier) et…  « connaissance … » (elma3rifa…). Mon élève en échec, sa pseudo-directrice n’a, en Orthophonie, pas plus que la demi-licence des années 77-78, refondue en 1979 aux CHUs. Hissée cheffe de mon Département sans mon Avis, avant son limogeage en 2017, elle est illégalement, depuis 05 ans, remplacée par pire !!!

Elles ont été retenues patronnes de mon Département de par leur réputation, en tant que complotistes contre l’Orthophonie, dont elle se gavent, bonnes exécutantes des délits pédagogiques, en série, dans une hystérie connue.

Elle comptait même “meubler” ce faux laboratoire administrativement auto-offert, qui, bloqué dans le structuralisme n’accèdera pas au cognitivisme, produira le néant socio-économique budgétisé, à l’aide de mes 14 doctorants de l’URNOP, au préalable du cambriolage, par son clan administrative, du local de l’URNOP! Ce rocambolesque plan de violence phyqique fut provoqué comme représailles du majestueux IV° Congrès Mondial de Neurosciences des 18-19/12/2020 où la Surdité est incluse, ce qui nous encourage à les défier en bien mijotant notre V° Congrès Mondial de Neurosciences, dans la thématique de … leur Surdité…

Elle-même l’une des enfants illégitimes, nées du viol de 1992 à 1996, du Magistère1987, opéré par ses 02 « maîtres », eux-mêmes mes élèves, mais en psychologie, elle singe même, hideusement, la SAOR, qui l’a pourtant promue et elle fut, en novembre 2016, l’architecte magique, du détournement du Master Académique “Neurosciences cognitives”, habilité par l’Arrêté n° 312 du 07/09/2010, références d’Arrêté ministériel, volées aussi, via une autre fraude relevant du pénal, en la validation d’un faux master, un pseudo et illégal master de substitution dont l’auteure, du niveau Magistère d’Orthophonie, a été “formée en neurolinguistique”, dans un centre d’aide sociale pour nécessiteux “psychanalytiques”, par celle-là même, qui rendra discrètement visite à mes collaborateurs des CHUs de France, co-directeurs avec moi-même, de mes Projets CMEP-TASSILI…

Bref, une vraie Association de malfaiteurs, une bande assoiffée de nuisance aux Sciences en Algérie, est donc à démanteler, dans le cadre du changement attendu de la part de notre nouveau Ministre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici