Édition du
26 September 2017

D’ici, d’ailleurs et de nulle part.

Salim METREF

El Karkarya. Ces jeunes aux tenues bariolées aux couleurs de l’arc en ciel sont en villégiature où plutôt en pèlerinage. Ils disent rendre visite aux précurseurs de cette voie soufie dont ils sont les adeptes. Un look plutôt rasta qui n’incommode personne mais qui révèle que cette Algérie profonde nous réserve décidemment bien des surprises.

Ahmadites et représentant la branche de Palestine, cet homme et cette femme, sans doute des «arabo-israéliens », bénéficient d’une invraisemblable tribune sur une chaîne de télévision israélienne pour promouvoir ce qui ressemble à quelque chose qui nous est tellement inconnu.  Encouragés par la présentatrice de l’émission à revêtir plutôt l’habit d’une minorité persécutée, ces deux personnages n’hésitent pas en bons samaritains à promouvoir amour, respect entre les différentes confessions et tolérance. Au même moment et sans doute non très loin de là, le Cheikh Raed Salah était arrêté, des colons juifs profanaient l’esplanade des mosquées et des soldats israéliens interdisaient à ce que la prière du vendredi se tienne dans l’enceinte de la mosquée El-Aqsa.

Sikh, devenue protestante méthodiste par son mariage, sans doute adepte du sionisme chrétien, la représentante des Etats-Unis à l’ONU a quant à elle revêtu son habit de nouvelle star de l’inquisition. N’hésitant pas à défendre avec acharnement tout ce qui pourrait contrarier les projets expansionnistes d’Israël, mission à laquelle elle a évidemment souscrit pour espérer siéger à New York, elle confond entre défense d’Israël et rejet de toute aspiration du peuple palestinien à recouvrer ses droits légitimes à un état et au retour de ses millions de réfugiés dans leur tette natale. Elle déclare à New York et ailleurs que les membres représentants présents à l’ONU dont elle qualifie par ailleurs certains d’abrutis devront changer à l’avenir d’attitude sans quoi ils subiront son ardeur pro israélienne qu’elle exhibe sans retenue.

En France, le président Emmanuel Macron qui prévoit de visiter notre pays dévisse dans les sondages. Un état de grâce qui arrive à son terme et une lune de miel qui finit par un aveu, la France serait irréformable. N’est-ce pas l’ancien Président français Jacques Chirac qui disait que l’essentiel pour un homme politique est d’être toujours le meilleur dans l’opposition!

En Algérie, nous connaîtrons une présidentielle, celle de 2019. Deux années passent tellement vite et nul ne peut dire à l’heure actuelle qui accédera à la magistrature suprême notamment dans un contexte économique plutôt difficile et sans signe évident et jusqu’à l’heure actuelle de renversement de tendance. Il serait intéressant que les candidats potentiels à cette élection se déclarent dés maintenant comme cela se fait partout ailleurs dans le monde. Et comme nous sommes depuis des décennies à la diète démocratique nous aurons au moins le loisir et l’opportunité de lire le menu.

Enfin, cette rentrée sociale qui vient et qui sera certainement comme toutes les autres. Elle s’annonce pourtant dans un contexte morose et rempli d’incertitudes. Mais on ne peut jurer de rien et compter aussi sur le génie de ce peuple qui fera en sorte à ce que la puissance et le statut qui échoient à ce pays deviennent à court terme une réalité. Du moins nous le souhaitons ardemment car cette inflation galopante qui rogne chaque jour que Dieu fait le pouvoir d’achat de très nombreux citoyens, ces classes populaires qui s’appauvrissent et cette classe moyenne qui disparaît n’augurent rien de bon. Et peut-être ne survivra dans ce pays qu’une caste d’intouchables, plutôt gloutons, qui fera de nous une bouchée de pain. Et à propos de bouchées, spirituelles celles-là, profitons-en à satiété. Célébrée qu’une seule fois dans l’année, l’Aïd el Adha est déjà là. Bonne fête et bonne rentrée!


Nombre de lectures : 1171
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Ali SBIH
    29 août 2017 at 12 h 23 min - Reply

    Salamalikoum,

    A coup sur ,l’inflation continuera son galop au delà de 2019……….

    les Karakyas seront plus nombreux ,les Ahmadites reviendront à la charge et d’autres comportements tout aussi infantiles continuerons de voir le jour, alcoolisme, prostitution, drogue ,travail des enfants ,corruption, accidents de la route .

    Elle (l’inflation)ne s’inscrit pas sur le mode de gouvernance mais sur l’inefficacité des actes de gestion des hommes qui ont en la charge ; non pas les affaires de la cité mais de perpétuer la culture d’entreprise en dansant à la manière des « DERWICHS tourneurs » dans le sens inverse des aiguilles d’une montre ,remonter le temps ,pas tout le temps celui libérateur de la fabuleuse histoire de notre pays ,mais un temps ou les Héros sont partis mais celui d’un temps ou s’agitent de pâles répliques.

    Une rentrée sociale avec une tripartite qui se répète en répétant son impuissance à faire bouger les choses ,des démantèlements qui n’ont pas le caractère salubre des désamiantages ,mais cela est une autre histoire.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique