Les chaines invisibles : la caste militariste étrangle l’Algérie, bloquant son élan économique

0
3027

Introduction

Dans le panorama complexe des relations internationales et de la gouvernance nationale, l’Algérie occupe une place précaire, déchirée entre son potentiel inexploité et les entraves imposées par la mainmise de la caste militariste. Cet article approfondit l’analyse de cette mainmise économique qui a non seulement réduit la population à une dépendance socio-économique, mais qui a également étouffé toute initiative entrepreneuriale, aggravant ainsi les entraves à la croissance.

De plus, cet effet domino a des répercussions tangibles sur le plan international, à l’instar du rejet de l’adhésion de l’Algérie à l’alliance économique des BRICS.

Afin de mieux appréhender ce phénomène, il est impératif de contextualiser cette situation dans une perspective plus large, explorant le rôle crucial joué par l’État, l’économie et la gouvernance dans la construction et l’évolution du paysage algérien.

L’État algérien : Entre Aspirations et Captation

La notion d’État, en tant qu’entité organique et éthique transcendant les intérêts personnels au profit de l’intérêt collectif, a toujours été un idéal dans la gouvernance nationale. Cependant, en Algérie, cet idéal sacré est perpétuellement assailli par le poids implacable de la caste militariste. Alors que l’État-nation devrait idéalement refléter l’essence d’une nation spécifique, en Algérie, il est devenu un instrument de perpétuation des intérêts particuliers, entravant le développement socio-économique et sapant la vitalité entrepreneuriale.

Dépendance économique et Asphyxie de toute Initiative

La vulnérabilité structurelle de l’économie algérienne découle en grande partie de sa dépendance excessive à l’égard des ressources pétrolières. Cependant, cette vulnérabilité est exacerbée par le contrôle serré exercé par la caste sur ces ressources. Ce faisant, un cycle néfaste se met en place, dans lequel les revenus nationaux sont soumis aux fluctuations erratiques des prix du pétrole. Cette précarité budgétaire laisse peu de marge de manœuvre pour investir dans d’autres secteurs économiques, étouffant ainsi toute possibilité d’initiative entrepreneuriale. Les entrepreneurs et les investisseurs, confrontés à des obstacles bureaucratiques et à la corruption, sont forcés de solliciter des faveurs pour simplement subsister.

Les BRICS : L’Opportunité Contrecarrée

Dans un contexte mondial où l’intégration économique prédomine, l’adhésion à des groupes tels que les BRICS est souvent perçue comme un gage de reconnaissance et de potentiel économique. Cependant, la mainmise de la caste militariste sur l’économie a entravé cette opportunité pour l’Algérie. Les membres des BRICS, conscients des défis économiques de l’Algérie, ont naturellement exprimé des préoccupations quant à la viabilité et à la diversification de l’économie du pays. Cette mainmise a également engendré un sentiment de méfiance parmi les investisseurs étrangers, réduisant ainsi les perspectives de croissance économique durable et d’intégration internationale.

Vers un Avenir Économique Libéré

Afin de rompre ce cercle vicieux et de libérer le potentiel économique de l’Algérie, une refonte profonde de la gouvernance politique est impérative, condition sine qua non d’une bonne gouvernance économique. La mainmise totale sur les ressources doit céder la place à une répartition équitable des opportunités économiques, permettant aux entrepreneurs et aux investisseurs de prospérer. De plus, la diversification économique, au-delà de la simple dépendance aux hydrocarbures, se présente comme une étape cruciale pour garantir une croissance économique soutenue. En encourageant l’initiative entrepreneuriale, l’Algérie pourrait non seulement répondre aux attentes de sa population, mais également regagner la confiance des acteurs internationaux.

Conclusion

L’Algérie, dotée d’un riche héritage culturel et de ressources humaines abondantes, doit briser les chaînes de la mainmise de la caste militariste pour pleinement libérer son potentiel. La dépendance économique résultant de cette mainmise a érodé les aspirations démocratiques et étouffé toute velléité entrepreneuriale indépendante. Les retombées s’étendent jusqu’à l’arène internationale, comme en témoigne le refus d’adhésion aux BRICS. Pour inaugurer une nouvelle ère, l’Algérie doit embrasser une économie diversifiée, transparente et inclusive, encourageant ainsi l’initiative entrepreneuriale et créant un avenir de prospérité pour ses citoyens. C’est par cette démarche audacieuse que l’Algérie pourra reprendre le contrôle de son destin et façonner une société plus dynamique et autonome.

Khaled Boulaziz

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici