يومية الجزائر
Édition du
22 January 2020

Tourne tourne les hélicos…

Semiane Sid Ahmed

Monsieur Gaid Salah, comme beaucoup de mes compatriotes, j’ignore où vous êtes, ni ce que vous faites, en ce moment précisément. Vous êtes peut-être dans un de ces hélicoptères menaçant qui survole nos rêves en comptant, sans jamais les distinguer, nos voix à basse altitude, comme à chaque fois que nous sortons dans la rue ? Les Algériens vus du ciel et dirigés par Talkie-walkie… Vous aimez ça ? C’est plaisant ? Ça donne de l’allure à vos gestes ? Ça donne peut-être un sentiment de puissance jouissif ? Diriger un pays du ciel… sans jamais entendre ce qu’il a à dire, l’examiner avec des jumelles et des statistiques, comme un ennemi lointain, qu’il faut constamment repousser, comme une manœuvre en plein désert, qu’il faut sans cesse répéter.

En écrivant ces lignes, j’entends vos hélicos faire plus de bruit encore, descendre plus bas sur nos têtes, comme pour mieux nous intimider, comme pour mieux faire taire nos voix en les étouffant par la mécanique bruyantes des hélices de vos hélicoptères et de vos médias sans honneur ?
Qu’espérez-vous voir de haut ? Repérer d’autres têtes à mettre en prison encore ? D’autres têtes à abattre ?

Vous êtes peut-être dans votre état-major aussi, face à vos écrans multiples, dans votre salle d’opération. C’est ainsi que vous la nommez, non ? Salle d’opération ? Mais vous disséquez quoi ? Nos images ? Notre parole ? Notre colère ? Notre cœur ? Qu’opérez-vous dans cette obscure salle des opérations ?

La seule chose que vous devriez voir, de vos hélicoptères, de vos écrans ou de vos médias, c’est que cette élection est une honte. Un danger pour ce pays. Un écran noir dans notre histoire. Que votre président qui sortira de vos écrans et de vos jumelles est un président mort-né, invisible et sans existence réelle pour nos yeux et nos voix.

Ce ne sont pas des élections, c’est une tentative de prise d’otages. Et une prise d’otages ratée. Un coup de force pitoyable. Un hold-up, un de plus, sur la marche de l’histoire.
Nous avons lutté pendant de longs mois et rien ne pourra nous empêcher de résister de longues années encore. Les hélicos finiront par atterrir et vos écrans par s’éteindre. Forcément.

Sid Ahmed Semiane


Nombre de lectures : 2982
3 Commentaires sur cet articles

Laisser un commentaire

*

*

  • Dria
    12 décembre 2019 at 9:09 - Reply

    On dirait qu’ils ont lu votre article. En ce jour du 12.12 les hélicoptères ne de sont pas arrêter à Alger. Il est 21h 29 mn, le bruit assourdissant de l’une d’entre continu
    de nuit d’harcelerr les algérois en survolant Belcourt et Alger-centre où une véritable chasse à l’homme se poursuit depuis cette après-midi de la mobilisation grandiose à la grande poste.

    Malgré le dispositif impressionnant éparpillé aux alentours d’Alger les Algérois ont pu reconquérir la grande poste de force et par le nombre. Les CRS qui s’étaient retirés l’après midi se redéploient comme pour se venger. On pousse les jeunes et moins jeunes à répondre a leurs provocations des vidéos montre l’acharnement de ces casques bleus contre des manifestants pacifiques. Pourquoi autant de violence ? sont ils vraiment des policiers ou des militaires déguisés ?

    Le “scrutin de la Honte” mérite bien son nom. En regardant le nombre des manifestants dans les rues de l’Algérie. On se demande qui sont ces votants que les TV de caniveaux montrent en boucle ? Pourquoi des Algériens retrouvent leurs parents décédés votés sur des images sencé être en direct ? Quand on présente les Bouteflika et le Haddad voter c’est dans la même perspective ? Quand on chasse les manifestants pacifiques que veut rien en récolter ? Quand en entend le discours des candidats qui semblent complètement déconnecté c’est dans un but précis. Et enfin quand on va annoncer les résultats avec l’art et la manière de Pinocchio il s’agira probablement de la même stratégie …Faire monter la colère et la rage des Algériens au maximum pour récupérer cette violence et la fructifier.

    C’est dur de résister à tant de provocation. Mais c’est le prix à payer pour réussir le combat. C’est dur de subir et subir encore. Alors positivons, c’est en subissant durant des décennies qu’est né le 22 février …Reconcentrons nous sur l’essentiel le DÉPART DU GANG DES GÉNÉRAUX. Reprenons le mouvement et continuons notre combat. Il ne faut surtout pas baisser les bras et devenir défaitiste. Le combat continu , ces dix mois ne doivent nullement être effacer par la mascarade que le peuple connait très bien. Le résultat ne nous intéresse pas. Ils ont élu un président pour la 3issaba. Le peuple ne le reconnait pas. Les marches et revendications reprendront de plus belle.
    Les menteurs ne gagnent jamais ni sur terre ni dans la vie de l’au-delà.

    En attendant l’heureux élu du gang, le menteur que vos mentors ont choisi. Le peuple prépare le 43 vendredi qui espérons sera le dernier avant votre chute, car plus aucun scénario ne tient la route vous n’êtes plus crédibles ni solvables, des menteurs démodés quoi …

  • Dria
    13 décembre 2019 at 2:54 - Reply

    La mobilisation en ce 34 vendredi donne la chaire de poule …Certes, chaque vendredi nous fait oublier ses précédents. Mais il y avait quelques chose qu’on ne peut décrire dans la détermination des marcheurs, dans le regard, dans les voix et la manière de chanter les slogans. Est-ce l’effet du matraquage abusive de la veille et des arrestations tout azimut du matin.

    Si on parlait de l’après 22 février. On rep1rlera désormais de l’après 12 décembre. Une date qui marque un tournant dans la résistance du peuple qui est monté d’un cran. Le frottement avec les policiers s’est endurci verbalement et physiquement , les gens ne sont plus intimidé et font la distinctons entre pacifisme et passivité. Ce pouvoir devra réfléchir deux fois avant d’user de violence ou d’usage armée. Il aura la réponse idoine.

    Je confirme un vendredi noire pour le pouvoir. Le scrutin de la Honte à accouché d’une souris Taboune Al-cocaïne ne presideras jamais l’Algérie et ne peut représenter ces millions d’Algériens qui sont encore dans les rues pour manifester leur refus et d’exiger le départ du Gang des généraux. Comme le reflète si bien les slogans repris en choeurs durant ce 34 vendredi avec une émotion particulière, en voici quelques uns

    ادور النعورة انشاء الله و نحوهم زكارة احنا اولاد عميروش مارش اريار مكسرة او طالبين الحرية la roue tournera inch’Allah et on les enlèvera malgré eux .nous les enfants de Amirouche on n’a pas de marche arrière . Nous demandons la Liberté

    أولي اولا انتما ما تحشموش أولي اولى و حنا ما نحبسوش Olé ola,vous vous n’avez pas honte. Olé ola et nous on ne s’arrêteras pas

    ما فوطنا …ما عندنا رايس on n’a pas voter et on n’a pas de président.

    اوه ياعصابة.انتخابات زورتها.الريس ماشي شرعي .و المسيرات انكملها Oh oh gang.vous avez truqué le scrutin . Le président est illigitime et les marches ne s’arrêteront pas.

    ولي فوطا خائن وطني celui qui a voter c’est un traître .

    أولي اولا تبون الكوكايين أولي اولا حتموه علينا رايس olé olé Tebboune la cocaïne . On nous l’impose président

    Ce n’est qu’un échantillons, chaque région et chaque wilaya innove dans les slogans . Mais ce sont tous des réponses claires au Gang et à leur parrain Gaid pour vider les lieux . Le combat continu et reprend de plus belle pour ceux qui en douter le Hirak est intact.

  • DK
    13 décembre 2019 at 9:39 - Reply

    C’est juste comme le Hirak et beau comme l’Algerie

  • Lire aussi