Le peuple et son armée: vérité et État de droit

0
290


Raouf Farrah

Nous commémorons aujourd’hui le troisième anniversaire du plus grand crash de l’histoire de l’armée nationale populaire (#ANP). Au moins 257 vaillants soldats (Rabi yarhemhoum) ont perdu la vie lors du vol de l’Iliouchine qui reliait « Alger – Tindouf – Béchar» à partir de l’aéroport militaire de Boufarik. Trois années après ce drame, aucune enquête n’a été rendue publique par les autorités. Aucun rapport public n’a révélé les circonstances de cet accident meurtrier. Il en va sans dire que les familles des victimes, issues des quatre coins du pays et de toutes les classes sociales, ont droit à la vérité.

La vérité est un préalable à toute forme de justice qui ne saurait être flouée par des compensations matérielles ou commémoratives. Les Algériens ont également le droit de comprendre les circonstances de cet événement meurtrier afin de se rappeler le sacrifice de leurs concitoyens dans la sérénité et la paix. C’est une exigence élémentaire qui consolide le lien entre le peuple et son armée. Les Algériens, en tant que citoyens et contributeurs à l’État, ont le droit à des explications objectives sur les nombreux crashs militaires et les décès de soldats survenus depuis 2007.

L’ANP comptabilise au moins 20 crash militaires et plus de 300 soldats morts durant les 15 dernières années. Un tel bilan n’est pas une tare. Sur le plan technique, l’armée algérienne a connu une modernisation accélérée lors des 15 dernières années et une partie de ces accidents y est liée.

L’exigence de vérité ne relève pas du secret défense et la mise en œuvre d’une telle démarche ne menace pas la sécurité nationale. Au contraire, elle contribue à raffermir la protection de l’État national et la construction de ce « front uni» auquel l’armée y appelle de son propre chef. Faut-il rappeler que l’armée nationale est une armée populaire? Que c’est bien cela qui fait son ADN…Faut-il rappeler que c’est le peuple et son armée et non l’armée et son peuple?…

Le changement démocratique, l’édification de l’État de droit, la construction d’un État qui répond aux besoins des citoyens, des objectifs clairs exprimés par le Hirak, vont dans le sens de la vérité et du droit. Ils vont dans le sens du renforcement d’une institution militaire moderne et d’un État démocratique. Ceci contribue à faire de l’Algérie un pays meilleur en faisant en sorte que les institutions de l’État soient redevables envers les citoyens…Saisissons ce moment de commémoration pour trouver une véritable solution politique qui mise sur la vérité, le droit et les libertés…Cette solution, connue d’avance, ne peut être le fruit que des deux seules et véritables forces politiques: le Hirak et l’armée. C’est le seul chemin pour éviter un péril annoncé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici