Édition du
22 January 2018

Algérie: une ambiance de fin de règne plombe le décollage économique

https://fr.sputniknews.com

Safwene Grira

Les mesures d’austérité qui frappent l’Algérie en disent autant sur la situation économique que politique du pays. Confrontée à la fois à une crise économique masquée et aux spéculations sur l’état de santé du Président et ses intentions de se présenter pour un cinquième mandat, Alger peine à redresser la barre.

Une liste de 900 produits interdits à l’exportation, un gel qui frappe les recrutements dans la Fonction publique, une course à la privatisation des fleurons de l’industrie du pays, l’Algérie vit une crise économique qui refuse de dire son nom.

Pourtant, c’est bien avec un sentiment de soulagement que les Algériens apprenaient, en début de semaine, que leur déficit commercial avait été réduit de 31%. «C’est essentiellement l’effet mécanique de la remontée du prix du pétrole et la légère augmentation des volumes des exportations d’hydrocarbure», nuance Anisse Terai, ancien enseignant à Sciences Po Paris et économiste algérien:

«Les importations n’ont pas cessé d’augmenter ces dernières années et elles se sont stabilisées en 2017. C’est toutefois une variable exogène, l’augmentation du prix du baril, qui a permis de réduire le déficit de la balance commerciale et non pas l’action gouvernementale», tempère Anisse Terai.

C’est plutôt un certain retour au statu quo ante pour ce pays dont l’économie est basée sur les hydrocarbures, pays qui a connu la tourmente à l’été 2014, quand le prix du baril a été divisé par deux. Les exportations d’hydrocarbures atteindront 31 milliards de dollars à la fin 2017, soit une hausse de trois milliards par rapport à 2016, d’après le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya.

Hasard du calendrier (ou pas), l’annonce de la réduction du déficit était concomitante avec une intervention du ministre du Commerce, qui rappelait que 2018 se plaçait sous le signe du serrage de ceinture.

Près de 900 produits seront interdits d’importation, dont des fruits secs, fromages, légumes frais, viandes, mais aussi des intrants industriels. Une mesure qui n’est que «symbolique, qui n’aura pas d’impact réel sur l’économie.» Elle serait même «contre-productive», critique l’économiste algérien:

«Ces produits ne représentent, tout au plus, que 2 milliards USD [1,66 milliard d’euros, ndlr]. Une part anodine de la facture totale des importations. L’autre facette de cette mesure, c’est que la production locale ne va pas améliorer sa qualité et sa compétitivité, puisqu’on aura supprimé toute concurrence internationale.»

Cette liste serait même appelée à être revue à la hausse, redoute l’économiste, «au gré des caprices de certains oligarques qui souhaiteront que la réduction de la concurrence se fasse au bénéfice de leurs produits» et aussi «à la baisse sous la pression de certains barons de l’importation».

Manifestation de cette ambiance de fin de règne qui plane sur l’Algérie, la course effrénée de clans proches de certains cercles du pouvoir, à «la prédation insatiable». C’est dans ce sens qu’il convient de lire les marchés de PPP (Partenariats-Public-Privé), ou même, certaines privatisations, d’après l’ancien enseignant à Sciences Po Paris, qui rajoute que

«Les acteurs économiques sont sclérosés de peur de se lancer, de mettre en pratique les projets et les idées qu’ils peuvent avoir. Il y a une absence totale d’initiative économique de leur part, due à cette ambiance. Plutôt que d’une liste de restrictions d’importation, c’est une vision économique et l’amélioration qualitative du climat des affaires dont a besoin l’Algérie. Cela passe aussi par la simplification des procédures administratives et la transparence des marchés publics, l’État restant le premier donneur d’ordre du secteur privé en Algérie.»

Élu en 1999, le président Abdelaziz Bouteflika est fortement diminué. À 80 ans, ses apparitions publiques sont réduites et ses prises de parole encore plus rares depuis l’accident vasculaire cérébral dont il a été victime en 2013.

​C’est sur un fauteuil roulant qu’il est allé, en avril 2014, prendre part au scrutin présidentiel, au terme duquel il a été élu pour un quatrième mandat consécutif. Aujourd’hui, le flou règne quant à ses intentions d’en briguer encore un autre. Une période de fin de règne qui pourrait durer quelques mois ou quelques années…

​​«Entre temps, c’est la course contre la montre pour les clans qui gravitent autour de lui, et ce n’est jamais sans arrière-pensées», résume Anisse Terrai.

Mais des contre-pouvoirs sérieux existent «pour limiter la casse», selon l’économiste. Si l’intervention en décembre 2017 du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a permis en dernière minute de retirer du vote un projet de loi pouvant déblayer le terrain à la privatisation de certaines prérogatives de l’opérateur historique Algérie Telecom, la Grande muette sait toujours jouer les derniers remparts.

«La nouvelle génération d’officiers généraux et d’officiers supérieurs de l’ANP (Armée Nationale Populaire) est différente de celle qu’on a connue dans les années 90. Ces militaires ont compris qu’il ne leur revient pas de gouverner le pays.
Ils sont conscients de leur incapacité à gérer les affaires politiques, économiques ou sociales de l’Algérie. Ils se recentrent désormais sur leur vocation originelle qu’est la défense nationale. Pour autant, ils ne laissent pas passer certaines choses quand ils estiment que la sécurité nationale ou les intérêts stratégiques de l’Algérie sont menacés.»

Dans les années 2000, c’est une levée de boucliers nationale qui avait permis de sauver le joyau de l’industrie pétrolière Sonatrach. Employés, syndicats, médias, toutes les forces vives de la nation avaient contribué à faire échouer un projet de loi devant aboutir à la privatisation du géant pétrolier et du sous-sol.

«L’ANP et les corps de sécurité n’étaient pas loin non plus», précise Terai, avant d’ajouter que «l’armée rentrée dans les casernes, les élites doivent prendre leurs responsabilités pour offrir des options politiques démocratiques aux Algériens» et il conclut, citant Frantz Fanon:

«Chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, la remplir ou la trahir.»


Nombre de lectures : 1397
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Hocine
    30 décembre 2017 at 21 h 03 min - Reply

    les personnes qui privatisent des sociétés algériennes Etc. , ma pensée ils-elles n’aiment pas l’Algérie ni son peuple ni sa jeunesse !




    0
  • Hychem Zaidi
    1 janvier 2018 at 2 h 47 min - Reply

    Seigneur !!! Quand est-ce que l’Algérie se débarassera de ces traîtres ??? Ali Haddad un analphabète multilingue, Sidhoum Saïd l’archétype du criminel ignorant est cynique, Tahkout ce marchand de légumes sans foi ni loi,devenu milliardaire par la grâce des Boutef, Kouninef qui se nourrit du sang du peuple algérien grâce à l’amitié de son père avec Boutef sénior et tous ces nouveaux riches que d’aucun appellent l’oligarchie ou nouvelle bourgeoisie. Ces étranges personnes n’ont rien à voir avec les vocables d’oligarchie et encore moins de bourgeoisie. Toutes les grandes bourgeoisies du mondes mènent des politiques économiques sous-tendues par une idéologie et disposent de stratégies redoutables pour prospérer et croître. Chez nous ils font exactement l’inverse. Ils détruisent absolument tout sur leur passage. Ils n’ont ni conscience, ni savoir vivre, ni savoir faire, ni connaissances et sont surtout sans cœur. Un jour le peuple algérien se réveillera en allant puiser la solutiin finale dans sa mémoire. Les gouvernements Français qui se sont succédé à croyaient eux aussi que l’Algérie serait éternellement française. Les nouveaux bachaghas seront chassés comme leurs ancêtres les gaulois avant eux.




    2
  • Congrès du Changement Démocratique