Édition du
23 October 2017

Communiqué commun de MM. Ali Yahia, Taleb El Ibrahimi et Benyellés. عبد النورعلي يحيى – أحمد طالب الإبراهيمي – رشيد بن يلّس يصدرون بيانا

عبد النورعلي يحيى – أحمد طالب الإبراهيمي – رشيد بن يلّس يصدرون بيانا
 
 بسم الله الرحمن الرحيم
بيــــــــان لم يعد جليا أن رئيس الدولة، وبعيدا عن الظروف المعروفة التي وصل فيها إلى سدّة الحكم سنة 1999،وما تبعها من تعديلات دستورية متتالية تضمن له الرئاسة مدى الحياة، قادر اليوم على الاستمرار في إدارة البلاد بسبب إصابته بإعاقة خطيرة خاصة منذ إدخاله المستشفى في الخارج، للمرة الثانية في ماي 2013 . لا عجب، فالمناسبات القليلة التي يطل فيها لتفنيد الشائعات والظهور حيا يرزق، بالرغم من غيابه التام عن الساحة الوطنية والدولية، يبدو فيها في حالة من التدهور الصحي لا تترك أبدا أي شك في عدم قدرته على ممارسة الحكم. إن حدثا كهذا، لو وقع في أي دولة ديمقراطية في العالم لدفع بالرئيس إما إلى الاستقالة تقديرا للمصلحة العليا للأمة، أو إلى تحريك الاجراءات الدستورية لإقالته. مع الأسف، هذا الأمر لا يقع في بلادنا لأن حالة الاستحالة المنصوص عليها في المادة 102 من الدستور، لا يمكن تطبيقها مادامت المؤسسات المخولة بالتنفيذ خاضعة لإرادة الذين يمسكون عمليا بزمام السلطة، ونعني بذلك المحيط العائلي لرئيس الجمهورية و مجموعة مستغلّة من كبار أصحاب المال التي تتصرف في خيرات الوطن كما يروق لها. هؤلاء جميعا يسيّرون البلاد دون الاكتراث بالغد، يشترون السلم الاجتماعي بإغراق السوق بالواردات من البضائع والخدمات التي تدرّ عليهم عمولات باهظة سرعان ما تحول إلى الخارج أو يحتفظ بها هناك. لقد تصرفوا في عائدات النفط وبدّدوها دون أن يهمهم مستقبل الشعب، والحال أن تفاقم نسبة الزيادة السكانية، والنفاذ القريب لاحتياطي المحروقات، وذوبان احتياطي العملة الصعبة والانخفاض المستمر لأسعار النفط، كلها عوامل تبعث على الخوف من تعريض حياة السكان وانسجام الأمة لأسوإ العواقب. إن الجزائريين- حتى وإن كانوا دائما ممتعضين لسوء تسيير بلادهم، و خضوع اقتصادها الوطني لسيطرة مَن لا همّ لهم إلا تكديس المال، إلا أنهم تحملوا ذلك لأنهم لم يتخلصوا بعد من صدمة العشرية السوداء. إن مبعث هذا التحمّل ليس سوى الخوف من انهيار السلم الاجتماعي الذي طال انتظاره، والعودة إلى سنوات الإرهاب، وما قد ينجم عنها من جديد من عواقب مأسوية. إن هذا التخوف كبح فيهم كل إرادة للتحرك قصد تغيير مجرى الأحداث، ووضع حد للممارسات المافياوية التي ضربت مصداقية بلاد غنية وخربتها حتى آل بها الأمر اليوم إلى طبع الأوراق النقدية بما لا يتناسب مع طاقتها الانتاجية، ومعنى هذا أن اللجوء إلى التمويل غير التقليدي – وهو في الواقع عبارة ملطفة لتفادي الحديث عن الافلاس- يعد نقطة انطلاق لعملية إفقار سوف تزيد حتما في حدّة التذمّر الشعبي، وقد تكون سببا لاندلاع قلاقل واضطرابات. إن المسؤولين عن هذا الإفلاس – وقد اطمأنوا إلى الإفلات من العقاب الذي يستفيدون منه، وظهر لهم أن كل شيء مباح أمام غياب رد فعل مؤثر من طرف أحزاب المعارضة والرأي العام، يتمادون في كبريائهم واحتقارهم للمواطنين إلى حدّ الإعداد لفتح طريق لعهدة رئاسية خامسة لشيخ عاجز عن الحركة، وغير قادر على التعبير…حقاّ، لقد طفح الكيل. إن تجنب المزيد من الضياع و إنقاذ ما يمكن إنقاذه يقتضينا طرح خلافاتنا الثقافية واللغوية والسياسية جانبا لنحتج معا بأعلى صوت: كفى، بركات. على أن صوتنا، لكي يكون له صدى، ويقف سدا في وجه أولئك الذين صادروا مستقبلنا منذ حوالي 20 سنة،ينبغي أن يكون واحدا، وأن نتجنّد خلف أحزاب المعارضة التي تلتزم باحترام برنامج عمل مشترك يقوم على تطبيق الديمقراطية والعدالة الاجتماعية وحماية الحريات العامة الفردية والجماعية. إننا لن نملّ من التكرار بأنه لا بديل عن بناء جبهة مشتركة لتغيير ميزان القوى من أجل تسهيل تولّي كفاءات وطنية جديدة من الرجال و النساء مقاليد الحكم. وفيما يتعلق بالجيش الوطني الشعبي الذي يظل المؤسسة الأقل انتقادا، فإن أقل ما يمكن أن تقوم به- إذا تعذر عليها مرافقة التغيير الحتمي والمشاركة في بناء جمهورية تكون بحق ديمقراطيه- هو أن تنأى بنفسها بوضوح لا يقبل الشكّ عن المجموعة التي استولت على السلطة بغير حقّ، وتريد التمسك بها بإيهام الرأي العام بأنها تحظى بدعم المؤسسة العسكرية
2017الجزائر في 7 أكتوبر
 عبدالنورعلي يحيى
أحمد طالب الإبراهيمي
رشيد بن يلّس

 

 ____________________________________________________________________________

 

Au-delà des conditions particulières dans lesquelles il avait été porté au pouvoir en 1999, ou des ajustements successifs de la Constitution pour en faire un document assurant une présidence à vie, le chef de l’Etat actuel, très lourdement handicapé, notamment depuis sa deuxième hospitalisation à l’étranger en mai 2013, n’est manifestement plus en mesure de continuer à diriger le pays.

Totalement absent de la scène nationale et internationale, il apparaît, dans les rares occasions où il est exhibé pour dissiper les rumeurs et montrer qu’il est toujours en vie, dans un état de délabrement physique qui ne laisse aucun doute sur son incapacité à gouverner.
Dans tout autre pays démocratique, pareille situation aurait conduit soit à une démission librement exprimée par le Président, au nom de l’intérêt supérieur de la Nation, soit à la destitution de celui-ci par voie constitutionnelle.

Hélas ! Pas en Algérie où l’état d’empêchement, pourtant prévu dans l’article 102 de la Constitution, ne peut être appliqué tant que les institutions chargées de sa mise en œuvre sont aux ordres de ceux qui détiennent véritablement le pouvoir, à savoir l’entourage familial du Président et un groupe de puissants oligarques disposant des richesses du peuple selon leur bon vouloir.

Gérant le pays au jour le jour, ils ont acheté la paix sociale en inondant le marché de produits et services d’importation, en empochant au passage des commissions faramineuses vite transférées ou gardées à l’étranger. Ils ont détourné et dilapidé la manne pétrolière sans se soucier de l’avenir du pays alors que la poussée démographique, toujours aussi forte, l’épuisement annoncé de nos réserves en hydrocarbures, la fonte de nos réserves de change et la baisse durable des cours du pétrole font craindre le pire pour la survie de la population et la cohésion nationale.

Même s’ils ont toujours déploré la mauvaise gestion de leur pays et l’emprise des affairistes sur son économie, les Algériens, encore marqués par les traumatismes de la décennie noire, ont laissé faire, de peur de compromettre le rétablissement de la paix sociale enfin retrouvée et de revenir aux années les plus sombres du terrorisme avec les conséquences dramatiques qui pourraient en découler de nouveau.

Cette peur a inhibé chez eux toute volonté de réagir pour changer le cours des événements et mettre fin aux pratiques mafieuses qui ont fini par discréditer et ruiner un pays riche, réduit aujourd’hui à faire fonctionner la planche à billets. Ce recours au «financement non conventionnel» – un euphémisme pour ne pas parler de faillite – marque le point de départ d’un processus de paupérisation qui accentuera inévitablement le mécontentement populaire et pourrait conduire à des troubles.

Forts de l’impunité dont ils ont bénéficié jusqu’à présent et persuadés qu’ils peuvent tout se permettre en l’absence de réactions significatives de la part des partis d’opposition et de l’opinion, les responsables de cette banqueroute poussent l’arrogance et le mépris envers les citoyens jusqu’à préparer la candidature pour un cinquième mandat présidentiel, d’un vieil homme impotent et incapable de s’exprimer. Trop, c’est trop !

Pour éviter le naufrage et sauver ce qui peut l’être encore, nous devons taire nos divergences culturelles, linguistiques et politiques pour crier à l’unisson : «ça suffit !» Pour nous faire entendre et faire barrage à ceux qui ont confisqué notre destin depuis près de vingt ans, nous devons parler d’une seule voix et nous mobiliser derrière ceux des partis d’opposition qui s’engageront à respecter un programme d’action commun visant l’instauration de la démocratie, l’application de la justice sociale et le respect des libertés publiques individuelles et publiques. Nous n’insisterons jamais assez sur le fait que seul un front commun est en mesure de peser sur la situation pour changer le rapport des forces, et favoriser l’avènement d’hommes et de femmes de qualité.

Quant à l’Armée nationale populaire qui demeure encore l’institution la moins dépréciée du pays, le moins qu’elle puisse faire, à défaut d’accompagner le changement qui s’impose et de participer à l’édification d’une République véritablement démocratique, c’est de se démarquer de manière convaincante du groupe qui s’est emparé indûment du pouvoir et entend le conserver en laissant croire qu’il a le soutien de cette même institution.

Alger, le 7 octobre 2017

Abdennour ALI-YAHIA
Ahmed TALEB-IBRAHIMI

Rachid BENYELLES


Nombre de lectures : 29847
24 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Salah-Eddine SIDHOUM
    8 octobre 2017 at 13 h 31 min - Reply

    « Pour nous faire entendre et faire barrage à ceux qui ont confisqué notre destin depuis près de vingt ans…… ».

    Désolé, mes chers frères aînés et amis, signataires du communiqué, mais notre destin a été confisqué depuis 55 ans,soit depuis le 9 septembre 62 avec l’entrée de l’armée des frontières à Alger et la prise du pouvoir par Boukharouba et son potiche boulitique. Le locataire actuel d’El Mouradia n’est qu’un maillon de ce système, en espérant qu’il soit le dernier.
    Fraternellement.




    36
  • AMMAR
    8 octobre 2017 at 13 h 35 min - Reply

    Ultime occasion pour les Dignes patriotes de se serrer les coudes et oublier leurs querelles avant que le Bateau ALGERIE CHAVIRE !!!!!




    11
  • Abdellah Chebbah
    8 octobre 2017 at 14 h 07 min - Reply

    Avant tout, je félicite et remercie monsieur Ali Yahia Abdenour, monsieur Taleb El-Ibrahimi, et le général en retraite monsieur Rachid Benyelles pour prendre les devants d’une idée salvatrice. Merci encore.
    Le message est plus que clair. Il faut s’unir derrière cette initiative malgré toutes nos divergences. Nous souffrons et continuerons à souffrir de cette situation qui n’a pas de noms. Malgré leur âge, je fais appel à tous nos politiciens d’envergure et honnêtes qui ont participé à l’édification de ce pays depuis l’indépendance. Avant de partir, si vous avez encore une dernière larme à verser pour ce pays, il est encore une fois de votre devoir de nous venir en aide pour assainir une fois pour toute notre pays de toutes les mauvaises intentions. Vous n’avez absolument rien à faire. On vous demande de nous guider car vous avez tous les grands dossiers entre vos mains et une grande expérience dans la gestion des affaires. Il n’est plus question de refaire les mêmes bêtises. Les grands pays se sont constitués par le dialogue, l’acceptation, les concessions et le respect. Chaque Algérien devrait se reconnaître dans une constitution politique moderne et garante de l’avenir.
    La passivité que nous observons actuellement n’est aucunement un signe de faiblesse mais beaucoup plus un signe de sagesse. Nous ne voulons pas revenir à une situation bestiale où la violence ne résoudra pas nos problèmes. Le piège dans lequel nous nous trouvons est purement politique, idéologique et social. Nous devons asseoir une constitution de départ basée sur des pouvoirs clairs. Il en existe 4 et pas plus: Le législatif, l’exécutif, la justice et la presse. Il doivent être indépendants.
    Nous sommes tous des musulmans, pratiquant ou pas, nous le sommes quand même. Les idéologies religieuses importées d’ailleurs doivent être bannies. Nous voulons une religion propre telle que le coran le stipule. Le devoir primordial de nos religieux est de canalisée notre jeunesse et la guider vers un esprit de raison et non d’émotions. Il est facile de discerner entre le bon et le mal. Il n’y a pas d’intermédiaire entre les deux qui enflammerait les passions. On en est là pour le moment. Arrêtons d’inventer d’autres islams et d’autres dieux. Il y a un seul islam dicté par le coran et un seul dieu Allah.
    Notre jeunesse est pleine d’énergie, de capacités, d’idées intelligentes. Avec l’avènement des technologies de communications, notre jeunesse est branchée sur le monde. Nous avons un potentiel humain jeune qui envie d’autres pays. Cette jeunesse à besoin de s’éclater. Elle veut vivre. Elle veut jouir d’une vie paisible. Elle veut réussir. Elle veut s’imposer et s’affirmer. Elle veut créer et concevoir. Elle aspire à gravir des sommets. Elle veut être libre d’entreprendre. Elle veut prendre son avenir en main. Laissons la. C’est une jeunesse à l’écoute. Donnons leur les outils pour cela. L’Algérie de demain c’est eux. Il faut leur faire confiance. Ils ont une autre vision et une autre explication à donner de ce monde.




    19
  • Kam
    8 octobre 2017 at 15 h 50 min - Reply

    En a pas besoin de vos témoignage mentent, c trop tard. Vous voulez éclairer votre consciences…!!??
    Yaw c trop tard encore une fois.
    Vous êtes complices de ce massacre 1962-2017.
    Vous croyez pas que vous devriez parlez de sa en 2008…???
    Reposes vous en P.




    7
  • Soussou
    8 octobre 2017 at 16 h 41 min - Reply

    Comme c’est beau de voir l’idéaliste,le national-conservateur et le patriote la main dans la main pour essayer de sauver ce qui reste à sauver,mais ne rêvons pas car il ne s’agit que d’une photo d’amis ou de famille et rien d’autres,ça c’est la vérité. Tout le reste n’est que verbiage stérile à l’image d’une averse salée en plein désert.




    7
  • fatma
    8 octobre 2017 at 16 h 58 min - Reply

    Je suis tout à fait d’accord sur le contenu de ce texte, c’est-à-dire sur le fond, car presque tout ce qui a été dit est juste, en fin presque. Mais car il y a un mais, je ne peux accepter que cette déclaration soit signée par deux des principaux responsables de la faillite de l’Algérie. C’est le comble, alors ils auraient mieux fait d’adjoindre à cette liste les généraux à la retraite comme Khaled Nezzar, Toufik Médiène etc … et les voleurs momentanément évincés comme Chakib Khellil, Saadani… et même sans oublier à titre posthume Boukharouba, Cherif Messadia Larbi Belkheir et Lamari.
    J’aurai applaudi des deux mains et adhéré totalement à cette déclaration si elle avait était l’œuvre de Maitre Ali Yahia Abdenour seul ou en association avec d’autres citoyens intègres et honnêtes comme lui. Mais que ces deux larrons se mettent de la partie ça, non !
    Un général qui a toute sa vie durant servi la nomenclatura sans broncher et qui toute honte bue vient tout récemment de faire l’éloge du dictateur Boukharouba Maintenant qu’il est sur la touche, il s’aperçoit que la démocratie a des vertus et il veut nous l’enseigner, lui un militaire qui s’est accommodé de la dictature de la baïonnette et des hommes en uniforme, ah non !, pour qui nous prend-il ? Surtout pas ce genre de caméléon, qu’il ne s’approche pas du peuple, il est sale, il ne connait pas ce peuple et le peuple ne le connait pas. D’ailleurs l’article de Addi Lhouari que je n’ai pas encore eu le temps de lire semble aller dans ce sens puisque le titre est révélateur et significatif : « Benyelles, le général, soutient le régime, Rachid, le citoyen, critique le régime. »

    L’autre, Taleb El Ibrahimi, l’islamiste en cravate qui a été utilisé par son maitre Boukharouba en référence à son père (Bachir El Ibrahimi) Allah irahmou, pour avoir la sympathie et la reconnaissance des adhérents de Djamiate El Oulema. Il a travaillé à détruire l’école Algérienne de son Algérianité, il a encouragé le baathisme à envahir l’esprit de nos concitoyens, aujourd’hui l’Algérien se considère beaucoup plus du moyen orient que de l’Afrique du nord. Il a participé à la dictature de Boukharouba et a servi le groupe d’Oujda jusqu’à la mort de son chef. S’il s’etait contenté de se tenir à carreau, on l’aurait oublié dans la poubelle de l’histoire, mais voilà qu’il veut se refaire une virginité sur notre dos, croyant peut-être que nous sommes tous atteints de la maladie d’Alzheimer, ça non ! trop c’est trop! pour reprendre leur expression. En vérité sa haine vis-à-vis de l’impotent qui «dirige » le pays ne vient pas d’un désaccord sur la nature dictatorial du pouvoir, souvenez-vous qu’ils avaient travaillé ensemble sous la botte de Boukharouba, donc la dictature c’est la dernier de ses soucis, elle vient de disputes personnelles, ils se détestent mutuellement depuis la mort de leur parrain, chacun croyait le remplacer. Si Boutef l’avait appelé à le rejoindre au gouvernement cet hypocrite n’aurait pas hésité un instant.
    Pour conclure, je dirai que le changement oui, nous le voulons, nous n’avons pas cessé de le réclamer chacun à sa manière et selon ses moyens, mais le changement que nous exigeons doit être radicale, ce n’est pas le changement dans la continuité, expression chère au FLN et aux tenants du statuquo. Nous voulons un changement avec des gens propres, jeunes et qui aiment l’Algérie. Nous ne voulons plus entendre parler de ses prédateurs qui sortent par une porte et qui reviennent par une autre. Laissez la place aux jeunes, partez, lâcher un peu ce pays il en a marre de vous.
    La preuve que ces deux larrons ne sont pas honnêtes, il n’y a qu’à lire les deux derniers paragraphes. L’un (l’avant dernier) veut nous faire croire que le pays était bien géré et dirigé démocratiquement, ce n’est que depuis l’arrivée de Boutef que ça ne va pas : « Pour nous faire entendre et faire barrage à ceux qui ont confisqué notre destin depuis près de vingt ans, nous devons parler d’une seule voix et nous mobiliser derrière ceux des partis d’opposition qui s’engageront à respecter un programme d’action commun visant l’instauration de la démocratie, l’application de la justice sociale et le respect des libertés publiques individuelles et publiques. » Non messieurs, nous ne sommes pas dupes cette dictature existe depuis l’indépendance, vous en avez fait partie et elle ne s’est jamais arrêtée.
    Le dernier paragraphe quant à lui tente par peur et par lâcheté de ne pas fâcher l’institution militaire qui est en fait la vraie cause de ce que vit le pays depuis 1962. Ce n’est tout de même pas les civiles qui se sont accaparés du pouvoir en 1962 et qui ont opéré les différents coups d’états successifs. Tous les présidents depuis l’indépendance ont été intronisés par les militaires quand ils ne sont pas eux même des militaires.
    C’est dommage qu’un homme comme Ali Yahia Abdenour ait signé ce document avec ce genre de types, peut-être qu’ils ont profité de sa maladie.




    19
    • AHMED
      8 octobre 2017 at 20 h 19 min - Reply

      Votre discours ressemble à un discours d’un pieds-noirs qui adore l’Algérie. Mais je ne sais pas de quelle Algérie il parle?




      5
      • Cherif
        20 octobre 2017 at 7 h 54 min - Reply

        Oui c’est un pied en or plutôt. Continue à croire que les gens qui critiquent boukharouba sont des ennemis de l Algérie ds ce cas on arrête de parler




        1
    • yacine
      9 octobre 2017 at 17 h 36 min - Reply

      @Fatma : Je partage le contenu, bien exprimer! il y a des choses dans lesquelles j’ai des doutes en particulier sur le feu Boumédienne je m’en fou a quel clan appartenait mais au moins avec lui j’ai eu comme enfant de yatime des chaussures en hivers et des cantine ouverts dans tout les écoles d’algérie c’était quelqu »un de juste peu importe ses coups, il détestait ben bella et compagnie mais il a quand même réussi l’union d’algérie en intégrant ce Bouteflika, il a été tuer.




      3
  • Larbi Anti-Impunite’
    8 octobre 2017 at 17 h 22 min - Reply

    Quote: »ceux qui détiennent véritablement le pouvoir, à savoir l’entourage familial du Président et un groupe de puissants oligarques disposant des richesses du peuple selon leur bon vouloir »

    Dabs le groupe de puissants oligarques qui disposent du tresor publique de la Republique Algerienne Democratique et Populaire il y a des generaux encore en uniforme dans l’armee’ et les services de securite a la Tertag, des generaux en retraite avec leurs enfants qui ne font que remplacer la Sogedia, l’ONACO. l’OFLA, L’OAIC etc. Ils ont remplace’les divers societe’ national monopoles de l’import par leurs propres societe’ avec aucune valeurs ajoute’.

    Ouyahia l’impuni’, ca fait six fois qu’il est premier ministre, il a fermer et detruit tous le tissu industriel Algerien, bien sur deficitaire depuis son design par Boumedienne avec sa supercherie Industrie Industrialisante. Il a mis en prison des managers et ferme’ les entreprises pour permettre aux generaux et a leurs enfants, lui et ses enfants inclus, d’importe’ ce dont les Algeriens consomment sans aucunes hygiene ou protection des consommateurs.

    L’argent de l’import donc les devises du tresor publique doivent etre « nationalise’/proteger » de ces brigants, voyoux, voleurs armee’ et proteger par l’armee’ elle meme.




    7
  • Dria
    8 octobre 2017 at 17 h 29 min - Reply

    Mieux vaut tard que jamais, comment fructifier ces constats par des actes. Certes il faut créer une dynamique pour parer au naufrage,il y va de notre survie, mais qui va jouer le rôle de catalyseur pour nous rassembler tous sans exception. Une fois de plus ce n’est point une affaire de vœux pieux; ou d’espérer mieux; ni de s’en remettre simplement à dieu….Soyez plus explicite dans le prochain communiqué ou appel pour faire bouger les choses dans le bon sens incha’Allah.




    7
  • كمال
    8 octobre 2017 at 18 h 32 min - Reply

    ازكي هذا البيان و اساند المبادرين به




    3
  • Arezki Touil
    8 octobre 2017 at 18 h 36 min - Reply

    C’est très difficile,voire impossible,de comprendre certains de nos compatriotes qui se disent pour l’unité de la nation et le consensus d’un côté et de l’autre ils ne se gênent pas de tirer sur tous ceux qui ne pensent comme eux(dictature des idées oblige).
    Bien au contraire,en principe et en tant musulmans ou simples citoyens,ils ne devraient pas insulter ou utiliser des mots comme sale,hypocrite et autres adjectifs d’une violence verbale inouïe, pour quelqu’un de cultivé ça ne rime pas du tout avec l’essentiel,apprenons d’abord à discuter calmement avant de passer à d’autres choses plus sérieuses.
    Parce que la violence verbale n’est pas faite pour apaiser des situations pareilles, mais carrément pour jeter de l’huile sur le feu.
    Par des comportements pareils c’est difficile d’imaginer des solutions à nos problèmes dans le calme et la sérénité mais le contraire,et avec préméditation,qui est recherché.




    13
    • Alilou
      15 octobre 2017 at 14 h 41 min - Reply

      Rares sont les algériens qui ne soient pas de pures nerfs à vif…..en démarre au quart de tour…..trop habitué à l’homme providentiel ….. si on attend un tout petit peu….on verra l’arrivée du…..Messi. … ou l’Antéchrist. ….




      2
  • Abe Engine
    8 octobre 2017 at 21 h 26 min - Reply

    Dans l’état actuel des choses, il faut saluer toute action clairement exprimée contre le régime actuelle même si cette action vient de Saïd Bouteflika lui même à la seule condition que la dite action reconnaisse l’échec, non pas de l’équipe en place depuis près de 20 ans, mais également la méthode totalitaire de gouverner. Les gens sont souvent allergiques aux « anciens » alors qu’ils peuvent jour un « certain » rôle dans le processus d’un changement éventuel. Bourguiba n’était-il pas dictateur et son poulain est aujourd’hui président d’une Tunisie démocratique ? Peut être que ce n’est pas la solution idéale, mais en l’absence d’une alternative concrète, la fin justifie les moyens.




    3
  • Sénatoriales morad
    8 octobre 2017 at 22 h 30 min - Reply

    لماذا هذا البيان المشترك بشأن الأزمة الجزائرية يصورها وكأنها وليدة 1999 سنة مقدم الرئيس بوتفليقة إلى الحكم وجثومه فيه إلى غاية اللحظة.
    إن هذا التصوير التضليل المشخصن للأزمة يعطي الدليل أن البيان ذو أبعاد انتقامية تصفوية شخصانية ليس إلا وإن تغنى بالديمقراطية والعدالة الاجتماعية والحريات الفردية والجماعية.
    أين المسح في البيان لمرحلة ما قبل بوتفليقة وخصوصا مرحلة الربوبية التوفيقية المدينية؟؟ وقبلها المرحلة النزارية العمارية؟ وقبلها المرحلة الشيوعية الاشتراكية الأوحدية الحزبية؟ وكلها مراحل ثلاث علماناجية استبدادية ماحقة للعنصر البشري الجزائري روحا ومادة لاحقة لأمهم فرنسا وأبيهم روسيا وخليلتهم امريكا!!
    اعتقد أن هذا البيان مجرد صرخة أخرى من صرخات محاولات الانقلاب الداخلي بين سرايا منظومة الحكم ذاتها!!
    لذلك على الشعب الإنتباه والحذر ..




    2
  • yassine benaiche
    9 octobre 2017 at 1 h 06 min - Reply

    ماذا تقولون أنتم الثلاثة السيد علي يحي عبد النور والسيد أحمد الطالب الابراهيمي والسيد رشيد بن يلس لو قام الشعب الجزائري بأكمله بتزكيتكم اصحاب هذه المبادرة العظيمة في استفتاء عام. هل تقبلون هذه الامانة امانة انقاض هذه البلاد بلاد المليون ونصف المليون شهيد إذا كنتم موافقون على تحمل هذه المسؤولية الكبيرة فان الجزائريين سيزكونكم كلهم اجمعون




    5
  • العالم لخضر
    9 octobre 2017 at 4 h 10 min - Reply

    بيان من ألسنة صمت قول الحق و مرحبا بكم اليوم
    عندكم الأسرار … لا نعرف قد يقال أن لكم و عليكم
    و مرحبا ان تأتي متأخر احسن بكثير من ان تكون غائبا و بالاسرار في جوفك




    1
  • fatma
    10 octobre 2017 at 15 h 23 min - Reply

    @Arezki Touil
    Bonjour monsieur, j’avoue que je me suis emportée et que je n’aurai pas dû employer les termes en question. Voyez-vous cher monsieur, je sais reconnaitre mes torts et croyez moi que je suis désolée pour tous les lecteurs de LQA, mais sachez aussi, puisque je me vois forcée de le dire, sachez que je ne suis pas prête d’oublier l’assassinat de mon jeune frère durant la fameuse décennie noire. Vous venez donc sans le vouloir de retourner le couteau dans la plaie, je vous invite à poser la question aux parents des 200 000 victimes de cette tragédie, de cette guerre civile que le peuple n’a jamais souhaitée, essayez de leur demander ce que représentent les mots aussi cruels soient-ils devant la vie, la vie leur progéniture que ces criminels leur ont ôtée à la fleur de l’âge. J’ai employés des mots que vous avez qualifiés d’une violence verbale inouïe, je pense que vous n’avez pas connu la torture physique ou morale, je ne les souhaite à personne, pas même à ceux que je critique dans mon commentaire. J’ajouterai que c’est malheureusement la seule arme s’il en est que nous a laissée ce pouvoir. Sachez aussi cher monsieur que si aujourd’hui nous sommes plus ou moins normaux c’est un miracle et que cette violence verbale dont vous parlez n’est pas innée, elle est la conséquence de l’autre violence encore plus pernicieuse et destructrice qui est la dictature ad vitam aeternam qui nous est imposée depuis 1962.
    Bien entendu beaucoup de gens sages, responsables et surtout soucieux de l’intérêt suprême de notre pays diront qu’il est plus judicieux de dépasser nos divergences pour passer à l’essentiel, c’est-à-dire consacrer tous nos efforts à la sauvegarde de notre cher pays. Qui ne voudrait pas de la paix et du vivre ensemble ? Ici même on peut lire des commentaires très favorables à cette initiative, ils estiment que tout ce qui peut nous rassembler est bon et doit être encouragé, c’est leur avis, ils ont le droit, ce n’est pas le mien et c’est aussi mon droit. Personnellement je ne crois pas qu’on peut faire du neuf avec du vieux, l’exemple de Boutef est éloquent, il nous a tous trompés, on a tous fermé les yeux sur son passé et vous connaissez tous le résultât. Faut-il aussi signaler que je n’ai jamais appelé à la destitution de ces dirigeants par les armes, je n’ai fait que donner mon opinion, je ne crois pas en ces dinosaures ou tous ceux qui leur ressemblent. Je n’ai aucunement confiance en eux, d’ailleurs Boukrouh vient de nous donner un avant gout de leur façon de penser, il appelle au vol, il dit qu’ils l’ont plagié comme si ce monsieur avait le monopole des mots, imaginez si ce type devenait président de la république, personne n’aura le droit d’écrire quoi que ce soit de peur d’être attaqué pour plagiat et vous voulez que je fasse confiance à ces sorciers de la politique, non ce sont tous des malades, ils faut qu’ils partent en nous laissant tranquilles.
    Cela dit, vous-même dans votre élan, vous ne vous êtes pas gêné de dire, je vous cite : « Par des comportements pareils c’est difficile d’imaginer des solutions à nos problèmes… mais c’et le contraire et avec préméditation, qui est recherché ». Vous vous êtes permis d’affirmez que je cherche des problèmes et avec préméditation, de quel droit vous vous permettez ce préjugé ? Lisez-vous dans les pensées des gens ? Vous voyez donc cher monsieur qu’on peut tous s’emporter dans un moment de nervosité. Une chose est sure, pour ce qui me concerne je persiste et signe que ce n’est certainement pas avec ces gens là qu’il faut s’attendre à un changement quelconque, mais ce n’est que mon avis. Sans rancune.

    @Ahmed
    Bonjour monsieur, comme vous devez le savoir chacun a le droit de rêver de l’Algérie qu’il veut, moi je rêve d’une Algérie moderne, libre et démocratique, mais surtout d’un pays dirigée par de jeunes Algériens compétents et intègres et non par des dinosaures et les partisans du statu quo, mais ne vous en faites pas nous allons y arriver quelque soient nos divergences actuelles, j’en suis convaincue.
    Et puisque vous parlez des pieds noirs alors et que vous vous permettez de m’insulter gratuitement je vous cite : «Votre discours ressemble à un discours d’un pied-noir… » Je vous dirai pour ma part que la situation actuelle me rappelle étrangement celle des années 1961-1962 durant lesquelles ces mêmes pieds noirs partisans de l’Algérie française avait créé en 1961 une organisation criminelle appelée l’OAS pour maintenir justement leur domination sur notre pays par tous les moyens, y compris en recourant au terrorisme à grande échelle. Ces pieds noirs n’ont évidemment jamais accepté de partir en laissant tous leurs privilèges, d’où la politique de la terre brulée qu’ils nous avaient imposée et qui a engendrée de très nombreuses victimes parmi la population musulmane.
    Voyez-vous donc cher monsieur le pouvoir et ses privilèges font tourner la tête, beaucoup de bénéficiaires ne sont pas prêts à lâcher la proie aussi facilement, on peut les comprendre mais on ne doit pas les laisser faire indéfiniment. Pour ma part, je parle d’une Algérie nouvelle dirigée et gérée sereinement et convenablement par ses propres enfants et pour leur bien être. Sans rentrer dans les détails je souhaiterai qu’à l’avenir et pour concrétiser ce vœux que parmi les critères essentiels d’accès aux postes de responsabilités politiques, nous devions exiger en priorité la compétence, l’honnêteté et l’intégrité et non le copinage, le népotisme, la force, le régionalisme et toutes les magouilles usitées jusqu’ici. De plus chaque candidat devrait être soumis à une enquête détaillée et rendu publique sur son passé et notamment sur ses mœurs et sa fortune. Enfin faudra rendre définitif, indiscutable et irrévocable le principe de l’alternance au pouvoir. Voici les bases de l’Algérie dont je rêve, le reste suivra inéluctablement. Sans rancune.




    2
  • Baroudi
    10 octobre 2017 at 19 h 36 min - Reply

    Absolument Salah Sidhoum, mais finalement tout ceci qu’ une mise en scene insipide et tout a fait sterile puisque le vrai pouvoir est ailleurs.je crois que ces messieurs vivent sur une autre planète, ils sont deconnectés de la realité ou ils jouent une enieme fois un role que les veritables maitres du pays leur ont attribués




    2
  • ali
    10 octobre 2017 at 19 h 49 min - Reply

    chers messieurs il n y a pas de querelles , il n y a plus de parti , il n y a plus d’arabe against kabyle, ni athé contre croyant,ou salafi contre soufi, il y a notre pays l’Algérie avec un grand  » A », n’en déplaise à certains, qui est notre affaire, oui, a nous tous sans exclusion , montrons à ces personnes atteintes de tare d’ordre psychique,larves pitoyables,imbéciles infatués, petits minables, haineux nombrilistes, ignares, qu’ils ne sont plus le nombril de notre Algérie,ni le nombril de la terre,ni le nombril du monde,montrons à cette affreuse canaille, la pire canaille depuis l’indépendance, avide d’argent et de sang, que la cupidité aveugle et une abjecte barbarie l’anime contre ses coreligionnaires, qu’ils ne sont plus les maîtres, vouant-les à la vindicte et à la haine populaire . .




    2
  • Arezki Touil
    11 octobre 2017 at 1 h 04 min - Reply

    @ fatma.Heureux de discuter avec vous Madame et partager cet espace de liberté pour essayer de trouver les bonnes idées afin de jeter les bases pour une solution idoine des nombreux problèmes de notre cher pays parceque on n’en a pas un autre en échange.
    Cette Algérie qui est à l’image d’un grand navire qui chavire,je pense aussi que ce n’est ni le moment ni le lieu des disputes pour remuer les couteaux dans les plaies.
    Car si le bateau coule tout le monde coulera avec.
    Essayons donc de trouver ensemble et dans la sérénité une sorte de plate forme d’entente entre les différents

    Protagonistes avant le naufrage, sinon ça sera trop tard où tout le monde sera perdant quand les regrets et les lamentations ne serviront absolument à rien du tout
    C’est uniquement pour l’amour de la patrie si je me suis manifesté.
    Tout le reste est secondaire pour moi.
    Car,comme vous le savez bien, toute personne sage ne souhaiterait jamais la destruction de sa maison, consciemment ou inconsciemment surtout pendant les moments de panique,et les exemples sont légion dans notre monde.
    Enfin, rassurez-vous, Madame, que je ne cherchais nullement la polémique.




    4
  • Alilou
    12 octobre 2017 at 10 h 55 min - Reply

    With all due respect….y’en à marre de la parlotte et des constats et des témoignages et des dénonciations. ….on a debatu de tout cela en long en large et en travers…..soit on agit soit en se la ferme
    …..end of strory

    Alilou le fils maudit




    1
  • Generation Ben Mhidi
    12 octobre 2017 at 11 h 37 min - Reply

    Ajoutez à la liste Zeroual, Hamrouche , Bouhired et Zohra Drif et vous verrez comment le peuple se précipitera pour sauver ce pays. ça sera plus vite qu’on le croit. on passera alors le flambeau dans le calme et honorera la mémoire de Benmhidi et les autres chouhadas.




    1
  • Congrès du Changement Démocratique