Faiza Maameri : une artiste chorégraphe et une militante engagée…

1
531

Youcef L’Asnami

« Pour moi, la danse est une ligne continue et indéfinie qui ne s’arrête jamais, et à qui on peur donner beaucoup de forme. Pour moi la danse c’est la vie »


Cette phrase résume à elle seule le fabuleux parcours de Faiza Maameri, auteure chorégraphe et directrice de l’Académie des Arts de la Scène basée à Cheraga (Alger) et membre du Conseil international de danse de l’Unesco. Faiza a engrangé de nombreuses distinctions et prix honorifiques aussi bien en Alger qu’à l’étranger dont le 1er prix « Novi Cives » décerné par l’université de Bologne (Italie). 

 Elle est à Clermont-Ferrand du 17 au 27 novembre prochain avec son mari et un de ses fils où un riche programme lui a été concocté par une association culturelle auvergnate l’AFAPA (Association France Algérie Pays d’Auvergne).

 Le 19 novembre dernier, elle a donné une conférence de presse au Club de la presse où elle a présenté sa dernière œuvre intitulée GENESE qui questionne l’actualité du moment notamment les conséquences de la crise sanitaire sur l’humain avant d’intervenir auprès des élèves d’un Lycée de Riom (63) près de Clermont-Ferrand où elle a insisté sur la nécessité d’avoir de la volonté, un projet et une passion. La chorégraphe a impressionné ces élèves et leurs enseignants par la vision qu’elle avait de l’art en général et de son art en particulier.

 Une autre conférence a été donnée ce mardi 23 novembre à l’IADT de Clermont Ferrand où la chorégraphe a rappelé, devant un public studieux, son extraordinaire parcours artistique avant de présenter GENESE et ses autres œuvres chorégraphiques chacune axée sur une thématique précise : D’entre les murs pour traiter la détention et les conditions de vie d’un détenu en hommage à Nelson Mandela, Hijra qui évoque la tragédie des migrants notamment.

Il est prévu d’accueillir l’an prochain à Clermont-Ferrand 8 danseurs, un technicien Audio Vidéo, un chargé d’encadrement qui accompagneront la chorégraphe durant l’année culturelle et aborderont le champ disciplinaire des Arts sous le thème de la citoyenneté et le vivre ensemble dans la fusion des cultures du monde.

 Très riche et varié il est difficile de décrire le parcours de Faiza en quelques lignes.

Dès l’âge de 7 ans, émerveillée par ce « florilège de gestes et mouvements offerts par la gymnastique artistique », elle intégra la société des Beaux-Arts d’Alger pour suivre des cours de danse classique. Elle a reçu sa première distinction dès l’âge de 14 ans ! Commence alors une impressionnante carrière artistique tant en Algérie qu’a l’étranger soutenue et encouragée par son admirable mari, un Asnami, et ses enfants.

 Elle créa alors en 2006 PROFIL une académie des arts de la scène qu’elle définit comme

« un espace de création et d’enseignement qui dispense des formations dans les arts de la scène que sont la Danse, la Comédie Musicale, le Théâtre, le Chant et les Arts Plastiques.

Elle accueille les enfants dès l’âge de 3 ans pour des cours d’éveil artistique ».

 Cette académie a été admise au Conseil International de Danse de l’UNESCO et participe à plusieurs concours et festivals internationaux. Les élèves les plus méritants sont encouragés et recommandés pour poursuivre leurs études ou leur carrière à l’étranger dans des académies renommées.

 Une des principales caractéristiques de Faiza et de son académie est l’engagement humanitaire dont elle a fait un credo !

 Cet engagement fait partie intégrante de ses créations artistiques : droits de l’homme en particulier ceux des enfants et des femmes, inclusion vis-à-vis des personnes à besoins spécifiques au travers des programmes artistiques, sensibilisation et prévention contre les maladies (cancer, Sidaction, Trisomie 21…)

 La modestie et l’humilité de cette femme engagée soutenue par son mari et son fils Skander sont tout simplement admirables.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici