Édition du
5 December 2016

Mohamed, garde ta valise !  

 ConnardYoucef L’Asnami

 

« Sans craindre les foudres d’Allah, je peux le dire aujourd’hui : je ne suis plus musulman. (…) je ne suis plus musulman au sens où je ne pratique plus rien de ce qu’on appelle habituellement l’islam. Je mange du porc et non halal, je bois du vin (…) je ne jeune plus pendant le mois de ramadan, je ne fais plus mes cinq prières  (…). Mais j’ai foi en Allah ; aussi surprenant que cela puisse paraître.. »

 

C’est ainsi  que Soufiane Zitouni,  fils d’immigrés algériens établis en France, commence son livre « Confessions d’un fils de Marianne et de Mahomet » (Eds Les Echappés), sorti en avril dernier. Démarrer un livre avec ces premières phrases, ça secoue dans le contexte actuel. Et ça a secoué les medias français qui lui ont grand ouvert leurs colonnes. Un nième pamphlet contre l’Islam ? Même pas. Juste un récit autobiographique où se succèdent ses aventures professionnelles, familiales et personnelles pour lesquelles il a tenu, à la fin du livre à remercier ses correcteurs et son éditrice en précisant qu’ « un livre est une œuvre collective, peu d’écrivains ont la sincérité et l’honnêteté de le dire. ».

 

Alors pourquoi cette œuvre collective ?  Une « Sansasilation » des esprits ? M. Zitouni, avait vivement critiqué, en février 2015, le lycée musulman  Averroès de Lille, d’où il a démissionné et où il exerçait comme professeur de philosophie. C’était l’époque de la « Charliéisation » de la société !!! Dans une tribune publiée par Libération à cette époque, Zitouni explique pourquoi il démissionné du lycée Averroès en reprochant aux responsables de ce Lycée un « double discours ».

Le Lycée ayant porté plainte contre lui « pour diffamation non publique et injure non publique », il a été condamné à des peines symboliques.

 

Suite à ces remous, aucun établissement ne voulait de lui comme enseignant. C’est grâce à   Najat Vallaud-Belkacem qu’il a pu  retrouver un poste dans un lycée catholique sous contrat avec l’Etat à Valenciennes.

 

Cette mésaventure de Zitouni illustre, on ne peut mieux, le climat exécrable qui sévit en France suite à tous ces attentats terroristes vécus comme un traumatisme par la population.

Les réseaux sociaux ont fait la part belle au  hashtag « #JeSuisEpuisé » diffusé par les internautes qui n’en peuvent plus de ces carnages, surtout qu’ils touchent des innocents.

Que ces attentats soient commandités, ou revendiqués par DAECH ou qu’ils soient l’œuvre de désœuvrés ne change rien ! Comme à chaque attentat, la presse française fait état des nombreuses tensions avec les communautés musulmanes issues de l’immigration.

 

En janvier 2015, Nicolas Bourgoin, un démographe français écrivait « La fabrication médiatique du « problème musulman » – érigé en « problème de civilisation » par Alain Finkielkraut – favorise une libération de la parole raciste et une stigmatisation des musulmans et de leurs pratiques religieuses avec la bénédiction des journalistes du système. Le battage médiatique autour du dernier roman de Michel Houellebecq ouvertement islamophobe, la complaisance des médias vis-à-vis des dérapages d’Alain Finkielkraut, l’islamophobie déclarée de certains journalistes, l’hostilité rencontrée par un mouvement qui prône la réconciliation avec les populations issues de l’immigration post-coloniale montrent que la classe politico-médiatique dans sa majorité encourage le rejet des musulmans. ».

 

Face à cette islamophobie rampante, le gouvernement français a essayé, en mars dernier, de calmer les esprits en diffusant, sur les médias lourds, six spots publicitaires  montrant des scènes d’agressions racistes ou antisémites aussi provoquants que réalistes, afin de « dénoncer les préjugés et provoquer une prise de conscience ». La campagne « antiraciste » a été un flop total !

 

Même lorsque l’écrasante majorité de la communauté musulmane établie en France, dénonce avec force ces crimes commis contre des innocents, cela ne suffit pas. Cette communauté reste pointée du doigt par une bonne partie des médias qui ne veut pas rater cette occasion pour exprimer son rejet de toute idée relative au « vivre ensemble ».

 

Et je crains que les divisions de cette même  « communauté musulmane » ne favorisent guère une contre offensive visant à rétablir les faits dans leur contexte et éviter des amalgames et les stigmatisations tout aussi épuisants.

Les effets collatéraux des attentats criminels sur la communauté sont manifestes : certaines mosquées se vident, les discriminations à l’embauche se multiplient, les regards méfiants se font de plus en plus insistants…

 

Très récemment, des experts du Conseil de l’Europe ont dénoncé la banalisation  des discours racistes en France, notamment des responsables politiques, et l’accroissement des violences racistes, antisémites et islamophobes.

 

Je pense que c’est exactement le but recherché par les commanditaires des attentats : créer le chaos et semer le trouble dans une société en prise avec d’autres soucis.

Non ! Il ne faut pas se résigner ! Mohamed doit garder sa valise et rester digne dans son pays d’accueil. La bête immonde mourra victime de son propre poison !

 

 

Youcef l’Asnami


Nombre de lectures : 2193
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • nouari019
    24 juillet 2016 at 19 h 27 min - Reply

    RIEN QUE DE VOIR SA TETE DE hyènes PUANTES me donne envie de vomir ,espagnol marié a une israélite il ne faut pas s’attendre a moins ,il a une haine viscérale envers les musulmans ,alors si tu es d’origine algérienne la on a gagné le pompon ,mais si il court aussi vite qu’on l’emmerde il n’est pas prêt d’arriver !!!!!!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos