Repentez-vous, avant qu’il ne soit trop tard !

3
927

L’oligarchie militaro-financière doit comprendre que les algériennes et algériens dignes ont compris les véritables enjeux politiques et que leur silence durant des décennies n’était point ignorance des réalités ou soumission mais que souverain mépris. Vous avez et sans succès, usé et abusé de tous les stratagèmes. Vous avez transformé en près de 60 ans ce pays aux potentialités humaines énormes et aux richesses incommensurables en un vaste douar de misère et de désespoir et placé près de la moitié de la population en situation de survie. Vous avez même réussi la prouesse d’hypothéquer l’avenir d’algériens qui ne sont pas encore nés. Vous avez déclenché l’un des conflits internes des plus meurtriers de cette fin de siècle. Vous avez sacrifié des figures illustres qui ont façonné l’histoire de notre pays et déterré des cadavres politiques, pour tenter de sauver vos privilèges. Mais en vain !

La Révolution populaire du 22 février 2019 vient mettre fin à votre insolent autoritarisme.

Vous avez espéré, comme durant les années 90, tromper l’opinion publique avec vos intrigues et vos manipulations, mais sans succès. Vous avez tablé sur la pandémie de la Covid 19, pour éteindre cette flamme populaire et sauver vos meubles mités. Mais rien n’y fait. La majorité digne des Algérien(ne)s a repris et de plus bel, le chemin de la contestation, une contestation qui enfle chaque week-end. Ni votre répression aveugle, ni vos arrestations arbitraires, ni la torture, ni les procès iniques et les ignobles détentions n’ont freiné l’élan populaire libérateur.
Que vous reste-t-il à faire ? User et abuser de la violence comme vous l’avez fait durant 60 ans ou vous repentir et négocier sagement une transition démocratique vers un Etat de Droit ?

Repentez-vous, du moins pour ceux d’entre vous qui ont encore une conscience et les mains non souillées du sang des enfants de leur peuple. Le tribunal de l’Histoire a irrémédiablement et sévèrement condamné votre système. Dans votre entêtement et votre attachement névrotique au pouvoir, vous courez non seulement à votre perte mais à celle de toute la Nation. Oubliez un instant vos containers sur les ports et vos comptes Outre-Méditerranée. Regardez la réalité en face et soyez un moment, lucides, le temps d’une courte réflexion. Revisitez l’Histoire. Que sont devenus tous les régimes qui ont fondé leur pouvoir sur l’injustice et le mépris de leurs peuples ? Que sont devenues toutes les dictatures sud-américaines ? Qu’est devenu l’empire totalitaire soviétique, la monarchie iranienne, la dictature chilienne ? Que sont devenus les Bokassa, Mobutu, Mengistu, Vidéla, Duvallier, Papadopoulos, Rédha Pahlavi, Ceauscescu, Pinochet, Salazar, Caetano, Stroessner, Marcos, Suharto, Saddam, Benali, Abdallah Salah, Kadhafi et autres despotes qui avaient terrorisé leurs peuples ? N’avaient-ils pas eux aussi la force des armes et de l’argent ? Et pour certains l’intelligence en plus ? Aviez-vous songé un seul moment au sort que leur a réservé l’Histoire ?

Votre régime est appelé à disparaître. Il durera peut-être encore quelque temps, le temps pour vous de ruminer les illusions de pérennité de votre pouvoir mais aussi et surtout le temps de comptabiliser vos crimes et méfaits contre votre propre peuple, avant de répondre tôt ou tard de vos actes. L’exemple des Pinochet, Videla et Kadhafi est là pour vous le rappeler. « Il ne suffit pas de prendre un fusil pour devenir le maître légitime d’un pays ».

Salah-Eddine SIDHOUM.

3 Commentaires

  1. Ils ne se repentiront jamais, car ce sont de mauvais perdants, de mauvais joueurs, ils sont mauvais tout court et leur règne n’est que médiocrité. Ils tenteront le tout pour le tout. Il se débatteront jusqu’à la fin. Ils vont intimider, juger injustement, incarcérer arbitrairement et useront de violence policière. Ils vont collectionner des erreurs, des bavures et des injustices jusqu’à ce que les services de sécurités qu’ils utilisent jettent l’éponge et se retournerons contre eux.

    Et pour cela, le Hirak doit maintenir la pression tout en restant PACIFIQUE en usant son génie qu’est la « pensée collective du Hirak ».
    Ces idées que l’on se partage intuitivement et unanimement entre hirakistes et que l’on apprivoise quand on flaire l’efficacité. L’idée qui émane maintenant, et qu’on retrouve chez la majorité en plus du « consensus politique » c’est la recrudescence des mobilisations et marches qui doivent aller crescendo jusqu’à la chute du Gang.

    L’option fut reportée la semaine passée à cause des examens de nos enfants. Maintenant que nos élèves du primaire, du moyen et nos lycéens ont achevé les compositions du premier trimestre, la voie est libre pour aller de l’avant est d’affronter le gang et leur moukabarat avant qu’ils ne reviennent à la charge avec l’histoire du variant britannique ou d’autres subterfuges pour étouffer le Hirak.

    À partir de ce mardi, nous soutiendrons les étudiants en marchant avec eux et on poursuivra la mobilisation avec des marches non-stop cinq jours de suite à partir du mardi 09, Mercredi 10, Jeudi 11, Vendredi et jusqu’au samedi 13.

    Si pour le gang l’appétit vient en mangeant , pour le peuple et le hirak la liberté se concrétisera en marchant. A mardi inch’Allah.

  2. Bravo monsieur.vous avez résumé la situation très succinctement.
    Faut il maintenant qu’ils soient à l’écoute ,!!!!!!j’ai bien peur que la cupidité prenne le dessus sur la sagesse.
    Merci pour votre article.

  3. Nos  »gouvernants » ne cèderont jamais. Ils sont pris au piège par des puissances étrangères en l’occurrence la France qui leur a donné carte blanche et offert des largesses de disposer des ressources et des richesses de l’Algérie au bénéfice de celle-ci. Céder le pouvoir au peuple reviendrait à leur fin, à la perte de leurs privilèges et de leurs acquis outre mer. Ils auront échoué. En plus de cela ils seront jugés et condamnés à vie par tous les Algériens. C’est ce qu’il faudrait dévoiler aux instances internationales pour que la France, en particulier, revienne sur ses principes de chantage. Nos immigrés Algériens à Paris leur ont signifié cela. Silence radio de la France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici