Édition du
14 December 2017

Le cynisme au bout du crime

Algeria-Watch, 28 septembre 2017

Ali Mecili, avocat et membre fondateur du Front des forces socialistes (FFS), a été assassiné le 7 avril 1987. Le meurtrier, le proxénète Abdelmalek Amellou porteur d’un ordre de mission de la Sécurité Militaire Algérienne (police politique secrète) a été rapidement identifié et arrêté par la police française. Sur ordre du gouvernement français, Amellou a été expulsé peu après en procédure d’urgence en Algérie où il vit à visage découvert sur un grand pied dans l’impunité totale et bénéficiant de la protection de l’Etat Algérien.

Le tueur Abdelamalek Amellou a été désigné par le RND, un parti artificiel créé par la dictature, en tant que candidat aux prochaines élections locales. Cette candidature scandaleuse d’un assassin à un scrutin est l’illustration la plus exacte de la réalité du système de pouvoir algérien, évaluation précise de ce que valent les élections qu’il organise et de ce que représentent les pseudo-institutions qu’il met en avant.

Nul ne peut prétendre l’ignorer, le régime algérien n’a que peu à voir avec le droit et la morale. Né d’un coup de force militaire et se maintenant par la violence et la corruption, le régime est nu. Cette organisation subversive, antidémocratique et antipopulaire, ne s’embarrasse de formes que pour complaire à ses partenaires occidentaux, soucieux d’apparences qui ne trompent que ceux qui veulent bien l’être. Au fil de l’effondrement d’un Etat dévoyé, avec la participation annoncée d’un criminel avéré à une consultation électorale, les accommodements avec le droit et la raison, familiers à la dictature, ont néanmoins atteint un degré de cynisme inédit.

L’abject proxénète qui a lâchement assassiné l’opposant Ali Mecili sort de l’ombre où il a échappé avec facilité aux molles poursuites de la justice française et apparaît en pleine lumière sur la scène politique très verrouillée d’une Algérie en route vers l’abîme. On se perd en conjectures sur les raisons qui ont poussé le sommet du régime a choisir une telle tête d’affiche. Y aurait-il pénurie de candidats-mercenaires ou serait-ce un mode d’expression de la gratitude officielle à un tueur en service commandé ? Cela confirme bien la déchéance et la perte de sens d’un système « qui se reproduit par amputations successives » selon la formule incisive de Hocine Aït-Ahmed.

Il demeure que l’assassin de l’avocat Ali Mecili, exfiltré en procédure d’urgence par les ministres de sinistre mémoire Pasqua et Pandraud, est ainsi publiquement assumé par ceux qui dirigent l’Algérie derrière un écran de fumée institutionnel. Les Algériennes et les Algériens ne seront pas surpris par cet aveu décomplexé de complicité entre ceux qui usurpent l’Etat et de vulgaires assassins : les uns et les autres procèdent en effet de la même culture criminelle.

Les tuteurs néocoloniaux du régime seront-ils gênés aux entournures par une telle provocation ? Exerceront ils des pressions pour que cette candidature cynique soit retirée ? En tout état de cause, personne n’oublie que leur justice a conclu par un non-lieu l’instruction du meurtre d’Ali Mecili, clôturant ainsi dans l’indignité une procédure qui insulte la mémoire de la victime et l’action de tous ceux qui luttent pour le droit en Algérie. Car, qu’on ne s’y trompe pas, l’Etat néocolonial partage bel et bien avec le néo-protectorat d’Alger le déshonneur de la réhabilitation politique du criminel Abdelmalek Amellou.


Nombre de lectures : 2627
3 Commentaires sur cet article

Répondre à Fechlane Cliquez ici pour annuler la réponse.

*

*

  • Ayoub Bouazza
    28 septembre 2017 at 17 h 34 min - Reply

    Si la police secrète était la criminelle à l’époque comme il est rapporté dans ce quotidien comment se fait-il que les responsables du FFS se taisent devant un tel forfait.




    2
  • Abdellah Chebbah
    28 septembre 2017 at 23 h 49 min - Reply

    La plupart du temps les politiciens utilisent le cynisme pour éviter de dévoiler des secrets ou de dire tout simplement la vérité qui risque d’aller à l’encontre de certains intérêts ou d’éviter de se faire des ennemies. En ce qui nous concerne, nous Algériens, nos politiciens n’usent pas de cynisme car il ne savent pas faire passer la pilule subtilement mais méprisent carrément le peuple. Avec l’assassinat de Mécili, Boudiaf, les scandales sonatrach 1 et 2, BCR, Khalifa, 200000 morts et tant d’autres, y a t-il eu justice rendue, non. La réponse de ce pouvoir est toute simple: on vous emmerde et à chaque fois ce sera ainsi. Ce pouvoir est capable de tuer tous les Algériens qui iront à l’encontre de son intérêt. C’est un pouvoir qui corrompe tout le monde et qui tire sa légitimité par la falsification de l’histoire, d’une armée sans scrupules, d’un service de renseignement de tortionnaires et de tueurs, d’un parti dénaturé, d’une justice corrompue et surtout d’une complicité étrangère que je nommerais madame la France. C’est un pouvoir que se partagent des clans qui se sont mis d’accord pour régner ainsi. Il joue à un jeu où ils détiennent toutes les cartes importantes. C’est ainsi que la politique s’exerce chez nous.




    10
  • Fechlane
    29 septembre 2017 at 14 h 01 min - Reply

    Deux présidents algériens ont été assassinés, mais cela n’aurait pas été possible sans l’aval de cette armée qui déclare protéger le pays et ses citoyens




    7
  • Congrès du Changement Démocratique