Algérie : vingt-trois prisonniers d’opinion grévistes de la faim en danger de mort

1
168

PAR AW · AVRIL 20, 2021

Algeria-Watch, 20 avril 2021

Arrêtés le 3 avril 2021 durant la manifestation du samedi à Alger, à proximité de la mosquée Al-Rahma, vingt-trois hommes, dont quatre étudiants, ont été placées sous mandat de dépôt le 5 avril par les tribunaux de Bainem Bab-El-Oued et de Sidi M’hamed. Poursuivis pour « atteinte à l’unité nationale et attroupement non armé », ils sont en grève de la faim dans la prison d’El-Harrach depuis le 7 avril. Avant d’être incarcérés, les manifestants ont été conduits au commissariat de Cavaignac, puis ils ont été transférés à la Division centrale de police judiciaire, où plusieurs ont subi de graves sévices : coups de pieds et coups de poings au visage au point de vomir et de perdre des dents pour certains ; coups au moyen de barres de fer ; injures et menaces de viol.

Durant leur présence au commissariat, les détenus ont rapporté que la nourriture apportée par leurs familles a été détournée et consommée ostensiblement par des policiers. Une fois dans la prison d’El-Harrach, jetés dans des cellules insalubres, ils ont reçu des couvertures sales et humides, certains dormant à même le sol. Malgré leur état de santé dégradé suite à leur grève de la faim et aux mauvais traitements subis au sein du commissariat, plusieurs détenus ont continué à être violemment battus.

Parmi les grévistes, rappelons le cas de Bachir Agoumadz, épileptique et victime de graves lésions (suite à un accident de la circulation). Sa vie est en danger, surtout qu’il n’a bénéficié d’aucun suivi médical depuis son incarceration. D’autres détenus, comme Mohamed Selmane, commencent à présenter des signes inquiétants : hypotension, hypoglycémie et surtout perte de conscience.

Nous apprenons que les avocats ont introduit un appel du mandat d’arrêt et la chambre d’accusation de la cour d’Alger a programmé leur dossier pour le 21 avril pour décider si les vingt-trois détenus seront jugés en liberté ou gardés en détention.

Leurs vies sont menacées ! Nous interpellons la communauté internationale sur la situation de ces détenus, qui n’ont fait qu’exercer leurs droits constitutionnels.

Les vingt-trois détenus en grève de la faim

Abdeldjalil Abdelli Zouhir,

Bachir Agoumadz,

Abdelhak Ben Rahmani, dit Merouane, orphelin, vit d’une table de commerce,

Rachid Benameur Belkacem,

Adel Bensaada, étudiant en infographie,

Ahmed Betrouni,

Lotfi Bouguerra, commerçant et père d’une fille,

Lounes Boutankikt, étudiant à l’université de Delly Ibrahim en master 1 section Sport,

Fatehi Diyaoui, père de cinq enfants dont l’aînée a huit ans,

Aimad Guendoul,

Ahmed Lakhdari,

Omar Lerari,

Abdelhalim Malek,

Mohamed Lamine Menkhel,

Zakaria Metidji, étudiant en droit à la faculté de Boudouaou,

Ahmed Ouakli,

Walid Oudjit, ingénieur en génie civil,

Abdelhakim Salah, commerçant et père de deux enfants en bas âge,

Mohamed Selmane, étudiant,

Ali Senouci, ingénieur en informatique au chômage,

Hocine Slimane, diplômé en gestion et caméraman, au chômage,

Abdelkayoum Taazibt,

Saïd Talhi, dit Zinou.

1 COMMENTAIRE

  1. Consacrons ce 114 ème vendredi au détenus du Hirak er aux grévistes de la faim, pour dénoncer ces faux procès et dossiers concocter par les « mokhabarat irhabiya » . Le dernier étant celui de SOS BEO monter de toutes pièces et diffuser au monde entier par les agences de presses internationaux (Reuters, AFP, Américain Associated Presse , Tass, Xinhuale , Figaro ,Acharq Al-Awssat ….).
    Le gang des généraux use une nouvelle fois de mensonges pour passer à l’acte et justifier une contre-offensive imminente ?Pourquoi tous ces relais médiatiques mis à sa disposition par les chancelleries occidentales ? Sachant qu’il s’agit d’une Fake du gang et d’une manipulation de ses services secrets.

    Cependant , une chance inouïe de les contrecarrer en ce 114 vendredi vendredi en Algérie et surtout à l’étranger avec la Diasporas et ce rassemblement qui aura lieu à Genève en ce vendredi 23 Avril 2021 devant le haut commissariat des nations unies aux droits de l’homme.
    Une chance de montrer au monde entier le vrai visage du « gang des généraux » qui piétine les droits élémentaires du citoyen Algérien et trompe le reste du monde en appellant aux respects des droit de l’homme au Sahara occidentale ou le respect de la constitution au Tchad et ailleurs , alors qu’il est le premier a les bafouer en Algérie. Comme le confirme le dernier procès de l’association SOS de BEO ou des 23 grévistes de la faim dont la plupart sont issue de BEO! Est-ce un acharnement afin de stopper et affaiblir le Bataillon Casbah-BEO ? Que le gang n’a pu contenir lors des différentes marches malgré le déploiement et le renforcement du dispositif sécuritaire. Le risque de voir la déferlante de ce bataillon du côté des Taggarins explique cette acharnement sur les Tadjdait et l’association de BEO. ?

    En Algérie, le peuple et le Hirak savent très bien qui est le « gang des généraux ». Nous espérons que la Diasporas arriveras à les dénoncer au reste du monde. Espérons que les algériens seront nombreux demain à Genève, comme on le seras demain dans toute l’Algérie , pour une fois on marchera ensemble à l’intérieur et à l’extérieur afin de dénoncer les exactions du gang et d’expliquer les causes des grèves de la faim que des jeunes Hirakistes pratiquent en tant qu’ultime et légitime recours au dépend de leurs vies.

    En ce 114 vendredi , Exigeons la libération immédiate de tous les détenus.

    Aux Algériens et Algériennes du monde entier de faire entendre leur voix pour stopper cette Hogra et de mettre fin au règne injuste du « gang des généraux ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici