Édition du
5 December 2016

L’enseignement supérieur à bout de souffle

Cerveau du régime Youcef L’Asnami

Men dhak ou itihou 3lina des infos sorties de nulle part…partagées par beaucoup, sans un minimum de vérification de la crédibilité de la source.

Une des dernières « affaires » est celle du « licenciement » des deux enseignants de l’ENSA.

Pétitions, manifs devant le ministère de l’ES, solidarités réelles et virtuelles ou ga3 ou ga3… et surtout des commentaires hors sujet, dont certains émanent de personnalités connus pour leur rigueur journalistique. Goulnaha déjà ! L’Algérien fonctionne beaucoup à l’émotion ! Dès qu’on perçoit la moindre injustice, on a tendance a réagir avec nos cœurs d’abord, ensuite avec notre intellect. Seuls quelques anciens de l’administration ont essayé de calmer le jeu en rappelant les règles qui président au licenciement dans la fonction publique algérienne. Machi ghir Erwah ou licencié !!! Il y a des procédures claires nettes et précises du moins dans les textes. On pourra toujours après gloser sur leur application.

Après ce « chahut d’adultes », le directeur actuel de l’ENSA s’est déplacé au journal EL WATAN avec « un gros dossier » pour réfuter l’argumentation des professeurs licenciés.

«C’est faux. Ils ne sont pas encore licenciés. Ils ont reçu la notification du PV de la commission disciplinaire. Ils ont un mois pour faire recours. ». Yeeeeeeeeh…

Mais alors ? Qui croire ? Comment se mobiliser sur un seul son de cloche ? Honnêtement il me parait hasardeux, dans ce genre de situation, de prendre position pour l’une ou l’autre des parties sans avoir un minimum d’informations crédibles sur le fond du dossier.

Dans le même temps, en déplacement à Tizi-Ouzou,  le ministre de l’enseignement supérieur reconnaît l’échec du système LMD (Licence-Master-Doctorat), après avoir essayé de le réformer il y a quelques temps. De même qu’il a rappelé que « son département a commandé un logiciel anti-plagiat pour mettre terme à cette triche qui se généralise malheureusement. ».

Ces deux informations ont été déjà largement commentées dans cet espace.

Pour rappel, cette déclaration de  Abdelmalek Sellal de février 2015, et 11 ans après son instauration, « le système LMD a démontré ses limites et ne favorise pas les étudiants lors de leur entrée sur le marché du travail ».

De même que nous avons fait état de notre surprise sur le flou total relatif au Système LMD mis en place de façon peut- être un peu naïve au Maroc, en Tunisie ou en Algérie. Pour plusieurs raisons :
– Le Système LMD n’a de sens que s’il existe de vraies passerelles entre les formations d’une même université et encore plus d’une université à une autre ; ce qui est loin d’être le cas (cf. pour l’Algérie l’arrêté N° 137 du 20 juin 2009 qui reste muet sur les modalités de ce transfert, de même que les arrêtés marocain et tunisien relatifs à la mise en place du système LMD)
– Le système des ECTS (European Credit Transfert System) comme son nom l’indique est UN SYSTÈME EUROPEEN de transfert de crédits pour des étudiants européens d’abord ! D’autres pays ont des systèmes de transferts de crédits qui leur sont propres (USA, Canada, Argentine….)
– Ayant constaté les limites du système ECTS, l’Europe a décidé de lui adjoindre récemment un autre système : celui des ECVET (système européen de transfert de crédits pour l’enseignement et la formation professionnels), système basé sur des « unités » de connaissances, aptitudes et compétences et non sur des acquis purement académiques.
– Le fait que ces trois pays aient conservé cette appellation ECTS ne leur confère aucun droit de transfert des crédits pour leurs étudiants voulant continuer leur cursus en Europe.
– En absence de conventions bilatérales entre la France et les pays du Maghreb, tout étudiant d’un de ces trois pays pourrait passer par le centre ENIC-NARIC France qui est habilité à « apprécier » le cursus universitaire d’un candidat en lui délivrant une « attestation de comparabilité » entre les programmes de son université et ceux de l’université d’accueil qui reste SEULE MAITRE A BORD pour la reconnaissance ou non de tout ou partie de ce cursus. Et pour cela ENIC-NARIC France utilise, pour évaluer les diplômes étrangers, une grille d’analyse qui applique les principes des textes internationaux qui guident la reconnaissance des diplômes en Europe. Et dans cette grille d’analyse il y a un critère très important qui est la certification de l’Université concernée.

Lorsque le ministre déclare que « L’Algérie forme annuellement une moyenne de 200 000 master. Au bout de 10 ans nous allons nous retrouver avec 5 millions de master sur le marché de l’emploi national, que la fonction publique, ne pourra pas absorber » il reconnait implicitement que le dispositif du LMD a été mis en place , non pas pour favoriser les transferts d’étudiants d’une filière à l’autre ou d’une université à l’autre, mais pour gérer les flux, notamment sur le marché de l’emploi. Sauf qu’avec la « semestrialisation » des cursus induite par le LMD, il faut disposer d’une parfaite organisation des enseignements, des stages et surtout posséder des moyens logistiques importants. Et l’université algérienne souffre terriblement de ces deux manques. Et rappeler que l’esprit du système LMD tel qu’il a été imaginé par ses concepteurs n’a jamais été de favoriser l’emploi. De ce fait je ne vois pas le rapport entre le dispositif LMD et le marché de l’emploi qui lui, est régi par d’autres critères dont le principal reste la compétence réelle des étudiants acquise à l’issue de leur cursus universitaire.

Autrement dit, cette tendance de nos pays à « copier » des systèmes européens dans un contexte non adapté  ne peut qu’aboutir à des incohérences et des contradictions que payent aujourd’hui nos étudiants.

L’enseignement supérieur souffre, comme pour les autres secteurs, de l’incapacité des responsables à mettre en place une politique propre au pays qui tient compte de la réalité sociale, économique et culturelle qui est la notre. Miné par des conflits personnels dans les équipes pédagogiques, utilisant une infrastructure qui mérite d’être modernisée et ne pouvant absorber les flux d’étudiants issus d’un Bac où pourtant les taux de réussite sont parmi les plus faibles au monde, l’enseignement supérieur est à bout de souffle !

Il faudra un sacré courage politique pour réformer le système. Du courage politique et de la crédibilité. Ce que n’ont pas les responsables actuels de ce département hélas, qui, comme les autres, sont obsédés par la « paix civile » ! Mais il y a un temps pour tout !!!!!


Nombre de lectures : 2016
18 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Dria
    16 novembre 2016 at 18 h 02 min - Reply

    Cher @ Lasnami
    pour la seconde fois, Je vous transfère le mail du Pr Abdelguerfi, alors d’après vous on devrait faire confiance à la tutelle et ses sbires qui commence à se rétracter suite à la mobilisation et mettre en doute l’écrit du Pr Abdelguerfi (sauf s’il s’agit d’un faux mail , et d’une manipulation ,chose absurde…..).pour le LMD no comment, les résultats sont là.

    Envoyé le : Mercredi 9 novembre 2016 23h12
    Objet : Mauvaise nouvelle!

    Chers Amis, Chers Collègues, Chers Doctorants et Chers Étudiants,
    Je suis vraiment désolé de vous informer que je viens d’être licencié(mise fin à
    mes fonctions) par le directeur de l’ENSA, KHELIFI Lakhdar, de manière abusive
    et illégale pour avoir défendu l’ENSA (ex. INA), votre école(jardin botanique…),
    et pour avoir dénoncé les dérogations d’inscription en 1ère Année (sans la moyenne
    requise) et en doctorat (sans concours).

    Durant 40 années de ma vie, dédiées à l’enseignement et la recherche,
    j’ai toujours fait mon possible pour donner le meilleur de moi-même à
    mes étudiants, à mon école et à mon pays et continuerai à le faire
    jusqu’à la fin de mes jours. Prière d’informer tous vos camarades de
    promotion et tous mes anciens étudiants ainsi que tous mes amis et mes
    collègues des différents secteurs.

    Votre enseignant. Pr. Abdelguerfi Aïssa Tel :0555784906 aabdelguerfi@yahoo. fr

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

    • Youcef L’Asnami
      16 novembre 2016 at 19 h 52 min - Reply

      Bonsoir. Je vous remercie pour votre réaction. Je n’ai à aucun moment soutenu la tutelle que je rends responsable du climat délétère qui sévit actuellement à l’ENSA. Comme je n’ai pas remis en cause les arguments des trois enseignants de cette « affaire ». Ils sont trois en effet et pas deux. J’ai juste écris que dans tout conflit et avant de prendre une position, il faut écouter et prendre en compte les arguments des deux parties. El khadhi yesma3 men zooudj yek ???
      J’ai essayé de rapporter fidèlement les arguments des uns et des autres. Je me suis abstenu de prendre position parce que les non dits dans ce genre de situation sont nombreux.
      Je connais très bien Mme Isolah et Abdelguefi à qui je souhaite un prompt rétablissement quant à sa maladie. J’ai suivi toutes les affaires de l’ENSA depuis celle du semoir « volé » par un prof pour une utilisation personnelle, celle du jardin botanique et l’actuelle affaire de licenciement. Si j’ai écris que ces profs n’ont pas ENCORE été licenciés c’est un fait. Pas un jugement. Mais comment expliquer le manque de solidarité des profs de l’ENSA avec leurs collègues ? C’est ça pour moi la vraie question. La raison est simple : le clanisme qui perdure dans cet Institut. Clanisme encouragé par les responsables pourris du ministère de l’ES qui ne fait rien pour apaiser les tensions et mettre un terme à cette descente aux enfers de ce fleuron de notre formation agricole. Les responsables de ce ministère pondent des oukazes que les responsables universités ou écoles appliquent sans rechigner pour préserver leurs postes et leurs avantages. Cela aussi est une réalité. Hada makane.
      Et pour votre gouverne sachez que je n’ai jamais refusé d’apporter mes contributions aux enseignants qui me sollicitent sur le plan pédagogique.
      Et j’ai souhaité sincèrement que cette affaire se termine bien pour le bien des étudiants. Cordialement

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

  • Seddiki
    16 novembre 2016 at 18 h 08 min - Reply

    Encore faut’il qu’ait du souffle!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • amar MOKHNACHE
    16 novembre 2016 at 20 h 25 min - Reply

    CHER MONSIEUR DRIA ! merci et merci beaucoups de nous offrir cette opportunite d exprimer TOUTE NOTRE SOLIDARITE A NOTRE ELITE ! le devoir nous impose d exprimer haut et fort notre soutien indefectible au professeur! SI ON NE LE FAIT PAS NOUS LAISSERONS LE TERRAIN LIBRE AUX FORCES DE LA MEDIOCRITE DE NOUS MALMENER D AVANTAGE ET de CONTINUER A SEMER CETTE CULTURE DU MEPRIS et a devaloriser ce qui nous reste de plus cher …UNISSONS NOUS ET DENONCONS EN FORCE CET ABUS D UN AUTRE AGE !!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

    • Dria
      18 novembre 2016 at 16 h 27 min - Reply

      Cher@ Mokhnache
      Je ne mérite pas autant de remerciements , je n’ai fait que Montrer un mail que j’avais dans ma boite (envoi groupé) et sachez que je ne connais Mr Abdelguerfi ni de prés ni de loin, mais connaissant notre administration et ses exactions et devant la hogra qui sévit chez nous j’annule « el Kadi yesma3 men zoudj » de Mr Lasnami qui est valable dans les pays ou il ya une vraie justice , chez nous si un compatriote appelle à l’aide, je le crois de facto surtout s’il a en face un représentant de l’État.

      Au fait j’aimerais bien savoir, le rapport de cette commission disciplinaire sur les  » dérogations d’inscriptions sans la moyenne en première année et inscriptions du doctorat sans concours » j’en suis sûre qu’elle reponderas que ce n’est pas de leur ressort…

      La solidarité contre la Hogra est un devoir d’où qu’elle émane, mais quand elle vient d’en haut, ça devient un haut et noble devoir.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • rachid dahmani
    17 novembre 2016 at 7 h 38 min - Reply

    Bonjour à tous,

    A louekhda issarren, abhim youghel dhel hakem… voila ou en est. Et on continue encore de douter qu’il faut tout formater dans ce pays et tout réinstaller… on est tous des informaticiens pardi non? Bonne journée à tous…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Boubaker-Khaled Sadallah
    17 novembre 2016 at 16 h 44 min - Reply

    Je voudrais signaler 2 points relatifs aux interrogations posées dans ce papier:
    1. Au mois de juin dernier, un professeur de l’université de Ouargla (ayant plus de 60 ans) a été prié de déposer son dossier de retraite dans les plus brefs délais sans aucune explication quant à la raison qui a poussé le président de cette université à prendre cette décision (car c’est bien lui qui en a ainsi décidé).
    Le concerné ne voulait pas déposer le dossier demandé et avait réclamé par écrit des explications (au niveau de la présidence de l’université et du MESRS) n’a pas été autorisé à signer le pv de reprise en septembre dernier. J’ignore si une explication lui a été fournie jusqu’à présent.
    Mais un chef d’établissement interrogé par un collègue avait expliqué que le directeur d’un établissement universitaire a le droit de mettre à la retraite un enseignant s’il a plus de 60 ans et s’il (le directeur) estime que son établissement n’a plus besoin des services de cet enseignant!

    2. A propos des problèmes liés au système LMD : A l’ENS-Kouba où les bacheliers entrent avec une note variant entre 13.5 et 15 de moyenne au bac, plus de 400 magisters et doctorats ont été délivrés depuis 1988 par cet établissement comptant une centaine de « titre magistral » (profs et MCA) et 14 laboratoires de recherche dans les différentes disciplines scientifiques (maths, physique, chimie, et biologie) reconnus et financés par le MESRS. Ces diplômés exercent partout dans les établissements universitaires du pays.
    Il se trouve que cette année, le MESRS a décidé de ne plus ouvrir de magister et de n’autoriser que le Master à caractère pédagogique (et non en sciences pures) à l’ENS où les étudiants admis à suivre ce master devraient encore faire au moins 2 ans d’études pour obtenir ce diplôme : soit un minimum de 7 ans d’études (5 ans en licence+2ans) pour des étudiants brillants au bac!! Alors qu’ailleurs, le Master n’exige que 5 ans d’études et y accèdent des étudiants pour la plupart très moyens.
    On a beau essayé de comprendre cette logique des décideurs, mais en vain! D’habitude, un tel refus catégorique du MESRS est justifié par le manque de compétences humaines ou matérielles. Ce qui est loin d’être ici le cas.
    Vous parlez d’incohérences du système LMD… en voici, donc, un autre type d’incohérences, non pas dans le système mais dans la tête du décideur!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

  • Ali SBIH
    18 novembre 2016 at 20 h 58 min - Reply

    Salam alikoum

    Question avec un ticket gagnant ,les Professeurs sont ils exempts de commission de discipline ou de départ à la retraite et ne voit on pas par ailleurs que beaucoup de nos concitoyens se plaignent de « la longévité » des dirigeants à des postes cousus main .

    Le pays évolue il dans une autre dimension du temps ou il existerait des milliers de certitudes et de légitimité pour les mêmes choses et les mêmes faits.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

    • Dria
      19 novembre 2016 at 0 h 09 min - Reply

      Cher @Sbih

      Les commissions de discipline repondent elles aux normes, dans un pays hors normes,ceux qui les composent sont ils intègres et justes.

      Tous les professeurs ne sont pas égaux sur la même échelle de valeur, il existe des professeurs voleurs.

      Donc mieux vaut faire au cas par cas et ne pas servir de Ticket ainsi…

      Dans tous les cas, la ou l’anarchie régne,la discipline n’a besoin ni de commission ni de Ticket , quand la Hogra gagne toutes les couches de la société
      Il ya une seule certitude c’est les gens du pouvoir qui sont dans le « gagnant-gagnant »

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Ali SBIH
    19 novembre 2016 at 9 h 29 min - Reply

    Salamalikoum

    @Dria,

    Une commission de discipline est toujours une alternative ,un protège tibia » contre l’échec de la (les)règle en place………..un ticket de réussite imparable/sur pour l’administration .

    J’ai toujours pensé qu’un Professeur dont le temps est mesuré, partagé entre l’obligation de servir la communauté qui lui est rattachée, de faire des communications , de la recherche et… prendre le bus ,n’a rien à cirer des états d’âme de l’administration du coin plus préoccupée à durer ,affiner ses outils de capture/répression des Professeurs imprudents qui se risquent dans les marécages de la règlementation ,de la revendication de droits ou de conditions de travail .

    Pour ce qui est des voleurs , le code pénal est un remède puissant aux atteintes malveillantes à la propriété.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

    • Dria
      19 novembre 2016 at 18 h 52 min - Reply

      @Sbih
      Wa aleikum essalem

      On parle de l’Algérie de 2016 ou les commissions n’ont que le nom,exemple de la commission de surveillance des élections oui un  » bon protége tibia » mais pour qui?

      Le code pénal est un puissant remède pour le simple citoyen mais ceux qui ont de bon protége cou… Comme chakib el kahla and Co. Ils vivent sur le dos de ces commissions et en donnant des commissions …

      Il faut revoir la notion de beaucoup de concept dont celui de propriété, en somme tourne autour du pot, il faut une révolution pour mettre un peu de discipline et remettre un peu d’ordre dans cette politique du chaos.
      A bon entendeur Salem

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

    • rachid dahmani
      20 novembre 2016 at 7 h 14 min - Reply

      Bonjour ali, bonjour Dria,

      Autrement dit, comme évoqué juste ici avant, il faut tout formater et tout réinstaller en espérant n’avoir pas ramené une nouvelle contamination. Comme on est tous des informaticiens mécaniciens alors le progrès est en nous et la marche en avant ne nous fait pas peur. Il semblerait cependant que notre planète ne suffise plus pour assouvir les désirs de tout le monde qui la peuple…il y en a une à un peu plus de quatre années lumière de nous…il y a juste que sa gravité est 17 fois plus importante que la notre et donc il faudra se réadapter et je fais confiance à nos mécaniciens pour cela. Bonne journée chers amis.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

      • Ali SBIH
        20 novembre 2016 at 17 h 09 min - Reply

        Bonjour Rachid,Bonjour Dria

        Trop tard le trou de ver de B.Aknoun vient d’être définitivement condamné,un vortex qui ne s’ouvrira plus et la main de l’homme ne mettra jamais les pieds sur cette planète.

        Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

        • Dadache
          20 novembre 2016 at 21 h 58 min - Reply

          Salem

          d’après le CRAG c’est une météorite faisant suite à l’ éclipse lunaire d’ El Mouradia et d’après Bonatero on s’attends à une plus grande dans les prochains jours, Scrutons le prochain BMS…et gardons les pieds sur terre pas besoin d’autres planèteS…

          Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

          • Ali SBIH
            21 novembre 2016 at 9 h 50 min -

            Bonjour @ Dadache,

            Sage conseil de rester droit dans ses bottes en scrutant le ciel ,des fois que la main de l’étranger …..

            Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

        • rachid dahmani
          21 novembre 2016 at 11 h 05 min - Reply

          Bonjour Ali,

          Les habitués condamnés croient toujours en leur étoile…même ceux qui se savent finir au fond des mers et des océans en voulant chercher le meilleur. J’ai lu sur el watan (le Hic) que le dinar est au plus bas…et d’après la caricature il est surement à Ben aknoun. J’espère qu’il retrouvera son chemin dans le vortex de l’au delà. Bonne journée l’ami.

          Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Kicidi Kitalebhou
    20 novembre 2016 at 16 h 01 min - Reply
  • Oukhda Amar
    21 novembre 2016 at 16 h 29 min - Reply
  • Congrès du Changement National

    Galeries photos