Covid-19 et fermeture des frontières : incohérence et interrogations.

0
1068

         Youcef l’Asnami

« On peut tromper une personne mille fois. On peut tromper mille personnes une fois. Mais on ne peut pas tromper mille personnes, mille fois ». Cette citation attribuée peut être faussement à Abraham Lincoln résume on ne peut mieux la dramatique situation dans laquelle se trouve l’Algérie du fait de la pandémie du Covid 19 dont on commence enfin à mesurer la gravité et les conséquences sur tous les plans : humains, sanitaires, économiques et sociaux.

Les moyens humains et financiers mobilisés par les autorités algériennes pour faire face pandémie ont vite atteint leur limite et restent dérisoires par rapport aux besoins exprimés par les citoyens.

L’immense mais non surprenant élan de solidarité nationale des Algériens pour répondre aux très nombreuses sollicitations de leurs compatriotes a été à la hauteur de la gravité de la situation. Les réseaux sociaux ont largement contribué au succès de cette mobilisation. De nombreux groupes et pages facebook ont été créés spécialement pour informer, fédérer et organiser ces aides. Les appels aux dons aussi bien en Algérie qu’à l’étranger ont permis de récolter des millions de DA et devises étrangères. Les personnes, pages et groupes algériens les plus populaires sur facebook ont ouvert leurs tribunes aux appels d’aides urgentes et ce depuis le début de ce que certains considèrent comme une troisième vague de l’épidémie.

Mais ce n’est qu’hier que le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger s’est fendu d’une déclaration dans laquelle il saluait « chaleureusement nos compatriotes établis à l’étranger pour l’admirable sursaut patriotique avec lequel elles et ils redoublent d’engagement et de dévouement pour prendre part au combat de leur nation contre la pandémie dévastatrice du coronavirus ».  Et c’est ce même jour que le chef d’Etat-major de l’ANP, a également rendu hommage aux citoyens algériens en soulignant  «  les belles images de solidarité manifestées par notre peuple ces derniers jours, suite à la propagation inquiétante de la pandémie Covid-19, à travers sa mobilisation aux côtés des institutions de son Etat, dans un effort collectif louable visant à minimiser les retombées de cette situation sanitaire, en prêtant main forte aux malades et aux professionnels de la santé publique, dans un immense élan populaire ».

Des images et vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, parfois insoutenables, ont contribué grandement à cet élan de solidarité. Des hôpitaux dépassés par l’ampleur de la pandémie, des morts dont beaucoup contestent les chiffres officiels, des appels de détresse, un manque de moyens manifeste en particulier en matière de matériel d’oxygénation ont été largement relayés dans les réseaux sociaux et la presse algérienne soutenus par des témoignages du personnel médical et paramédical de la santé qui sont unanimes quant à la gravité de la situation sanitaire.

Pourtant la veille, le ministre de la santé, sans aucune retenue, affirmait que « l’oxygène était disponible en quantités suffisantes au niveau des établissements hospitaliers », et que l’on s’acheminait vers « une baisse de la demande sur cette matière vitale ».

C’est dire le fossé qui semble séparer la réalité du terrain avec le premier responsable de la santé publique.

Concernant la solidarité des Algériens résidant à l’étranger vis-à-vis de leurs compatriotes, elle n’est pas nouvelle. A chaque événement heureux ou malheureux, les Algériens expatriés ont toujours répondu présents : inondations, séismes, victoires sportives internationales… 

Et c’est cette même communauté qui a soutenu le Hirak au travers de très nombreuses manifestations pacifiques d’abord contre le 5eme mandat de Bouteflika et puis contre le pouvoir actuel dont elle a dénoncé la répression, les arrestations des opposants, le manque de vision, l’opacité des décisions politiques et/ou économiques et leur totale incohérence. C’est cette même communauté, louée par le ministre des AE et le chef d’Etat Major, qui a réclamé pacifiquement l’ouverture des frontières en acceptant toutes les contraintes liées à la sécurité sanitaire imposées par les autorités algériennes : confinement, tests avant et après leur entrée en Algérie, vaccination…  En vain ! A ce jour les autorités sont restées sourdes à tous ces appels laissant cette communauté livrée à elle-même privée de perspectives faute de communication.

Tous les médias rapportent, via des experts et des observateurs, le non-respect des mesures barrières en Algérie par de très nombreux citoyens et ce malgré les campagnes de sensibilisation tant dans les médias lourds que dans la presse et les réseaux sociaux avec l’inévitable conséquence de la propagation vertigineuse de l’épidémie du Covid 19.  Parallèlement ces mêmes experts n’ont pas manqué de souligner la quasi-absence de cas de Covid 19 pour les Algériens provenant de l’étranger dont la majorité sont vaccinés et la totalité disposant d’un test PCR de moins de 36 h en plus des tests qu’ils subiront à leur arrivée. Alors, dans ces conditions, par quoi peut on justifier cette rareté des vols aussi bien d’Air Algérie que ses concurrents et cette incroyable flambée des prix toutes compagnies confondues qui ont découragé plus d’un ? Difficile ! 
Pour les plus fortunés, des pages entières des réseaux sociaux sont consacrés quasi exclusivement sur les vols internationaux de et vers l’Algérie. Des témoignages édifiants sur le programme de ces vols, les fakes news, les prix, les conditions d’embarquement, la nécessité absolue pour certains de rentrer au pays pour donner suite à la disparition de leurs proches ou tout simplement pour rejoindre leur poste de travail. 

Un des journaux électroniques algériens consacre deux à trois articles par jour, voire plus, uniquement sur les hypothétiques programmes de vols des compagnies aériennes vite démentis par la réalité. Tous les vols annoncés sont soit inexistants, soit complets. Aucune réservation n’est possible sur le site d’Air Algérie et de ses concurrents, avant le mois d’octobre prochain. Et beaucoup de compatriotes s’interrogent sur la commercialisation des billets d’avion qui reste un mystère.

A bout de nerfs, la communauté algérienne à l’étranger continue d’espérer une ouverture des frontières aussi rapidement que possible avec toutes les garanties sanitaires exigées. L’annonce de la réunion du Haut Conseil de Sécurité présidé par M. Tebboune ce jour et dont la sécurité sanitaire est à l’ordre du jour conforte cet espoir. Cette ouverture des frontières, avec les garanties nécessaires, devrait être également suivie par des baisses des tarifs des billets d’avion qui restent excessifs pour de très nombreux compatriotes. Non pas pour remercier cette communauté de sa contribution à l’effort national de lutte contre la pandémie, mais tout simplement au nom de l’équité sociale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici