يومية الجزائر
Édition du
13 December 2019

Algérie: intensification de la répression des manifestants (communiqué HRW)

14 novembre 2019 Vidéo

Les dirigeants arrêtés avant les élections présidentielles contestées

https://www.hrw.org/news/2019/11/14/algeria-escalating-repression-protesters

(Traduction GOOGLE)

(Beyrouth) – Les autorités algériennes ont arrêté un grand nombre d’activistes du mouvement démocrate depuis septembre 2019. De nombreuses personnes sont toujours détenues pour des accusations vagues telles que “atteinte à l’unité nationale” et “atteinte au moral de l’armée”. Les autorités doivent libérer immédiatement et sans condition le militants pacifiques et respecter le droit à la liberté d’expression et de réunion de tous les algériens.

«Cette série d’arrestations semble faire partie des tentatives visant à affaiblir l’opposition aux dirigeants par intérim algériens et à leur détermination à organiser des élections présidentielles le 12 décembre», a déclaré Sarah Leah Whitson , directrice de Human Rights Watch pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. “Les autorités prétendent que les élections prévues ouvrent une nouvelle ère de démocratie en Algérie, mais cette répression généralisée à l’encontre des critiques n’a rien de démocratique.”

Un mouvement de protestation connu sous le nom de Hirak en arabe s’est initialement réuni en février pour s’opposer au projet du président Abdelaziz Bouteflika de briguer un cinquième mandat. cadre pour préparer des élections libres. Les autorités avaient initialement toléré les manifestations, mais à partir de juin, des arrestations ont eu lieu, dont au moins 40 personnes pour avoir brandi le drapeau amazigh, symbole de ce groupe ethnique jusqu’alors toléré.

Les autorités poursuivies quelques éminents Hirak des personnalités comme Lakhdar Bouregga, un vétéran de la guerre d’indépendance de l’ Algérie, à partir de Juin et ont intensifié la répression depuis Septembre. Les autorités ont porté plainte contre les dirigeants du mouvement, notamment pour atteinte à la sécurité de l’État, pour l’unité nationale et l’intégrité du territoire, pour avoir réclamé un rassemblement illégal et pour saper le moral de l’armée. Au moins 13 de ces dirigeants sont en détention provisoire, tandis que d’autres sont en liberté en attendant leur procès.

Le président Bouteflika a démissionné le 2 avril, deux semaines avant une élection présidentielle prévue qui a ensuite été reportée. Le président du Sénat, Abdelkader Bensalah, l’a remplacé et les autorités ont fixé de nouvelles élections pour le 4 juillet, avant de les reporter à nouveau. Le 15 septembre, Bensalah a annoncé que le vote aurait lieu le 12 décembre.

Depuis la démission de Bouteflika, Ahmed Gaid Salah, 79 ans, chef d’état-major de l’armée et vice-ministre de la Défense, a été largement considéré comme le principal décideur algérien. Gaid Salah a publiquement critiqué le mouvement de protestation. Le 18 septembre, peu après l’annonce de la nouvelle date des élections, Gaid Salah a déclaré qu’un gang criminel aux intentions malveillantes tentait d’ empêcher les élections et donnait aux forces de sécurité toute autorité pour protéger le processus électoral d’une “conspiration”.

Le 10 octobre, les autorités ont arrêté Abdelouhab Fersaoui, président du Rassemblement Action Jeunesse (RAJ), une association active dans le mouvement de protestation. Il est à la prison d’Harrach à Alger avec neuf autres membres de l’association, dont l’un des fondateurs, Hakim Addad.

Les services de renseignements militaires ont arrêté Karim Tabbou, un dirigeant de l’opposition, le 26 septembre. Il est l’ancien secrétaire général du Front des Forces Socialistes (FFS), un parti d’ opposition de premier plan , et à la tête d’un parti non reconnu. Il est à la prison de Kolea et attend son procès pour atteinte à l’intérêt national et pour le recrutement de mercenaires pour le compte de puissances étrangères.

Le 16 septembre, la police a arrêté Samir Belarbi et, deux jours plus tard, Fodil Boumala, les dirigeants d’ Hirak qui s’expriment régulièrement dans les médias nationaux et internationaux. Les responsables les ont transférés devant des tribunaux séparés à Alger et les ont accusés de «atteinte à l’intégrité du territoire national» et de «distribution de documents portant atteinte à l’intérêt national», en vertu des articles 79 et 96 respectivement du code pénal.

Les autorités ont également pris pour cible des journalistes qui ont couvert les manifestations. Boudd, journaliste d’Oran et membre de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme, et Mustapha Bendjama, rédacteur en chef du quotidien Le Provincial, basé à Annaba, ont été arrêtés puis relâchés en attente de leur procès.  

Les rapports de police dans les dossiers judiciaires de certaines de ces affaires montrent qu’une brigade spéciale chargée des crimes électroniques surveille les activités des médias sociaux de certains des dirigeants du mouvement. Les rapports de surveillance constituent la base des accusations formulées de manière vague visant à porter atteinte à la sécurité de l’État ou à porter atteinte à l’unité nationale.

Le 11 novembre, le tribunal de Sidi M’hamed à Alger a ouvert le procès de 42 militants accusés de “atteinte à l’intégrité du territoire national” au titre de l’article 79 du code pénal pour avoir brandi le drapeau amazigh, a déclaré Kaci Tansaout, un porte-parole du Comité national pour la libération des détenus, organisation créée le 26 août par des militants et des avocats pour défendre les prisonniers arrêtés lors des manifestations.

Activistes détenus

Le 10 octobre, Abdelouhab Fersaoui , président de RAJ, une organisation non gouvernementale fortement impliquée dans le mouvement de protestation algérien, a assisté à un sit-in devant le tribunal de Sidi M’hamed à Alger, en solidarité avec les personnes arrêtées pour leurs opinions pacifiques. Peu de temps avant la fin de la réunion, un groupe de policiers en civil a arrêté Fersaoui , a déclaré son avocat Sofiene Ikken à Human Rights Watch.

Ikken a déclaré que le rapport de police indiquait que Fersaoui avait été placé sous surveillance policière pour avoir écrit des publications sur Facebook et participé à des manifestations réclamant un changement de régime et une transition démocratique. La police a indiqué que ses publications sur Facebook exigeaient la libération de prisonniers d’opinion et une période de transition avant toute élection et soutenaient une grève générale à Bejaia. Plusieurs interviews à la télévision nationale et internationale dans lesquelles il a critiqué l’armée et la justice témoignaient mettant en danger la sécurité de l’État et incitant contre les autorités.

La Brigade de recherche et d’investigation a enquêté sur Fersaoui le jour de son arrestation et l’a transféré à un procureur du tribunal de première instance de Sidi M’hamed. Il était accusé d’avoir «porté atteinte à l’intégrité du territoire national», passible d’une peine d’emprisonnement de un à dix ans en vertu de l’article 79 du code pénal et d’avoir «entravé le transport de matériel militaire» pour nuire à la sécurité de l’État, passible de 10 ans de prison en vertu de l’article 74 du code pénal. Un juge d’instruction du même tribunal a ordonné sa détention le même jour à la prison de Harrach.

Les autorités ont arrêté neuf autres membres du RAJ en septembre et octobre. Le 13 septembre, la police a arrêté Kheireddine Medjani et Wafi Tigrine dans un café à Alger peu de temps avant le début des manifestations du vendredi. Le 26 septembre, la police a arrêté Ahcene Kadi et Karim Boutata à Alger et les a transférés au tribunal de première instance de Sidi M’hamed. Le 4 octobre, les autorités ont arrêté Hakim Addad, fondateur du RAJ, ainsi que Djalel Mokrani, Kamel Ould Ouali, Ahmed Bouider et Massinissa Aissous au cours d’une manifestation pacifique.

Un procureur du tribunal de première instance de Sidi M’hamed a accusé les neuf personnes d’avoir appelé à un rassemblement illégal en vertu de l’article 97 du code pénal et d’avoir porté atteinte à l’intégrité du territoire national en vertu de l’article 76 du code pénal, a déclaré son avocat, Abderrahmane Salah, à Droits de l’homme. Regarder. Un juge d’instruction leur ordonna de se tenir à la prison de Harrach.

Les services de renseignement de l’armée ont arrêté Karim Tabbou , coordinateur national du parti non reconnu UDS ( Union démocratique et socialiste ) et ancien secrétaire général du FFS, l’un des partis d’opposition de premier plan, le 12 septembre, à son domicile à Douera, dans la province d’Alger.

Un juge d’instruction du tribunal de Kolea, dans la province de Tipaza, a ordonné sa mise en détention pour «atteinte au moral de l’armée», passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison en vertu de l’article 75 du code pénal. L’accusation a pour origine une conférence que Tabbou a prononcée le 9 mai dans la ville de Kherrata, appelant à une transition démocratique en Algérie et critiquant le pouvoir écrasant de l’armée en dehors de ses prérogatives constitutionnelles, a déclaré son avocat, Abderrahman Salah. Le 25 septembre, la chambre d’accusation du tribunal de première instance de Kolea a ordonné la libération provisoire de Tabbou en attendant son procès.

Le 26 septembre, les services de renseignement de l’armée ont arrêté de nouveau Tabbou à Douera et l’ont transféré devant le procureur du tribunal de Sidi M’hamed, qui a ordonné sa mise en détention pour «recrutement de mercenaires pour le compte de puissances étrangères en Algérie» et distribution de tracts ou d’autres publications. cela pourrait nuire aux intérêts nationaux en vertu des articles 76 et 96 du code pénal, respectivement. Noureddine Ahmine, son avocat, a déclaré que ces accusations découlaient de ses publications sur Facebook et de ses discours critiquant le rôle de l’armée lors des manifestations, ainsi que de ses voyages à l’extérieur de l’Algérie pour participer à des réunions sur le mouvement Hirak .

Le 18 octobre, Tabbou a comparu devant un juge d’instruction de Sidi M’hamed, qui l’a interrogé et a confirmé son ordre de détention. Tabbou reste à la prison de Kolea dans l’attente de son procès, qui n’a pas encore été programmé.  

Le 18 septembre, des policiers en civil ont arrêté Fodil Boumala , journaliste et militant politique, chez lui à Alger. Boumala est actif dans le mouvement Hirak depuis ses débuts. Il a accordé plusieurs interviews à des chaînes de télévision nationales et internationales dénonçant le maintien du pouvoir de ceux qui ont gouverné le pays. Le 14 septembre, il s’est adressé aux foules participant au 30ème vendredi de la manifestation, dans lesquelles il a exprimé la ” détermination du peuple algérien à changer le régime pacifiquement”.

Son avocat, Noureddine Ahmine, a déclaré que la police avait interrogé Boumala à propos de ses publications sur Facebook. Le lendemain, ils l’ont emmené devant le tribunal de première instance de Dar El Beida, dans la province d’Alger, où un procureur l’a inculpé de “mise en péril de l’intégrité du territoire national” et de “distribution de documents portant atteinte à l’intérêt national” en vertu des articles 79 et 96. du code pénal, respectivement. Ahmine a déclaré que le rapport de police dans son dossier montre que les publications de Boumala sur les médias sociaux étaient surveillées par une “brigade spéciale contre la criminalité électronique” qui soutenait que ses publications sur Facebook soutenaient le hirak et appelaient les gens à descendre dans la rue pour renverser le gouvernement. prouvé qu’il faisait partie d’un “gang criminel” visant à nuire à la sécurité nationale et à l’unité nationale de l’Algérie.

Le juge d’instruction du tribunal de Dar El Beida a ordonné la détention de Boumala à la prison de Harrach. Le 6 octobre, la chambre d’accusation de la cour d’appel d’Alger a confirmé sa détention provisoire.

Le 16 septembre, les services de sécurité ont arrêté Samir Belarbi dans un café d’Alger. Il s’était vivement opposé aux élections et avait appelé au départ de “tous les symboles du régime” lors des discours tenus lors des manifestations du vendredi et à la télévision nationale. La police l’a emprisonné toute la nuit et l’a amené devant le tribunal de première instance de Bir Mourad Rais à Alger le 17 septembre. Un procureur l’a inculpé de «atteinte à l’intégrité du territoire national» et de «distribution de documents portant atteinte à l’intérêt national» en vertu de l’article 79. et 96 du code pénal, respectivement. Un juge d’instruction a ordonné sa détention à la prison de Harrach.

Des militants arrêtés et libérés dans l’attente de leur procès

Le 24 octobre, les forces de police à Oran ont arrêté Kaddour Chouicha , président de la section d’Oran de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme. Ils l’ont libéré le même jour dans l’attente de nouvelles enquêtes. Il a déclaré à Human Rights Watch qu’il participait à un sit-in devant le tribunal de la Cité Djamel à Oran. Vers 10h30, il a quitté le sit-in et s’est rendu à sa voiture pour récupérer une banderole exprimant sa solidarité avec les prisonniers d’opinion algériens.

Quand il est arrivé à sa voiture, trois hommes en civil l’ont arrêté et emmené au poste de police d’Oran. Un officier l’a informé qu’il faisait l’objet d’une enquête pour “participation à un rassemblement non armé” et pour “distribution de documents préjudiciables à l’intérêt national”. Chouicha a déclaré qu’il refusait de répondre à leurs questions ou de signer un rapport de police. Ils l’ont libéré vers 18 heures après avoir confisqué son téléphone.

Le 6 octobre, les forces de sécurité ont arrêté Said Boudour , journaliste à la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme.

Son avocat, Mohamed Ferid Khemisti, a déclaré que les forces de sécurité l’avaient arrêté dans la rue à Oran et emmené au poste de police où ils l’avaient interrogé sur ses publications sur Facebook. Ils l’ont emprisonné du jour au lendemain, puis emmené devant le tribunal de première instance d’Oran où un procureur l’a inculpé pour «atteinte au moral de l’armée afin de nuire à la sécurité de l’État», «atteinte à l’intégrité du territoire national» et «diffamation de institutions de l’État »en vertu des articles 75, 79 et 146 du code pénal. Les accusations découlent des publications qu’il a faites sur Facebook depuis mars, dans lesquelles il avait dénoncé l’armée pour s’être ingérée dans les affaires politiques, a déclaré son avocat.

Un juge d’instruction du même tribunal a libéré Boudour en attendant son procès. Le 15 octobre, la chambre d’accusation de la cour d’appel d’Oran a ordonné sa mise en détention, mais il reste libre.

Le 23 octobre, la police d’Annaba a arrêté Mustapha Bendjama , rédacteur en chef du journal Le Provincial . Bendjama a couvert le mouvement de protestation à Annaba sur les médias sociaux. Son journal a publié des articles et des commentaires critiquant l’establishment politique et soutenant les revendications des mouvements de protestation.

Bendjama a déclaré à Human Rights Watch que les forces de sécurité se sont rendues à son bureau de Le Provincial , ont saisi son smartphone, son ordinateur portable et son ordinateur de bureau, l’ont menotté et emmené au poste de police d’Annaba. Ils l’ont interrogé sur un document divulgué qu’il avait publié deux jours plus tôt sur sa page Facebook. Il a déclaré n’avoir partagé que ce document, qui était déjà disponible sur d’autres pages Facebook. Ce document est censé être une directive des services de renseignement nationaux adressée au responsable de la sécurité à Annaba pour surveiller certains journalistes actifs dans le mouvement Hirak .

Bendjama a ajouté que des policiers l’avaient également interrogé à propos d’un article publié sur Facebook le mois de mars, appelant l’armée à se tenir aux côtés des Algériens et à les aider à maintenir la paix dans le mouvement. La police l’a emprisonné toute la nuit, puis conduit devant le tribunal de première instance d’Annaba où un procureur l’a inculpé de “divulgation d’informations pouvant nuire à la défense nationale” et de “saper le moral de l’armée” en vertu des articles 69 et 75 de la loi pénale algérienne. Code, respectivement. Le procureur a provisoirement libéré Bendjama, qui a déclaré ne pas avoir rendu son ordinateur portable et son smartphone.


Nombre de lectures : 2175
Un commentaire

Laisser un commentaire

*

*

  • Omar
    14 novembre 2019 at 6:19 - Reply

    LE PEUPLE ALGÉRIEN S’EST LARGEMENT EXPRIMÉ ET ENGAGÉ POUR CHASSER LA ISSABA DU POUVOIR. GRACE À L’INTELLIGENCE COLLECTIVE, LA VICTOIRE REVIENDRA AU PEUPLE.
    —–/*\—/*\–/*\—/*\–/*\—/*\—/*\–/*\—/*\—-

    CEPENDANT, UNE FIN RAPIDE ET AU MOINDRE COUT…VIENDRA LORSQU’IL Y AURA SOULEVEMENT PACIFIQUE DES MILITAIRES DANS LES CASERNES, DES POLICIERS ET GENDARMES…POUR DIRE HALT…BARAKAT ET DÉGAGEZ… À LA ISSABA DE GAID SALAH ET LES GÉNÉRAUX DU HAUT COPMMANDEMENT : CHENGRIHA, BECHAR, BOUAZA…

    ———————
    AUTREMENT, LORSQUE L’ALGÉRIE SERA DÉBARASSÉ DE LA ISSABA, QUELLE AURA ÉTÉ LA CONTRIBUTION DE SES CORPS AU HIRAK !!!??? ON DIRA QUE LES GENDARMES, POLICIERS, JUGES….ONT ÉTÉ AU SERVICE DE LA ISSABA, CONTRE LES INTÉRETS DE LEUR PROPRE PAYS ET CONTRE LES INTERETS DU PEUPLE ALGÉRIENS.

  • Lire aussi