Édition du
21 November 2017

Lettre ouverte à Mr le Ministre de la Santé

Je suis le Dr Salah Eddine LAALAOUI, pédiatre en retraite.
L’heure est grave, mais vous le saviez déjà, depuis les années 80, quand on en débattait quand vous étiez notre externe et notre interne, vous et le Dr HABBAZ, votre ami de toujours. Je garde un excellent souvenir de votre groupe. On s’est revu après assez souvent, avec toujours autant d’estime et de respect.
Je me souviens entre autres débats, de celui qui concernait les médecins qui partaient à l’étranger. Je pensais que c’était une erreur, quand il s’agissait de partir pour de bon. Vous n’étiez pas tellement d’accord avec moi.
Aujourd’hui, je ne suis plus pédiatre. Je suis gynéco-obstétricien, sage-femme (ou sage-homme !). Je fais partie du personnel soignant… que l’on malmène sans avoir les éléments de l’enquête en cours concernant l’évènement malheureux de Djelfa… que l’on salit de tous les bords : journalistes, avocats, et même une partie de la population.
Notre confrère gynéco-obstétricienne était en arrêt de travail. Peut-être juge-t-on un faux arrêt de travail ? Mais alors, que prévoit la loi ? En dehors de cet élément, et si j’ai bien compris, elle est la seule gynéco-obstétricienne du coin. Quand elle était présente, elle devait être donc de garde, 24 h/24, ou presque, pendant des mois ! Personne n’a tiqué sur ce point, ou éprouvé ne serait-ce qu’un peu d’empathie. C’est le cas de centaines de médecins et de para-médicaux. Ah, oui, il y a les cubains ! Je vais vous rapporter le cas d’une gynéco-obstétricienne (peu importe l’endroit) qui faisait son service civil au fin fond du sud. Elle était seule algérienne, avec un cubain. Elle était avec ses enfants en bas âge ! De garde presque 24h/24 comme je l’ai expliqué (les malades et l’administration s’adressaient plus souvent à elle qu’à son confrère), elle a pu un jour enfin programmer un congé, qu’elle est venue passer chez elle à Alger. Au bout de quelques jours, le médecin cubain a décidé de partir en congé (et comment !). Le directeur de l’hôpital l’a convoqué, et elle a dû arrêter son congé, pour refaire cette fois-ci des gardes 24h/24. Elle a terminé son service civil. Elle a décidé de rester en Algérie, comme beaucoup d’autres, malgré les injustices et les CALOMNIES ! Mais si elle veut fuir cette atmosphère pour aller à l’étranger, je la comprendrais tout à fait. Cette histoire lui a fait comprendre qu’elle aurait pu se retrouver …. EN PRISON !!!
J’ai écrit cette lettre pour vous dire que finalement, c’est vous qui aviez raison il y a 30 ans.

Pr Salah-Eddine Laalaoui.
Pédiatre. Retraité.


Nombre de lectures : 17367
16 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • djamel
    10 août 2017 at 14 h 45 min - Reply

    Donc si l’on comprend bien, notre cher ministre de la santé était (ou il est toujours)d’accord avec les cadres notamment les médecins qui partaient et partent toujours à l’étranger. Ce qui est en soit une bonne chose, parce qu’il était sensible (l’est-il toujours) aux contraintes auxquelles étaient confrontés nos cadres en poste et ceux qui sortaient des universités. Nous attendons pour voir.




    7
  • Mohammed
    10 août 2017 at 18 h 37 min - Reply

    La fuite en avant!?Mais vers ou?
    La contrebande ou pour se camoufler dans la nature!?

    Dans les pays qui respectent leurs populations,on ne badine pas avec les moyens,tous les moyens.Et,ce genre d’Urgences:
    ===Parturientes en difficultés,
    ===Polytraumatisés graves,
    ===Pathologies chirurgicales courantes,
    ===ou autres Accidentés de la circulation,
    Ne peuvent être Pris en Charge que par:

    ===Une Equipe Entraînée et Disciplinée,
    ===Un Plateau Technique Performant et Multidisciplinaire,
    Alors que chez-nous on se contente souvent de Maquillages!?Oui de maquillages.
    On essaye de maquiller des Situations Dangereuses pour dire qu’on a fait notre devoir,et c’est ce qu’il vient de faire notre Ministre de la Santé(en essayant d’inclure les cabinets privés dans les gardes)..
    C’est comme ces charbonniers du Nord qui se prennent pour des Sudistes en se maquillant le visage pour passer entre les filets et rejoindre la contrebande!?
    Comme une vipère qui s’enroule sur elle-même pour se camoufler et laisser passer l’orage(elle peut même mordre sa queue).Car un ministère de la santé et de la population qui se constitue Partie Civile dans cette affaire de Djelfa,c’est incompréhensible.Alors qu’il est le premier responsable(du moins par les structures qui sont sous sa direction).
    Au lieu de Régler les Problèmes de la Population en Amont,on essaye de le faire maladroitement en Aval.
    Car jeter un Gynéco.dans un coin perdu et le laisser de garde H24,confronté à des situations inextricables ou le jeter en prison,ce n’est pas la Solution Idoine pour que ce genre de situations ne se renouvellent pas !
    Ne dit-on pas que le Meilleur des Remèdes:c’est la Prévention!?




    10
  • TSOUFIQ18
    10 août 2017 at 21 h 16 min - Reply

    On est vraiment au pays du DRM. Un accident malheureux est arrivé, voilà que les TV offshore et des plumitifs ignares dressent un bûcher et prennent à témoin l’opinion publique. Des medecins specialistes , donc des BAC + 13 sont jetés en pature et embastillés; Quoi de plus facile pour un pouvoir aux abois d’actionner son bras armé ( police et corps de justice) cette cohorte de licenciés en droit et autres licences à 4 sous ; Ceux là qui effectuent un cursus minimal aprés avoir été racheté au BAC lettres se retrouvent juges procureurs commissaires c’est dire mieux payés et mieux considérés que ces specialistes en medecine qu’ils emprisonnent avec un excès de zéle non feint:
    Quand je vous dit que nous sommes au pays du Dab Rakeb Moulah




    18
  • DEKLI Nadia
    10 août 2017 at 21 h 32 min - Reply

    Cela n’a rien à voir avec le drame de Djelfa une jeune femme et son bébé sont morts à cause de l’incompétence, du manque de civisme et de l’absence de conscience professionnelle. Une femme qui va accoucher est une femme en danger on ne la fait pas balader d’hôpital en hôpital quelque soit la mauvaise organisation de la structure médicale.
    Les concernés méritent la radiation à vie. Sages femmes, infirmiers, médecins sont faits pour sauver des vies pas pour les ôter.




    12
  • malik
    10 août 2017 at 23 h 09 min - Reply

    Si Monsieur le ministre garde les mêmes têtes autour de lui, il restera bloqué.




    6
  • Rédaction LQA
    11 août 2017 at 8 h 44 min - Reply

    Nouvelles informations sur le drame de Djelfa.
    Evitons de porter des jugements péremptoires sur un personnel totalement dépassé par les événements du fait de la faillite su système de santé.Essayons de traiter d’abord les causes, avant de nous occuper des conséquences.

    إتحاد المؤسسات الإستشفائية

    #عاااااااااجل
    من كواليس التحقيقات في قضية عين وسارة
    1- تبين انه تم تسخير طبيبين من كوبا بعد غياب الطبيبة الجزائرية لعطلة مرضية ممضية من طرف الإدارة لكنهم رفضوا الالتحاق رغم سكنهم داخل المستشفى ولم ولن يحاسبوا لان لهم حصانة بموجب الاتفاق بين الدولتين.
    2- حسب سجل الفحوصات في قاعة الاستعجالات القابلة المحبوسة قامت بفحص المرحومة ووجدت عنق الرحم مغلق ((col à 2 doigts يعني الولادة كانت بعيدة وأعطتها موعد ليوم غد لأنه سيكون طبيب مختص حاضر لكنها لم توجهها لحاسي بحبح ولا للجلفة.
    4- تبين كذلك أن المرأة وضعت حملها عند أحد المولدات في البيت وليس في السيارة باستعمال خلطة عقاقير تقليدية والتحقيق جاري في هذا الموضوع.
    5- لم تكن هناك آثار دم ولا سوائل في السيارة، ولوحظ ايضا غياب المشيمة (اخوة الصغير بالعامية) التي من المفروض تكون موجودة لو المرحومة وضعت المولود في السيارة.
    6- المرحومة كانت في حالة نزيف ما بعد الولادة، والطبيبين الكوبيين رفضا النزول من شقتهما حتى قامت عائلة المرحومة بإنزالهم بالقوة.
    لماذا لا تقوم قناة النهار بدعوة زوج المرحومة ومساءلته امام الكاميرا حول حيثيات القضية ولكونه امام معروف لا اظن انه سيكذب او يفتري على أحد.
    نحن لانبرئ احد من المتهمين، ولكن لماذا لا احد يتكلم على التحقيق مع الطبيبين الكوبيين اللذان كانا حاضرين.
    أرجو النشر ومراعاة للحيادية واحتراما للرأي الآخر.




    14
  • Abdelrani
    11 août 2017 at 10 h 23 min - Reply

    Doc salah je comprends parfaitement votre écrit je suis un simple citoyen mais il faut reconnaître qu’.Il y a un laissér aller total dans nos hôpitaux c.est devenu des mouroirs je sais parfaitement que la compétence existe ce qu’il manque c.est la responsabilité de toute un chacun .ce qui me désole le plus c.est comment expliquer que tous ce qui nous gouverne se soignent à l etranger ? Au lieu d.améliorer les conditions du médecin et lui donner les moyens comme le Val de grâce par exemple.salutation




    10
  • Bouchemla
    13 août 2017 at 8 h 53 min - Reply

    Dans tout ça,que faut-il faire pour que les hôpitaux algériens redeviennent des…….hôpitaux????!!!!!




    5
  • Hakem
    15 août 2017 at 9 h 02 min - Reply

    Belle réplique et un témoignage honnête, une réflexion pertinente d’un grand praticien puisse t-elle secouer les consciences et aider notre ministre nouvellement installé à faire le nécessaire pour arrêter ces injustices et proceder aux réformes impératives avant l’inévitable dérive et la grogne qui se prépare à la rentrée !




    4
  • MOURAD
    15 août 2017 at 12 h 38 min - Reply

    il faut mr le ministre interdire toute prise en charge au Val de Grâce et à la Salpétrière. c’est la première solution à appliquer. Ensuite, il faut visiter chaque hôpital et lui donner la norme.




    4
  • Hamid Belaïd
    15 août 2017 at 13 h 03 min - Reply

    Bonjour chers compatriotes de LQA

    Une petite parenthèse. Pour prendre un exemple, moi j’ai eu la possibilité de faire la comparaison dans l’évolution de la gestion et l’organisation de l’hôpital de Miliana entre les années 1960-début des années 70 et le début de l’année 2017. J’avais un parent qui y occupé le poste de d’infirmier chef jusqu’en 1974 et j’ai eu à rendre visite très récemment à un parent très malade.

    Dans les années 60-début des années 70, je me souviens avoir vu des chirurgiens, médecins et infirmiers très propres et nets dans leur tenue blanche ou verte, nickel ! Je me souviens d’un personnel qui rassurait par leur comportement et leur sérieux. Je me souviens du silence qui régner dans l’hôpital. Je me souviens d’un personnel qui ne s’interpellait jamais à haute voix dans les services. Je me souviens ne pas avoir observer un va-et-vient permanent, incessant, anarchique et incompréhensible du personnel dans le hall, les couloirs et les escaliers de l’hôpital. Je me souviens qu’on n’avait pas besoin de ramener du fil chirurgical ou les médicaments, alors que le pétrole était à 1,20 $ le baril et que l’Algérie se voyait vider du personnel français qui désertait petit à petit l’Algérie au lendemain de l’indépendance !

    Je n’ai pas besoin de vous raconter ce que j’ai vu quand j’ai rendu visite au début de cette année 2017 à un parent gravement malade. Le gouffre ! Un écart abyssal ! La descente au abîme. Bon, je sais que vous allez me dire que c’est général dans tous les secteurs d’activité.
    Quand on revisite l’histoire du pays dans les années 60 et début des années 70, en faisant la comparaison avec le présent beaucoup de citoyens font le même constat sur cette période des premières années de l’indépendance ! C’est valable pour les Chemins de fer, la Sonelgaz, les PTT etc… J’ai toujours essayé d’en chercher les causes, je n’ai pas trouvé les raisons objectives ! Ah oui, peut-être une qui va peut-être me valoir des reproches : cette période d’organisation et de gestion administrative sociale et économique n’avait-elle pas tout simplement profiter de celle qui existait avant le départ des français pour s’atténuer et disparaître progressivement dans le temps jusqu’à atteindre le fond du gouffre ??? Pardon pour ceux que je vais choquer, mais je n’ai pas d’autres explications ….pour l’instant !




    10
    • Samir Boulimat
      15 août 2017 at 16 h 38 min - Reply

      Cher internaute @Hamid Belaïd, il me semble que vous pensez, si je puis me permettre une parabole osée de ce que je comprends de votre intervention, et même si je m’avance un peu trop, vous pensez comme un certain sociologue, le grand Ibn Khaldoun, précurseur de la sociologie moderne (mais que certains n’aiment pas)et qui a dit au tout début de 15ème siècle de l’ère chrétienne et à l’aube de la naissance de notre ère musulmane, à peu près ceci dans la Moquaddima :

      « Voyez tous les pays que les arabes ont conquis depuis les siècles les plus reculés : la civilisation en a disparu, ainsi que la population ; le sol même parait avoir changé de nature !»

      Ibn Khaldoun semble nous dire que tout pays conquis (ou gérer) par les arabes est voué à la ruine ! C’est dur à gober ou à entendre, mais est-ce que, finalement, il n’a pas fait un analyse sociologique prémonitoire de ce qui se passe aujourd’hui dans certains pays arabes et chez nous aussi en Algérie, puisque nous sommes devenu un pays arabe, ….. par l’histoire ou ……. par la force ???!!!!




      9
      • soussou
        18 août 2017 at 1 h 10 min - Reply

        Pardi! C’est pour cela que ce sociologue d’Ibn Khaldoun a été traité de tous les noms d’oiseaux,surtout de terroriste eh oui de terroriste!? Par un certain Amine Zaoui de Liberté,dans l’une de ses diatribes.
        Allez-y savoir qu’est-ce que ces révisionnistes et négationnistes de l’histoire réservent encore à la populace analphabète trilingue?




        4
  • Meriem B.
    19 septembre 2017 at 22 h 13 min - Reply

    @DEkli Nadia et tous ceux qui pensent que ce procés est légitime

    Madame,
    cette affaire souffre d’un ENORME PROBLEME DE Désinformation.
    Pour résumer:
    1/ La gynécologue était à des centaines de km de là , elle n’a jamais vu la malade
    2/ Les sages femmes ont expliqué à la patiente que le travail n’avait pas commencé, et qu’elle ne nécéssitait pas d’hospitalisation. Ailleurs aussi, c’est comme ça que ça se passe, et quand je dis ailleurs, dans les pays avec une couverture sanitaire correcte.
    3/ Le mari de la patiente , n’étant pas convaincu, a préféré trimballer sa femme d’hôpital en hôpital, et tous les avis convergaient!
    4/ et SURTOUT: L ACCOUCHEMENT A EU LIEU DE FACON CLANDESTINE, PUIS LA FEMME A ETE AMENE A L HOPITAL ET LE BEBE RETROUVE MORT sous LE SIEGE ARRIERE, CACHE.

    On vous a dit tout ça???
    NON!
    Et pourquoi?

    Documentez vous, madame, renseignez vous, posez-vous la question, et après cela, accusez!
    Cherchez le communiqué de presse de ses avocats, vous aurez la véritable histoire.
    Certains prefèrent les charlatans aux médecins, ils n’ont pas confiance dans le système de santé, et rien n’encourage à travailler dans ce système de santé.
    Si vous saviez… Vous n’imaginez pas notre lutte au quotidien pour une médecine humaine et de qualité.
    PR. Laalaoui a raison. Il décrit ce que nous ressentons, nous, la nouvelle génération, et les plus anciens.
    Plus rien ne nous retient, nous sommes entre marteau, et enclume, entre administrateurs réfractaires et patients paniqués, nous rêvons de cieux plus cléments, et pourtant, chaque jour, chaque vie sauvée, chaque douleur soulagée, nous rappelle qu’on est utile ici, même si c’est dans la douleur. On continue de se battre pour les patients parce que cette humanité, on l’a dans le coeur, nous, madame!




    5
  • Mohammed
    21 septembre 2017 at 17 h 34 min - Reply

    Peut-etre que les Hopitaux Algeriens doivent faire appel a « Medecins sans frontieres »




    0
    • Mohammed
      21 septembre 2017 at 20 h 25 min - Reply

      Ce n’est pas sérieux tout cela.
      Pourquoi l’Algérie est en état de guerre !?




      2

    Congrès du Changement Démocratique