Édition du
5 December 2016

Grine, Rebrab, El Khabar : Entre le pouvoir et l’argent et en des combats douteux !

El Khabar

Par Saad Ziane, Libre Algérie, 10 mai 2016

Soutenir Hamid Grine ?

On aurait pu le faire, quitte à se forcer un peu, s’il avait fait preuve de zèle dans la mise en place d’un vrai système national de l’information avec une vraie régulation et une vision réellement nationale des enjeux. Sauf que ce n’est pas le cas.

Hamid Grine était (est encore) en mission commandée par un clan du pouvoir pour mettre au pas les journaux proches d’autres clans du pouvoir. Rien de bien nouveau, (ni de passionnant) dans l’Algérie des clans du pouvoir.

Avoir été chef de la communication de Djezzy – et donc distributeur de pub – lui a fait connaître la faiblesse des journaux et la capacité de l’argent à les faire marcher dans le “bon sens”.

Djezzy, de Sawiris à Vimplecom, malgré une bataille opaque sur le droit de préemption de l’Etat Algérien a eu très largement droit à une très bonne presse.

Hamid Grine avait la preuve que la pub fait marcher droit. Devenu ministre du gouvernement, il n’a rien fait d’autre que ce qu’il faisait à Djezzy. Il a œuvré, non sans “réussite”, à gérer la pub. Celle du secteur public, bien évidemment, la plus importante. Mais aussi, disent ses détracteurs, celle du privé.

Occupé à mettre “au pas”, le ministre (et avec lui le gouvernement) ont laissé le champ libre à des médias “amis” dont les pratiques n’ont rien de déontologiques se faire des sicaires médiatiques sur fond d’instrumentalisation cynique d’un discours bigot d’un autre âge.

Voilà donc la «tache nationale » dont s’est chargé M.Grine sur fond de discours creux sur la déontologie, sur des dénonciations à sens unique voire même en se faisant, sans conviction aucune, le porte-parole des journalistes mal-payés, non déclarés. Des constats vrais – qui ont cours dans les médias amis de M.Grine – mais qui sont purement et simplement instrumentalisés.

Que se passe-t-il pendant que le ministre menait sa grande bataille ? Une simple photo balancée sur twitter est venue montrer à quel point ce régime est sensible à la moindre chiquenaude des médias internationaux.

Le Monde fait une “Une” déplacée et voilà que cela donne des vapeurs à la République. Les community managers de Manuel Valls publient une photo montrant le président dans un mauvais jour et voilà que dans les arcanes du pouvoir on y décèle un message, une menace, un “printemps arabe”.

Les guerres de Grine et de ses mandants sont celles d’un clan pas celles de l’Algérie. M.Grine et ses mandants ont fait les “malins” avec la loi en laissant se mettre en place un paysage audiovisuel offshore et en osant le présenter comme un signe de pluralisme des médias !

En réalité, ce n’est qu’une illustration de plus d’une perte du sens de l’Etat et de l’intérêt public. L’Etat, on ne le redira jamais assez, c’est la LOI, ce n’est pas son contournement par des subterfuges destinés à donner à des “amis” une avance sur les autres.

Et quand on contourne la loi – toutes les TV privées sont de droits étrangers, voilà un paradoxe prodigieux pour un système qui ne cesse de parler de nationalisme et de menace extérieure ! – on ruine encore un peu plus l’Etat. Les subterfuges orchestrés par ceux qui sont censés incarner l’Etat ont un coût : l’informel s’étend à des médias où les ministres passent tenir causette !

Il y avait pourtant du boulot pour M.Grine: mettre à niveau la presse, réfléchir au fait que l’Algérie ne pèse rien – absolument rien – dans les autoroutes de l’information à l’ère du numérique et que les Algériens consomment l’essentiel de leurs informations de l’extérieur ; se soucier sérieusement de la formation des journalistes, sortir les médias publics de l’assujettissement totalement contre productif au pouvoir, rétablir sérieusement un service public qui aurait pu être un vrai contrepoids à la monte de l’argent.

A l’évidence, c’est trop demander à un chargé de pub. Ce n’est pas ce que lui demandaient ceux qui l’ont fait ministre. Il fait son «job ». Ce n’est pas le nôtre.

Soutenir Rebrab ?

Pourquoi diantre ? Parce que ce serait un “capitaine d’industrie” ? Une sorte d’OVNI qui a pu devenir le premier groupe privé en Algérie sans l’aide de personne ?

Dans la Rebrab-mania qui occupe une partie des médias (et de la classe politique), il y a comme une grosse couleuvre que l’on veut faire passer mine de rien. M.Rebrab qui, comme M.Jourdain pour la prose, fait de la politique sans “en avoir l’air” n’est pas un OVNI, ce n’est pas un conte de fée même si un illustre professeur s’est laissé aller à lui faire une biographie hagiographique.

M.Rebrab est né en Algérie. Comme d’autres privés Algériens aux dimensions plus petites et qui dépendent souvent de la commande publique. En Algérie, on peut, moyennant des accommodements raisonnables avec les contraintes du système avoir une entreprise privée qui marche.

Ce qui est exclu par contre dans le système algérien, c’est de pouvoir prendre une dimension aussi importante que ne l’est le groupe Cevital sans être en accord avec le pouvoir, sans être, d’une manière ou d’une autre, dans le pouvoir. Aucun illustre professeur ne pourra faire croire qu’on peut y échapper.

M.Issad Rebrab a des qualités mais ce n’est pas une insulte que de dire qu’il est totalement né dans la matrice et qu’il a grandi en son sein. Est-il un capitaliste qui, en s’internationalisant, s’émancipe du pouvoir ? Voilà une question qui peut intéresser des politologues et des journalistes d’investigation.

Il n’en reste pas moins qu’on peut être légitimement circonspect – même dans le cas où cela ne souffrirait pas d’illégalité – de voir un riche entrepreneur prendre le contrôle d’un des plus grands groupes de presse du pays.

On est même plutôt étonné de voir des gens prétendument de gauche l’approuver sans sourciller. Il est vrai que les motivations de Grine et de ses chefs sont douteuses, mais est-ce pour autant une raison de donner le bon Dieu sans confessions, ni conditions, ni réflexion à M.Rebrab.

Il y a un niveau politique à ne pas occulter. Issad Rebrab fait partie d’un pôle du régime – ou un clan pour utiliser le terme en vigueur – et quand il met un pactole aussi important dans l’achat d’El Khabar, cela n’est pas une simple opération commerciale. On est aussi dans une démarche, celle d’un pôle qui se prépare, lui aussi, à la “bataille de la succession” au sein du régime ; ou pour rester dans les “us et coutumes” du régime dans la bataille de la cooptation de la future apparence présidentielle. Et quand Grine saisit la justice pour s’opposer à la transaction, ce n’est pas le souci du pluralisme qui l’anime. Mais celui de son clan.

On est donc sur un terrain “habituel”, celui des combats douteux que l’on habille des grands mots comme la démocratie, la liberté d’expression. Et que l’on nous somme de soutenir. On est pour Grine ou pour Rebrab ? Voilà le cul-de-sac dans lequel on tente d’enfermer les esprits !

Soutenir El Khabar ? Les travailleurs ou les actionnaires ?

Oui, les travailleurs d’El Khabar qui manifestent pour leur avenir ont droit à notre soutien. Ils s’inquiètent de manière légitime pour leurs emplois et voient dans l’action en justice diligentée par le gouvernement une menace pour l’existence de l’entreprise. Ces craintes ne sont pas infondées.

Mais les travailleurs d’El Khabar ne sont pas les actionnaires d’El Khabar qui ont choisi de céder leurs parts à Rebrab. Ces actionnaires parlent peu (c’est le clan adverse qui a publié les détails de la transaction qui fait du patron Cevital détenteur de plus de 95% des actions du groupe El Khabar) mais on peut deviner leurs arguments.

Grine et le gouvernement ont si “bien” joué du levier de la publicité – qui s’est d’ailleurs fortement déplacé vers les TV “offshore” amies – que le chiffre d’affaires du groupe a reculé. Vendre les actions à un homme d’affaires parait, du point de vue individuel, comme une démarche rationnelle.

Face à un pouvoir qui met en œuvre sa redoutable machine, un détenteur de capitaux comme Rebrab a les moyens de tenir et même d’entretenir “son” groupe.

Mais l’analyse ne peut se limiter à la rationalité des “actionnaires” et à l’aspect “purement commercial”. Les actionnaires d’El Khabar sont des journalistes qui ont engagé et réussi une “aventure intellectuelle”. Ils ont un média influent. Leur geste clôt symboliquement l’idée généreuse lancée dans la foulée des réformes de journaux faits par les journalistes et propriétés des journalistes.

C’est un tournant majeur ! Dans la profession beaucoup pensent (sans l’écrire) qu’El Khabar était le moins démuni et qu’il pouvait continuer à résister à Grine sans tomber dans les bras de Rebrab. C’est aussi notre conviction.

Les actionnaires d’El Khabar ont fait un choix qui peut s’expliquer. Mais que nous ne sommes pas forcés d’approuver. Car, ce qui s’est enclenché est l’enfermement de la presse entre l’alignement servile au clan (momentanément) dominant au sein du pouvoir ou à l’argent qui, lui aussi, est dans le pouvoir.


Nombre de lectures : 3392
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • souheil
    12 mai 2016 at 10 h 03 min - Reply

    Une seule solution si on veut que les dilapidations des biens des algériens par « des nous algériens car ils sont entrain de nos voler nos biens et aller les donner ou les investisser ailleurs en Suisse France GB et USA donc une seule solution les tribus doivent prendre contact et se regrouper contre ses ennemis mis par la France et les USA pour nous voler et nous rendre pauvre et misérables alors le travaille doit commencer maintenant.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Ali
    12 mai 2016 at 11 h 27 min - Reply

    Le plus GRAND capital d’un journal ou d’un groupe médiatique est sa sincérité et crédibilité.
    Quoi qu’on dise du citoyen lambda, il sait qui croire.
    Il est vrai que les journalistes d’El Khabar ne peuvent pas vivre que d’amour et d’eau fraîche, cependant ce n’est pas une raison d’hypothéquer 25 ans de lutte et sacrifice.
    À mon humble avis, le soutien du PEUPLE est le plus fort.
    Ne dis-ont pas que la volonté du PEUPLE est de la volonté de DIEU.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • Dirmi
    14 mai 2016 at 22 h 36 min - Reply

    C’est toujours la même chose, Rebrab, vous ne pouvez l’attaquer que si sa fortune a été mal acquise. L’autre est effectivement au quotidien dans des dépassements intolérables. Faites une analyse « juridique », ce grand patron en question a t’il le droit d’acheter ou non ce titre.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

  • rachid dahmani
    22 mai 2016 at 13 h 37 min - Reply

    Bonjour à tous;

    Par Mustapha Hammouche sur liberté d’aujourd’hui:

    Hier, dans une des attaques devenues rituelles des membres du clan contre le patron de Cevital, Saâdani a sommé Rebrab de choisir “entre la politique et les affaires”. Avec la menace arrogante en prime : “S’il opte pour le premier, il perdra son argent.”
    C’est vraiment mal tombé pour le plus représentatif des crieurs d’un clan qui, justement, ont pour caractéristique de mêler leurs affaires et la politique, de faire la leçon de la séparation entre les intérêts privés et l’intérêt général. Si Saâdani commençait par nous expliquer comment on a réussi à conquérir un parti à Alger et à acquérir une société immobilière à Paris sans mêler les affaires à la politique ?
    La démarche qu’il craint de la part de Rebrab est qu’après avoir réussi en affaires — sans la politique —, ce dernier ne soit tenté par une expérience en politique. Mais, de quel droit quelqu’un qui a accédé à l’aisance matérielle sans jamais avoir eu une idée de projet refuserait-il à un concitoyen qui, par ailleurs, a prouvé qu’il pouvait concevoir des projets utiles et les mener à leur terme de faire profiter son pays de son sens du développement et de la rigueur de gestion ?
    Il est vrai que l’entrepreneur en question dérange parce qu’il ne correspond pas au modèle d’homme d’affaires du régime, l’homme d’affaires qui s’enrichit en puisant dans la rente contre sa disponibilité et sa fidélité au régime. Cet homme d’affaires-ci, c’est le modèle de l’anti-entreprise ; dans ce système, l’entreprise n’est plus un instrument de création de richesses, mais un alibi au siphonnage clientéliste de la rente. Il s’abreuve au gré à gré et renvoie la politesse aux généreux donneurs d’ordres. Il y a un second type d’homme d’affaires du régime qui ne s’encombre même pas d’une entreprise ; il occupe une position dans le système qui lui octroie suffisamment d’autorité pour pouvoir débloquer des marchés publics… ou bloquer l’activité d’un vrai entrepreneur ou d’un vrai agriculteur… Dans cette situation, il dispose d’une véritable rente viagère, dans le pur style féodal… Ne parlons pas de ceux qui peuvent, et osent, plonger la main dans la caisse.
    Dans ce système, qui est le nôtre, on ne peut pas faire d’affaires sans politique et on fait de la politique pour faire des affaires. Ce n’est donc pas Rebrab qu’on doit enjoindre de choisir entre la politique et les affaires, mais tous ceux qui profitent d’un système politique structurellement conçu pour les affaires.
    En réalité, Saâdani et les rentiers du système ne savent faire ni les affaires ni la politique ; c’est pour cela qu’ils s’adonnent à cette activité hybride qui n’est ni l’une ni l’autre, qui se situe entre les deux et qui fait que nous n’avons ni une économie efficiente ni un État performant.

    Bonne journée à tous

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • alhif-n-wen.
    23 mai 2016 at 14 h 28 min - Reply

    L’action du ministre GRINE doit être rejetée pour 2 motifs principaux:

    1. Incompétence du tribunal Administratif pour traiter le recours du Ministre, puisque l’objet du litige est un acte privé, a savoir le contrat de cession d’une partie des actions sociales du quotidien  » EL-KHABAR » (personne morale de droit privé) au profit d’une autre personne morale de droit privée « NESS-PROD », alors que le tribunal administratif n’est pas compétent pour connaitre des actes de droit privé.

    2. l’autre motif de rejet, selon un principe très connu en droit pour agir devant un instance judiciaire il faut avoir un intérêt « PAS D’INTERET PAS D’ACTION » dans le cas d’espèce le Ministre n’a aucun intérêt matériel ou moral pour agir devant les tribunaux.

    N. /B. bizarrement ce tribunal administratif de BIR-MOURAD-RAIS ne s’est pas déclaré incompétent ?

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos