La constante tortionnaire de la dictature militaire: Solidarité avec Saïd Chetouane, âgé de 15 ans, arrêté et violenté

1
441

La constante tortionnaire de la dictature militaire: Solidarité avec Saïd Chetouane, âgé de 15 ans, arrêté et violenté

PAR AW · AVRIL 5, 2021

Algeria-Watch, 5 avril 2021

Lors d’une manifestation du Hirak à Alger samedi 3 avril 2021, Saïd Chetouane a été interpellé avec d’autres jeunes et transféré au commissariat ex-Cavaignac. Il a subi des sévices et notamment une agression à caractère sexuel accompagnée d’insultes obscènes et d’humiliations. À sa libération en soirée, accompagné de sa mère et d’un groupe d’activistes, il a été emmené par ses camarades à l’hôpital Maillot, à Bab El Oued, pour être examiné et obtenir un certificat médical. Le médecin de garde a refusé d’établir le document sans la présence de la police, selon les témoignages des activistes présents sur les lieux.

La sinistre mésaventure de Saïd Chetouane qui suit les révélations sur les faits de tortures endurés par d’autres détenus du Hirak, notamment Walid Nekkiche et Sami Dernourni, a provoqué l’indignation et la colère en Algérie et au sein de la diaspora algérienne. Ces quelques cas médiatisés ne peuvent masquer la réalité d’une répression extrêmement violente, qui n’hésite devant aucun moyen pour terrifier la population et décourager toute velléité de contestation.

Le jeune âge de Saïd Chetouane illustre l’absence totale de scrupules des responsables des appareils répressifs et le climat pathogène qu’ils entretiennent en leur sein. Cette sordide affaire donne à voir la nature des comportements déviants de trop nombreux membres des services de sécurité, trop rarement rendus publics tant la pudeur fonde les codes sociaux. La colère et l’indignation dominent toutefois dans l’opinion, mais pas la surprise, car tous les Algériens savent à quel point la torture et les traitements dégradants font partie du registre habituel des appareils répressifs du régime. Révoltants, indignes et inacceptables, ces moyens tiennent lieu depuis des décennies de méthode de gestion ordinaire de la société.

Les mauvais traitements, arrestations arbitraires et abus de pouvoir par les forces de sécurité sont monnaie courante : la brutalité et la torture sont un usage traditionnel dans les centres de police, officielle ou secrète, du pays. Ces mœurs perdurent depuis trop longtemps dans une situation de non-droit où les victimes et leurs proches sont sans défense ni recours face à l’arbitraire. Cela doit cesser. Les acteurs de ces voies de faits doivent être dénoncés, assumer leurs responsabilités devant la justice et les victimes doivent être reconnues en tant que telles et recevoir réparation.

Algeria-Watch condamne les dépassements et les actes de tortures qui apparaissent comme systématiques et encouragés par les hiérarchies policières, exige que toute la lumière soit faite sur ce qu’a enduré le jeune Saïd Chetouane et que soient poursuivis et jugés tous les responsables de ces violences. Algeria-Watch exprime son entière solidarité et son soutien total à Saïd Chetouane ainsi qu’à toutes les autres victimes de l’arbitraire policier en Algérie.

1 COMMENTAIRE

  1. Comment un procureur de la république à la solde du « gang des généraux » essaye de justifier l’injustifiable ? Comment une certaine élite servile essaye de culpabiliser la victime et de lui endosser la responsabilité de l’ignoble acte de la police politique ? Comment des héros nationaux qui ont diffuser l’information et partager la vidéo sont poursuivis comme des criminelles notoires ? Comment la presse soumise, lâche, incompétente accuse Tajdeit, Riahi ou Rachad d’un acte de torture que les Algériens respire matin et soir; honte a vous et a vous « Une » de vous journaux TV ou dans vos quotidiens « soir s »algérie and Co , honte à vous et a votre bassesse, des médias français et étranger traite l’événement mieux que vous.
    L’histoire vous rattrapperas bande de lâches et vous jours sont compter, d’ici là, vous pouvez placarder vos pancartes dans nos rues et autoroutes avec vos fameux slogans pour la disponibilité la police et la gendarmerie au service du citoyen, mais autrement en disant la vérité au peuple;

    اتصلوا ب 1548 أو 1055 العصابة في خدمتكم و المغتصبين في انتضاركم
    Appeler le 1548 ou 1055 le gang est à votre service pour différents sévices

    Nous par contre nous appelons le peuple algérien dans sa totalité à sortir manifester ce samedi 10 et dimanche 11 avril 2O21. Pour dire non à l’ingérence de la France dans notre pays, pour dire non à l’officialisation de « Hizb Franssa » qui prend le devant de la scène à l’approche de ces législatives factices, non au soutien de la France officielle au « gang des généraux », non à l’ingérence de Macron, de l’Elysée, du Quai d’Orsay et de Matignon. Non à cette visite en plein confinement et que rien ne justifie, Non a cette visite alors que la révolution du Hirak bat son plein. Non, à la contre-révolution sous votre égide, alors que le « gang des généraux » vacille.

    À défaut d’une coordination nationale du Hirak, je fais appel :
    – à toutes les Algériennes et tous les Algériens épris de justice
    – à la diaspora
    – aux représentantes et représentants de partis d’oppositions tel : Tabou (UDS), Bel-Abbès (RCD), Nekkaz (MJC) Ferssaoui (RAJ) Zitout (Rached) Zoubida Assou, Bouchachi….
    – aux représentantes et représentant s d’ associations nationales et de la diasporas qui organisent les marches et meeting du Hirak
    – aux intellectuelles et intellectuels engagés Boumala, ….
    – aux personnalités historiques Bouhired, …
    – aux blogueurs et youtubeurs du Hirak… ; Madina Fly, Imad lakhdara, Aboud Hichem , Amir, Mohamed MOH….
    – aux journalistes du Hirak …Drarni, Zghileche, Menasra,
    aux syndicalistes SESS CNAPSET aux différents Syndicats autonomes.
    – aux organistions des droits de l’hommes algériennes, Algéria watch, Karama , Mre Ali yahia abdenour, Dr Sidhoum, Mre Badie….

    Nous vous demandons d’adhérer à cet appel et de le diffuser à tous les Algériennes et Algériens afin de faire barrage à la main mise des enfants de Bigeard sur l’Algérie et afin de signifier à Macron et à la France officielle, que leur contre révolution sera vaine et que malgré leur soutien aux « gang des généraux » et à la poignée de « neoharkis » qui les entoure le peuple Algérien est décidé de retrouver son INDEPENDENCE confisqué en 1962.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici