Édition du
13 December 2017

A la frontière maroco-algérienne, des réfugiés syriens attendent toujours le droit d’asile

Publication:
REFUGIES SYRIENS MAROC ALGERIE 

RÉFUGIÉS – Depuis dix jours, une cinquantaine de réfugiés syriens, dont plusieurs femmes et enfants, est coincée à la frontière entre l’Algérie et le Maroc. Arrivés à proximité de Figuig, dans la région de l’Oriental, ils survivent grâce à l’aide fournie par les habitants de la ville.

Selon le bureau marocain du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), ces personnes ont exprimé leur souhait de demander l’asile sur le territoire marocain, mais elles sont, pour l’instant, toujours reléguées dans la zone tampon.

Le HCR « préoccupé » par la situation humanitaire

« Le HCR a demandé au gouvernement marocain de leur faciliter l’accès à la procédure d’asile au Maroc. Et ce, afin qu’ils bénéficient d’une protection internationale, dans le respect du droit international, conformément à la convention de Genève de 1951 et à l’esprit de la stratégie nationale d’immigration et d’asile au Maroc », indique au HuffPost Maroc Malgorzata Bratkrajc, chargée des relations extérieures du HCR à Rabat.

Le HCR, qui se dit « préoccupé » par la situation humanitaire de ces personnes, a également demandé au gouvernement marocain de faciliter leur accès à l’aide humanitaire, y compris médicale.

« Nous sommes aussi en contact avec le bureau du HCR en Algérie, pour venir en aide aux réfugiés, car ils sont dans une situation humanitaire difficile. Le HCR tient également des discussions avec le gouvernement algérien », ajoute Mme Bratkrajc.

L’OMDH adresse un mémorandum

Selon le président de l’Observatoire marocain des droits de l’Homme (OMDH), Boubker Largou, les réfugiés ont reçu de l’aide de personnes vivant à Figuig ainsi que d’associations locales « quand on les laisse faire, car ces réfugiés sont sur le territoire algérien », explique-t-il au HuffPost Maroc.

« L’OMDH a fait le suivi de cette affaire humanitaire depuis le premier jour, grâce à sa section d’Oujda. Nous suivons cette situation de près à travers le contact direct avec la population de Figuig, les organisations de la société civile et les autorités locales », ajoute M. Largou, lui-même originaire de Figuig.

L’OMDH, qui travaille en collaboration avec le HCR, a également remis un mémorandum au Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), au ministre de l’Intérieur et au ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et de la migration.

« Nous avons aussi avisé la présidente du Parlement européen, qui a fait une visite au Maroc la semaine dernière », précise-t-il.

Abris de fortune

Sur les réseaux sociaux, des photos et vidéos des migrants syriens circulent. On y voit plusieurs personnes, parmi lesquelles de très jeunes enfants, dormir à même le sol dans cette zone désertique ou sous des tentes de fortune fabriquées à l’aide de bout de bois et de tissus. Une femme enceinte aurait même accouché quelques jours après son arrivée, selon des militants associatifs locaux.

Le Maroc et l’Algérie se renvoient la balle

Depuis la semaine dernière, le Maroc et l’Algérie se renvoient la balle. Samedi, le ministère marocain des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur d’Algérie à Rabat pour protester contre la tentative des ressortissants syriens « d’entrer illégalement au Maroc à partir de l’Algérie », entre le 17 et le 19 avril.

« Il lui a été fait part des témoignages et des photos attestant irréfutablement que ces personnes ont traversé le territoire algérien avant de tenter d’accéder au Maroc », a indiqué le ministère dans un communiqué.

Le département de Nasser Bourita appelle ainsi l’Algérie à « assumer sa responsabilité politique et morale » dans cette situation. « Le drame humanitaire que vivent ces populations syriennes ne devrait pas constituer un élément de pression ou de chantage dans le cadre de l’agenda bilatéral », poursuit le ministère.

De son côté, l’Algérie a convoqué dimanche l’ambassadeur du Maroc à Alger afin de lui signifier « le rejet catégorique de ces allégations mensongères » et lui démontrer leur caractère « totalement infondé ».

La diplomatie algérienne a dit « regretter » que le Maroc veuille « nuire à l’Algérie » et lui imputer « des pratiques étrangères à son éthique et à ses traditions d’hospitalité bien établies ».

Sur les réseaux sociaux, les internautes déplorent cette situation. « Jusqu’à quand? », écrit l’un d’eux. « Les deux camps se fichent de leur situation comme si ce n’étaient pas des humains », écrit un autre.

 


Nombre de lectures : 1697
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Si Salah
    28 avril 2017 at 11 h 10 min - Reply

    Effectivement, avec 2.5 millions de km2, il n’y a pas assez de place pour accueillir ces 50 infortunés. Peut-etre qu’il y a un peu plus de place en Allemagne qui a ouvert les bras à 1 million de refugiés en 1 an.

    Bouteflika et M6 viennent de se couvrir d’une autre couche de honte. Allah la trebehkoum.




    7
  • settaohl@hotmail.com
    30 avril 2017 at 15 h 06 min - Reply

    pourquoi les refugiers syriens delaise lalgerie et partent au maroc.




    5
  • Ahmed
    14 mai 2017 at 5 h 36 min - Reply

    Ca se voit que ces réfugiés veulent atteindre l’Europe via l’Algérie et le Maroc pourquoi tout cette brouhaha de la part du Maroc qui essaie de toujours imputer ses défaillances a l’Algérie




    0
  • Congrès du Changement Démocratique