Édition du
24 February 2018

DECIDEMENT, LA CRISE EST NEE DE LA MAUVAISE GESTION DES BUREAUX DE L’ETAT CIVIL DE LA COMMUNE D’ORAN

 

Qualifié de gestion opaque et gabegique par les citoyens oranais, le fameux service public de l’état civil de la commune d’Oran ne cesse de faire parler de lui. « C’est un véritable goulot et un véritable monstre bureaucratique », s’insurge sur un temps fou furieux une citoyenne victime d’absence de mention légale dans son acte de naissance. « Décidément, la crise est née de mauvaise gestion des bureaux de l’état civil, surtout du dysfonctionnement de la qualité de service de son personnel », nous rétorque, d’un autre coté, un sexagénaire déçu, quand-à-lui aussi, par une erreur de mention liée à la négligence dans la tenue des registres.

L’APC d’Oran est l’une des descriptions qui confirme l’échec total sur le plan de sa gestion administrative face aux procédures les plus tentaculaires, et les services de l’état civil sont justement l’un des sujets évoqués, aujourd’hui, dans cet article malgré l’amélioration et la modernisation du système d’identification administrative qu’on a récemment informatisé.

Témoin d’une scène quelque peu grotesque ayant été déroulée la semaine dernière au sein des services de l’état civil de Medina Djedida. Entre 10h et 11h du matin, une longue file de citoyens attend pour se voir délivrer leurs documents originaux de divers types, quand soudain les trois guichets situées au comptoir « numéro 13 » se vident, l’une pointe et l’autre décampe sous l’œil complices des responsables. L’attente dure et les gens commencent à s’impatienter. Ni agent et ni conseiller pour rassurer ces derniers. Tantôt sourire, tantôt rire jaune, tantôt nerfs à vif, et tout le monde se manifestent, la colère monte, et ceux qui dirigent ils s’en foutent. « À qui faut-il s’adresser pour déclarer un décès? » se plaint, encore, un quadragénaire bouleversé par le deuil de son père.

On nous a habitué à ces conditions abjectes et inhumains, tant et si bien, que notre conscience à assimiler cet état de fait en estimant que c’était normal, comme partout. Certes et malheureusement, c’est limage affligeante d’un aspect de la réalité quotidienne et le vécu du citoyen algérien. Pourtant une mise en service des registres nationaux d’état civil a permis désormais au citoyen de se faire délivrer, où qu’il soit, et par voie informatique et rapide, son document sollicité. A-moins-que le personnel en charge est incapable d’en assumer sa responsabilité.

Est-il nécessaire de mettre en place à l’avenir un comité de surveillance au sein des services publics de l’état civil pour contrôler l’incontrôlable et d’éviter le chaos qui menace cet établissement, est-il possible, encore, de mettre fin à ce dysfonctionnement lié à l’insuffisance de compétences…!? La situation qui prévaut dans les bureaux de l’état civil pour le recensement et la délivrance des pièces administratives nécessaires à l’existence de base des gens a atteint le seuil de l’intolérable, comme c’est le cas malheureusement du centre de Medina Djedida où le siège se transforme en une industrie alimentée par des petits chefs qui abusent de leur petit pouvoir de nuisance pour empoisonner nos vies déjà assez dures avec l’anarchie qui règne dans ces lieux.

Enfin, ce n’est ni la première, et ni la dernière fois, que l’on enregistre ces multiples scandales qui secouent le bureau des services de l’état civil de la commune d’Oran. A qui appartient le pouvoir exécutif ici, qui décide ici, et contre qui se plaindre..!? à-moins qu’il existe un maire qu’on a élit et qui sera en mesure de finir avec ces fléaux qui gangrènent la société.

Par : Nour El Yakine FERHAOUI


Nombre de lectures : 1972
11 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Tarak
    2 février 2018 at 0 h 19 min - Reply

    Bonsoir

    La Mairie centrale d’Oran incarne la bêtise, la médiocrité et la régression, jugez en!. Une dame agée se présente pour corriger son fameux S12 car elle était portée célibataire malgré ses trentes années de mariage avec enfants, présentation de l’acte de mariage, livret de famille, extraits de naissances du mari etc. Enfin elle fit délivrer son fameux S12. Arrivée à la maison et aprés lecture soigneuse de celui-ci, elle découvre qu’elle a changé de sexe, elle était portée masculin. Elle retourne le lendemain pour corriger cette bétise, mais le préposé l’informa qu’il faudra faire l’objet d’un jugement pour modifier cette erreur et qu’elle fût la galère comme si la bonne femme était la fautive de ne pas avoir vue l’erreur avant d’enregistrer les données.




    2
  • RYAD TALEB
    2 février 2018 at 14 h 34 min - Reply

    Bien dit, bien rédigé et bien analysé, l’auteur du papier s’est bien exprimé et il a su comment dénoncer ce service infecté par d’incompétents responsables sous qualifiés…




    1
  • Ghomri Souad
    3 février 2018 at 19 h 08 min - Reply

    Enfin, comme l auteur de l’article vient de le citer, ils nous ont habitué à ces bêtises et ce du à l’incompétence, je m’enfoutiste et l’abus de pouvoir de nos élus, aussi avec l’oeil complice des officiers de l’état civil…




    2
  • setta
    3 février 2018 at 19 h 47 min - Reply

    allez fair un tour au niveau de la daira de oued tlilet




    3
  • SALIM
    4 février 2018 at 12 h 07 min - Reply

    Les désagréments que les oranais subissent ces derniers jours au service de l’état civil et dans certains secteurs urbains en disent long sur l’incompétence,l’anarchie, le je m’en foutisme, et la cacophonie qui règnent dans ces lieux. et ce malgré l’informatisation du système des registres ya zah.




    2
  • HAKIM
    5 février 2018 at 10 h 31 min - Reply

    عزيزي نور اليقين

    كثيرا نرى الرجل الغير مناسب في المكان المناسب

    لا يهمه اوضاع الناس و امورهم و لكن يهمه مصلحته الشخصية فكم من موظف

    بدرجات متفاوتة من موظف عادي الى وزير لا يهمه من وظيفته الا اموره الشخصية

    وهذا ما يحدث في الجزائر منذ 62
    اخواني اخواتي أعضاء منتدي الفيوم دعوة لمناقشة هذه الحالة من وجود الاناس في اماكن لا تناسبهم

    هل هي من اخطاء الحكومات فاختيارهم كان غير مناسب؟

    ام انها من اخطاء الاشخاص نفسهم فهم على علم من عدم قدرتهم و كفاءتهم

    و لكن قبلوا لمصالح شخصي




    1
  • SLIMANE
    5 février 2018 at 11 h 54 min - Reply

    il faut nettoyer la gabegie à partir du cabinet du président de l’assemblée jusqu’au dernier préposé




    1
  • NAIM MOUFOK
    6 février 2018 at 9 h 57 min - Reply

    Le nouveau Wali d’Oran pourra faire fin à ces conflits s’il veut, il n’est ni dupe, ni incompétent, il est ÉNARQUE, il sait comment gérer la situation, il est capable meme de nettoyer la gabegie, finir avec la pègre, et faire fin à ce véritable goulot qui gangrène divers secteurs de l’APC d’Oran depuis plusieurs décennies. Et si on fait marche-arrière, le problème dure et re-dure jusqu’à présent, et ce du au manque de savoir faire de ceux qui gèrent et dirigent le monopole, et surtout à cause de l’insuffisance des compétences et le dysfonctionnement des services administratifs… Merci si Nour El Yakine pour cet article qui, j’espère, va bouger la salutation..




    2
  • FAHIM
    7 février 2018 at 9 h 45 min - Reply

    واه يا وهران واه
    كنتي الساقية وفيك الما وبين لجبال = ويشربوا فيك الفرسان
    وليتي قلتة فيك الحلحال وعايشين فيك الفيران
    عيش يا براك في بلاد الحيوان




    0
  • SOUMIA
    7 février 2018 at 12 h 50 min - Reply

    il n ya pas qu’Oran qui reigne sous l’incompétence et la mauvaise gestion frero, toute l’algérie souffre d’un je m’enfoutisme et de manque de savoir faire dans les administrations… a bon entendeur




    1
  • FATHI BOUAZIZI
    10 février 2018 at 9 h 51 min - Reply

    Il ya quelque semaines, le wali d’Oran a remarqué et il a même dénoncé le décor insalubre rencontré sur le trajet même devant être emprunté par le chef de l’exécutif et les responsables qui l’accompagnent. «C’est dommage de voir qu’un P/APC ne peut même pas gérer le circuit d’une visite du wali», avait déclaré Mouloud Chérifi lors d’une récente réunion avec les maires. Une remarque qui illustre à elle seule l’ampleur des défaillances et des carences marquant encore et toujours ce terrain de gestion et de maintenance du cadre urbain à travers les agglomérations.




    2
  • Congrès du Changement Démocratique