Édition du
27 May 2017

Ila Hab Rabi Inchallah !

Youcef L’asnami
Gare de l’Agha d’Alger. 10h30. Un mercredi. « Je me souviens » comme disent les Québécois. Un échange avec un agent de la Société Nationale des Transports Ferroviaires algériens (SNTF). Cet agent est ASSIS. Il contrôle les tickets des voyageurs qui accèdent aux quais.

– Salam alikoum ! lui dis-je avec un sourire plus que sympa.
– Salam ! (même pas wa rahmatou Allah wa Barakatouhou). Juste un Salam froid. Nerveux. Sans même me regarder. Pourtant ce jour-là j’étais habillé presque chic.
– Allah Ikhalik khouya, à quelle heure arrive le train qui est parti de CHLEF vers 10 h environ… ?
– Maa » Edohr » Inchallah (vers l’heure de la prière de la mi-journée, soit aux environs de 13 h)

Bien évidemment, n’étant pas satisfait de cette vague réponse, j’ai essayé d’avoir un tout petit plus de précisions sur l’horaire d’arrivée. Car « Maa « Edohr » Inchallah » sans m’indiquer la marge d’erreur me paraissait un peu juste….Ça pourrait même aller jusqu’au « Assar » voir le « Maghreb » ou « El’icha »….Je reviens donc à l’attaque.

– Ya Kho Esmahli. Ila Bgha Rabi (appréciez l’humilité) , le train arrivera Inchallah (bis) avant wella après Salat « Edohr »

Et là le ton monte….. l’adrénaline, régulée par Hamoud Boualem khô !

– HAYWaaaaaaaaaaaaa !!!! Saksitni … Djaoubtek… Ou Dorka Bghite taaraf ila kable « Edohr » wella baad Edohr. Voilà El’arab !!! Voilà elli dir emziya wine yawsall….

Crime de lèse-majesté ! Me renseigner sur l’horaire hypothétique d’un train qui arrive de Chlef, pour un agent de la SNTF, payé pour ça entre autre, c’est me rendre service …
Mais je ne lâche pas le morceau. Toujours avec un beau sourire.
– Ya Kho ! rani ensaksi fik gentiment. Waalache rak at’ayate alya guedem ennass ?
– Yek Djaoubnek (je n’ai pas compris pourquoi il utilise le pluriel). Bessahe enta tebghi tefhame bezaf. Goultelek maa « Edohr »… bghite taaraf ila kable wella baad « Edohr »… En’site wine rak ayache ?

Et il rajoute fier de lui….
– Ou Zid be eziada, ila elhak eltrain… gaa rak emlihe ou goule el hamdoullah…
Et comme il faut savoir mettre un terme à un dialogue irrationnel, je voulais conclure :

– Ya Kho…. Inchallah el train yelhak. Rani nestana fi wahde el m’ra jaya mene CHLEF ethawess ala saad’ha ila bgha Rabi. M’ra chaaabaa…. Ou aaaklaaaa…. Bel Bezef…
– Ahhhhhhhhhhhhh !!! saha… Il fallait commencer par ça khouya…. Chouf khouya…, le train de CHLEF…..

J’étais déjà parti. Je reviendrai probablement maa « Edohr » inchallah.


Nombre de lectures : 1086
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • yousfi
    25 avril 2017 at 19 h 38 min - Reply

    Un tel langage ne saurait surprendre et intriguer qui que ce soit, en Algérie bien entendu.
    Le constat est là ! tout le monde en est conscient et s’en plaint outre mesure sans pour autant
    vouloir s’investir à en connaître les véritables les causes pour pouvoir y apporter les remèdes
    nécessaires.




    1
  • Congrès du Changement Démocratique