Édition du
21 November 2017

LETTRE OUVERTE D’UN CHÔMEUR DÉSESPERÉ AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE 

 

Depuis presque trois ans je suis confronté à une véritable muraille administrative avec l’ANEM Agence Nationale pour l’Emploi. Cela me touche de constater à qu’elle point notre société nous rend malade et à quel point elle nous ignore. A-vrai-dire, ce n’est pas la société qui rend malade, mais c’est bel et bien le fameux Pole Emploi Algérien et ses petits chefs qui abusent de leur petit pouvoir de nuisance pour emprisonner nos vies déjà assez dures avec le chômage et la précarité. Honnêtement, Je ne m’entendrais jamais avec une administration infectée par d’incompétents responsables, symbole de la mauvaise gestion. Et c’est du pole administratif oranais qu’il s’agit, une histoire sans fin qui me hante l’esprit jusqu’au bout.

Monsieur le Président de la République,

Si je vous écris aujourd’hui, c’est parce que je suis perdu et désemparé, aussi pour vous aviser sur la désastreuse situation qui est quasi identique à celle que j’ai vécue en 2015 avec le service public de l’emploi et ses non servis, l’une des conséquences de la situation, et je suis très mecontent d’être confronté à un tel engrenage dû aux abus de pouvoir, à l’incompétence, à la bureaucratie et surtout aux injustices dont je n’arrive pas à faire face. Pourtant en mois de janvier 2015, je me suis manifesté par l’intermédiaire d’une lettre que j’ai ouverte à l’intention du directeur général de l’ANEM, Mohammed Tahar CHAALAL dans laquelle j’ai essayé de lui exprimer le malaise que j’ai eu et le calvaire que j’endure jusqu’à présent avec ceux qui décident si je serais recruté ou pas, sans aucune suite malheureusement malgré sa parution au niveau de la presse. Mais les apparences sont souvent trompeuses, nos actuels responsables qui sont sensés s’occuper des problèmes des citoyens ne s’occupent que de leurs affaires et celles de leurs connaissances. C’est avec du je-m’en-foutisme qu’ils exercent, ils ont cessé de résoudre nos problèmes depuis belle lurette, et c’est par un autre mode de fonctionnement qu’ils passent celui de « AL-MAARIFA », ce qui veut dire en français « EPAULES & CONNAISSANCES » et c’est ainsi que « marche » notre chère Algérie.

Monsieur le Président de la République,

Comme je ne pouvais plus pleurer, ni penser à l’instabilité de ma vie, ni tenter l’exile, ni songer à m’asperger d’essence et m‘allumer, je me suis dis que ma lettre que je vous rédige va peut être vous intéresser et tant pi si elle dérange. En tous les cas, vous avez bien dit un jour que « le gouvernement ne fera aucune loi qui touche l’établissement ou interdise la liberté de la parole ou de la presse, ou le droit qu’a le peuple de s’assembler paisiblement et d’adresser des pétitions au gouvernement pour la réparation des torts dont il a à se plaindre et bla, bla, bla ». Donc, en ma qualité de simple citoyen responsable malgré le pauvre sans emploi que je suis, sans me désespérer je vous écris, tente et retente de vous réécrire afin vous informer des multiples cas de dysfonctionnements et des mauvais comportements que j’ai vécus dans le milieu d’un organisme qui gère des millions de chômeurs en quête de travail. Ici je ne parle pas des algériens dans leur ensemble, mais de personnes dans une administration. Sinon ne pas confondre et surtout ne pas mettre toute une population dans un même panier. Et c’est de la direction régionale de l’Agence Nationale pour l’Emploi de la wilaya d’Oran et de ses médiocres responsables que je me plaints.

Monsieur le président de la république,

Il semblerait que l’humanité se meurt, et j’aimerais bien utiliser le terme « HUMANITÉ » dans l’espoir de vous sensibiliser et sensibiliser ceux que votre gouvernement a officialisé d’une mesure de décider si je travaille ou pas ou si je perce vers l’avenir ou pas. Et là, il m’est très difficile de trouver le mot exact pour vous exprimer à travers mon cas, la souffrance et la douleur ainsi que l’incertitude de mon devenir au milieu d’un environnement infecté par des fraudeurs et des conseillers  qui parviennent a faire de l’ANEM un système de destruction massive et prendre ma propre situation et celle des quarante-million de chômeurs avec humour et bêtise. Que dois-je-faire là Monsieur le président de la république ? Mes lettres, mes articles, mon cris et mon aboiement n’ont rien fait bougé, j’ai bien écrit pour rien. Ni ministre de tutelle, ni D.G et ni l’un de vos responsables n’a bougé le moindre doigt ou intervenu. Je ne sais plus à qui me vouer pour sortir de la spirale du chômage. Je ne sais plus où donner la tête que je confie, je me sens comme algérien ‘’étranger dans son propre pays’’. La cruauté, la lâcheté et la compromission ont gangréné la société algérienne et ce dû à l’inconscience et à l’absence de la crainte de Dieu. A Oran quand je me présente dans l’une des agences pour l’emploi, je suis considéré comme un rabat-joie tellement que je dérange et c’est avec d’hypocrites responsables et les mêmes conseillers que j’ai affaire.

Par ailleurs, j’ai constaté que ma vie en Algérie n’est pas la priorité du gouvernement, ni la priorité du système que vous avez instauré pour me servir, et ni celle du service publique qui dysfonctionne gravement au détriment du pauvre chômeur et le SDF que je le suis. Mais sachez aussi, Monsieur le président de la république, que « l’intégrité, l’intelligence et l’énergie sont les trois principales qualités à rechercher, et si on ne possède pas la première, les deux autres tueront » Warren BUFFET. Mais avec les tants d’années passées à attendre patiemment et sagement quelque chose qui ne viendra jamais, je regrette le jour où j’ai quitté le CANADA, néanmoins là-bas j’avais un petit chez-soi, un job, un salaire et de la bonne considération.

Tellement j’ai envie de pleurer, je n’ai pas de fin mot pour m‘exprimer, mais je me retiens quand même car je dois rester fort pas pour mon orgueil, juste parce que je n’ai pas encore fini mon combat.

Monsieur le président de la république, recevez les humbles sentiments d’un chômeur ordinaire, qui croit encore que vous pourriez, si vous le vouliez, prendre des mesures efficaces contre ce fléau.

 

Par : Nour El Yakine FERHAOUI

 

 

 

 


Nombre de lectures : 3085
15 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Belkacem
    12 mars 2017 at 7 h 31 min - Reply

    Un message destiné spécialement au compatriote FERHAOUI auteur de cette lettre ouverte qui, je ne veux pas être alarmiste, ni défaitiste, lettre qui restera sans suite ! Pourquoi, me diriez-vous ? Tout simplement parce que le fait de répondre à une correspondance d’un citoyen ne fait malheureusement pas partie de notre culture, ce réflexe naturel chez les peuples qui se respectent, est ABSENT dans nos us et coutumes.
    Ailleurs et je l’ai, à maintes fois vérifié, vous vous adressez à n’importe quelle institution, vous êtes sûrs et certains de recevoir une réponse quelle qu’en soit l’issue, mais on vous répond et on vous oriente, par contre, chez nos bureaucrates, on ne daigne même pas lire le contenu d’une correspondance fut-elle d’une importance capitale pour l’expéditeur qui peut toujours attendre qu’on lui réponde ; sauf rares exceptions.
    Je compatis à la douleur de mon jeune compatriote, non seulement parce qu’il est confronté à la bêtise humaine et à la bureaucratie qui règnent en maîtresses dans notre pays, mais surtout parce que ça me rappelle les déboires de trois de mes enfants qui avaient subi les pires souffrances avant de décrocher un emploi qui n’a, malheureusement, rien à voir avec leur formation universitaire.
    L’un deux est ingénieur d’état en biologie, il galéra plus de SEPT interminables années avant de réussir le concours de recrutement des Professeurs du secondaire, par miracle, il avait décroché un emploi qui n’a rien à voir avec son cursus universitaire.
    L’une de mes filles, licenciée en DROIT et titulaire d’un CAPA, ce n’est qu’une fois mère de trois enfants, le quatrième étant en route, qu’elle réussira à l’examen de recrutement des Professeurs des écoles. Elle aura attendu plus de DIX années de souffrances morales avant de voir ses efforts couronnés d’un succès inespéré.
    Pour cette dernière ; elle passera QUATORZE CONCOURS qu’elle réussira TOUS dans la phase de l’écrit ; une fois l’oral passé, le résultat a toujours été négatif. Elle passera même un concours pour le poste de DRH à la Sonelgaz, elle réussira l’écrit et à l’issue des tests psychotechniques, elle se classera première et sera même félicitée pour son nouvel emploi qui restait tributaire de la décision du Directeur général qui CHOISIRA le fils de l’un de ses subordonnés privant, au passage, celle qui était « normalement » la future destinataire.
    C’est comme ça que fonctionne le système de recrutement des cadres qui obéit à des règles népotiques blasphématoires à nulles autres pareilles à travers les temps et à travers de toute la planète Terre. En un mot comme en mille, nous sommes un pays où RIEN, absolument Rien n’est conforme à la logique. (Je vous laisse méditer sur cette dernière affirmation !)
    Dans ce pays, malheureusement, tout est fait pour pousser les cadres et les compétences à l’exil forcé et à la Harga et parfois même au suicide. Aujourd’hui, pour décrocher un emploi quelconque, il faut remplir certaines conditions telles que le fait d’avoir du PISTON et des CONNAISSANCES et des soutiens qui peuvent vous caser. L’autre moyen pour trouver un emploi dépend aussi de vos ressources et de vos moyens financiers qui peuvent vous permettre d’ACHETER un poste, on appelle ce sésame magique de la CORRUPTION. (Même dans ce domaine, il faut connaître les circuits et les intermédiaires qui sont une condition dans la réussite dans ce secteur fermé qui exige beaucoup de patience et aussi le nerf de la guerre !)
    Et puis, il faut souligner, au passage, qu’il y a certains secteurs où le recrutement reste strictement réservé à certains « élus des dieux », par exemple celui de Sonatrach, d’Air-Algérie, de l’ADE, de la Sonelgaz, celui des Banques, de la CNEP, des Consulats, des Ambassades, des Ports et aéroports, de la police, de l’Armée, de la Douane, de la Gendarmerie, etc. … Souvent, ces postes en OR sont réservés aux enfants de la nomenklatura et à ceux des pontes du pouvoir qui ont la priorité absolue pour caser leurs rejetons dans ces postes-clés où les salaires sont souvent mirobolants et n’obéissent à aucune déontologie, ni aucune morale.
    Avant de clore ma modeste contribution, je veux bien parler de l’écart monstrueux qui existe dans la grille des salaires qui n’obéit à aucune logique, je m’explique. Un médecin spécialiste qui a fait BAC plus 13 ou 14 touche un salaire, à peine supérieur à celui d’un ingénieur qui travaille à la Sonatrach et dont les études ne dépassent guère le BAC plus quatre ou cinq ! Est-ce logique ? Est-ce NORMAL ? Ce n’est ni NORMAL, ni logique, mais c’est « Algérien » et crève qui voudra.
    Je souhaite que la voix désemparée du compatriote FERHAOUI soit enfin entendue et qu’il ait gain de cause. Prions aussi pour que les choses changent et les droits du citoyen ne soient pas impunément bafoués au vu et au su des responsables qui brillent plus par leur silence complice et leur incompétence avérée que par leur savoir-faire ou leur intégrité morale.
    En réalité, TOUT est POURRI et gangrené et la seule solution qui peut s’avérer salvatrice de balayer toute cette racaille bureaucratique qui empoisonne la vie du citoyen qui ne sait plus vers quelle zaouïa se tourner, ni à quel Saint se vouer. Merci de m’avoir lu. Votre compatriote Elbordji qui vous salue fraternellement.




    5
  • rachid dahmani
    12 mars 2017 at 7 h 35 min - Reply

    Bonjour Mr Nour El Yakine FERHAOUI,

    Si vous étiez au Canada et que l’avez quitté pour rentrer au pays, cela m’étonne énormément que vous écriviez cette lettre, au Président de la république de surcroît. Mais bon, c’est un événement qui avait une probabilité non nulle de se réaliser et vous nous en faites la démonstration. Bonne journée.




    0
  • Alilou
    15 mars 2017 at 16 h 11 min - Reply

    sachez aussi, Monsieur le président de la république, que « l’intégrité, l’intelligence et l’énergie sont les trois principales qualités à rechercher, et si on ne possède pas la première, les deux autres tueront » Warren BUFFET.

    Sachez Monsieur Ferhaoui que les 3 vertues que vous venez de citer n’existent chez aucun algerien.

    L’existante de ces 3 vertues en Algérie relève de l’utopie, la probabilité de leurs existante est égale à la probabilité que votre lettre puisse parvenir à destination. Je dis bien parvenir je ne dit pas que votre lettre sera lu. Juste arriver à destination cad la présidence. Vous avez plus de chance de voir un jour votre stock de désespoir s’épuiser que de chance de voir votre lettre lu par notre président. ….il est ou au fait ???? Écouter je vous conseil d’utiliser ouidja pour entrer en contact direct avec lui….ne vous fiez pas à nos médiums ce sont des charlatans.




    1
  • Dallas
    16 mars 2017 at 11 h 54 min - Reply

    Fatiguée. Fatiguée de ne rien faire, comme une vache coincée dans son pré, j’attends. Je regarde les trains passer, les lapins bondir, les enfants me faire coucou avec leurs petites mains potelées. Bref, je regarde tout le monde vivre sa vie sauf moi. L’herbe a perdu toute saveur depuis longtemps, j’ai besoin de changer d’air. Voilà ce qu’une chromeuse a écrit un jour au président francais, un début d’une lettre qui a fait événement là-bas mais qui a été lue et considérée….




    2
  • Faiz701
    16 mars 2017 at 13 h 06 min - Reply

    Je ne sais par ou commencer mon commentaire, tellement je suis confus par l’IMMENSE détresse de notre compatriote NEL.F. et qui dure depuis des années! lui qui a eu la pire idée de sa vie de quitter le Paradis o pardon, le Canada et revenir vers cette Enfer qui est notre chère Algérie!
    Pour autant sache chère Nour El Yakine que tu n’est pas tout seule a souffrir de se problème mais ce sont des dizaines de milliers qui galèrent sans que personne ne se soucie d’eux; et qui va se soucier du prochain harkis qui portera le maillot de l’équipe de foot d’Algérie? pour anesthésier d’avantage cette jeunesse déboussoler qui permet a ce système pourri de durer encore des ANNES !
    Mais dans toute cette problématique de l’Algérie je ponse qui c’est de notre faute nous: le peuple!; nous sommes TROP RESIGNES noue remettons tous nos mauds au MAKTOUB ! da tous les pays du monde les opprimés ‘organise pour sortir dans la rue et exprimer HAUT ET FORT LEUR RAL-LE-BOL ! mais nous on préfère laisser tout a l’intérieur et crever a petit feu en silence!
    NON ce régime pourri n’est pas aussi fort qu’on le ponse, car il n’a aucune légitimité populaire et sa chute est plus facile qu’on le ponse; Exemple: un désobéissance civile nationale de 10 jours suffit pour le voir s’effondrer pour reprendre le propos de notre conférer d’El Magharibia que je salue au passage!
    Bon Courage chère Nour El Yakine FERHAOUI




    1
    • Alilou
      16 juin 2017 at 1 h 31 min - Reply

      Monsieur Faiz701

      Une partie du peuple est sortie et ont de ce fait permis à une certaine junte de prendre le pouvoir

      Une autre partie du peuple un jour de printemps est sortie et l’autre partie l’à traité de traître à la nation et de koufar

      La même partie de la population est sortie dans la rue en 2001 et le reste de la populasse les ont accueilli avec des cailloux et des gourdes et des sabre aux cris d’Alla akbar mort aux koufar. …

      Ce régime est en place grâce à ceux qui lui l’échelle le c…….

      Nous avons les maîtres que nous méritons.




      0
  • AL ZA3IM
    25 mars 2017 at 11 h 32 min - Reply

    يا ليت الزعيم يركب فقط ببلاش . . . الزعيم عندنا يأكل و يشرب و يلبس و يرقد و يداوي و يسافر و يترشق و يسكن و يبني و يدرس ببلاش هو و كل أفراد عائلته الصغيرة و الكبيرة.سلام




    1
  • MADANI AMEUR
    25 mars 2017 at 11 h 36 min - Reply

    تأملات …
    معلومة تقول أنه …
    من بين أكثر من 650 وزيراجزائريا تقلدوا مهامهم في الحكومات المتعاقبة منذ الاستقلال ( يقيم ) أكثر من 400 منهم في فرنسا … ويمتلك أكثر من 550 من ابناء الوزراء ال ( 650 ) جنسيات أجنبية …
    انهم …هؤلاء الذين يريدون من الناس (اليوم ) أن يؤمنوا ( بالغد) ..
    وهم الذين لم يؤمنوا حتى ( بالأمس)…
    ثم ماذا … لو أن القانون المتعلق بمنع تقلد المهام السيادية على مزدوجي الجنسية … / مستقبلا /…
    يطبق /اليوم / على الوزراء والمسؤولين في مختلف المستويات من … / مزدوجي /… الاقامات…
    لكن هيهات ….!!!




    3
  • CHÔMEUSE DESESPEREE
    30 mars 2017 at 12 h 27 min - Reply

    يدّو كبابلهم يقرّوهم في اوروبا و أمريكا و كندا بصواردنا…..و يجيبوهم يعطوهم المناصب……و نهار تڨولهم كيفاش تحكم انت و بعد وليدك؟……يڨلك راه قاري في السوربون و كامبريدج و هارفارد…..روح جيب دبلوم كيما هو و ارواح…..إنتهى الإفصاح ! أو كاين لي ما قراش قاع أو حاكم منصب في سوناطراك ,




    1
  • AL MOUHTARAM
    9 mai 2017 at 11 h 09 min - Reply

    il n’ y aura personne pour vous répondre mon cher FERHAOUI, à l’ANEM ou au POLE EMPLOI comme vous venez de le nommer, ils existent que d’analphabetes trilingues et de mediocres résponsables mal sains sans… Enfin, c’est l’Algérie de BOUTEFLIKA




    0
  • le citoyen
    9 mai 2017 at 12 h 14 min - Reply

    Monsieur Nour el yakine Ferhaoui , tes signaux de detresse sont lancés comme une bouteille à la mer dans l’espoir d’être entendu..Et combien de jeunes sont victimes du marasme, du désoeuvrement , inemploi et licenciement …… Je souhaite de tout coeur que justice et main te soit tendue pour sortir de cet enfer qui est L’ARBITRAIRE dépendant du bon vouloir des hommes sans soucis particulier de justice et d’équité !




    1
  • Benaouda SIGULI
    16 juin 2017 at 1 h 45 min - Reply

    Mon cher Ferhaoui,

    Nos administrations ont cessé de répondre aux courriers des citoyens depuis belle lurette !! Notre pays a un autre mode de fonctionnement qui est : EL- MAARIFA oua DRAHEM, ce que tu as cité dans ta lettre !!! c’est ainsi que « marche » l’algerie : à l’hopital, à la wilaya, à la mairie, aux impots, aux administrations, à la justice, à l’ANEM etc … Les responsables sensés s’occuper des problèmes des citoyens ne s’occupent que de leurs affaires et celles de leurs connaissances et c’est bien dit. Demander à voir un chef de daira, un maire, un wali, un chef de service, relève d’un exploit. C’est bien ce que vous faites : il faut gueuler ! il faut écrire à tout le monde ! ecrire dans les journaux, dénoncer et encore dénoncer !!
    Bon courage mon frere !




    0
  • Ouahab
    27 juin 2017 at 4 h 18 min - Reply

    et ce que le nouveau et fameux ministre vous a contacté, bien sure que non…




    0
  • Salah MERABET
    30 juin 2017 at 1 h 29 min - Reply

    peut être que notre malheureux chômeur aurait été contacté par le président… enfin dans les rêves d’Abraham…. Mais c’est une lettre très bien rédigée, bien exprimée et bien écrite




    0
  • Mounir
    11 août 2017 at 12 h 22 min - Reply

    D’après les écrits de ce dernier, il est très instruit et intellectuel, je me demande par quel conseiller il a passé son entrevue, en t’a les cas, il n’existe aucun conseiller a l’anem….. et je le confirme




    0
  • Congrès du Changement Démocratique