Édition du
18 August 2017

Répression d’une réunion culturelle à Aokas

Sabrina Zouagui
Aokas
22 juillet 2017

MALGRÉ TOUT JE SUIS CONTENTE !
Oui, qu’on ne soit pas choqué de mes propos… Je suis contente car aujourd’hui, à Aokas, il y a eu une marche, des revendications, des actions, une répression, des coups de matraques, des blessures, des échanges de tirs de pierre et de bombes lacrymogènes, des CRS en furie, des cris dignes et citoyens… non pas pour des besoins de ventre et de bas-ventre, de sucre, d’huile, de gaz, de chocolat et de mayonnaise… Non ! Aokas a été secouée pour des besoins beaucoup plus élevés que toutes ces préoccupations bassement matérielles… Les citoyens d’Aokas se sont soulevés pour la culture, pour le livre, pour le savoir, pour le débat libre et l’activité intellectuelle !
Y a pas que le ventre pardi, l’esprit aussi a besoin d’être nourri ! C’est ça qui vous forge un Peuple conscient de ses droits et libéré de ses tyrans !
La conférence de Ramdane Achab, organisée par le Café Littéraire d’Aokas, a été interdite par les autorités incultes et nous avons dit NON ! C’est la 2ème fois en Algérie qu’une colère populaire est provoquée suite à l’interdiction d’une conférence, la première fois étant celle qui a touché notre monument Mouloud Mammeri le 7 mars 1980 et qui a donné naissance au Printemps berbère !
Le propos de Achab allait porter sur l’édition du livre en langue berbère, Mammeri allait s’étaler sur la poésie berbère… L’événement culturel est presque le même, l’histoire se répète puisque le Pouvoir dictatorial est toujours le même !
Mais aujourd’hui la population assoiffée de culture d’Aokas a résisté comme l’a fait celle de Oued Aissi, et la conférence a été imposée par la volonté populaire : les citoyens indignés ont occupé de force la salle de conférences du centre culturel après en avoir chassé la police de la honte. Ce fut grandiose et grisant comme victoire ! La salle était archicomble, l’assistance était assise par terre, l’atmosphère était bon enfant et nous étions tous heureux de cet exploit inespéré, on écoutait le conférencier dans un silence religieux ! Je ne peux décrire cette singulière sensation d’euphorie partagée par tous… et pourtant Dieu sait le nombre de conférences auxquelles j’ai assisté et dans divers coins du globe… mais cette conférence-ci a revêtu pour moi un goût particulièrement émouvant et délicieux : celui du droit arraché, de la jubilation qui suit une rude victoire ! Ce ne fut pas une simple et banale conférence, mais un moment de jouissance intellectuelle arraché des mains du pouvoir algérien… c’est pas la même chose !
Mais voilà… le bonheur a été de très courte durée, Achab a fait son exposé durant à peine 20 minutes que déjà on entendait dire que des renforts de CRS sont arrivés et qu’on allait nous évacuer… Je n’y ai pas cru… je me disais non… ils ne vont pas oser quand même… la conférence a commencé… c’est un intellectuel qui est là et pas un criminel terroriste… Eh bien ma naïveté a été très bien récompensée ! Je me suis retrouvée en un clin d’œil coincée dans la salle avec une vingtaine de septiques comme moi… La terreur était à son comble… on a entendu ces monstres de CRS crier comme des hystériques, casser les vitres, briser tout avec leurs matraques… des débris de verres partout… ils ont fait irruption dans la salle avec une violence inouïe… leurs yeux crachaient du feu et leurs gueules des chapelets d’insultes et d’obscénités… Ils nous ont sommés de quitter la salle… ils nous parlaient comme à des vermines !!! C’était insupportable… Nous, des citoyens algériens, enseignants, cadres, universitaires, intellectuels, artistes… on nous parlait de la sorte dans l’Algérie indépendante… J’arrive pas à y croire !! Nous étions face à ces zombies, dans une salle fermée, dans un huis-clos macabre, tout pouvait nous arriver… loin de tout regard extérieur, loin de toute caméra… !! Je n’oublierai jamais cette image ! Et le matraquage avait commencé : ils ont battu beaucoup de personnes avec leurs matraques…… Mon collègue Fatah Bouhmila a reçu un coup… et Yanis Adjlia, et tant d’autres que je ne connais pas… J’étais entourée de mon mari Moussa Nait Amara et de notre ami Kader Sadji qui me protégeaient des éventuels coups… On est sorti en catastrophe… Et une fois dehors on a trouvé un champ de bataille et une guerre déclarée entre le peuple qui aspirait à la liberté et la police qui faisait sa fête !
La voilà l’Algérie voulue par les locataires d’El-Mouradia !
Que reste-t-il donc à dire ?… Tout a été dit… J’ai tenu à écrire ces lignes pour témoigner de ce que j’ai vu… pour certifier que ce sont les forces du « désordre » et la police « émeutière » qui ont saccagé le centre culturel d’Aokas et non ceux qui seront comme d’habitude mis à l’index : ces « barbares et sauvages Kabyles séparatistes et mains étrangères »…
Tout mon soutien aux infatigables animateurs du Café Littéraire d’Aokas qui affrontent au quotidien ce qui n’est pas humainement possible d’affronter… Ils méritent notre admiration, mais surtout… notre mobilisation !


Nombre de lectures : 4430
25 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Salah-Eddine SIDHOUM
    24 juillet 2017 at 17 h 27 min - Reply

    De la provocation gratuite d’un régime aux abois qui n’est pas sans rappeler l’interdiction en avril 80 de la conférence de Mouloud Mammeri, rahimahou Allah par des crétins zélés du régime de l’époque.
    A l’occasion je rappellerais à cette voyoucratie zélée qui joue avec le feu en ces temps d’incertitudes que traverse notre patrie, les paroles de ce même écrivain :

    Quand trop de sécheresse brûle les cœurs,
    Quand la faim tord trop d’entrailles,
    Quand on verse trop de larmes,
    Quand on bâillonne trop de rêves,
    C’est comme quand on ajoute
    Bois sur bois sur le bûcher,
    A la fin, il suffit du bout de bois d’un esclave
    Pour faire dans le ciel de Dieu et
    Dans le cœur des hommes……
    LE PLUS ENORME INCENDIE.




    17
    • Souami Omar
      1 août 2017 at 16 h 42 min - Reply

      Je viens de lire à l’instant votre contribution, formidable ! Et de quelle manière !!!, Bravo et merci Monsieur Sidhoum ! A propos de l’affaire de Mouloud Memmeri, vous dîtes : « à cause de crétins zélés du régime de l’époque ». Mais Monsieur Sidhoum, sauf votre respect, ceux de l’époque (ceux de 1962 déjà) sont exactement les mêmes que ceux d’aujourd’hui dans leurs méthodes et pratiques. Je crois que vous le savez mieux que moi. En tout cas merci pour tout ce que vous faîtes, et bon courage à vous et à tous les algériens libres sincères qui veulent changer de régime auotocratique et oligarque, cahnger de gouvernance et de système politique, ce système dépassé et dangereux pour l’époque que l’on vit aujourd’hui!




      7
      • Salah-Eddine SIDHOUM
        1 août 2017 at 17 h 19 min - Reply

        Entièrement d’accord avec vous, cher compatriote. C’est le même système qui perdure de 62 à nos jours. Tel un serpent, il fait périodiquement sa mue et rien d’autre. Les visages changent mais le système et ses pratiques criminelles persistent.
        Cordialement.




        16
  • Amezza
    26 juillet 2017 at 15 h 02 min - Reply

    La culture est l’anti-dote de l’obscurantisme et de l’autoritarisme.La seule culture que tolère le système politique algérien est celle qui vante ses fantasmes et qui caresse das le sens du poil.La « culture » que prône les squatteurs de l’Etat algérien est celle du wahhabisme,de la roquia,de la hidjama,des télé-prêcheurs illuminés et autres débilités pour endormir le peuple et continuer à piller les richesses du pays.Des dirigeants illégitimes et incultes ne peuvent promouvoir la culture.Combien de bibliothèques,de salles de cinéma et de théâtres réalisés depuis 1999 par le régime despotique en place ? Rien,walou !Et combien de mosquées ont été construites depuis cette date ?Des centaines,peut-être.Pourquoi ?Parce que les mosquées sont devenues des lieux de propagation de la soumission au plus fort,et de l’obscurantisme multiforme.Elles constituent des freins pour la libération du peuple d’un système politique sans foi ni loi.




    4
    • Khalatha tesfa
      27 juillet 2017 at 3 h 01 min - Reply

      À nos amis laïques.
      Il faut savoir qu’est-ce que l’on veut au juste ?
      S’agissant des mosquées, ce sont des lieux de cultes et,ce sont les citoyens eux-mêmes qui construisent leurs propres mosquées;ce qui est un principe phare de toute laïcité authentique, sauf s’il s’agit de la haine envers tous ceux qui ne pensent pas comme nous, et là ce n’est plus de la politique,mais du racisme dans sa forme brute,dont il s’agit.




      3
  • fatma
    26 juillet 2017 at 15 h 42 min - Reply

    Les donneurs de leçons.
    Le 10 mars 1980 Mouloud Mammeri devait animer une conférence sur la poésie berbère à l’Université de Tizi-Ouzou, dont le thème était « La poésie Kabyle ancienne », comme aux yeux des autorités de l’époque ce titre était subversif et portait atteinte à l’unité du pays alors elle fut tout simplement interdite. Cette ignoble et irréfléchie décision a conduit inévitablement aux événements communément appelés « Printemps berbère ».
    Le lendemain le journal « El Moudjahid », porte-parole du pouvoir, commet un pamphlet ordurier contre Da l’Mouloud Ath Maamar, sous l’intitulé qui restera célèbre : «Les donneurs de leçons». L’auteur n’avaient même pas eu le courage de s’identifier, cette attaque en règle est signée la «Rédaction»
    La réponse que Mouloud Mammeri ne manqua pas d’adresser à « El Moudjahid » porte voix de la dictature ne sera jamais publiée, c’est leur liberté d’expression à eux et leur démocratie.
    Voici la réponse intégrale de Mouloud Mammeri.
    Dans la page culturelle du n°4579 de votre journal, en date du 20 mars 1980, vous avez fait paraître un article me mettant directement en cause, sous le titre « Les donneurs de leçons ». Le texte contenant un certain nombre de contrevérités, je vous prierai de faire paraître ce rectificatif dans la même page de votre prochain numéro. Sur les allégations me concernant personnellement, je fais l’hypothèse charitable que votre bonne foi a été surprise et que ce qui ailleurs s’appellerait mensonge et diffamation (et serait à ce titre passible des tribunaux), n’a été chez vous qu’erreur d’information. Il va de soi que je n’ai jamais écrit dans L’Echo d’Alger l’article mentionné dans votre texte.
    Il va sans dire que je n’ai jamais eu à refuser de signer le mystérieux manifeste de 1956 que vous évoquez en termes sibyllins. Je serais heureux néanmoins que cet incident soit pour vous l’occasion de prendre une dernière leçon sur la façon même dont vous concevez votre métier.
    Le journalisme est un métier noble mais difficile. La première fonction et à vrai dire le premier devoir d’un journal d’information comme le vôtre est naturellement d’informer. Objectivement, s’il se peut, en tout cas en soute conscience. Votre premier devoir était donc, quand vous avez appris ces évènements (et non pas dix jours plus tard) d’envoyer un de vos collaborateurs se renseigner sur place sur ce qui s’est passé exactement afin de le relater ensuite dans vos colonnes.
    Vous avez ainsi oublié de rapporter à vos lecteurs l’objet du mécontentement des étudiants. Cela les aurait pourtant beaucoup intéressés. Cela leur aurait permis en même temps de se faire une opinion personnelle. Ils n’ont eu hélas droit qu’à la vôtre. Vous auriez pu pourtant leur apprendre qu’il est des Algériens pour penser qu’on ne peut pas parler de la poésie Kabyle ancienne à des universitaires algériens.
    Nous sommes cependant quelques-uns à penser que la poésie kabyle est tout simplement une poésie algérienne, dont les Kabyles n’ont pas la propriété exclusive, qu’elle appartient au contraire à tous les Algériens, tout somme la poésie d’autres poètes algériens anciens comme Ben Msaïeb, Ben Triki, Ben Sahla , Lakhdar Ben Khlouf, fait partie de notre commun patrimoine.
    En second lieu, un journaliste digne (et il en est beaucoup, je vous assure) considère que l’honnêteté intellectuelle, cela existe, et que c’est un des beaux attributs de la fonction -même et surtout quand on écrit dans un organe national- là, moins qu’ailleurs, on ne peut se permettre de batifoler avec la vérité. Je parle de la vérité des faits, car pour celle des idées, il faut une dose solide d’outrecuidance pour prétendre qu’on la détient. Mais visiblement pareil scrupule ne vous étouffe pas. Avec une superbe assurance et dans une confusion extrême, vous légiférez, mieux, vous donnez des leçons.
    Vous dites la volonté, que vous même appelez unanime, du peuple algérien, comme si ce peuple vous avait, par délégation expresse, communiqué ses pensées profondes et chargé de les exprimer. Entreprise risquée ou prétention candide ? Quelques affirmations aussi péremptoires dans la forme qu’approximative dans le fond, peuvent être l’expression de vos idées (si l’on peut dire) personnelles. Pourquoi en accabler le peuple ? Il n’est naturellement pas possible de traiter en quelques lignes la masse des problèmes auxquels vous avez, vous, la chance d’avoir déjà trouvé les solutions.
    Je vais donc tenter de ramener à quelque cohérence la confusion des points que vous évoquez. Vous me faites le chantre de la culture berbère et c’est vrai. Cette culture est la mienne, elle est aussi la vôtre. Elle est une des composantes de la culture algérienne, elle contribue à l’enrichir à la diversifier, et, à ce titre, je tiens (comme vous devriez le faire avec moi) non seulement à la maintenir mais à la développer. Mais, si du moins j’ai bien compris votre propos, vous considérez, comme incompatibles le fait de vouloir le développement de cette culture avec ce qu’en vrac et au hasard de votre plume vous appelez : les valeurs arabo-islamiques, l’indépendance culturelle, etc. « Vous dites la volonté (…) du peuple algérien, comme si ce peuple vous avait ( … ) communiqué ses pensées profondes et chargé de les exprimer ». Vous êtes naturellement libre d’avoir une pareille opinion. Ce n’est pas la mienne. Je considère personnellement qu’au fond de culture berbère, qui nous est commun à tous, l’Islam et les valeurs islamiques sont venus nous apporter un élément essentiel à la définition de notre identité. Je considère que l’Islam des premiers siècles a été un instrument de libération et d’émancipation de l’homme maghrébin. Je pense que par la suite il a été le ciment idéologique de la résistance nationale aux menées espagnoles et portugaises sur nos côtes.
    Naturellement, entre les différents visages qu’il peut prendre dans la réalité, j’opte quant à moi pour le plus humain, celui qui est le plus progressiste, le plus libérateur et non pour le visage différent qu’il a pu présenter aux heures sombres de notre histoire. La contradiction visiblement ne vous gêne pas. « La nation algérienne, écrivez-vous, a trouvé son unité dans sa diversité. » Voilà un sain principe, mais comment le conciliez-vous avec l’article que vous venez de commettre ? Cette diversité que vous êtes fier d’affirmer dans les mots, cela ne vous gêne pas de la refuser aussitôt dans les faits ?
    « Si je comprends bien, vous voulez vous donner en même temps le beau rôle d’un libéralisme de principe avec les avantages de la tyrannie idéologique, en un mot être en même temps progressiste dans les termes et totalitaire dans les faits ? Ne vous y trompez pas : ce genre d’agissements n’a pas la vie longue. On peut tromper tout le monde quelque temps, on peut tromper tout le temps quelques hommes, on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps. C’est un autre que moi qui l’a dit au dix-neuvième siècle et l’adage depuis a toujours été vérifié.
    Le véritable problème est donc premièrement dans la conception étrange que vous avez de votre métier. Que vous soyez totalitaire c’est votre droit, mais vous concevrez aisément que d’autres Algériens préfèrent à la pratique des slogans contradictoires, celle de l’analyse honnête. Le véritable problème est deuxièmement dans la vision que vous voulez imposer de la culture algérienne, évoluant entre l’oukase et la déclaration de bonne intention toujours démentie dans les faits.
    L’unité algérienne est une donnée de fait. Elle se définit, comme incidemment vous l’avez écrit, dans la diversité, et non point dans l’unicité. À cette unité dans la diversité correspond une culture vivante. La culture algérienne est, dites-vous, « sortie de ses ghettos, de ses inhibitions et de ses interdits ». Votre article est la preuve éclatante qu’hélas, elle y est enfoncée jusqu’au cou. Mais soyez tranquille : elle en a vu d’autres, la culture algérienne, et une fois de plus, elle s’en sortira. Elle s’en sortira car « toute tentative d’imposer quelque chose à notre peuple est vaine et relève de l’irresponsabilité ». C’est votre propre propos. Dommage que vous n’y croyiez pas !




    15
  • Agellid
    27 juillet 2017 at 14 h 27 min - Reply

    Les citoyens construisent des mosquées et l’Etat despotique contrôle les prêches et nomme les imams.Logiquement la construction de mosquées est du ressort exclusif de l’Etat puisque son Doustour stipule que »l’islam est la religion de l’Etat ».Je n’ai rien contre toute religion pacifique,mais la prolifération des lieux de cultes depuis une vingtaine d’années est disproportionnée par rapport aux lieux de culture et de loisirs.Alger avait plus de salles de cinéma que Nice (France) dans les années 1960.Combien de salles ont été détruites depuis l’indépendance ? 98% de ces salles n’existent plus et sont transformées en fast-food ou autre commerce.Non la désertification culturelle est encouragée par cet Etat hybride,liberticide et archaïque.La culture fait peur aux tyrans,car elle libère les esprits.




    5
  • hou are you
    27 juillet 2017 at 17 h 18 min - Reply

    En lisant vos divers commentaires, je constate que vous êtes presque tous emporter dans un tourbillon! Permettez moi de vous posez cette question : est êtes vous des musulmans? si oui le Prophète Mohamed sala allah alih wa sallam dans khotbate el wadaâ; en Islam il n’existe ni races ni tribus je vous invite donc a vous serrez…خطبةالوداع




    1
    • Hamid Belaïd
      29 juillet 2017 at 17 h 16 min - Reply

      @hou are you, vous avez raison … peut-être… raison de poser cette question « est-vous des musulmans »? … sur un forum, comme LQA, censé être lu par la planète entière ??? Mais comme vous vous adressez à des musulmans en particulier et c’est donc aux musulmans de vous répondre ! Les autres humains dits sensés (donc y compris normalement les musulmans) savent qu’il existe sur terre comme vous le dîtes une seule race humaine c’est évident, mais qu’il excite par contre des tribus différentes, comme des religions différentes, des langues différentes, des peuples différents, des croyances différentes, des dialectes différents, des peuples différents, des hommes aux couleurs de peaux différentes, etc… etc…

      Et l’intelligence des musulmans c’est, en principe, de comprendre que tout se qu’on observe autour de nous provient de Dieu, c’est la création de Dieu et que tout musulman a la quintessence religieuse, la foi religieuse,l’intelligence religieuse, ou la connaissance tout court qui lui permettent d’être tolérant et respectueux envers toutes les créatures naturelles et humaines de Dieu, d’avoir l’intelligence de respecter tous les livres révélés (Bibles, Évangiles, Torah,etc… etc…), d’avoir de la considération et du respect envers les religions non basées sur des livres révéles (Boudhisme etc… etc…)et même envers des êtres humains non croyants, déistes ou agnostiques. Pourquoi ? Parce que c’est Dieu qui a créé tout çà et tout ce beau monde !Vrai ou faux ??? Nul n’a le droit de se substituer à Dieu, lui le transcendant,lui l’immanent,et in fine, nul n’a le droit d’interpréter à sa manière et à son propre profit exclusivement l’essence et la profondeur du Coran à la place de Dieu lui-même! Il y en même a qui parle « au nom » de Dieu comme si il les as missionné comme ses prophètes « reconnus », c’est pour dire où va la sottise ! Quel blasphème! On peut certes se faire sa propre interprétation du Coran mais pas l’imposer aux autres selon ses interprétations ! C’est tout çà qu’on appelle un comportement aux normes de la civilisation humaine (donc à la portée de l’homme) qui, elle, est de notre ressort et de notre responsabilité d’êtres, de cratures différentes crées par Dieu ! Bon courage et avec tous mes respects !




      10
  • Hamid Belaïd
    27 juillet 2017 at 17 h 22 min - Reply

    … « Répression d’une réunion culturelle à Aokas » Quoi de plus normal ! Il n’y a rien d’anormal ! Depuis mars 1962, toute proposition venant de Kabylie, toute action en direction de la réhabilitation et de préservation de la culture kabyle ou de la langue kabyle (donc le berbère ou Tamazight) est considérée comme suspecte et donc il faut l’étouffer dans l’œuf ! De toute façon çà remonte avant le déclenchement de la révolution cette histoire là (crise berbère de 1949) ! Il faut se souvenir que le Comité de Libération du Maghreb Arabe, les Oulémas et les milieux arabo-islamiques du mouvement national de l’époque ont lancé des offensives contre les kabyles et ont même demandé la suppression de la chaîne Kabyle de Radio Alger de l’époque. Les Oulémas ont même déclaré « que les kabyles ne seraient des Algériens à part entière que lorsqu’il auront cessé de chuchoter ce jargon (le kabyle) qui nous écorche les oreilles « ! C’est une citation authentique qui existe dans leur propre journal édité en Égypte à cette époque là!

    Enfin, on se sait plus quoi faire avec ce pouvoir autocratique et autoritaire , je dirais même dictatorial. Est-ce qu’il faut faire comme le FIS prendre le maquis ou resté dans la lutte politique pacifique comme le souhaite la grande majorité des kabyles !!?? La ligne rouge risque d’être dépassée depuis que des idées extrémistes gagne du terrain en Kabylie, hélas du fait de la surdité et l’absurdité du pouvoir! Que Dieu préserve l’Algérie d’un autre octobre ou d’un autre printemps kabyle !!




    12
  • Imad-eddine
    27 juillet 2017 at 20 h 47 min - Reply

    Cette « épine » de mosquées,qui a l’air de faire fausse route dans la gorge de certains,vu la proleferation de ces mêmes-lieux de cultes!
    Alors à quand une pétition pour les détruire toutes pour rejoindre ainsi l’immense désert culturel??

    Il ne faut pas se tromper d’ennemis et jouer sur les peurs en faisant appeler à des souvenirs douleureux de notre histoire coloniale.
    Il faut être sage,car il y a de la place pour tout le monde.
    +++ Respectons les sentiments et les croyances de l’ecrasante majorité du peuple et ce n’est que du bien que nous pouvons récolter.




    3
    • Agellid
      28 juillet 2017 at 14 h 28 min - Reply

      Ce ne sont pas les mosquées qui sont menacées mais les espaces de liberté et de culture.Les mosquées auraient été fermées par le pouvoir en place si elles disaient la vérité aux algériens sur la nature fascisante du régime en place.Si le pouvoir encourage leur construction c’est parce qu’elles sont globalement au service d’un régime despotique et liberticide.Les mosquées d’Algérie sont loin d’être des temples de la théologie de la libération,mais des lieux de prêches archaïques,réactionnaires et rétrogrades !
      « Heureux les martyrs qui n’ont rien vu ! »




      5
      • Imad-eddine
        29 juillet 2017 at 0 h 53 min - Reply

        Ce n’est pas moi qui ai parlé du nombre des mosquées en Algérie,ni de leur prolifération,un terme péjoratif,que je n’aime pas,qu’est la division incontrôlée et excessive de cellules qui donne naissance à une tumeur.

        S’agissant du régime dictatorial en face,il est capable d’utiliser tous les subterfuges aussi bien religieux que culturels pour s’éterniser au pouvoir;et,ce n’est pas la faute ni des fidèles ni des autres »cultivés » n’est-ce pas?

        Car,quand les fidèles ont commencé « à dire la vérité aux algériens sur la nature fascisante du régime »,ce même régime les a envoyés dans des camps de concentration au sud et en a massacré des dizaines de milliers d’autres.

        Pendant ces moments douloureux,beaucoup de pseudo-démocrates ont applaudi ce même régime et se sont cacher derrière les chars pour sauvegarder leur Algérie des privilèges,en traitant,justement,le peuple de populace ,de ghachi,donc d’archaïques,réactionnaires et rétrogrades!!

        Il faut savoir qu’est-ce que l’on cherche pour ne pas se tromper de cibles ou d’ennemis ya Sahbi !?




        4
    • Hamid Belaïd
      28 juillet 2017 at 15 h 14 min - Reply

      @Imad-eddine, est-ce que tu es au moins d’accord pour comprendre que l’islam tel qu’il est enseigné dans certaines de nos écoles de la REPUBLIQUE a été dévoyé par des enseignants souvent mal formés, ou tout au moins analphabète en théologie de l’islam. Mes deux enfants on leur a appris à l’école « comment laver un mort », et on leur a dit « surveiller vos parents s’ils ne boivent pas d’alcool et s’il ne font pas ramadhan » ! c’est çà la praole de l’islam : l’inquisition et non l’élévation ou la tolérance ??? Et ces type de « travaux pratiques et pensées » sont autorisés sans problème dans nos écoles. Ce n’est pas de la rigolade et si vous voulez je vous donne le nom de leur école qui se situe dans une commune d’Alger la capitale ! Tout le monde dit que l’islam c’est la paix,que le Prophète est tolérant , c’est très vrai mais le musulman qu’on fabrique aujourd’hui n’a rien de tout çà dans sa pratique journalière ! Pardon de t’offenser mais tu as beau encouragé la plus grande mosquée qd’afrique ou même du monde, tu as beau encouragé au triplement du nombre de mosquées en Algérie, si c’est pour accueillir de plus en plus de fidèles intolérants et fanatisés, ce n’est pas la solution et pour l’islam et pour la pays! La religion c’est l’amour de Dieu d’abord et avant tout !




      14
      • Imad-eddine
        29 juillet 2017 at 16 h 45 min - Reply

        @Hamid Belaid,
        1-Chez-nous quand on ne se connait pas on ne se tutoie pas;sinon il faut demander la permission pour quelqu’un de bien élevé.

        2-Personnellement,j’ai horreur de tous les extrémismes de tout bord.

        3-Certains internautes ont la phobie de tout ce qui Islam,tout en faisant l’amalgame(de bonne ou de mauvaise foi)entre charlatanisme et religion musulmane,ceci dit,de point de vue dogmatique,ils sont libres de croire,douter ou ne pas croire,c’est leur problème.Seulement qu’ils ne viennent pas nous amuser avec leurs élucubrations plutôt leur fatwas à l’emporte-pièce alors qu’ils sont des profanes dans le domaine.
        Il y a des érudits et des savants pour cela,seulement il faut savoir les écouter et les lire.

        4-Ainsi,la discussion est clause,dommage!!




        4
        • Hamid Belaïd
          29 juillet 2017 at 18 h 32 min - Reply

          Pardon , milles pardons, Monsieur Imad-eddine de vous avoir tutoyé ! Quel homme mal éduqué suis-je finalement !J’avais oublié que nous communiquons entre personne de la haute société ! Quelle erreur absurde de ma part !




          12
  • fatma
    28 juillet 2017 at 1 h 07 min - Reply

    @ HOU ARE YOU
    Même si je ne me sens nullement concernée par le tourbillon dans lequel seraient emportés selon votre appréciation divers intervenants, je souhaiterai tout de même que vous m’expliquiez si vous le voulez bien le rapport qui existe entre la répression d’une réunion culturelle à Aokas et le fait d’être musulman ou pas. Je n’arrive pas non plus à comprendre le rapport que vous seul imaginez exister entre le contenu de la khotbate el wadaâ du Prophète Mohamed sala allah alih wa sallam et les commentaires des internautes. A moins que votre Islam à vous soit si fragile et éphémère qu’il peut être emporté par n’importe quelle petite brise ou que dans votre propre interprétation de cette Khotba vous auriez decelé une allusion à ce qui s’est passé à Aokas.
    Mon cher monsieur sachez que l’Islam, celui de nos ancêtres, celui que nous avons toujours connu est Grand, très Grand c’est la Grandeur de notre Seigneur Allah Soubhana wa ta’ala, l’Islam c’est la religion de la paix, de la science et de l’ouverture sur le monde, il a était révélé depuis plus de quatorze siècle pour toute l’humanité et non pour une communauté déterminée. Il nous appartient à tous et personne ne peut le monopoliser.

    «Et Nous ne t’avons envoyé qu’en tant qu’annonciateur et avertisseur pour toute l’humanité. Mais la plupart des gens ne savent pas ». (Sourate 34 : SABA verset 28)

    De plus l’Islam n’a pas besoin d’être défendu, il est protégé par Le Meilleur Protecteur :

    « En vérité c’est Nous Qui avons fait descendre le Coran, et c’est Nous Qui en sommes gardien. » (Sourate 15 : al-Hijr: verset 9)

    Enfin Allah l’Omniscient n’a jamais dit que la terre est peuplée d’une seule ethnie ou d’un seul peuple au contraire dans son infinie Bonté Il dit :

    « O hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des peuples (ou nations) et des tribus, pour que vous vous entreconnaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand-Connaisseur ». (Sourate 49 : AL-HUJURAT verset 13)

    Maintenant si à chaque fois que nos concitoyens Kabyles protestent contre les provocations de ces voyous il se trouve des gens qui de bonne ou de mauvaise foi en font une autre lecture, alors on est pas sorti de l’auberge.




    16
    • hou are you
      29 juillet 2017 at 10 h 24 min - Reply

      @ Fatma Goog Morning : Non Fatma t’as pas compris ce que je voulais dire malgré votre excellent niveau! personnellement j’aurai aimé que cette conférence soit sur la pensée Islamique, invité des grands savants et débattre d’un débat qu’on a envier et besoin! Dieu l’a clairement dit dans plusieurs de ses versets que vous connaissiez surement si vous avez les mêmes origines que moi ainsi vous avez fait l’école coranique des l’aube de votre âge! je ne peux en aucun cas vous aider! les plus intellectuels d’entre nous le savent a l’instar des 2 respectés « si salah et Monsieur dahbi, l’islam est une religion qui demande beaucoup de jihade, si vous voulez une place au paradis vous devriez faire donc de l’effort et d’y aller vous même vers dieu, voici la vérité et voila le mensonge vous devriez choisir, certes il existe des races comme le cite bien dieu dans le coran mais on est tous et toutes fils d’abraham alih essalam » la venue de l’islam a mis fin aux divers régionalisme race tribus etc….je ne veux pas renter au vif du sujet car il y a des non musulman qui lisent aussi mes écrits et je dois faire attention, en conséquences pour moi il n’y a ni kabyle ni arabe ni chaoui ni mouzabite on sera tous égaux; enfin une remarque la dynastie non musulmanne d’arabie saoudite est bientôt tomber et on arrêtera de dire les arabes; mais nous dirons les musulmans.




      2
  • soussou
    28 juillet 2017 at 15 h 42 min - Reply

    Il ne faut pas se tromper d’époque aussi,et comparer l’incomparable.
    Car les salles de cinéma d’Alger ou d’ailleurs dans toutes les villes de l’Algérie colonisée;on ne les a jamais construites pour les Indigènes.
    Parlant,justement,de culture,ces derniers n’eûmes même pas le droit(pour les plus chanceux d’entre-eux) de poursuivre leurs études au delà du fameux CFE.

    Alors parler d’instruction ou de culture(dans les institutions officielles) pour les indigènes pendant l’époque coloniale,c’est rabaisser l’intelligence des gens pour ne pas dire autre chose..




    3
  • fatma
    29 juillet 2017 at 13 h 24 min - Reply

    @HOU ARE YOU
    Monsieur d’abord je vous remercie pour vos compliments à mon égard ensuite je doit vous dire que mon intervention dans ce débat est du au seul fait que j’ai observé depuis plusieurs années déjà et à maintes reprises qu’à chaque fois qu’un événement culturel ou politique se déroule en Kabylie, il s’en suit immédiatement et inévitablement une levée de bouclier de certaines personnes qui se croient obligées de déceler des complots dirigés contre notre pays, ou l’Islam ou la langue arabe quand ce n’est pas ces trois éléments à la fois, il vrai que certains se sentent plus Algériens que les Algériens, plus musulmans que les autres musulmans et plus arabes que les vrais arabes. Se sont ceux-là même qui ferment les yeux et se taisent lâchement devant le massacre et la dilapidation quasi-totale des richesses de notre pays qui soudainement se réveillent de leur coma pour se transformer je ne sais par quel miracle en grands défenseurs de l’unité nationale, des Tawabites et autres slogans creux de ce genre.
    Je veux dire à ces gardiens du temple que ce temps là est révolu à jamais et que les Kabyles n’ont de leçons de patriotisme à recevoir de personne, tout comme d’ailleurs n’importe quel citoyen Algérien de Tamanrasset à Alger et de Tindouf à Tébessa. Nous sommes tous égaux en droits et en devoirs et personne n’a reçu de mandat pour réfléchir et agir en lieu et place des autres concitoyens. Certes on peut avoir des opinions différentes et sur différents sujets quoi de plus normal, personne ne peut prétendre détenir la vérité. Dans ce cadre, les Kabyles ont toujours su conduire leurs affaires à leur manière sans attendre les conseils de quiconque. Ils ont souvent payé le prix fort pour cela et seuls, faut-il le rappeler. Alors de grâce que chacun s’occupe de sa bosse et dès lors on pourra à cette seule condition assurer un vivre ensemble et orienter nos efforts vers le développement du pays et l’épanouissement de tous les citoyens sans exclusive dans le cadre d’un respect mutuel. Tout le reste ce n’est que du blabla et il est notoirement admis que ce sont les haineux et les racistes qui traitent et qualifient les autres de racistes.
    En fin et s’agissant de l’Islam, je crois qu’il n’est pas nécessaire de rappeler combien cette région (la Kabylie) est attachée à cette religion, comme il serait également indécent et insultant de dresser un classement des régions les plus pieuses d’Algérie. Cela dit considérant que la croyance relève du domaine privé et de convictions personnelles tout débat sur ce sujet ne peut avoir lieu qu’entre des gens respectueux des libertés individuelles autrement il conduirait sans aucun doute à des incompréhensions voire à des situations conflictuelles pour ne pas dire des invectives.
    Beaucoup d’entre nous n’admettent, ni ne comprennent malheureusement que les citoyens ont des droits inaliénables dont celui d’exercer le culte de leur choix. Ils pensent que nous sommes et nous devons tous être des musulmans. C’est ce que nous avons tous reçu et appris comme « vérité absolue » depuis notre jeune âge et il est difficile de s’en défaire pour se rendre à l’évidence, c’est-à-dire appliquer sa religion à soit même et foutre la paix aux autres. La liberté de conscience est consacrée dans tous les pays de droit, elle est une pierre angulaire de la charte universelle des droits de l’homme ratifiée par notre pays dès son accession à l’indépendance et consacrée dans la toute première constitution du pays datant du 10 septembre 1963 – Article 11.
    Dans un passage de votre commentaire vous dites je vous cite : « si vous avez les mêmes origines que moi ainsi vous avez fait l’école coranique des l’aube de votre âge! » Voyez-vous monsieur, nous n’avons pas la même conception des choses, pour moi je considère qu’il n’est absolument pas nécessaire que nous ayons les mêmes origines pour débattre sereinement et objectivement comme je ne pense pas non plus qu’il soit utile de faire l’école coranique (dont je garde de très mauvais souvenirs), pour comprendre l’Islam bien au contraire et au risque de vous choquer, je pense même que ce genre d’écoles est un frein à l’épanouissement de l’enfant et ça c’est mon opinion bien sur.
    Vous ajoutez une couche en voulant me montrer ce qu’est l’Islam, je vous cite : « l’islam est une religion qui demande beaucoup de jihade, si vous voulez une place au paradis vous devriez faire donc de l’effort et d’y aller vous même vers dieu, voici la vérité et voila le mensonge vous devriez choisir.» Mais monsieur, vous semblez oubliez que nous ne sommes plus au moyen-âge, il n’y a pas longtemps ma mère prier de toute bonne foi sans comprendre un traître mot de ce qu’elle disait, voyant cela j’ai pensé lui expliquer certaines choses, mais tout compte fait j’ai préférais la laisser « fi nyete ha » de peur de lui compliquer la vie. Au jour d’aujourd’hui monsieur et grâce à Internet, il existe toute une documentation nécessaire pour ceux qui veulent s’instruire et je n’ai certainement pas besoin d’un cheikh pour me donner sa version de son Islam. Vous n’ignorez pas qu’il est aisé de télécharger le Saint Coran dans toutes les langues et sous toutes les formes comme il est permit à tous de copier le Sahih et Boukhari, Sahaih Mouslim, Sunnun Abou Daoud, les exégètes de l’Islam à leur tète le Tafsir Ibnou Kathir, Tafsir Tabari, Tafsir El Quortobi etc ainsi que la biographie du Prophète Sirat Enabi Sala Allahou allihi oua sellama. Evidemment il existe en parallèle une multitude de textes et de vidéos qui combattent l’Islam et notamment dans le cadre de cette guerre ridicule SUNNA VS CHIAA, il faut en effet savoir déceler le vrai du faux pour ne pas tomber dans leur piège.
    Cela étant, je constate avec amertume que dans les pays dits arabes et musulmans le seul sujet captivant, fascinant, voire obsédant est la religion comme si nous sommes des érudits de l’Islam alors que la majorité des Algériens n’ont jamais lu le Coran et les exégèses. Nous ne parlons ni de science ni de technologie, ni du passé ni du future. La seule science admise est la science des savants ou ulémas quand à la technologie on en profit mais on ne fait rien pour participer à son évolution. Pourquoi parler de l’histoire, la seule histoire utile et vraie est celle qui nous provient d’Arabie tout le reste n’est qu’un tissu de mensonges des mécréants qui veulent diviser les pays arabes et introduire la fitna. Pourquoi parler du futur puisque Dieu seul Sait de quoi sera fait demain, le pauvre présentateur météo à la TV s’efforce d’invoquer Dieu et de dire sans arrêt Inchaa Allah à chacune de ses prévisions, je me demande à quoi servent tous les calculs et toutes les prévisions méthodologiques alors qu’il suffirait de dire que demain il fera ce que Dieu seul Veut qu’il fasse et l’affaire est classée. Ce fanatisme absurde touche toutes les classes de la population et notamment les moins lettrés et bien entendu les opportunistes qui eux savent bien en tirer profit. Combien de fois n’attends pas vu et entendu nos joueurs de foot bêtes comme leurs pieds et incapables d’aligner deux phrases cohérentes et sensées, dire et redire qu’ils vont gagner le match Inchaa Allah et demandent sans cesse la bénédiction de Dieu pendant que leurs adversaires du jour font de même. Quelle équipe notre Dieu va-t-il faire gagner dans ce cas là, puisque les joueurs des deux camps sont tous « musulmans » ? Allons bande d’hypocrites ignorants pourquoi ne laissez-vous pas DIEU le Très Haut à la place qui lui sied, pourquoi le descendre à votre niveau ou règne la magouille, la triche et l’argent sale.
    Certes le pays a été gravement et grandement retardé par les obscurantismes de tous bords, mais c’est fini, ce n’est qu’une question de temps, les choses avancent doucement certes mais surement, les citoyens ont pris conscience de ce gouffre d’ignorance, de despotisme et de clochardisation dans lequel est jetée l’Algérie. Les choses vont changer en dépit des conservatismes des rentiers et autres charlatans, ça c’est sûr.




    12
    • Zamoume Makhlouf
      29 juillet 2017 at 18 h 58 min - Reply

      Chère Madame ou Mademoiselle @Fatma, vos interventions sont magistrales et ne souffrent d’aucune équivoque ! Et en plus quand vous vous exprimez vous défendez certes la cause et le combat pour la langue et la culture berbère (Kabyle notamment, quoi de plus normal) mais en plus vous n’insultez personne et vous respectez tous les algériens de quelque région qu’ils soient ! C’est dommage que les internautes qui dénoncent le pouvoir algérien à longueur de posts et d’interventions sur les forums se rebiffent brusquement et oublient leur combat dès qu’il s’agit de questions relatives à la reconnaissance et la réhabilitation de la langue et de la culture kabyle. Ils considèrent, comme le pouvoir lui-même, que le combat des kabyles c’est contre la langue arabe et l’islam ! Ceci est complètement faux vu le nombre de kabyles qui maîtrisent très bien la langue arabe (l’inverse n’étant pas du tout vrai ) et en plus, la pénétration de l’islam dans les villages kabyles est très visible et très connue ! Enfin, c’est un problème sans fin que le pouvoir et le FLN de 1962 ont créé pour gouverner tout seul sans aucun partage ! PS : N’oublions pas cependant d’où vient la crise berbère de 1949.




      10
  • abdesamed
    30 juillet 2017 at 17 h 00 min - Reply

    Je me permets d’aborder le sujet, tout d’abord il faut admettre que les 2Milliards de Musulmans sur terre sont victime de leurs dirigeants d’une part et de leurs tolérance d’autre part je rappel c’est la seule religion qui a acceptée les exclus des autres religions Chrétienne et autre notre erreur est celle la : nos grands parents ont donner le refuge a des gens qui se disant musulmans sans leurs poser les condition où les faire enseigner les préceptes de l’islam et les éduquer, a constater n’importe qui peut devenir musulmans sans qu’il est vraiment et cherche de l’argent et le pouvoir, les musulmans dans le monde entier »Turkie non comprise » sont guider par des pouvoirs qui ne connaissent pas l’islam et qui n’ont aucune relation avec l’islam leurs comportement témoigne!exemple les ^dirigeants arabes de la ligue arabe qui se disent musulmans alors que plus la moiti est chrétienne où…une seule solution pour les peuples musulmans pas les races car en islam il n’existe pas de race! les temps sont tellement dur actuellement qu’on doit considérer ceux qui ne respecte pas l’islam « el kitab wa el sunna » sont des non musulmans et doivent partir comme la mafia qu’on a chez nous.




    2
  • Daoudi Malek
    31 juillet 2017 at 15 h 41 min - Reply

    Chère compatriote @FATMA. Dans un de vos articles tous intéressants (pour moi) vous avez pris l’exemple du bulletin météo où l’incantation « inchaallah » est trop utilisée comme ponctuation! D’ailleurs, il n’y a qu’à écouter un footablleur algérien interviewé à la fin d’un match pour entendre plus de « incahllah » que l’analyse du match ! Bref,c’est ainsi ! On peut à la limite dire à la fin du communiqué météo « si Dieu le veut », on le concevoit très bien dans un pays de culture et de religion musulmane comme le notre mais le répéter sans cesse comme on le fait, à gogo et à volonté c’est (pour moi)de l’ordre du reflese pavlov acquis à force de bourrage idéologique de crâne et sans aucune rationalité! C’est ainsi ! De plus, j’aimerais si les interenautes me le permettent, relever une autre chose que j’impute à la « propagande malsaine » du pouvoir. C’est le fait que la télévision nous coupe brutalement et sans avertir une émission (débats, match de foot, films, infos ..etc…) pour entendre un imam d’Alger (plus proche du pouvoir) appeler à la prière ! Je le dis ,c’est absurde,impoli et trompeur à la fois, car 1/- il suffit juste que « notre » Entv (ou une autre télévision algérienne) fasse l’effort de prévoir un menu clignotant en bas de l’écran pour dire que c’est le moment de la prière et le problème est ! 2/- A quoi çà sert de diffuser à la télé l’appel à la prière à partir d’Alger alors qu’à Oran ou à Annaba les horaires ne sont pas tout à fait le même ! 2/- N’importe quel musulmans de 2017 a un portable avec accès à Internet pour connaître avec précision ses heures de prières journalières même au fin fond de la montagne ou du désert. En plus il a à sa disposition plusieurs mosquées dans son propre quartier pour entendre le muezzin surtout avec des hauts parleurs performants et à plusieurs décibels ornant ostentatoirement , et plus qu’il n’en faut, nos minarets ! 3/- Pourquoi le pouvoir algérien veut se la jouer par télé interposée au « net plus ultra musulman » … plus mieux que les autres … et même que les Saoudiens, gardien des lieux saint de l’islam, pour interrompre un débat télévisé, un match de football ou un match de handball passionnant (comme ces derniers jours), rien que pour entendre l’appel à la prière. 4/ – Pourquoi interrompre une émission intempestivement dans la journée alors qu’un musulman peut by-passer des prières de jour pour les récupérer en fin de soirée et c’est permis dans la sunna ! 5/- Pourquoi enfin imposer globalement à tous les citoyens algériens de force ces coupures intempestives alors qu’il existe une chaîne spécifique dédiée au Coran. 6/- Maintenant si on se veut un pur salafiste, un pur fidèle musulman invétéré, un pur soufiste, un pur musulman pas comme tout le monde, un pur conservateur parfait, on ne regarde pas la télévision, et donc même l’ENTV algérienne, sauf la chaîne coranique dédiée au coran, à la parole divine, au « tefsir » du livre et à la vie du prophète. Ainsi dans ce type de télévision ou de radio, les six prières (oui il y en a qui en font 6) quotidiennes pourront légitimement retransmises en directe de la capitale politico-religieuse d’un pays musulman donné. Un point c’est tout, un point final ! Je sais que je vais en choquer plus d’un, mais je remercie LQA de ne pas me censurer ! Merci à tous, bon courage à tous les algériens, musulmans pratiquants purs ou non pratiquants et A +




    8
    • Hamid Belaïd
      31 juillet 2017 at 18 h 18 min - Reply

      @Daoudi Malek, c’est tout à fait vrai ce que vous dîtes ! D’ailleurs si on reste dans la logique du pouvoir, pourquoi l’arbitre n’arrêterait-il pas la compétition lors d’un match de football ou autre, pour demander à un spectateur musulman dans les gradins et qui le souhaite (c’est permis dans le Coran et dans la pratique) pour appeler à la prière ! Et mieux encore pourquoi ne pas arrêter une contre attaque de l’USMA ou du MCA parce que c’est l’heure de la prière ! On pourra ainsi faire dans le stade tous ensenble la prière , c’est plus impressionant que sur nos plages, et puis l’arbitre va continuer le match après la prière à l’endroit arrêter ! Ce serait formidable ou for—able! Pardon si je choque certains internautes et tous mes respects aux musulmans !




      7
  • espoir
    2 août 2017 at 5 h 15 min - Reply

    Pour quoi ca arrive en kabylie, La seul region en algerie qui ne dore pas sur ces oreilles

    Par qui ? par les ennemies de l’humanité
    qui sont la a faire croire proteger l’algerie

    Peuple algérien vous êtes notre espoir, nous vous baissez pas les bras

    Vous etes l’espoir de l’algerie et tot ou tard les algeriens vont se joindre a vous
    Aujourd’hui y a pas des frontiere entre les regions et demain nous allons s’enttendre malgres la diabolisatio de cette region algerienne par le systeme.

    Nous allons une bonne fois le balayer, c’est fini FLN, Yatima, et co




    1
  • Congrès du Changement Démocratique