Édition du
22 January 2018

Tamazight, cause nationale

Déclaration/Appel.

 

Tamazight, cause nationale

Des siècles durant, la culture Amazighe a su résisté aux prédations et tentations hégémoniques des cultures dominantes de l’extérieur comme de l’intérieur. Entre un pouvoir qui gagne du temps pour assister à son extinction graduelle et ceux qui en font un registre de commerce sans jamais se soucier réellement à son développement, notre culture a toujours triomphé de ses bourreaux et détracteurs grâce au génie populaire d’un peuple plusieurs fois millénaire.

Malgré toutes les campagnes de diabolisation et d’acculturation engagées par les colonialismes, mais aussi par les pouvoirs successifs depuis l’indépendance à l’encontre de cette culture ancestrale, Tamazight dans toutes ses dimensions demeure et demeurera une cause commune, sans laquelle, la grande famille Algérie ne peut se rassembler et s’unifier pour un destin commun et un avenir meilleur. Dans ce sens, il est important de rappeler à tout un chacun que le combat pour Tamazight est intimement lié aux combats pour le pluralisme, la démocratie, les libertés et les droits humains. Tamazight n’est pas seulement une revendication identitaire et linguistique mais elle est également une revendication politique et démocratique.

Elle ne peut-être promue comme culture de liberté que sous un Etat de droit. La mobilisation en cours, qui touche toutes les régions d’Algérie, pour la mise en œuvre effective de sa reconnaissance constitutionnelle comme langue nationale et officielle démontre une fois de plus l’échec des politiques de bricolage menées par le régime en place. Acteurs de ces actions, qui se voulaient pacifiques et non partisanes, des milliers de jeunes algériens, majoritairement étudiants et lycéens, ont fait une véritable démonstration de force et prouvé, encore une fois, que la jeunesse reste un moteur du changement et à l’avant-garde de toutes les luttes démocratiques et sociales.

Cette extraordinaire mobilisation vient aussi réaffirmer l’existence d’une intelligence collective, à la fois engagée et désintéressée. Le refus catégorique de la loi de finances avec ses répercussions dangereuses sur le quotidien des citoyens, clamé lors des dernières manifestations, atteste clairement que les pouvoirs publics sont en rupture avec la réalité socio-économique du pays. En effet, un pouvoir illégitime issu de coups d’Etats et d’intrigues ne peut refléter la volonté du citoyen algérien et ses aspirations.

Nous, signataires de la présente déclaration, appelons l’ensemble des forces vives de la société à rester mobilisées et vigilants afin de déjouer toute tentative visant à rompre le caractère organisé, structuré et pacifique de la contestation. Tout en refusant d’éventuelles récupérations quelques soient leurs natures et objectifs, nous exhortons les acteurs politiques et sociaux, le mouvement associatif et syndical, les artistes, les hommes et les femmes de culture à accompagner cette dynamique citoyenne en marche pour la liberté, la justice sociale et l’égalité républicaine, à capitaliser la mobilisation et à canaliser les énergies le composant.

Nous invitons et nous encourageons les parties prenantes du mouvement à travailler en concertation permanente sans exclusion aucune pour faire valoir les revendications légitimes de la population. Nous réitérons notre plein engagement en faveur de la lutte pacifique et nous privilégions les solutions concertées. La force est dans le peuple et la solution est dans sa détermination et son engagement serein et unitaire.

Liste des premiers signataires :

1- Mohammed Idir Yacoub, Architecte

2- Adel Boucherguine, Journaliste

3- Ali Brahimi, Ancien détenu d’Avril 80

4- Nacer Djabi, Sociologue.

5- Nacer Boudiaf, Militant Politique

6- Hamou Didouche, Ancien député

7- Noura Chili, Militante Politique.

8- Dr Mohamed Lahlou, Universitaire.

9- Meziane Meriane, Enseignant /Syndicaliste

10- Khaled Tazaghart, Député

11- Dr Fayçal Adib, Militant Politique.

12- Djamal Ikhloufi, Universitaire.

13- Ali Ait Djoudi, Journaliste Militant

14- Dr Fayrouz Bouamama, Militante Politique

15- Aissa Rahmoune, Avocat / défenseur des droits de l’homme.

16- Youssef Rezzoug, Journaliste

17- Tahar Si Serir, Militant Politique

18- Djamaledine Benchenouf, Journaliste

19- Farida Messaoudi, Militante Politique

20- Mohammed Ouamrane, Universitaire

21- Kader Zerrou, Militant Politique

22- Menssous Rabah, Militant Politique

23- Nourddine Ahmine, Avocat/ défenseur des droits de l’homme

24- Salem Azzouk, Militant pour la démocratie.

25- Rachid Ait Ali Oukassi, Militant

26- Fatima Tegaoua, Enseignante / Militante

27- Nourddine Ait Yehyatene, Architecte/ Militant

28- Yahia Boukelal, Ancien Député

29- Hacene Farhati, Militant Associatif

30- Kaci Rahem, Avocat / défenseur des droits de l’homme

31- Mouloud Yefsah, Enseignant

32- Medjahed Hamid, Artiste / Homme de culture

33- Ourida Bouzara, Militante associative

34- Khaled Ziari, ancien officier supérieur

35- Said Slamani, Chirurgien dentiste

36- Nordine Yahia, Militant

37- Smail Lamrous, Militant politique

38- Cherif Melbouci, Militant pour la démocratie

39- Samir Ghezlaoui, Journaliste/ Universitaire

40- Rabah Brahimi, Cadre d’éducation

41- Ahcene Graichi, Enseignant / militant de la cause Amazigh.

42- Maddi Madani, Cadre fonction publique / militant

43- Lekader Larbi, Militant Politique

44- Taleb Salah Eddine, Cadre de la fonction publique

45- Salah Achili, Militant Politique

46- Belkacem Said Mellikeche, Philosophe / Militant

47- Nabil Nedjadi, Militant politique et associatif

48- Youcef Djaroun , Juriste/Militant

49- Farhat Sadoudi, Avocat/ Militant des droits humains.

50- Boussad Chihaoui, Militant/ Syndicaliste

51- Belkacem Goubrini, Militant / Syndicaliste

52- Dahmane Louni, Militant /Syndicaliste

53- Toufik Galleze, Militant politique

54- Chaffa Zouaoui, Universitaire

55- Mougari Essaid, Militant politique

56- Salah Chaieb, Architecte /Militant associatif

57- Chouali Hamid, Militant Associatif

58- Yacoub Arezki, Etudiant/Militant Associatif

59- Rezki Nebbali, Etudiant Militant associatif

60- Rachid Zerdoudi, Architecte /Militant

61- Idrici Basma, Enseignante/ Militante

62- Abderahmane Nait Ikene, Militant politique

63- Hammad Hamza, Architecte /Etudiant

64- Fateh Hocine, Militant /Syndicaliste

65- Ould Matok Ouali, Militant politique.


Nombre de lectures : 2591
16 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Hamid Belaïd
    25 décembre 2017 at 18 h 27 min - Reply

    Eh oui ! La meilleure phrase qui est à retenir dans ce appel c’est : « Tamazight n’est pas seulement une revendication identitaire et linguistique mais elle est également une revendication politique et démocratique. »

    Il faut que tous les algériens, qu’ils soient arabes, berbères, musulmans pratiquants ou pas, acceptent la revendication identitaire amazigh comme une des causes du combat pour la démocratie politique en général dans notre pays !

    Il faut simplement éviter pour l’instant une chose : ne pas entrer dès à présent dans le jeu du pouvoir central en évoquant la question de la transcription de cette langue en caractère latin ou arabe ou en Tifinagh, car çà ne fait que le jeu du pouvoir et çà retarde le processus ! S’il est vrai que chez les kabyles il y a eu beaucoup de travaux faits avec la transcription en alphabet latine, les Mozabites préfèrent la transcription en alphabet arabe et les Targui du sud utilisent carrément le Tifinagh, qui est le vrai alphabet originel de cette langue !

    Luttons d’abord tous ensemble pour que cette revendication soit gravée solidement et définitivement dans le marbre de l’identité trilogique algérienne (amazighité, arabité, islamité). Il faut faire continuellement pression sur ce pouvoir afin que des moyens matériels et financiers conséquents soient dégagés pour son enseignement et dès aujourd’hui , (quelque soit l’alphabet utilisé). Il faut aussi dégager des moyens matériels et financiers conséquents pour les travaux de recherche académique, technique, scientifique et historique avec le Budget de l’Etat. Et oui, dans tous les pays du monde, c’est l’Etat qui protège et développe son patrimoine matériel et culturel. La langue et la culture berbère est mise sous le paillasson de l’histoire par le pouvoir algérien d’aujourd’hui et par les pouvoirs coloniaux français et ottoman d’autrefois !

    PS : Mon point de vue sur la question de la transcription.

    1/- il faut que ceux qui sont déjà engagés et avancés dans leurs travaux sur Tamazight transcrite en alphabet latin (notamment en Kabylie et dans les Aures), continuent leur recherche, leurs travaux et leur militantisme sur le plan politique, sur le plan de son enseignement, sur la création de moyens pédagogique (dictionnaires, publication de livres selon les niveaux scolaires, etc…etc…) en attendant la solution politique définitive et ce, même si le pouvoir continue de refuser d’accorder des moyens financiers conséquents.

    2/- il faut que ceux qui font la même chose en Tifinagh ou en arabe continuent eux aussi de leur côté dans leur direction, avec autant de militantisme et d’engagement, dans leur recherche académique.

    3/- Anthropologiquement parlant, l’alphabet le plus authentique et originelle est le Tifinagh mais il faut là aussi que les travaux soit démultipliés car on est très en retard sur le plan de la production dans cet alphabet!

    4/- le jour où les berbères d’Afrique du Nord (donc pas seulement les Kabyles ou les autres berbères d’Algérie) auront discuté ensemble de leur langue, de son avenir alors il sera possible d’utiliser des moyens modernes actuels (informatique, logiciels, etc..etc..) qui créer et établir des ponts, des traductions ou des passages pour passer d’un alphabet à un autre.

    5/- donc n’allons pas trop vite, allons étape par étape, step by step, et n’écoutons pas ces sirènes qui bloquent ce processus. Il faut arriver à faire pénétrer dans « el moukh » (la cervelle) du pouvoir de 1962 que la langue et la culture tamazight fait partie intégrante de l’identité algérienne à côté de l’arabe et de l’islam et sans parti pris ou avantage pour l’une par rapport à l’autre !

    On en a marre de l’absolutisme, du totalitarisme, du centralisme, du dirigisme de ce pouvoir algérien de 1962 et de son mépris envers le peuple algérien en général!

    Bon courage à tous mes frères algériens et restons vigilants. Restons unis face à ces dinosaures et troglodytes qui ne sont là que pour gérer d’abord la rente à leur profit immédiats, eux, leurs familles et leurs clans ! Pardon d’avoir été trop long !




    10
  • M.Bous
    25 décembre 2017 at 22 h 27 min - Reply

    Depuis 1962 et nos énergies , nos ressources de tout genres , notre temps et nos combats sont semés au quatre vents sans positif retour espéré … De la révolution agraire a la révolution culturelle et de la révolution industrielle a la révolution démocratique , maigres acquis et plein de frustrations et de désappointements … restructuration apres une autre , réajustement suivi de révision … tant d’efforts , de temps et d’argent mis en oeuvre pour rebrousser chemin en mi chemin et reprendre un autre … Pourtant n’était-il pas plus facile de voir ceux qui ont réussis autour de nous et faire comme eux … en sorte juste copier … comme tout le monde fait , comme toute les civilisations le font avec si l’on veut une touche personnelle ( culturelle ou religieuse )… copier les sciences , le savoir faire , le civisme , l’organisation politique et sociale … copier le vivre ensemble , le comment vivre en ville … et aussi copier comment avoir une langue nationale qui nous facilitera la tache , nous unira , notre dénominateur commun , en gardant tous nos autres dialectes et langues qui sont une richesse meme s’ils sont des centaines comme c’est le cas en Inde … pourquoi ne pas copier la France sur le probleme de la langue ? pourtant on l’a copie dans nombre de choses mesquines et inutiles … Il y a bon nombre de pays qui réussissent dans bon nombre de domaines , quelle est la différence entre nous et eux ? … Dans une décennie ou un peu plus , nous aurons notre langue amazigh  » éprouvette  » qui ne ressemblera pas a nos dialectes et leurs « Bena  » et originalité … on sera fiers et  » les zomes  » , on se saoulera de  » hommes libres  » et  » biled el mouazizettes  » … on fera un bout de chemin ensemble … sans le finir , on ira chercher un autre chemin a conquérir , pour prouver aux autres qu’on est uniques , authentiques , des  » cheminateurs  » infatigables , vieux comme le monde , habitants du nord de l’Afrique depuis plus de 10000 ans et tout ce qu’on a « construit » est témoin ! …




    3
    • fatma
      26 décembre 2017 at 15 h 31 min - Reply

      Je dois vous préciser d’abord une chose importante pour moi, je vous dis tout haut que vous avez tout à fait le droit de faire le commentaire que vous voulez, par conséquent vous avez le droit d’être contre la langue Tamazight, mais s’il vous plait ne vous donnez pas toute cette peine pour tourner au tour du pot. Sachez une bonne fois pour toute que les gens qui sont porteurs de cette identité et qui sont jaloux de cette langue ancestrale ne sont pas dupes, ils sont même bien vaccinés contre ce genre de discours sournois. Ils ont eu à faire par le passé à la mort, à la torture, à la prison, à toutes sortes de menaces, d’injures, de railleries et de brimades mais ça ne les a pas du tout empêché d’avancer bien au contraire, ils ont doublé d’efforts. Le train est en marche non déplaise aux détracteurs, il y a eu déjà des acquis, il y en aura d’autres In cha Allah.
      Voyons maintenant ce que vous dites dans votre commentaire, c’est le votre et tout le monde peut le vérifier.
      Vous commencez dans le premier tiers de votre commentaire, par regretter les échecs de notre pays dans tous les domaines, tous ces efforts consentis pour de maigres acquis et pleins de frustrations dites-vous. Jusqu’ici je ne vois pas la faute de Tamazight et en quoi elle a retardé le pays puisqu’elle était interdite, d’ailleurs un extrémiste de l’autre bord vous aurait dit que c’est justement l’arabe et les baathistes qui sont responsables de ce retard.
      Vous remontez donc jusqu’à 1962, sans pour autant préciser que cette date représente pour les Algériens, tous les Algériens un événement inédit et inespéré c’est-à-dire L’INDEPENDANCE de notre pays arrachée au prix d’un million et demi de combattants tombés au champ d’honneur. Vous ne dites pas non plus que cette indépendance qui a été chèrement acquise a été DETOURNEE son objectif principal par une bande de voyous criminels planqués dans les frontières pour la CONFIQUER à ce jour. Vous passez sous silence tous les crimes commis par ces bandits et la dictature qu’ils ont instaurée depuis cette date, vous ne citez personne, vous ne leur imputez pas ces échecs, pourtant c’est eux qui avez les rênes du pouvoir, ce sont eux qui se sont accaparés de touts les richesses du pays et qui ont enlevé à ce peuple l’amour de leur nation.
      Dans un deuxième tiers de votre commentaire, vous vous demandiez pourquoi n’avons-nous pas copié les autres pays dans divers domaines je vous cite : « n’était-il pas plus facile de voir ceux qui ont réussis autour de nous et faire comme eux …». Mais monsieur, le peuple Algérien n’avait pas le droit à la parole, ce sont les dictateurs de l’époque qui ont en effet copié le socialisme yougoslave, cubain etc.. Pour l’économie, le KGB russe et la Securitate Roumaine pour la police politique et l’Egypte pour l’arabisation. Le peuple n’a rien copié, il a subi les agissements des gouvernants et le résultat vous le connaissez.
      Mais le comble c’est lorsque vous dites : « pourquoi ne pas copier la France sur le problème de la langue ? ». Je vous dirai d’abord qu’il faut être conséquent avec vous-même, ou bien ce pays est derrière tous les malheurs des Algériens ou bien c’est au contraire un exemple à suivre. N’est-ce pas les berbéristes qui sont habituellement traités de Hizb França ? Là je ne comprends plus rien, vous me déroutez, il faut savoir ce que vous voulez. Mais passons, au lieu de nous suggérer de copier la France dans ce qu’elle a de meilleur, par exemple, l’agriculture, certaines technologies de pointe, la médecine, l’aéronautique etc… vous n’avez rien trouver de mieux que son plus mauvais coté c’est-à-dire son Jacobinisme qui fait d’elle le seul pays d’Europe, fermé, centralisateur avec un président détenant de vastes prérogatives. Vous ne citez pas, la Belgique, Suisse, le Canada, l’Inde, l’Afrique du Sud et bon nombre de pays qui vivent en harmonie totale et qui disposent de plusieurs langues officielles et de plusieurs dialectes sans que cela nuise en quoi que ce soit à la bonne marche de ces pays. Vous ne parlez pas du fédéralisme de l’Allemagne, du Canada, des Etats unis, de l’Argentine, des Emirat Arabes Unis, de l’Inde, du Mexique, de la Russie, du Brésil, de l’Autriche, de la Suisse etc. il y en a 26. Il est inutile de préciser ici que tous ces pays sont riches et le fédéralisme y est certainement pour beaucoup.
      C’est donc à travers le Jacobinisme Français que vous vous appliquez dans le troisième tiers de votre commentaire à détruire tous les efforts entrepris jusqu’ici et tendant à réintroduire notre langue Tamazight dans sa terre natale l’Afrique du nord. En fait, vous avez lâché le morceau, vous ne voulez pas de cette « langue amazigh éprouvette », vous pensez qu’on se saoulera de «hommes libres» etc..etc..etc..
      Je vous disais tout à fait au début de ce commentaire que vous avez le droit d’être contre Tamazight, mais séchez que nous les Amazighophones, avons AUSSI ET BIEN ENTENDU le droit absolu de rejeter l’arabe et l’arabité, c’est simple comme bonjour. Alors est-ce que c’est cela que vous voulez ? De toutes façons ils y a beaucoup de gens qui comme vous ou pires le disent directement et sans détours, en face il y a aussi des gens comme ceux du MAK qui répondent de la même manière. Ces deux groupes d’individus sont extrêmement nuisibles à notre pays, les uns sont victimes des discours baathistes et hégémoniques véhiculés depuis des lustres par les dictateurs du pouvoir, les autres sont poussés par une réaction négative et extrémiste de rejet de tout ce qui est lié à la langue arabe en pensant défendre de la langue Tamazight.
      C’est un combat contre ces deux groupes fascistes qu’il faut mener pour la sauvegarde de notre pays.




      17
      • Messaoud
        27 décembre 2017 at 13 h 20 min - Reply

        Merci madame pour votre commentaire, je suis moi-même arabophone et je suis désolé pour ce que dit ce M.Bous et ceux qui lui ressemblent, il y a en effet des racistes comme ça dans les deux camps. Je sens par contre que vous êtes une dame (ou demoiselle) honnête qui aime son pays l’Algérie, je suis entièrement d’accord avec tout ce que vous dites même s vous me semblez énervée. Il y a de quoi mais sachez que tous les vrais patriotes et les vrais Algériens savent que nous sommes tous des Amazighs, les pouvoirs successifs qui détruits le pays ont tout fait pour nous diviser, mais maintenant les gens commencent à se rendre compte de ce tactique diabolique « Diviser pour Régner ». Alors ne vous en faites pas ne dit-on pas les chiens aboient, la caravane passe ?




        5
      • M.Bous
        27 décembre 2017 at 23 h 03 min - Reply

        @ fatma , en fait vous avez été trop longue a éxpliquer ce que je ne suis pas … ou bien vous n’avez pas bien lu mes quelque phrases ,ou bien vous étiez a la recherche de quelqu’un qui ne pensait pas comme vous … eh oui ! personne ne pense comme l’autre, la nature des choses l’a voulue ainsi … ceux qui réussissent et qui réussiront toujours n’ont pas fait de miracles , simplement ils acceptent la diversité … ils s’attablent , ils discutent sans patient ni agressivité , ils définissent leurs interets mutuels ,ils mettent un plan et ils prennent la route sans perdre de temps … ceux comme nous helas ou chacun pense qu’il détient l’absolu ,resteront toujours a la traine , en marge de l’effort humain , consommateur de restes nuisibles produits par d’autres civilisations … Ni le pouvoir a su tenir le pas , pourtant il est militaire , ni le citoyen a su mettre ses déchets ménagers dans une poubelle … l’arabophone n’arrive pas a parler l’arabe, le berbere ne s’exprime pas dans sa langue maternelle meme en famille , le françisant  » casse  » son français , l’islamiste n’a gardé de l’islam que la barbe et le kamis , le berberiste n’est plus algerien plutot kabyle … et pour s’exprimer sur un forum , il faut d’abord demander la permission et s’éxcuser d’avance a ceux qui ne seront pas du meme avis … militants de la démocratie et des droits de l’homme de la derniere heure … Non ! je ne veut pas d’une langue éprouvette que ma mere ne comprendra pas ! Je garde mon dialecte Chaoui avec sa  » bena  » et son originalité … Je veux rester authentique … avec votre permission peut-etre ! …




        2
  • lhani
    26 décembre 2017 at 16 h 17 min - Reply

    Même si il existe dans cette liste des signataires des gens respectables cependant je ne comprends rien!!!! le tamazight l’amazigt tergui mzab etc…des? je ne sais pas si on peut les qualifier de langue a 100%? sont déjà parler dans leurs régions depuis pratiquement tout le temps, boumediènne a sauvé ce patrimoine cassé par la France! vous faites de la politqiue ? quelles qont vos revendications autre que le tamazight?! il faut juste rappeler l’arabe est parler dans 40pays avec si on compte la malaisie l’indonisie etc…500millions d’habitants, le tamazight existe déjà il est bien comme il est! svp si vous êtes des ingénieurs médecins etc..aller crée quelques choses vous avez beaucoup de temps n’est exploité bonne chance..




    2
    • Hamid Belaïd
      26 décembre 2017 at 19 h 08 min - Reply

      Cher @lhani , juste pour remettre les pendules à l’heure, en Malaisie on parle le malaisien qui est la langue officielle et qui est utilisé par la moitié de la population. cette langue n’a rien à voir avec l’arabe ! Les autres citoyens parlent, selon leurs origines, le Hindi, le Tamoul, le mandarin etc… etc…!

      Cher @lhani, juste pour remettre les pendules à l’heure,l’Indonésie est l’un des plus grands réservoir linguistique du monde ! Les Indonésiens parlent la langue indonésienne qui n’a rien à voir avec l’arabe ! Ils utilisent aussile Malais, et plusieurs autres langues malayo-polynésienne ou austronésiennes qui elles aussi n’ont rien à voir avec l’arabe. Ce pays a aussi une multitude de langues vernaculaires, mais l’arabe n’en a jamais fait partie, du moins à ma connaissance!

      Où vous avez lu qu’en Malaisie ou en Indonésie on parle l’arabe ???




      12
      • lhani
        27 décembre 2017 at 16 h 34 min - Reply

        La en effet, je viens de confirmer que le problème en Algérie n’est celui de l’insuffisance intellectuelle mais bien au delà de ça il s’agit d’un problème de culture et d’ouverture surtout envers les autres!
        Cher@Belaid : je ne vous reproches pas vos connaissances linguistiques ou littéraires, vous aviez peut-être lu sur les civilisations indonnisienne et malaisienne? Mais la pratique c’est autre que la théorie dans ma vie j’ai e la chance de côtoyer aussi des gens venant de ses pays, ils étaient avec moi dans la même cité! on préparaient même a manger les bénin « sfenge chez nous » pour les indonnisiens! je peut vous confirmer aujourd’hui parmi tous ses étrangers présent je fus le seul a comprendre un peu ce qu’ils racontaient car ils utilisaient l’arabe; très peu c’est vrai mis je les comprenaient, ressemble un peu au kabyle de Draâ el mizène qui pale aussi l’arabe;




        2
    • fatma
      26 décembre 2017 at 20 h 47 min - Reply

      Voyez-vous monsieur, dans la vie il y a ceux qui sont optimistes et d’autres au contraire qui véhiculent le pessimisme pour ne pas dire la haine. J’ai bien peur que vous aillez malheureusement un penchant pour la deuxième catégorie. Vous n’essayez pas en effet de comprendre pour construire, pour aider pour aller de l’avant, bien au contraire, vous vous forcez à inventer des arguments pour ralentir le processus et tuer l’oiseau dans l’œuf.
      Si vous ne souhaitez pas participer au développement de cette langue, ce qui est votre droit le plus élémentaire et d’ailleurs personne que je sache ne vous force la main pour le faire, alors dites moi un peu pourquoi vous vous donnez toute cette peine pour la dénigrer.
      Dans votre commentaire vous avouez ceci, je vous cite : «Je ne sais pas si on peut les qualifier de langue à 100%? » Si vous ne le savez pas, allez vous documenter, lisez, cherchez à comprendre mais ne répondez pas vous-même à votre propre question, vous conviendrez que c’est idiot. Alors, pour votre information, je vous fais savoir que les linguistes (les spécialistes des langues) ne font aucune distinction entre les langues et les dialectes, pour eux c’est du pareil au même, du moment que les gens qui les utilisent communiquent entre eux et se comprennent aisément, même les milliers de variété d’oiseaux se parlent et se comprennent. Le statut de dialecte tient souvent plus à des motifs politiques qu’autre chose, sur le plan strictement scientifique (linguistique interne), il n’existe pas de critère universellement accepté permettant de distinguer un dialecte d’une langue. Des linguistes éminents (comme Ferdinand de Saussure, fondateur de la linguistique moderne) ont émis des réserves sur la validité de la distinction entre les deux notions sur le plan scientifique. A ce titre le célèbre linguiste Max Weinreich avait une citation célèbre pour souligner l’arbitraire de la distinction entre langue et dialecte, il disait : « Une langue est un dialecte avec une armée ». En d’autres termes et en réalité la langue n’est que le dialecte que le pouvoir a choisi pour communiquer avec le peuple. Vous n’avez qu’à voir ce qui se passe en Algérie, l’Arabe classique qui est considérée comme langue n’est en réalité parlée que par le pouvoir (à la radio et à la télé), le discours liturgique dans les mosquées et à l’école (obligatoire) si non dehors 100% des Algériens parlent la daridja avec ses variétés ou le Tamazight avec ses variétés.
      J’ai failli oublier la meilleure, la belle, la plus belle, à vrai dire j’ai entendu toutes sortes de bêtises sur ce sujet mais celle-là elle est inédite : « Boumediene a sauvé ce patrimoine cassé par la France! » Extraordinaire, fantastique. Voyez-vous il est vrai que le ridicule n’a jamais tué personne, comment avez-vous imaginé cette connerie. Vous auriez pu inventer n’importe quel personnage, même l’Emir Abdelkader ça passerait mais Boumediene, comme même pas celui-là l’ennemi juré de Tamazight. Même si je ne le porte pas dans mon cœur, je dois reconnaitre que c’est sous le règne de Boutef que la question a quelque peu avancée.
      Par ailleurs vous dites que l’arabe est parlé dans 40 pays avec si on compte la Malaisie l’Indonésie etc…500 millions d’habitants. C’est bien mais quel est le rapport ? Quelqu’un a dit le contraire ? Non, quelqu’un a-t-il fait le parallèle entre ces deux langues ? Non, ce sont deux langues sœurs du même pays qui ont cohabité depuis des siècles, sauf que lorsque votre criminel Boumédiene a usurpé le pouvoir, il a commencé à s’attaquer à cette langue ancestrale et à la combattre par tous les moyens dont il disposait.
      Vous êtes à coté de la plaque, ce n’est pas normal d’être aussi haineux que ça. Tamazight a ses enfants qui la porteront à la place qui lui sied, la minorité de racistes qui lui mettent les bâtons n’y peuvent rien sauf qu’ils encouragent un autre courant aussi extrémiste qu’eux le MAK, mais tant qu’il y a de vrais patriotes ces deux courants ne réussiront jamais.
      Sans rancune




      12
      • Moussa
        27 décembre 2017 at 14 h 50 min - Reply

        @fatma, Bonjour
        Je constate dans vos divers commentaires très instructifs d’ailleurs, que non seulement vous êtes très bien éduquée mais aussi lettrée, vous ne dites pas n’importe quoi. Malheureusement vous vous cassez trop la tête à expliquer des concepts très importants et sensibles à la fois comme le respect de l’autre, la démocratie, la laïcité etc… à des gens qui n’en veulent pas. C’est cela l’Algérie d’aujourd’hui, la plupart de nos frères Algériens se nourrissent du foot, du Rai et des insultes. Ce n’est pas de leur faute, c’est l’école de Benbouzid, ils ont la haine de la femme, de tout ce qui est beau et surtout de l’instruction, de l’histoire et de la culture en général. D’ailleurs, il n’y a qu’à voir le monsieur Boulmarteau de Sétif et les commentaires qui ont suivis vous serez édifiée. La question de la langue Tamazight, est une question d’experts et non de racistes arabophones ou racistes berbérophones ou même les gens neutres. Cette question sera résolue un jour ou l’autre, il est vrai qu’il lui faut du temps et des moyens, mais c’est notre histoire et notre identité à tous on ne doit pas la laisser tomber et encore moins la combattre. Mais il ne faut pas la laisser non plus entre les mais des séparatistes du MAK.




        5
      • lhani
        27 décembre 2017 at 16 h 52 min - Reply

        Bonjour Fatma Mais qu’est ce que vous racontez?! optimiste pas optimiste mais il s’agit de faire quoi exactement dans ce sujet?! Bon! on va commencer par Boumediènne car vous le traiter de Criminel!!!! voila ce qu’il a fait ce Criminel : un barrage vert de 5000km Pour vous mettre a l’abri des sables du Sud! selon beaucou de psychologues un criminel ne peut en aucun cas être vert, boumediènne à l’époque fut le seul qui croyait a son idée!le temps a démontré qu’il n’a pas tord!Vous investissez trop Madame! vous avez fait Science Po? vous me rappeler quelqu’un! revenant maintenant a votre premier commentaire et le fédéralisme, je vous confirme que l’algérie a toujours été fédéral depuis l’indépendance d’un manière direct ou indirecte, les kabyles ont parler kabyle, idem pour les m’zab, chaoui, tergui et autres!que se soient boumedièenne ou chadli bouteflika ont respectés la démarche « chacun dans son coin » maintenant si vous parler du fédéralisme législateurs comme en Canada, allemagne Suisse un peu en Russie etc…la en fait, il s’agit d’un très petit autonomie d’une région canton etc..c’est à dire ses divers régions cités ont le droit a un budget allouer par la confédération et aussi partagent ensembles les bénéfices des banque comme en Suisses par exemple,ont aussi une seule constitution un seul code pénal et un seul code civil! donc tout le monde est égale: pourquoi vous vous ne battaient pas en ce sens???!! excusez moi quand je vais a tizi je dois sortir mon dictionnaire!!!? je ne comprends pas l’initiative de votre démarche! je préfère une révolutions contre les corrompus au pouvoir!Bonne chance….




        3
        • Hamid Belaïd
          27 décembre 2017 at 18 h 18 min - Reply

          @lhani, pardon de vous le dire cher compatriote mais il y a trop de termes, de concepts imprécis ou mal définis ou qui s’entrechoquent dans votre tête, ce qu’il fait que le débat est difficile avec vous !

          Avec tous mes respects !




          9
        • fatma
          27 décembre 2017 at 19 h 05 min - Reply

          @lhani
          Bonsoir monsieur, je suis désolée mais vous mélangez tout, vous ne maîtrisez pas les concepts que vous utilisez, je ne vous reproche pas votre niveau, mais pourquoi donc vous vous mêlez des choses qui vous dépassent. Vous savez, nos parents étaient doués d’une grande sagesse, ils ne se mêlaient jamais des choses qu’ils ne comprenaient pas, vérifiez le, voyez si votre maman parle de physique nucléaire, de nanotechnologie ou de Géni génétique, eh bien de nos jours n’importe quel ignorant va vous parler de ça et plus que ça. A vrai dire c’est cela notre vrai problème. En ce qui me concerne c’est mon dernier commentaire et excusez ma franchise.
          Sans rancune




          7
          • lhadi
            28 décembre 2017 at 10 h 11 min -

            Désolé Fatma mais ma maman me disait toujours que le célèbre Eistein que vous apprécier et vous le donner souvent en exemple dans vos commentaire, me disait qu’il a volé un travaille d’un autre qu’il aurait peut être tuer? qu’est ce qu’on sait dans ses années 20 30…a plus fatma.




            2
  • Un Salhi,un berbère
    27 décembre 2017 at 20 h 00 min - Reply

    Sauf contraire où il faut exhiber un exemple, dans aucun pays au monde il n’y a plus d’une langue officielle globale, au sens répandues ou véhiculées ou usitées sur tout le pays ou l’Etat.
    Deux langues officielles en parallèle n’existent pas.
    Une langue globale et d’autres langues officielles locales ou régionales existent cependant.
    La Suisse est un pays à trois langues officielles, le Français, l’Allemand et l’Italien. Pas d’une façon impérative, mais à Genève on doit parler le Français, à Zurich, on doit parler Allemand et à Lugano, on doit parler Italien.
    Même cas en Belgique, où deux langues sont officielles, le Wallon (version du français),le Flamand (néerlandais) et même l’allemand à l’est de la Belgique. Je crains le chauvinisme!
    Jean Paul Sartre suggérait de ne pas avoir honte de demander la lune.




    4
    • lhadi
      28 décembre 2017 at 10 h 05 min - Reply

      pardon de vous corriger mais la Suisse a 4 langues officielles; vous oublier le romanche qu’on parlent aussi dans les grisons considéré comme une langue nationale




      2

    Congrès du Changement Démocratique