Chasse aux médecins résidents dans les rues d’Alger
Édition du
21 August 2018

Chasse aux médecins résidents dans les rues d’Alger

Publication: Mis à jour: 
ALGIERS 

Les médecins sont-ils devenus l’ennemi public numéro un en Algérie ? Oui, à se référer à la « chasse aux sorcières » menée par les forces de l’ordre à leur encontre dans les rues de la capitale. Après avoir échoué lundi à bloquer la marche des résidents, la police algérienne mène une inquisition contre eux. Interpellations de tout citoyen suspecté d’être médecin et arrestations forcées, selon des témoignages.

Le Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA) s’est félicité mercredi 14 février 2018 de la réussite de la marche nationale de ses membres lundi 12 février dans les rues de la capitale.

Le Bureau national de ce Collectif a affirmé dans un communiqué que ces protestations pacifiques démontrent la « volonté, la force et le pacifisme » de cette organisation, malgré les mesures « injustes, immorales et illégales » auxquelles les médecins résidents font face depuis ce jour-là.

Le CAMRA a révélé dans le même document que plusieurs « confrères et consoeurs subissent des violences, sont interpellés, embarqués de force dans des autocars puis abandonnés dans des endroits isolés, bien loin de la capitale ». Les protestataires sont ainsi embarqués vers d’autres communes telle Lakhdaria et Ain Taya, ou même vers d’autres wilayas comme Blida et Bouira.

Interpellations, menaces et mauvais traitements

Sur les réseaux sociaux, des résidents font part de leurs témoignages. Ils publient depuis lundi des textes ou des images pour raconter comment les agents de l’ordre interpellent à tout bout de champ et embarquent de force les protestataires.

 

Les victimes de cette « inquisition », qui ne touchent pas que le personnel médical, sont également « traitées comme des criminels » dans les commissariats, subissant parfois des menaces et des injures.

Un internaute a partagé ce matin le témoignage d’une résidente, « maltraitée et malmenée par la police algérienne, censée (me) protéger ». Dans son texte (Post Facebook ci-dessous), cette résidente raconte qu’elle sortait du métro lorsqu’elle a été interpellée avec deux de ses amies.

 

« J’ai été conduite de force dans un commissariat, traitée comme une moins que rien, comme une criminelle, par des policiers, raconte-t-elle. Ils nous ont retirés nos papiers et nos téléphones, embarqués de force dans des bus étatiques (…) et nous ont jetés dans une autre wilaya, à Blida ».

Mardi matin, un groupe d’autres médecins ont été arrêtés devant le CHU de Bab El Oued, quand leur « comportement ait été jugé suspect » de la part des forces de l’ordre. Ils se dirigeaient vers l’hôpital Mohamed Lamine Debaghine (ex-Maillot) lorsqu’ils ont été embarqués, après avoir refusé de céder aux ordres des policiers qui les sommaient de … rentrer chez eux.

Le groupe de médecins a été libéré après 13 heures de détention au commissariat de la Casbah. Sur Facebook, ils affirment ainsi que les policiers ne leur ont donné aucune explication sur leur arrestation et ne leur ont pas fait signer un procès-verbal.

Nous dénonçons les agissements des forces de l’ordre qui ont interpellé quatre de nos collègues résidents alors qu’ils rentraient chez eux de l’hôpital.Ils sont actuellement retenus depuis plus de 3 heures au Commissariat de la Casbah

Le CAMRA, qui a publié de son côté plusieurs autres vidéos de médecins résidents embarqués dans des bus, a dénoncé dans son communiqué des mesures « immorales, illégales et injustes ». Le Collectif a également affirmé que le mouvement ne cédera pas face à ces méthodes, « visant à les perturber et à les diviser ».

 

Plusieurs médecins résidents ont été déplacés hors de la wilaya d’Alger par les forces de l’ordre et par bus , et ce dés le matin du 12/02/2018 , sans motifs sauf être médecin .

 

Le personnel médical n’est toutefois pas le seul concerné par cette inquisition. Dans les rues de la capitale, il suffit que les agents de l’ordre suspectent un citoyen selon son apparence pour l’interpeller et lui poser des questions à propos de sa profession.

Nombreux ceux qui ont été interpellés, dans les stations de bus ou de métro, par les policiers, qui leur demandent s’ils sont des médecins et qui les somment de montrer leurs cartes professionnelles.

 

Policier: khti win raki rayha! Nti médecin?
-Non
**pourtant tbani médecin! Wach te9ri wela 9riti?
-Génie Maritime,Architecture Navale!
**Za3ma wach?
-Nesna3 elbabour!

 


Nombre de lectures : 2527
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Ouahed. Zaafane
    16 février 2018 at 15 h 44 min - Reply

    Il ne leur manquerait que les camps de concentration des grands espaces dans d’autres villes du pays et pourquoi pas ceux du sud, pour régler une fois pour toute ce problème de résidents(récalcitrants)!? Comme ça le sud serait plein de médecins spécialistes ! Ah ha bladi yah! Wine rayha Haka!?




    5
  • rachida
    16 février 2018 at 22 h 54 min - Reply

    Bonne lutte pacifique.




    2
  • Antar Al Kotomi
    17 février 2018 at 18 h 46 min - Reply

    Vous êtes ce que ce Pouvoir de malfrats de la pire espèce N’EST PAS et redoute le plus : intelligents, conscients de vos droits et de vos responsabilites ,honnêtes( vous voulez pratiquer une VRAIE Médecine et non pas prétendre le faire sans aucun moyen) et rebelles à la démagogie hypocrite et l’ineptie en cours depuis 1962.Votre cause est LÉGITIME contre un pouvoir ILLÉGITIME et gangrené .
    Pour le Regent (et ses vils larbins) imposé par la France ,vous êtes en train de commettre des crimes de LÈSE-MAJESTÉ car ce Tartarin d’Oujda se prend pour un Géant de son siècle ,enfin et entre nous ……. Minable complexe’ , délirant de grandeur et boursouflure napoléonienne ,se courbant au Val de Grâce et aux Invalides sans oublier le séjour « PRINCIER » dans tout un étage pendant des mois à l’Hotel Le Meurice, singeant ainsi son Maître à penser ,le médiéval Hassan 2).
    Plus il y a de policiers suréquipés (dans des hôpitaux indigents) en face de vous ,plus ces lâches montrent leurs vrais visages hideux d’impuissants chiens couchants, ennemis de tout ce qui peut servir et faire avancer le pays.
    Ils sont le Mal Absolu et il faudra donc faire preuve d’une VOLONTÉ et FOI inébranlables car votre combat est peut-être le prélude d’un autre combat,celui-là : national et salvateur contre la médiocrité ,l’injustice ,l’ignorance et l’indignité qu’incarne ce Pouvoir satanique.




    2
  • tarak
    8 mars 2018 at 23 h 41 min - Reply

    Bonsoir

    Il n’y a aucun pays dans le monde où ses médecins ont été frappés pour cause de grève dont la durée a dépassé les 3 mois sauf en Algérie. Même au Zimbabwe que Monsieur ould abbes du FLN aime comparer l’Algérie, ça ne s’est pas passé.

    Bon courage valeureux médecins, le peuple se réveillera un jour.




    1
  • Congrès du Changement Démocratique