À la mémoire de Lâaldja notre mère

0
1458

Hakim ALLOUCHE

À la mémoire de Lâaldja notre mère, Je viens tout juste de finir la lecture d’un si beau récit en mémoire de la maman de notre ami écrivain-journaliste, Youssef Zirem, Lâaldja notre mère. Il y a de ces passages des plus émouvants dont on ne souhaite point qu’ils se terminent. L’envie de lire se laisse entièrement bouleversée par la compassion et la double peine cumulant les grandes douleurs, le décès de la maman et celle de la déchirure intraitable ayant des ressemblances à la mort, déguisée, l’exil.

D’une page à une autre, il y a cette impression authentique que l’auteur réussit à faire sentir avec beaucoup de tendresse, transmettre avec sagesse  et faire vivre pleinement. On aurait dit qu’il ouvre ses bras avec une hospitalité chaleureuse  invitant les esprits, même les plus égarés, pour écouter le cœur en le baignant dans la bonté, affection, générosité, solidarité, droiture, correction,…et tant de valeurs inspirées de la source pure et inépuisable d’affection, sa chère et bien aimée maman, paix à son âme. La lumière d’un amour de la sainte mère est  omniprésente.

La description témoigne également de tous les liens forts et unis qui réconfortent aussi bien l’univers familial qu’amical. Le narrateur évoque des tranches de vie des êtres et des bien-aimés, accessibles, simples et admirables: son père, ses sœurs, ses frères, nièces, neveux, ami-e-s,…. c’est tellement attachant  qu’on n’a du mal à admettre la fin de cette invitation singulière qui reste en sois saisissante comme un voyage intérieur, une introspection guérissante fleurie en émotion. Néanmoins, on finit par se consoler car l’écrivain Youssef Zirem est un témoin de son temps en étant bien présent, à bien des égards, notamment dans les luttes pour les bonnes causes. Un intellectuel éclairé qui n’a jamais oublier un instant les siens et sa terre natale, qui contribue par tous ses apports pleins de sincérité et engagement en quête de la liberté, démocratie et justice sociale.

Les diverses et merveilleuses publications journalistiques et littéraires sont un trésor précieux et fécond à découvrir, faire connaître et transmettre à l’humanité entière: Algérie: la guerre des ombres, Histoire de la Kabylie; l’Homme qui n’avait rien compris; Matoub Lounes: La fin tragique; La porte de la mer; Libre comme le vent; La cinquième mascarade; Les enfants du brouillard; Le chemin de l’éternité; Le semeur d’amour; La porte de la mer, Éveiller les consciences,…etc. À l’image de ce récit en mémoire de sa mère Lâaldja, récemment publié, Editions Fauves, il y a de ces passages rayonnants qui sont à lire, relire et partager. Le narrateur conte avec art toutes ses impressions affectueuses, les souvenirs d’enfance inoubliables,…qui remontent, peu à peu, en surface à la suite de décès de la bien aimée, un être hautement élevé, Lâaldja.

Une mère qui fut toute sa vie une personne exceptionnelle au service des autres qui a su joindre les qualités morales à l’acte bienfaisant sur terre pour laisser après sa disparition tout un monde orphelin. Toutes celles et ceux qui l’ont connu sont inconsolables. Cette œuvre scintillante fait vivre une expérience nourrissante et ouvre grandement le cœur à la bonté, amour, solidarité, bienveillance, altruisme,…et tant de vertus. Le lecteur assoiffé des mots émouvants et d’authenticité se laisse naturellement absorbé par toute la beauté magique et littéraire. Malgré la profonde tristesse mais l’esprit demeure au final emporté dans une vraie vie teintée d’une expérience humaine synonyme d’espérance. Toute notre reconnaissance à cette belle plume luisante qui ne sait semer que les belles valeurs humaines et universelles. Respect à tous ces mots poétiques pleins de dignité  détenant les secrets pour surmonter, grâce à une démarche intelligente et apaisante, tous les méfaits exécrables de la bêtise humaine.

Quelle belle inspiration comme un message puissant pour dire que la vie vaut la peine d’être vécue à condition de donner le meilleur de sois. Cet écrit restera un bel hommage  à Lâaldja mais aussi plus largement à toutes les mamans vivantes ou disparues. On peut dire vraisemblablement que le lecteur en sort comblé avec des éléments qui pourraient s’inscrire comme une réponse à un questionnement, qui ne date pas d’aujourd’hui, qui consiste à comprendre en permanence la finalité de l’existence  de l’Homme sur terre.

Avec beaucoup d’humilité, grâce à tous les mots pleins d’harmonie, l’auteur réussit à transmettre des éléments de réponse avec une touche de spiritualité de sa maman ayant une philosophie de vie et su emprunter avec confiance une voie sûre et abondante pour toucher de plus près le bonheur. C’est certainement aussi une thérapie tendre à toutes les âmes blessées pour faire face à toutes les circonstances improbables, amères, douloureuses et inévitables subies des aléas de la vie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici