Édition du
26 September 2017

Et en conclusion finale, que ce n’est pas Tahkout qui a trahi le gouvernement, mais ce dernier qui a trahi sa mission.

Ferhat Ait Ali In Facebook

Après avoir lu, le détail du fameux cahier des charges relatif au montage automobile.

Ma conclusion personnelle, rejoint celle de la commission d’enquête gouvernementale, Partiellement.

Dans le volet relatif, à la composition de la société TMC, Hyundai, n’a pas souscrit aux conditions de l’article 4 , alinéa 2, les deux partenaires ont dérogé à l’obligation de souscrire tous les deux au capital social.

Ce qui fait de Hyundai un fournisseur de Kits plus ou moins démontés ni plus ni moins, dans cette affaire.
Et la commission a conclu quand même à la conformité du projet.

Dans tout le reste des volets, le cahier de charge, est conçu de telle manière que n’importe qui peut y adhérer, sans trop de problèmes, et ne fixe aucune clause digne d’être lue sous un autre ange que celui de la fumisterie pure et simple, et de la collusion du gouvernement, dans une supercherie à grande échelle, qui coûtera cher au pays.

La Lecture de ce document de 17 articles sur 5 pages, pompeusement dénommé cahier de charges, permet de conclure:

1- Qu’aucun « investisseur » dans le domaine automobile, ne peut se retrouver en infraction, même s’il vendait des véhicules en Kits pour le montage chez le Client.

2- Qu’aucune industrie automobile n’émergera de ce genre de projections et textes réglementaires, même dans deux siècles, les objectifs de ses auteurs étant tout sauf cela.

3- Que ce texte a été initialement conçu su mesure, pour une autre partie que TMC, probablement Renault, et appliqué indifféremment à tous ceux qui se sont engouffré dans cette nouvelle forme d »importations, chacun en fonction de ses appuis.

Et en conclusion finale, que ce n’est pas Tahkout qui a trahi le gouvernement, mais ce dernier qui a trahi sa mission.

Et là encore, il faudrait s’entendre sur le sens du mot mission, et surtout sur qui missionne.

A partie du moment ou quiconque peut arriver à un poste gouvernemental, sans avoir été mandaté par le peuple, et s y accrocher ou s’y imposer sans avoir peur de rendre compte, à un peuple qui a ses yeux n’existe tout simplement pas, ni même à une justice, instrument de son pouvoir selon sa perception de la chose publique.

Il n y a pas lieu, d’entrer dans les détails quotidiens d’une suite de coups fourrés, et de forfaitures, eux même résultantes fragmentaires, de plus grandes forfaitures, historiques, qui nous ont fait prendre des coups d’état pour des redressements et des sauvetages, et des tricheries en gros et en détail pour des choix populaires.

A partir de là, tout le reste est facultatif, y compris l’existence d’un peuple, qui devient de facto, une lubie d’intellectuel rêveur.


Nombre de lectures : 1758
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Dria
    30 mars 2017 at 14 h 34 min - Reply

    Et le pays continue de ROULER avec ou sans cette histoire de PNEUS. Les affaires continuent pour les heureux élus que nous n’avons pas choisis en boycottant les élections, mais en acceptant qu’ils nous gouverne malgré toutes ces anomalies.

    Nous acceptons de subir encore et encore , il faut le dire nous sommes des PNEUS rapiécés mais increvable….un seul espoir, le déclic avec la crevaison d’hibernatus. J’éspere que le peuple ne se contenterz d’aucune ROUE de secours. Il faut du neuf pour remettre le pays en marche …




    6
  • Congrès du Changement Démocratique